Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 30 décembre 2009

Socioéconomie des oléagineux en Afrique

John Libbey Eurotext

ArachideCotonKaritéSoja

Accéder à la ressource

En Afrique, la culture des oléagineux a suivi la même logique coloniale que les autres grandes spéculations agricoles (café, cacao, coton…) : celle qui consistait à subvenir aux besoins de la métropole en produits qu’elle ne pouvait pas produire principalement pour cause d’incompatibilité géoclimatique. Pourtant, durant ces vingt ou trente dernières années, le continent africain est devenu un acteur marginal sur le marché mondial des oléagineux suite au déclin de sa production et de ses exportations. De nouveaux acteurs, plus performants, se sont imposés sur le marché au détriment de l’Afrique. Le soja s’est imposé, propulsé par l’augmentation exponentielle de la demande en produits pour l’alimentation animale et avec lui ses principaux producteurs : États-Unis, Brésil, Chine, Argentine… où la production a littéralement explosé dans les années 1990. Quant à l’huile de palme, elle a vu la montée en puissance des producteurs asiatiques qui sont venus détrôner l’Afrique. Aujourd’hui, après avoir approvisionné l’Europe durant des décennies, l’Afrique occupe une place marginale sur le marché mondial. Elle est même importatrice de certaines huiles.

Si on s’en tient à l’Afrique francophone, qui s’étend sur toute l’Afrique de l’ouest et du centre, du Sénégal au nord jusqu’au Congo au sud, on distingue deux grandes zones de production liées à deux grands ensembles climatiques : le Sahel et l’Afrique tropicale. Le Sahel est la région de l’arachide, surtout le Sénégal et le nord du Nigeria, du coton et du karité. La zone tropicale abrite les cultures de palmier à huile avec des plantations tout le long des côtes du golfe de Guinée depuis la Sierra Leone, le Liberia et la Côte-d’Ivoire jusqu’au Cameroun et au Gabon en passant par le Nigeria. Le palmier à huile y côtoie le café, le cacao et bien sûr les grandes exploitations forestières. Le palmier à huile est d’ailleurs originaire de cette région du Golfe de Guinée où il existait à l’état naturel et est exploité depuis la nuit des temps.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser