The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 4 mars 2013

Lettre Afdi : APE : la CEDEAO revoit sa proposition d’ouverture du marché ouest-africain

AFDI

Accords de Partenariats Economiques (APE)

Accéder à la ressource

Le 27 février, à l’occasion de la 42ème session ordinaire du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les experts ouest-africains travaillant sur le dossier de l’Accord de partenariat économique (APE) négocié entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne (UE) ont recommandé la révision de l’offre de l’accès au marché de la CEDEAO. D’après la CEDEAO la question de l’ouverture du marché ouest-africain aux produits européens est l’un des sujets les plus controversés des négociations. Dans un com muniqué, l’institution régionale indique que « les négociations sont dans l’impasse principalement en raison de désaccords sur l’offre d’ouverture du marché ouest-africain, du calendrier de démantèlement des droits de douane et du programme de développement de l’APE pour permettre à la région de faire face aux coûts d’ajustement de l’APE ». Dans le cadre des négociations de l’APE, l’Afrique de l’ouest a proposé une ouverture de son marché à hauteur de 60% sur 25 ans. « L’Afrique de l’Ouest a revu sa position sur 70% du marché, sur la même période, ceci figurant comme un geste de souplesse dans les négociations » ont déclaré les participants au sommet. Au sujet du programme de développement de l’APE, la CEDEAO souligne dans le même communiqué que « ; alors que l’Afrique de l’ouest demande l’injection de 9 millions de dollars US dans le programme, l’UE offre six milliards de dollars en fonds déjà engagés au titre du Fonds européen de développement (FED) ou d’autres sources bilatérales, et autres ». Dans la perspective de reprise des négociations, la CEDEAO a entrepris des études visant à analyser l’impact de l’ouverture du commerce de la région sur « les recettes douanières, le commerce extérieur, la croissance réelle du PIB, les flux d’investissements et la consommation des ménages ».

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser