Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 14 avril 2015

Avis conjoint sur la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest

CILSS CILSS / FAO FAO / Fewsnet / WFP WFP

Sécurité alimentaire et nutritionnelleRevue - Bulletin

Accéder à la ressource

La production céréalière 2014-2015, révisée en mars 2015, pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest se chiffre à 61 612 000 tonnes. Elle est supérieure de 7% à celle de l’année dernière et en hausse de 10% par rapport à la moyenne des cinq (5) dernières années. Le maïs occupe la première place avec une production estimée à 20 385 000 tonnes, suivie du riz (17 325 000 tonnes), du sorgho (13 664 000 tonnes) et du mil (9 183 000 tonnes). A l’exception du mil qui accuse une baisse de 12%, les principales spéculations enregistrent une augmentation comparativement à la moyenne des cinq (5) dernières années (3% pour le sorgho, 15% pour le maïs et 25 % pour le riz).

Au Sahel, la production céréalière est d’environ 21 027 000 tonnes. Cette production est en hausse de 7,3% et 7,4% par rapport respectivement à l’année dernière et à la moyenne des cinq (5) dernières années. Toutefois, par rapport à l’année dernière et à la moyenne des 5 dernières années, des baisses de production sont enregistrées respectivement au Sénégal (-2% et -16%), en Gambie (-23% et -16%), en Guinée Bissau (-38% et -33%) et au Cap Vert (-82% et -83%).

Sur le plan pastoral, la disponibilité des pâturages et des points d’eau est moyenne. Cependant, la situation alimentaire du cheptel est actuellement difficile en raison de la faible disponibilité en pâturage et en eau dans la zone sahélienne du Tchad, dans le Sud-Est de la Mauritanie et dans le Centre et le Nord du Sénégal et par endroits au Niger et au Mali. La transhumance est perturbée autour du lac Tchad et au Nord du Mali, du fait de l’effet combiné du déficit fourrager et de l’insécurité civile. Des conflits entre agriculteurs et éleveurs sont perceptibles dans certaines zones d’accueil du Nord du Togo et du Bénin.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser