Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 19 juin 2014

Synthèse: Un cadre conceptuel pour penser maintenant (et organiser demain) la transition agroécologique de l’agriculture dans les territoires

INRA

Agro-écologieAnalyse - Synthèse

Accéder à la ressource

Les forts impacts négatifs de l’agriculture sur l’environnement, combinés à la crise énergétique et à l’essoufflement du modèle productiviste, conduisent à deux formes de modernisation écologique de l’agriculture. La forme « faible » correspond à la mise en œuvre de bonnes pratiques pour améliorer l’efficience des intrants ou en réduire les impacts environnementaux. La forme « profonde » correspond à un changement de paradigme dans la mesure où l’on cherche à substituer aux intrants classiques (notamment chimiques) les services rendus par la diversité biologique des agroécosystèmes. Sa mise en œuvre est complexe car il est nécessaire de réviser les modes de gestion des exploitations, des filières et des ressources dans un territoire. Après avoir rappelé les principes sur lesquels repose ce type d’agriculture, nous analysons les forces et faiblesses de trois cadres conceptuels existants (systèmes famille-exploitation, socio-écologique et sociotechnique) pour penser une profonde modernisation écologique de l’agriculture. Nous proposons ensuite un cadre conceptuel intégrateur, interdisciplinaire et multiniveau, articulant et enrichissant les trois précédents, qui décrit la nature du système concerné par cette transition agroécologique. Ce cadre conceptuel formalise un système d’acteurs, dont les stratégies d’action sont le produit de normes et accords formels et informels, en interaction, via les technologies, avec les ressources matérielles propres aux exploitations agricoles, aux filières et aux territoires de gestion des ressources naturelles. Ce cadre a vocation à être utilisé pour analyser les systèmes agricoles dans un territoire et concevoir une agriculture locale fortement écologisée, c’est-à-dire un système agroécologique territorialisé. Nous analysons ensuite les conditions de mise en œuvre d’une profonde modernisation écologique de l’agriculture que nous appelons « transition agroécologique ». Nous terminons en évoquant notamment la diversité des innovations à promouvoir, la diversité des acteurs à coordonner et par conséquent la nécessité de mettre en œuvre une démarche de conception des modalités de la transition agroécologique de l’agriculture à la fois participative, holistique, transdisciplinaire et située (c’est-à-dire territorialisée).

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser