The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 6 novembre 2012

Rapport de la FAO sur la transhumance transfrontalière en Afrique de l’Ouest – Proposition de plan d’action

FAO

Pastoralisme

RESUME

La transhumance est une stratégie très importante dans l‘élevage au Sahel où elle est pratiquée de très longue date. De nombreuses études se sont consacrées à sa connaissance. De même, de nombreuses rencontres ont été menées en vue de résoudre les difficultés qu‘elle génère et de nombreuses dispositions réglementaires ont été adoptées dans ce même objectif. La transhumance entre les pays de l‘Afrique de l‘Ouest est considérée comme un facteur d‘intégration par le fait qu‘elle favorise un brassage des populations du nord et du sud et elle permet en plus l‘approvisionnement en produits animaux des centres urbains de plus en plus importants qui se sont développés dans ces différents pays notamment du sud.

L‘objectif de la présente étude qui fait suite aux nombreuses investigations faite dans ce domaine, est d‘identifier, au regard des récentes mutations (écologiques et socio-économiques) les nouveaux enjeux de la transhumance transfrontalière en Afrique de l‘Ouest. A cet effet, elle aura à explorer les défis auxquels fait face la mise en oeuvre des différents textes réglementaires de la Communauté (CEDEAO) sur la transhumance. Elle devra par la même occasion répondre au plan d’action stratégique de la CEDEAO, d‘alimenter le dialogue politique et enfin permettre la formulation d‘une stratégie et d‘un plan d’actions pour la transhumance en Afrique de l‘Ouest. L‘analyse de la Transhumance Transfrontalière (TT) permet de dire que les défis auxquels elle est confrontée sont en premier lieu ses possibilités d‘adaptation par rapport aux effets du changement climatique et à la dégradation de l‘environnement. A cet effet, les difficultés suivantes ont été identifiées : une réduction du disponible fourrager, une modification de la composition floristique avec parfois apparition d‘espèces non consommées, une réduction des ressources en eau de surface et de la qualité, une diminution des aires de pâturages du fait notamment de la croissance démographique, diminution de la complémentarité éleveur agriculteur. En plus, il y a une fréquentation de plus en plus accrue des aires protégées, un développement de l‘agro pastoralisme, une modification de la carte épidémiologique avec l‘apparition de certaines maladies une réduction des zones de pâture par les activités minières.

L‘autre défi ayant trait à la TT est la sécurisation des espaces pastorales. Dans la quasi-totalité des Etats de la CEDEAO, l‘objectif de sécurisation foncière a été affirmé ou réaffirmé, notamment dans le domaine du foncier rural et du foncier pastoral. Des initiatives locales innovantes existent aussi dans plusieurs régions d‘Afrique de l‘Ouest pour faciliter et protéger la mobilité du bétail. Les pistes de transhumance traditionnelles et les couloirs de passage sont en train d‘être renégociés et définis. Toutefois, la priorité reste accordée aux activités agricoles notamment avec l‘émergence de zones de culture dédiées à l‘énergie au moment où l‘on est en phase d‘une forte augmentation de la charge animale (19ha/UBT en 1961 à 5 ha/UBT en 2009).

Le troisième défi a trait à une meilleure prise en charge de la TT dans les politiques de développement, la législation et la réglementation. En effet, certaines politiques publiques dans l‘espace CEDEAO sont très versées ces dernières années sur la « modernisation » du pastoralisme voire la sédentarisation des transhumants. De même, il a été constaté que les politiques de développement, du fait des difficultés liées à l‘isolement et l‘éloignement des zones pastorales, n‘ont permis d‘assurer les grands services attendus de l‘État (scolarisation, santé humaine, sécurité, commerce). Toutefois des institutions au niveau national se sont mises en place pour agir sur les problématiques liées au pastoralisme et donc à la transhumance. Il s‘agit évidemment de l‘Etat et des systèmes politiques en place, mais aussi des institutions de la société civile ou des partenaires internationaux au développement. Divers textes législatifs et réglementaires (code pastoral, charte pastorale, code rural, Loi Agrosylvopastorale, etc.) ont été prises au niveau national pour une prise en charge de l‘élevage pastoral et de la TT. La plupart des institutions sous régionales (CEDEAO, UEMOA, CILSS, UA) considèrent aussi que la TT est utile à la sauvegarde et à l‘accroissement de la production du bétail et diverses dispositions ont été prises pour une meilleure production et une meilleure valorisation des ressources pastorales.

Enfin le dernier défi auquel la TT est confrontée est sa nécessité de contribuer de façon plus accrue à une croissance démographique plus forte et un développement accru de centres urbains Enfin le dernier défi auquel la TT est confrontée est sa nécessité de contribuer de façon plus accrue à une croissance démographique plus forte et un développement accru de centres urbains. Et à la faveur des processus de mondialisation, des importations de plus en plus importantes de produits animaux, (lait viande rouge, viande blanche, oeufs, etc.) sont faites pour satisfaire les besoins croissants de cette population et ceci du fait des difficultés que l‘élevage transhumant se trouve pour satisfaire le marché.

La présente proposition de plan d‘actions est bâtie autour d‘axes devant permettre de relever dans le court et moyen terme ces défis. Ils sont au nombre de trois. La première a comme objectif de réduire de façon durable les pertes de production de l‘élevage transhumant liées au changement climatique et aux différentes formes de dégradation de l‘espace pastoral. Le deuxième devra permettre de renforcer la place de l‘élevage transhumant dans les politiques de développement et les institutions nationales et sous-régionales. Enfin dans le troisième, il s‘agira d‘améliorer la contribution de l‘élevage transhumant à l‘approvisionnement en produits animaux des centres urbains.

Lire le rapport (146p.) : http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Transhumance_Transfrontalier_en_AO_Rapport_FAO.pdf

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser