fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Evaluation globale de la situation alimentaire, des marchés et des flux transfrontaliers concernant les bassins ouest et centre (Nord Ghana, Sud Burkina, Mali, Sénégal et Mauritanie

Evaluation globale de la situation alimentaire, des marchés et des flux transfrontaliers concernant les bassins ouest et centre (Nord Ghana, Sud Burkina, Mali, Sénégal et Mauritanie
  • Partagez :
CILSS , Fewsnet 10 juin 2011

Thèmes :

Dans les bassins centre et ouest, les productions céréalières, maraîchères, légumineuses et tubercules ont été globalement bonnes au titre de la campagne agricole 2010/11 pour la deuxième fois consécutive à la faveur des bonnes conditions climatiques.
Actuellement, dans les bassins centre et ouest, la disponibilité alimentaire avec une production céréalière sous régionale nettement supérieure à la moyenne des cinq dernières années, l’approvisionnement et le fonctionnement correct des marchés de céréales et de bétail assurent une situation alimentaire satisfaisante pour la majorité des ménages. Les prix actuels des céréales locales sont inférieurs par rapport à 2010, mais restent supérieurs à leur moyenne. Pour le riz importé, le prix est supérieur à 2010 et à al moyenne.
La situation alimentaire dans ces deux bassins reste marquée par des niveaux de prix élevés qui contrastent avec les niveaux record de productions céréalières en 2010/11. En plus des facteurs conjoncturels et structurels locaux, la hausse depuis fin 2010 des prix des produits alimentaires importés sur le marché mondial, permettent d’expliquer les niveaux suffisamment élevés des prix des céréales surtout dans le bassin ouest structurellement déficitaire. S’il reste encore difficile d’expliquer avec certitude la part de chaque élément dans la dynamique actuelle des prix, il est de plus en plus évident que la hausse des prix des denrées alimentaires importées, principalement le riz et le blé enclenchée depuis 2006-2007 s’est définitivement transmise sur ceux des prix des céréales locales. Il s’est passé un rajustement certain par rapport aux prix très élevés de tous les produits constatés depuis la « crise des prix ou de la vie chère » de 2007/08. Ces niveaux élevés de prix même dans un contexte de grande disponibilité affecte significativement et à des degrés divers tous les consommateurs (ruraux et urbains) avec à l’évidence une baisse de leur pouvoir d’achat. Les ménages ruraux et urbains pauvres sans revenus stables et dépendant strictement des marchés sont les plus vulnérables aux difficultés d’accès alimentaires. Toutefois il est aussi évident, que les producteurs s’en sortent mieux avec l’alignement à la hausse des prix aux producteurs témoin leur niveau actuel d’organisation quant ils arrivent sur les marchés.
Résultant d’une offre céréalière et de bétail plus importante, les marchés des denrées alimentaires sont couramment bien approvisionnés à travers des flux plus que normaux dans les deux basins, exception faite en Côte d’Ivoire et des zones frontalières avec ses voisins, victime depuis fin 2010 des ruptures d’approvisonnement suite à la présente grave crise politique post électorale. Les échanges très denses et importants entre le sud et le nord du pays et entre le pays et ses voisins se sont définitivement estompés à partir de février 2011 avec la reprise des hostilités. Cela perturbe dangereusement le commerce sous régional.
En perspective, hormis les perturbations au commerce sous régional qui sera gravement affecté par la crise ivoirienne et les niveaux élevés des prix des denrées importées qui pourront limiter l’accès aux aliments pour la majorité des pauvres pendant la période de soudure 2011, la situation alimentaire restera globalement satisfaisante dans l’ensemble des zones d’économie alimentaire des deux bassins. Pour une meilleure fluidification des échanges, Il est impératif d’éviter des mesures restrictives et d’amoindrir les pratiques anormales sur les corridors routiers. Les dispositifs de suivi doivent être renforcés pour un meilleur suivi de la situation alimentaire et du cheptel pendant la période de soudure pour détecter à temps toute anomalie dans l’installation et le déroulement de l’hivernage, le fonctionnement des marchés locaux et régionaux et les impacts de la crise post électorale ivoirienne.


Réagir à cet article

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS