Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 30 octobre 2009

La ruée vers les terres agricoles, quelle réflexion pour la réforme foncière au Sénégal ?

Kader Fanta NGOM

Accaparement des terresPolitique foncièreSénégal

L’actualité foncière est marquée au Sénégal par des attributions à grande échelle de terres agricoles à des operateurs privés ou des autorités publiques dans les communautés rurales (CR). Ce nouveau phénomène peut être pris comme prétexte pour réfléchir particulièrement sur la réforme foncière déjà annoncée depuis 1996 par le Plan d’action foncier et réaffirmée récemment par la loi d’orientation agrosylvopastorale. Cette actualité touche beaucoup de points sur les quels, les acteurs du jeu foncier doivent réfléchir et proposer des réponses idoines, afin de parvenir, à des solutions consensuelles, en perspective de la réforme. Cette problématique soulève une série d’interrogations qui embrassent plusieurs aspects relatifs à la question foncière dans les CR.
Cet accaparement des terres agricoles, pose une question de fond, dont les réponses bien pensées, apporteront des éléments dans le débat foncier encours. Tout investisseur a-t-il droit à une affectation de parcelle au regard du corpus juridique foncier en vigueur? Les réponses à cette problématique ouvrent par la même occasion des pistes de réflexion sur l’état des lieux et la réforme à venir relativement au cadre juridique régissant la gestion des terres dans les CR.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser