The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 16 février 2017

L’expansion urbaine et ses conséquences sur les terres cultivées et la production agricole

Centre d'études et de prospective (CEP | MAA)/PNAS

UrbanisationEtude, rapport

Accéder à la ressource

La revue PNAS a publié récemment les résultats d’une étude prospective analysant les conséquences de l’expansion urbaine sur les terres cultivées et la production agricole, au niveau mondial et pour différents pays. Il en ressort une perte globale de terres agricoles de 1,8 à 2,4 % d’ici 2030, avec une répartition mondiale très inégale. 80 % de ces pertes se situent en Asie (un quart pour la Chine seule) et en Afrique, soit 24 millions d’hectares (scénario médian). L’étude confirme que les terres gagnées par l’urbanisation sont en moyenne plus productives, induisant ainsi une diminution de production agricole de 3,4 à 4,2 %. Mais selon les différentes dynamiques de développement urbain, les conséquences de ces tendances sont géographiquement inégales. La baisse de production induite par 3 % de pertes de terres agricoles est ainsi de 6 % en Asie, mais de 9 % en Afrique.

Différentes stratégies de compensation des pertes de production sont évoquées en fin d’article. Les auteurs ébauchent également une réflexion sur les conséquences de l’extension urbaine : notamment l’impact du développement des supermarchés (dans les grands centres) sur la structuration de la production agricole, et le devenir des petits producteurs perdant leurs terres en lien avec la sécurité alimentaire. L’étude conclut sur le rôle central de la gouvernance des zones urbaines vis-à-vis de la préservation des zones agricoles et sur la responsabilité des villes par rapport à la durabilité des ressources.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser