Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 30 juin 2016

Poivron : résultats des exploitations en conseil de gestion

Abdoua Mahamadou/Dalla Korodji/Maman Abdou Maman

Fruits et légumesNigerGuide technique - Supports de formation

Accéder à la ressource

Pendant toute la culture du poivron (2015 – 2016), les animateurs des organisations paysannes ont visité des producteurs volontaires pour améliorer la gestion de leur exploitation agricole et enregistré leurs activités et leurs dépenses, et cela malgré des conditions parfois difficiles.

Cette première note présente une analyse des données de 45 producteurs pour la culture du poivron. Elle concerne les surfaces, rendements et charges opérationnelles. Une seconde note présentera le bilan économique : produit des ventes, marges brutes, prix de vente et coûts de revient.

Si l’on regarde les résultats des 25% de producteurs ayant obtenu le meilleur rendement à l’hectare, un producteur de ce groupe (en moyenne) :

  • cultive 1,42 ha de poivron,
  • a obtenu un rendement de 1.862 kg de poivron sec par ha, soit 18,6 tonnes de poivron frais,
  • ses charges de culture (charges opérationnelles) ont été de 1.310.000 F.CFA par ha dont 952.000 F.CFA par ha qu’il doit financer (le reste étant la récolte payée en nature).
  • a distribué 495.000 F.CFA de main d’œuvre par ha,
  • a acheté 21 sacs d’engrais soit 1.050 kg par ha pour un montant de 295.000 F.CFA

Si l’on considère les chiffres disponibles pour la culture du poivron de plein champ en zone tropicale (un rendement de 20 à 30 tonnes par ha), les résultats de ce groupe sont bons et indiquent une maîtrise technique satisfaisante de la culture.

Les résultats des trois autres groupes (75%) des producteurs sont moins bons à mauvais.

Dans une démarche de conseil de gestion à l’exploitation, ce n’est pas la moyenne des producteurs qui est intéressante mais les résultats des 25% producteurs les plus performants (le quartile de tête, c’est-à-dire le quart des producteurs).

L’objectif est d’analyser ces résultats avec les producteurs pour voir comment améliorer les résultats des producteurs des autres groupes pour atteindre les meilleurs résultats. L’analyse des données des exploitations n’est qu’une première étape pour la CRA et les OP de Diffa. Il reste maintenant la partie la plus importante du travail : restituer les résultats aux producteurs et rechercher les améliorations à apporter pour améliorer les performances de tous pour la campagne qui démarre.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser