fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de veille n°246 - 12 septembre 2014

Tout déroulerTout enrouler

Sommaire

-  Inter-réseaux recherche un(e) chargé(e) de mission (Ouagadougou) et un(e) stagiaire (Paris)

-  Fiches synthétiques : comprendre la protection sociale pour la sécurité alimentaire
-  Atelier de réflexion CaLP : quels liens entre transferts monétaires d’urgence et programme nationaux de protection sociale
-  Guide : « l’approche graduelle » pour sortir de la pauvreté extrême

-  Notes : impact du Réseau des Greniers de Sécurité Alimentaire sur la sécurité alimentaire (Burkina Faso)

-  Evénement : sommet international des jeunes agriculteurs
-  Revue Alternatives économiques : Année internationale de l’agriculture familiale
-  Revue Spore - Hors série : Agriculture familiale, le début d’une renaissance
-  Infographie : Agriculteurs familiaux, gros et petits

-  Diaporama : Diversité des visions de l’agroécologie et nécessité d’inclure les aspects sociaux et l’emploi
-  Etude : Indicateurs d’impact des projets de gestion durable des terres, de lutte contre la dégradation des terres et la désertification

-  Rapport : Comprendre le paysage des intrants agricoles en Afrique sub-saharienne
-  Infographie sur les semences

-  Étude : articulation subvention/crédit pour le financement de la petite irrigation au Niger

-  Etude : Un aléa moral ? Les méga - partenariats public - privé dans l’agriculture africaine

-  Notes d’analyse : de nouveaux arguments contre les APE
-  Compte-rendu d’atelier : Les perspectives de l’intégration régionale et l’APE UE/CEDEAO

-  Vidéos : Point sur le processus PDDAA dans les communautés économiques régionales en 3 minutes
-  Etude : identifier les dépenses agricoles dans les comptes financiers publics du Ghana

-  Article : Financements et mise en œuvre des « stratégies Sahel »
-  Article : La coopération internationale pour la mise en œuvre d’une démarche participative dans les politiques de développement rural en Algérie

-  Manuel : formation sur la veille informationnelle
-  Manuel : formation pour bâtiment de stockage

-  Bulletin mensuel de suivi de la campagne agropastorale en Afrique de l’Ouest - juillet 2014
-  Actualités : l’épidémie d’Ebola menace les récoltes et fait flamber les prix alimentaires en Afrique de l’Ouest


A la une


Nous recrutons un(e) chargé(e) de mission pour notre bureau à Ouagadougou. Les principales activités qui seront confiées au chargé(e) de mission concernent les quatre axes de travail d’Inter-réseaux : faciliter la mise en réseau, animer des dialogues thématiques, appuyer et accompagner les membres du réseau, réaliser des produits d’information. Nous recherchons également un(e) stagiaire pour des missions de veille, information et rédaction appliquées au développement rural en Afrique. Le stage aura lieu à Paris, pour une durée de 4 à 6 mois.

Consulter l’offre de stage :

http://www.inter-reseaux.org/qui-sommes-nous/article/inter-reseaux-recherche-un-e-10302

Consulter l’offre de chargé(e) de mission :

http://www.inter-reseaux.org/qui-sommes-nous/article/inter-reseaux-recherche-un-charge


Protection sociale


Inter-réseaux, septembre 2014
De nombreux acteurs ont manifesté le besoin d’avoir des éclairages simples sur le concept émergent de « protection sociale pour la sécurité alimentaire ». C’est pourquoi Inter-réseaux, en partenariat avec la campagne Cultivons, a réalisé quatre fiches pédagogiques (4 pages chacune) sur ce sujet. La première est consacrée au concept de protection sociale pour la sécurité alimentaire, à son origine, à son contenu et aux débats qu’il soulève. La seconde présente les différents instruments de la protection sociale pour la sécurité alimentaire. La troisième interroge les différents obstacles à la mise en œuvre de programmes de protection sociale pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. La dernière examine des expériences de réussites en Amérique du Sud et en Afrique australe afin d’en tirer des enseignements pour la région.

Lire la fiche « Comprendre la protection sociale pour la sécurité alimentaire » :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Fiche_PS1_Comprendre_la_PSSA-2.pdf

Lire la fiche « Les instruments de la protection sociale pour la sécurité alimentaire » :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Fiche_PS2_Les_instruments_de_la_PS.pdf

Lire la fiche « Les obstacles à la protection sociale pour la sécurité alimentaire : vrais défis et faux problèmes » :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Fiche_PS3_Les_obstacles_a_la_protection_sociale.pdf

Lire la fiche « Protection sociale pour la sécurité alimentaire : 8 enseignements tirés d’expériences réussies » :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Fiche_PS4_Enseignements_d_experiences_reussies.pdf

Ces fiches sont également disponibles en anglais :

http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/4-summury-briefs-understanding


CaLP, Unicef, 8 septembre2014
Les 8 et 9 juillet derniers, le Cash Learning Partnership (CaLP), l’UNICEF et la Commission européenne ont organisé un atelier sur les liens entre programmes de transferts monétaires d’urgence et filets sociaux de sécurité dans le Sahel. Faisant écho à une récente étude de cas commissionnée par le CaLP sur les possibilités d’utiliser les programmes nationaux de transferts sociaux pour répondre à une crise humanitaire, la question centrale de l’atelier était la suivante : dans quelle mesure est-il possible et souhaitable d’utiliser les programmes nationaux de transferts sociaux pour fournir une assistance humanitaire aux populations du Sahel ?

Lire le rapport d’atelier (19 p.) :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Rapport_d_Atelier_FINAL-docx.pdf

Lire le document de discussion (18 p.) :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Document_de_Discussion_FINAL.pdf


CGAP, septembre 2014
Ce guide est publié par le CGAP, un consortium d’agences de développement publiques et privées travaillant ensemble pour étendre l’accès des pauvres aux services financiers. Il présente une méthodologie en 5 étapes pour accompagner les populations extrêmement pauvres vers des moyens d’existence durables. Cette méthode est le fruit de l’expérience de 10 programmes menés dans 8 pays depuis une dizaine d’années. L’ « approche graduelle » fait le lien entre protection sociale, développement des moyens d’existence et inclusion financière.

Lire le guide (59 p.) :

http://www.cgap.org/sites/default/files/CGAP-Ford_GraduationApproach_v22-iPDF.pdf


Stocks


CRED, septembre 2014
Les Greniers de sécurité alimentaire sont un dispositif original de lutte contre la pauvreté en milieu rural (dans le sillage des banques de céréales) mis en place au dans certaines régions du Burkina et porté par une des plus importantes OP Burkinabé, la FNGN. Une étude d’impact a été réalisée par le Centre de Recherche en Économie du développement (CRED) de l’Université de Namur, en partenariat avec la Fédération nationale des groupements Naam (FNGN), SOS Faim, le programme NOPOOR de la Commission européenne et le Fonds belge pour la sécurité alimentaire. Cette étude rigoureuse démontre les effets directs du dispositif sur les prix et sur l’accès des ménages aux produits alimentaires.

Lire l’introduction (5 pages) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/IEPRGSA_RP_SP7_INTRO-1.pdf

Lire le résumé exécutif (2 pages) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/IEPRGSA_RP_SP7_RE.pdf


Agriculture familiale


AFDI, Jeunes Agriculteurs, 8 septembre
Des jeunes agriculteurs de plus de 60 pays se sont retrouvés à Bordeaux à l’invitation du syndicat JA et d’Afdi (Agriculteurs français et développement international) pour débattre de la reconnaissance mondiale du métier d’agriculteurs, de l’installation et du rôle des jeunes dans le développement agricole et du modèle de l’agriculture familiale. Un manifeste a été publié, soutenu par le ministre de l’Agriculture et revendiquant (i) la reconnaissance du métier d’agriculteur au sein de l’Organisation internationale du travail, (ii) la création d’un mécanisme de représentation des agriculteurs au sein du comité sécuritaire alimentaire de la Fao, et (iii) la réactivation des ministérielles agricoles au sein du G20 et l’organisation d’un groupe de réflexion de la profession agricole, le F20, capable de porter une force de proposition sur les enjeux qui seront traités par les ministres de l’Agriculture.

Lire des articles de presse :

http://www.terre-net.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/des-jeunes-de-60-pays-signent-un-manifeste-pour-defendre-leur-role-205-103379.html
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/manifeste-international-donner-aux-jeunes-une-chance-au-sein-des-agricultures-familiales-93128.html

Lire le discours du président des JA :

http://agriculturefamiliale.wordpress.com/


Alternatives économiques, CFSI, septembre 2014
Un numéro spécial d’Alternatives Economiques a été réalisé en partenariat avec le CFSI, dans le cadre de l’Année Internationale de l’agriculture familiale. Un article présente les enjeux de l’agriculture familiale, un autre se penche plus particulièrement sur le Sénégal et les capacités du pays à être autosuffisant. D’autres articles insistent sur la nécessité de rendre l’agriculture plus attractive pour les jeunes ou soulèvent les enjeux cruciaux des droits de propriété sur les semences. Enfin, un entretien avec Nicolas Bricas, chercheur au Cirad, rappelle que l’avenir de l’agriculture familiale recoupe également un double défi environnemental et social.

Lire la revue (16 p.) :

http://www.cfsi.asso.fr/sites/www.cfsi.asso.fr/files/338bis_hd-ss-traits-coupe-bdef.pdf


CTA, août 2014
Ce numéro de Spore est organisé en quatre parties, intégrant des articles de cadrage, des interviews (avec des chercheurs, des représentants d’organisations paysannes, des responsables d’entreprises et le DG de la FAO), des reportages et études de cas au Nord et au Sud. La première partie présente les défis de l’agriculture familiale, la seconde interroge les conditions du succès de cette agriculture, la troisième s’intéresse à l’intégration de l’agriculture familiale dans les filières et la dernière aborde le rôle des politiques incitatives dans le développement de l’agriculture familiale.

Lire la revue (36 p.) :

http://spore.cta.int/images/stories/Special_issue_2014/SF-Special2014-FR.pdf


IFPRI, septembre 2014
Cette illustration montre de façon simple et claire à quel point l’agriculture familiale prédomine dans le monde et la taille des exploitations varie drastiquement.

LIRE

http://www.ifpri.org/publication/family-farmers-large-and-small?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Ifpriupdate+%28IFPRI+Website+Update%29


Agroécologie


Valentin Beauval, août 2014
La deuxième édition des Rencontres nationales des agricultures a rassemblé en août en France des agriculteurs, des candidats à l’installation et d’autres acteurs du monde rural français autour du thème du travail agricole et rural. Lors de cet événement, Valentin Beauval, qui a été agriculteur en France au sein d’un groupement agricole d’exploitation en commun et qui a travaillé comme consultant pour différents organismes (AVSF, Gret, Iram, Cirad, FFEM), a animé une réflexion portant sur « agroécologie et emploi ». Sa présentation aborde les diverses définitions et conceptions du concept d’agroécologie avant d’examiner les incidences sur l’emploi des pratiques agroécologiques.

Voir le diaporama (18 diapositives) :

www.inter-reseaux.org/IMG/pptx/Presentation_agroecologie_VB_RNDA_Version_2.pptx


AFD, septembre 2014
Ce document vise à proposer des indicateurs pour l’évaluation des impacts à long terme des actions de développement, en ce qui concerne le champs de la gestion durable des terres, de restauration et de réhabilitation des milieux dégradés et de lutte contre la désertification. Il revient sur la nécessité et les difficultés d’évaluer les impacts d’un projet de développement, avant de proposer des éléments de méthode puis une sélection d’indicateurs d’impacts. Ces indicateurs sont à la fois biophysiques (taux de couverture végétale ou d’érosion des sols par exemple), quantitatifs de la production (rendements, surfaces agricoles…), économiques et financiers (revenus, investissements, rapport coût/bénéfices…) et institutionnels et sociétaux (indicateur de bien-être, scolarisation…).

Lire le document (86 p.) :

http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/Documents-de-travail/139-document-travail.pdf


Intrants


Banque mondiale, août 2014
Ce rapport se base sur de nouvelles données pour estimer le niveau réel d’utilisation d’intrants modernes en Afrique sub-saharienne. Il montre que si l’utilisation de ces intrants reste faible en termes absolus, elle a augmenté de façon non négligeable, en particulier en ce qui concerne les engrais non organiques et autres produits chimiques, atteignant dans plusieurs régions des niveaux bien plus élevés que ce que l’on imagine. La prévalence des tracteurs et de l’irrigation resterait quant à elle très faible. L’étude met également en évidence des variations considérables à l’intérieur même des pays dans les niveaux d’utilisation des intrants, des taux plus élevés d’utilisation d’intrants pour les cultures de maïs ou encore un faible recours des ménages au crédit – formel et informel - pour acheter des intrants.

Lire le rapport (53 p. et annexes, 3 Mo) :

http://www-wds.worldbank.org/external/default/WDSContentServer/WDSP/IB/2014/08/26/000158349_20140826084335/Rendered/PDF/WPS7014.pdf


Confédération paysanne, septembre 2014
La Confédération Paysanne (France) propose une infographie sur les semences, pour expliquer simplement les enjeux de la bataille qui se déroule autour des semences, sous la forme d’une bande dessinée.

Consulter l’infographie (6 p.) :

http://www.confederationpaysanne.fr/sites/1/articles/images/INFOGRAPHIE_SEMENCES_SITE.png?PHPSESSID=4slh4u5dek72h7l8qfta45h531


Irrigation


COWI, juin 2014
Cette étude est une première réflexion sur l’articulation possible du crédit et de la subvention pour le financement des activités de petite irrigation des exploitations familiales agricoles dans le cadre du Programme d’appui à la production et à la promotion des cultures irriguées (PAPI) au Niger. Une analyse des principaux dispositifs de financements mis en œuvre dans les régions de Dosso et de Maradi, et avec l’appui des principaux PTF du secteur rural au niveau national, capitalise les bonnes pratiques et les limites de ces mécanismes dans le domaine du développement agricole. Les mécanismes nationaux de financement du secteur agricole en cours de préparation (au niveau national et des collectivités territoriales) sont également considérés. Sur cette base sont proposés des mécanismes financiers pour les collectivités territoriales d’une part, et pour les exploitations familiales et les entreprises rurales du sous-secteur de la petite irrigation d’autre part.

Lire le document (34 p.) :

www.reca-niger.org/IMG/pdf/Mecanismes_financiers_PAPI_Etude_COWI_18_07_2014.pdf


Partenariats public - privé


Oxfam, 1er septembre 2014
Ces dernières années, les partenariats public-privé (PPP) de très grande ampleur se sont multipliés en Afrique, notamment dans le domaine agricole. Cette étude vise à évaluer l’efficacité et le potentiel de ces PPP comme moyens pour lutter contre la pauvreté des populations rurales. S’appuyant sur une analyse documentaire, des entretiens avec des informateurs clés et trois études de cas (Burkina Faso, Malawi, Tanzanie), elle révèle que les plus pauvres sont souvent les grands perdants de ces partenariats. Selon l’étude, le secteur privé a néanmoins un rôle clé à jouer dans la lutte contre la pauvreté, qu’il s’agisse de modèles à petite ou à grande échelle. Plusieurs conditions sont pour cela nécessaires : la reconnaissance des droits fonciers des communautés locales, une gouvernance foncière transparente, réactive et judicieuse, une législation forte sur les droits des femmes et le droit du travail, l’application des normes relatives aux droits humains.

Lire l’étude (46 p.) :

www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/file_attachments/bp188-public-private-partnerships-agriculture-africa-010914-fr.pdf


APE


Solidarité, septembre 2014
Jacques Berthelot, de l’association Solidarité, a réalisé 3 articles renforçant l’argumentaire contre les APE. Le premier souligne l’ampleur des pertes de recettes douanières liées à l’APE pour l’Afrique de l’Ouest. Reprenant une analyse du South Centre, il indique que les APE devraient conduire d’ici 20 ans à une perte potentielle des deux tiers des droits de douane de 2,821 milliards d’€ par an. Le second affirme que l’offre de réductions tarifaires de l’Union européenne sur ses importations venant des États-Unis dans l’Accord de libre-échange transatlantique (TAFTA) annihilerait largement les préférences commerciales des pays ACP sur le marché de l’UE, supposées découler de la signature des APE régionaux. Enfin, le troisième montre que si l’APE régional n’avait pas été signé, les droits de douanes à payer par les exportateurs de Côte d’Ivoire, du Ghana et du Nigeria (les 3 Etats non PMA de la Cedeao) des principaux produits agricoles exportés vers l’UE auraient été relativement limités.

Lire l’article « Pertes de recettes douanières liées à l’APE Afrique de l’Ouest » (2 p.) :

www.solidarite.asso.fr/IMG/pdf/Pertes_de_recettes_douanieres_liees_a_l_APE_Afrique_de_l_Ouest_7_septembre_2014.pdf

Lire l’article « La Commission européenne ment en affirmant que les APE renforceraient la compétitivité des pays ACP ayant signé des APE régionaux » (1 p.) :

www.solidarite.asso.fr/IMG/pdf/La_Commission_europeenne_ment_en_affirmant_que_les_APE_renforceront_la_competitivite_des_pays_ACP.pdf

Lire l’article « Droits de douane du SPG sur les exportations de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Nigéria vers l’UE si l’APE régional n’est pas ratifié » (13 p.) :

www.solidarite.asso.fr/IMG/pdf/Droits_de_douane_SPG_sur_les_exportations_des_3_Etats_non_PMA_d_AO_en_2013.pdf

Retrouver ces articles en anglais :

http://www.solidarite.asso.fr/Papers-2014


Confrontations Europe, septembre 2014
Le Groupe UE-Afrique du think tank européen « Confrontations Europe » a organisé en mai dernier une réunion à Paris sur les perspectives de l’intégration régionale et sur l’APE UE/Cedeao. Le représentant de l’OCDE a rappelé les perspectives économiques en Afrique et la nécessité pour les pays de ce continent de s’insérer dans les chaînes de valeur mondiales. Le représentant de l’Organisation internationale de la Francophonie a invité l’UE à voir les APE avec l’Afrique sous l’angle des nouveaux régionalismes tels que le régionalisme commercial (ALENA) ou le régionalisme d’interconnexion intégré dans la chaîne de valeur (ASEAN par exemple). Enfin, selon Patrick Sevaistre, du Conseil français des investisseurs en Afrique, les APE pourraient être l’occasion de faire de grandes réformes structurelles et permettre à l’Afrique de l’Ouest de s’insérer progressivement dans le marché mondial.

Lire la synthèse (2 p.) :

http://tp-formation-web.com/een/images/Afrique/2014-5-26-SyntheseIntegration-APE-GT-UEA.pdf

Lire le compte-rendu court (10 p.) :

http://tp-formation-web.com/een/images/Afrique/2014-5-26-CR-UEA-Integration-APE-Light.pdf

Lire le compte-rendu complet (21 p.) :

http://tp-formation-web.com/een/images/Afrique/2014-5-26-CR-UEA-Integration-APE-Light.pdf


Politiques agricoles


Ecdpm, septembre 2014
L’ecdpm a réalisé des courtes vidéos (moins de 3 minutes) permettant de faire le point sur la mise en œuvre du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDAA) au niveau des communautés économiques régionales. Les vidéos disponibles concernent sur la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) et le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA).
http://ecdpm.org/multimedia/updates-caadp-process-recs-3-mins-less/


IFPRI, août 2014
Cette étude d’un spécialiste des budgets agricoles de l’IFPRI tente de dissiper certaines confusions sur la définition de l’agriculture et des dépenses gouvernementales qui lui sont destinées au Ghana. Il montre qu’il est très difficile d’estimer la part des dépenses publiques agricoles en se basant sur des comptes publics rassemblant des données fortement agrégées.

Lire l’étude (52 p.) :

http://www.ifpri.org/sites/default/files/publications/ifpridp01365.pdf


Coopération au développement


Ecdpm, 27 août 2014
Un nouvel article a été publié sur le blog de l’Ecdpm consacré aux stratégies Sahel. L’article distingue deux types de stratégies : celles qui sont liées à des financements (Banque mondiale, Banque africaine de développement, l’Union européenne) et des capacités de mise en œuvre ; et celles qui sont des cadres de politiques sans financement associé, mais disposant d’une légitimité régionale et politique (Union africaine, Cedeao, ONU). Selon les auteurs, cette diversité crée entre ces acteurs des asymétries de pouvoir et des malentendus, que plus de clarté sur les fonds disponibles de tous les partenaires financiers permettrait de réduire. L’article précise ensuite que des sommes significatives ont été envisagées par différents bailleurs dans la région pour les années à venir : les échéanciers de ces dépenses n’étant pas explicites, il est difficile de connaître l’ensemble des fonds pour la région.
http://ecdpm.org/talking-points/financements-mise-oeuvre-des-strategies-sahel-premiere-partie/?utm_content=buffer76066&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer


EESP, septembre 2014
Cet article revient sur l’origine et la définition de l’« approche participative ». Il distingue plusieurs types et niveaux de participation, avant d’analyser l’expérience de l’Algérie dans ce domaine. Il rappelle que de nombreux projets de développement rural, réalisés en Algérie avant 2005, ont échoué faute d’association au niveau local, en suivant une approche « top down ». Il s’intéresse ensuite à une expérience de coopération algéro-espagnole pour la mise en œuvre d’un projet suivant une approche territoriale et participative apparue en Europe en 1991 sous le nom de LEADER (Liaisons Entre Actions de Développement de l’Economie Rurale). Cette expérience met en évidence le rôle primordial de la formation pour la réussite de la mise en œuvre de l’approche participative dans tout programme de développement rural.

Lire l’article (12 p.) :

www.atps.uqam.ca/numero/n6/pdf/ATPS_BestaniZaoui_2014.pdf


Supports de formation


IED Afrique, Inter-réseaux, Jade Productions, Saild, mai 2014
Ce manuel est produit suite à la formation sur les outils de veille sur internet, organisée dans le cadre du projet Inforoutes en collaboration avec Inter-réseaux. L’objectif de ce manuel est de servir de support aux partenaires du projet pour l’utilisation du dispositif de veille collaborative. Il fait un rappel sur les outils présentés, leur intérêt et leurs principales fonctions.

Lire le manuel (26 p., 2 Mo) :

www.iedafrique.org/IMG/pdf/Manuel_de_Formation_veille_IED.pdf


Fert, mai 2014
L’Association Fert a initié avec le Bureau d’études ICOR BTP deux séances de formation destinées aux paysans relais et à ses membres d’équipes sur le terrain. L’objectif de la formation est de donner les informations minimales indispensables sur les constructions de bâtiments en général, et de bâtiments de stockage en particulier. Ces informations concernent surtout les matériaux locaux mais aussi quelques matériaux standards ; ainsi que quelques notions de base bons à savoir.

Lire le manuel (17 p.) :

www.fert.fr/wp-content/uploads/2014/08/MDG_Manuel-formation-batiment-de-stockage-en-mat%C3%A9riaux-locaux-VF_2014.pdf ?ebede6


Situation agricole, pastorale et alimentaire


Agrhymet, juillet 2014
Ce troisième bulletin mensuel de suivi de la campagne agropastorale en Afrique de l’Ouest rend compte de la situation au mois de juillet 2014. Celle-ci a été marquée par : i) une installation globalement tardive de la saison des pluies utiles, ii) des niveaux des plans d’eau inférieurs à ceux de l’an passé à la même période malgré une amorce de hausse notée en juillet, iii) des retards de semis et une faible croissance des cultures et des pâturages dans la bande sahélienne.

Lire le bulletin (8 p.) :

www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Bulletin_mensuel_Juillet_2014.pdf


FAO, septembre 2014
Selon une alerte spéciale du SMIAR (le Système mondial d’alerte et d’information rapide rattaché à la FAO), les perturbations de la commercialisation et des échanges de produits alimentaires dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest les plus touchés par l’Ebola (Guinée, Liberia et Sierra Leone) ont fait grimper en flèche les prix des denrées alimentaires, tandis que les pénuries de main-d’œuvre risquent fortement de compromettre les prochaines récoltes.

Lire le communiqué FAO :

http://www.fao.org/news/story/fr/item/242226/icode/

Lire l’alerte du SMIAR :

http://www.fao.org/3/a-I4003E.pdf

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS