Systèmes d’information du marché (SIM)

L’Acdic a organisé une marche le 17 janvier dans la capitale du Cameroun, afin de protester contre la ré-autorisation d’importation des poulets congelés. Dans cet interview il exprime également son point de vue sur les récentes négociations de l’OMC à Hong Kong.
Le messager, Douala – 17/01/2006
Ce guide de vulgarisation s’adresse aux agents de terrain (services public, OP, ONG). Il fournit des éléments pour comprendre les variations de prix, interpréter et utiliser des informations sur le marché. Edité en 2001, 89 pages téléchargeables par chapitre.
Sur le site Soutien à l’agriculture de la FAO
Le président de Burkina Biotech Association (BBA), le professeur A. Séré en collaboration avec le Directeur général de l’Inera (Institut de l’environnement et de recherches agricoles) H. Boly, a animé un point de presse autour de la situation des cultures transgéniques commercialisées dans le monde en 2005. L’occasion de préciser que le Burkina disposera bientôt de ses propres variétés de coton OGM et que les techniciens de l’Inera sont en train de pousser des recherches sur d’autres types de cultures transgéniques qui pourraient contribuer à la fabrication de biocarburant.
Sur le site le faso.net, D.Traoré, 20 janvier 2005
Des millions de personnes sont au bord de la famine dans la Corne de l’Afrique à cause des récentes graves sécheresses auxquelles s’ajoutent les effets des conflits passés et en cours dans la région, a déclaré aujourd’hui la FAO, dans une alerte spéciale. En Somalie, au Kenya, à Djibouti et en Ethiopie, plus de 11 millions de personnes ont besoin d’aide.
Sur le site de la FAO
Le commissaire de l’UEMOA chargé du département des politiques fiscales, douanières et commerciales, El Hadji Abdou Sakho revient sur le déroulement et les résultats de la rencontre de Hong Kong. Il évoque l’avenir de la filière coton dans le commerce international et les efforts fournis par l’union pour dynamiser ce secteur dans les Etats membres
Sur le site le faso.net – 20 janvier 2006
Cette lettre mensuelle d’information et d’échange d’expérience autour des initiatives et des acteurs du développement rural est éditée par FORCE (Fédération de organisations rurales du Cameroun économique). Le numéro 1 contient 4 pages d’informations intéressantes. Il est téléchargeable sur le site de l’Inter-réseaux. Pour recevoir les prochains numéros par email, vous pouvez vous abonner à la liste de diffusion en écrivant à opforcecam@yahoo.fr
Ce travail commandité par le F3E et qui s’inscrit dans une démarche de capitalisation d’expériences, s’adresse en particulier aux ONG du nord ainsi qu’à leurs partenaires du sud. Il s’attache plus aux choix stratégiques à opérer qu’au processus d’appui aux filières. L’intégralité du guide est téléchargeable sur le site du F3E, ainsi que le rapport final de l’étude (synthèse).
Site du F3E (Fonds pour la promotion des Etudes préalables, Etudes transversales et Evaluations)
Portail électronique sur les marchés des produits de base et leur fonctionnement pour permettre la mise en place de politiques pertinentes au niveau de la production, de la transformation, de la mise sur le marché et du financement. Une quinzaine de produits agricoles sont concernés dont certains avec une note de conjoncture mensuelle (cas du riz).
Cnuded (Conférence des Nations Unis sur le commerce et le développement)
« Xam Marsé », ou « Connaître et maîtriser le marché », est le nom wolof du système d’information sur les marchés agricoles développé et géré depuis 2001 par Manobi, au Sénégal. Les responsables de cette société décrivent ce système d’information sur les marchés agricoles basé sur l’envoi de SMS et expliquent comment un simple téléphone portable a changé la vie d’un agriculteur sénégalais qui a quadruplé ses revenus en une saison.
ICT Update n° 29, D. Annerose et E. Sène, novembre 2005
Cet article vise à présenter quelques aspects de la situation actuelle de la paysannerie et des mouvements ruraux en Amérique latine, à la suite des processus de réformes et de révolutions agraires qui ont eu lieu sur le continent pendant presque un siècle de luttes paysannes et d’interventions de l’État sur la structure de la propriété de la terre dans ces pays.
Risal (Réseau d’information et de solidarité avec l’Amérique latine), Plinio Arruda Sampaio, 20 janvier 2006
Le commerce agricole et la pauvreté : le commerce peut-il être au service des pauvres? Le rapport 2005 examine les nombreuses façons dont le commerce international et sa libéralisation affectent les populations démunies vivant dans l’insécurité alimentaire. Si commerce joue un rôle de catalyseur en créant des conditions permettant aux pauvres d’améliorer leurs revenus et de vivre une vie plus saine et plus productive, l’ouverture des marchés agricoles nationaux à la concurrence internationale – notamment de la part de concurrents subventionnés – peut fragiliser le secteur agricole et avoir des conséquences négatives à long terme sur la situation économique et la sécurité alimentaire. Le rapport peut être téléchargé par chapitre (entre 100 et 500 Ko en dehors des annexes)
Document de la FAO
Le dernier né des observatoires riz. Pour le recevoir régulièrement, vous pouvez contacter Olivier Jenn-Treyer olivier.jenn-treyer@netclub.mg , qui en assure la publication.
Document pdf
Le premier d’une série de 12 dossiers que le Comité scientifique français de la désertification publie pour faire le point des connaissances sur différents sujets traite de la lutte contre la désertification. Il démontre que la désertification est un problème qui a des répercussions sur l’ensemble du monde et qu’il doit donc être pris en charge par la communauté internationale. En effet, les communautés locales ne peuvent dégager des ressources suffisantes pour aménager seules les espaces à préserver. La lutte contre la désertification : un bien public mondial environnemental ? Des éléments de réponse… Attention : gros fichier de 2.550 Ko
Sur le site d’Agropolis, M. Requier-Desjardins, P. Caron, Comité scientifique français de la désertification (CSFD), 2005, 32 p.
La Chine est riche d’un cheptel de cent millions de « vaches jaunes de Chine », des animaux de travail, labourage et charroi, que la mécanisation de l’agriculture condamne à la mutation vers la production bouchère. Ce fût le cas en France de la race limousine qui a vu son poids doubler depuis qu’elle a arrêté de travailler. Une telle évolution n’aurait pas été possible sans une discipline génétique.
Le Monde (France), G. Chatain, 3 janvier 2006
La microfinance est, pour des raisons de rentabilité, peu impliquée dans le financement du monde rural et, plus spécifiquement, celui de la production agricole. L’auteur présente les enjeux actuel de la microfinance et propose une analyse rétrospective du rôle et des liaisons de la microfinance avec le monde rural et agricole et leurs possibles évolutions.
Site de l’AFD, Horizons bancaires n°326, P. Forestier, octobre 2005
Cet ouvrage présente une analyse des différents avantages théoriques de ce genre de service et décrit les différents Sim existants actuellement dans le monde. Edité en 1998, 182 pages téléchargeables par chapitre.
Sur le site Soutien à l’agriculture de la FAO
L’agriculture malagache se trouve face à différentes révolutions agricoles possibles (du labour au semis direct, de la jachère à la culture continue, de la pâture à la culture fourragère, de la culture de riz irriguée au possibilités de cultiver avec moins d’eau etc). Ce document présente plusieurs points clés des réflexions en cours sur l’avenir de l’agriculture malgache : la place et l’avenir du riz et la diversification, l’agriculture de conservation, l’amélioration des capacités des agriculteurs, des agricultrices et des jeunes et enfin les enjeux du secteur agricoles.
Sur le site de l’Inter-réseaux, JC. Devèze, 2005. – 10 p + Annexes.
L’Observatoire du marché agricole est né de la restructuration du SIM, système d’information des marchés céréaliers. L’Oma recueille et diffuse hebdomadairement les prix de différents produits agricoles, par la radio principalement. Le site présente les missions de l’Oma et le bulletin mensuel du marché agricole « Reflets », dont le dernier numéro en ligne est celui d’août 2005. Dans la série « dossier » la dernière note de conjoncture date de plus … d’un an (octobre 2004), dommage !
Grâce à Xam Marsé , le système d’information sur les marchés par GSM et Internet développé par Manobi, les agriculteurs, les commerçants, les hôteliers, ou les ménagères sénégalaises peuvent désormais recevoir chaque matin sur leur téléphone un SMS gratuit les informant sur le prix de leur produit de préférence sur le marché de leur choix.
MISTOWA est un projet régional financé principalement par l’USAID, qui a pour objectif premier de promouvoir le commerce de produits agricoles à l’intérieur de l’espace CEDEAO
L’accès à de l’information de marché précise et fiable donne à ces producteurs un niveau d’information minimum qui leur permet de négocier de manière plus efficace avec les commerçants : qui utilise et quelle information, comment ?
Note présentée à la « Consultation sur les Sim et les bourses agricoles » organisée du 28 au 30 novembre 2005 par le CTA
Les intermédiaires ont vu le jour parce que les marchés avaient besoin d’eux. Les commerçants intermédiaires traditionnels finiront par disparaître ou évoluer en différentes organisations lorsque les producteurs agricoles seront dotés d’information, bénéficieront de formation et auront suffisamment de marchandises pour vendre ou acheter eux-mêmes directement sur les marchés. Ceci dit, en attendant, les commerçants sont indispensables pour les producteurs agricoles.
Note présentée à la « Consultation sur les Sim et les bourses agricoles » organisée du 28 au 30 novembre 2005 par le CTA
Avec le début de l’année, de nombreuses institutions ont rénové leur site. C’est le cas du Réseau des organisations paysannes et des producteurs de l’Afrique de l’Ouest. En ligne les dernières prises de position du ROPPA à l’occasion de la conférence de l’OMC à Honk Kong.
Fidafrique est un réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l’Ouest et centrale. Il a pour objectif principal d’augmenter l’impact et l’efficacité des activités du FIDA en facilitant la génération, la diffusion, l’échange d’informations et de connaissances entre les projets du FIDA et leurs partenaires. On trouve ainsi sur le site des outils méthodologiques (par exemple capitalisation et valorisation des expériences des projets), des informations sur les projets du FIDA classés par pays, et une partie « source d’information » qui commente des sources d’information disponibles sur Internet.
Le Riddac lance la nouvelle version de son portail consacré aux ressources naturelles et au développement durable en Afrique centrale. Créé en 2002, ce portail a pour objectif de contribuer à la diffusion, à l’échange et au partage de l’information sur les enjeux majeurs du développement durable dans les pays du Bassin du Congo, notamment la question de la conservation et de la gestion durable des forêts. Le portail offre plusieurs nouvelles fonctionnalités : forums sur les forêts (Politiques forestières, Certification et Ecotourisme), glossaire sur les forêts du Bassin du Congo, agenda, blog, lien.
Statistiques des prix des agences officielles de l’Afrique de l’Ouest Le Resimao est constitué par huit SIM publics nationaux (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal et Togo ; le Nigeria vient de rejoindre le réseau en 2005). Avec le support du CTA, les 8 SIM du Réseau sont aujourd’hui en mesure de partager la plupart de leurs données « prix » sur la même base de données et le même site Internet soit 390 marchés ruraux et urbains (marchés de regroupement, de gros, demi gros et de détail) ; 39 marchés d’intérêt sous-régional ; tous les produits agricoles suivis ainsi que le bétail et la viande. L’extension aux 15 pays de la CEDEAO pour quelques 600 marchés ouest africains, les analyses hebdomadaires ou mensuelles sont en cours de développement. Les explications restent trop sobres pour aider l’utilisateur mais le site est en construction.
Au cours d’une assemblée générale, les acteurs de la filière avicole camerounaise (vendeurs de provende, accouveurs, éleveurs, importateurs, vendeurs de poulets, abatteurs, etc.) ont créé « l’Interprofession avicole du Cameroun », que dirige désormais Ahmadou Moussa, directeur général du Complexe avicole de Mvog-betsi.
Site allAfrica – 23/01/2006
Le projet MISTOWA a développé une plateforme régionale pour le commerce agricole. Sur cette plateforme, les informations des SIM publics ainsi que celles fournies par d’autres sources sont mises en commun. Des organisations de producteurs et des organisations de commerçants préalablement formées sont appelées à devenir aussi des fournisseurs de données et d’information, en complément des SIM publics. Le site propose également des listes de contact (commerçants, OP, etc), des informations variées et veut mettre en ligne des propositions d’offre ou d’achat de produits agricoles.
Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser