Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 8 octobre 2012

Article Sénégal : La Bid injecte 1 milliard de FCfa pour la promotion de la microfinance islamique

Microfinance Sénégal

FinancementSénégal

Accéder à la ressource

Le ministre de la Femme, de l’Enfant et de l’Entreprenariat féminin, Mariama Sarr, a vivement remercié la Banque islamique de développement (Bid) d’avoir financé, à hauteur d’un milliard de francs Cfa (2 millions de dollars), un programme pilote qui introduit la microfinance islamique dans notre pays. C’était à l’occasion de la clôture, hier, d’un atelier de formation des systèmes financiers décentralisés sur les procédures de financement islamique.

La micro-finance islamique représente aujourd’hui un nouveau mécanisme pertinent de financement des groupes vulnérables (jeunes et femmes), selon le ministre de la Femme, de l’Enfant et de l’Entreprenariat féminin, madame Mariama Sarr. Elle estime d’ailleurs que la microfinance et le financement islamique ont beaucoup de points communs. Mais la microfinance islamique porte sur le financement d’activités réelles, génératrices de revenus et se présente comme un instrument efficace de lutte contre la pauvreté. À la différence de la finance classique, le système financier islamique interdit le taux d’intérêt sur les prêts et sur les placements d’argent considérés comme un «riba», c’est-à-dire un gain illicite. Le principe fondateur étant le partage des bénéfices commerciaux et des pertes éventuelles. L’atelier, qui s’est déroulé grâce au concours financier de la Bid, a réuni des participants de Pamecas, du Crédit mutuel du Sénégal, d’Acep et du réseau Imcec, des structures chargées de mettre en œuvre des financements de micro projets des jeunes et des femmes.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser