Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 10 avril 2014

Etude : Dynamiques foncières, investissements et modèles de production pour l’irrigation en Afrique de l’Ouest : logiques financières contre cohérences sociales ?

Cahiers Agricultures

Irrigation, eauEtude, rapport

Accéder à la ressource

Le delta du fleuve Sénégal et l’Office du Niger au Mali disposent encore d’un potentiel important de terres aménageables qui attire des investisseurs privés, notamment depuis 2008. Après avoir soutenu le développement de l’agriculture familiale pour la mise en valeur des périmètres irrigués, les pouvoirs publics donnent aujourd’hui la priorité à l’installation d’entreprises privées en leur attribuant des terres à aménager. Cet article propose un cadre analytique décrivant les liens entre statut foncier et dynamiques d’aménagement, appliqué aux deux cas étudiés. Ceux-ci diffèrent du rôle joué par l’État dans la gestion du foncier, toujours très présent à l’Office du Niger, transféré aux collectivités locales au Sénégal. L’analyse comparée des deux cas montre que le statut foncier, en lien avec les politiques de crédit et les choix techniques réalisés, explique en partie les difficultés de l’agriculture familiale. L’allocation de terres à des compagnies privées est cependant trop récente pour que l’on puisse évaluer sa réelle contribution au développement de l’agriculture irriguée dans ces régions.

Lire l’étude (6 p.) : http://www.jle.com/e-docs/00/04/83/29/telecharger.phtml?code_langue=fr&format=application/pdf&titre=Version%20PDF

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser