Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 26 mars 2010

L’économie cotonnière des pays africains de la zone franc dans la tourmente de la mondialisation. Une illustration à partir de l’exemple du Burkina Faso

Alfred Schwartz

OGMBurkina Faso

Intervention à l’Académie des sciences d’outre-mer, 6 novembre 2009
Mise à jour : février 2010

Quelque 70 pays participent aujourd’hui à la production cotonnière mondiale, dont 28 pays africains. 11 de ces derniers font partie de la zone franc , sur les 15 pays africains qui partagent avec la France l’appartenance à cet espace monétaire. Certes, leur contribution à la production mondiale de coton est modeste, mais, pour la plupart d’entre eux, il s’agit là d’une possibilité de revenu – et donc d’accès au développement économique et social – de première importance. Depuis plusieurs années, les filières cotonnières africaines de la zone franc ne se portent cependant pas bien. La récente montée en puissance de ce qu’il est convenu d’appeler la mondialisation n’y est pas étrangère, mais n’explique pas à elle seule toutes leurs difficultés actuelles. Nous nous proposons ici i) d’éclairer les fondements de ces difficultés à la lumière d’un contexte international devenu de moins en moins favorable à l’économie cotonnière des pays concernés, ii) d’illustrer ce que sont concrètement ces difficultés à travers la présentation d’une étude de cas, celle de la filière cotonnière du principal pays producteur de coton de la zone franc, le Burkina Faso.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser