Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Bulletins thématiques le 14 février 2005

N°46 – Spécial Recherche – 4 février 2005

CotonRecherche agricole

Spécial rechercheBonjour à tous,

Voici le bulletin de veille n°46 spécial recherche.
Dans ce bulletin de veille vous trouverez:
– un aperçu du contenu du dernier numéro de Grain de sel avec un dossier sur
la recherche agricole,
– une série de liens sur les sites des instituts de recherche africains,
…et toujours une sélection de l’actualité du développement rural.

N’hésitez pas à nous indiquer des sites Internet intéressants à l’adresse
veille@inter-reseaux.org !
Vous pouvez consulter les archives de l’e-mail de veille à l’adresse suivante : http://www.inter-reseaux.org/rubriques/infosreso/inforeseaux.htm

Bien à vous

L’équipe d’Inter-réseaux
www.inter-reseaux.org

« M. Tony Blair veut profiter de la double opportunité de présider en 2005 à la fois l’Union Européenne et le sommet du G8 (regroupement des pays les plus riches de la planète) « pour donner une grande impulsion au développement de l’Afrique »
ABC Burkina.
« Dans un nouveau rapport publié le 10 janvier dernier, intitulé « Global Agricultural Trade and Developing Countries », la Banque Mondiale a appelé à réformer le secteur du commerce des produits agricoles en indiquant que la libéralisation dans ce domaine pourrait aider à réduire le niveau de pauvreté dans les pays en développement. Le rapport estime que malgré l’échec de Cancun, dû en partie aux divergences dans les négociations agricoles, et l’accord-cadre conclu à Genève le 1er août 2004, les mesures de protection et les barrières érigées par les pays industriels dans leur secteur agricole restent encore parmi les points les plus controversés des négociations commerciales. « 
AfriCoDev, ICTSD
« Les leaders de la Communauté économique des Etats de l`Afrique (CEDEAO) ont approuvé mercredi à Accra une politique agricole commune visant à garantir une sécurité alimentaire durable et une gestion judicieuse des ressources naturelles. »
Angolapress – 20/01/2005
« Les chefs d’État ont adopté une politique agricole commune dénommée (PAC). La PAC dont les éléments ont été adoptés ici à Bamako en 2001 cherche à promouvoir une agriculture moderne dans le but d’assurer une stabilité alimentaire durable. La PAC sera basée sur des principes tels que la subsidiarité qui place les questions agricoles régionales avant les questions d’ordre national, la proportionnalité qui réduit les activités de mise en oeuvre de la politique aux dispositions du traité révisé de la CEDEAO, du partenariat et du dialogue qui visent l’implication des parties prenantes (Etats-secteurs privés) dans la mise en oeuvre du processus de la politique agricole commune. Pour assurer la mise en oeuvre de la PAC, il sera adopté un plan d’action, une structure de suivi-évaluation. La CEDEAO a demandé aux autres organisations sous-régionales et de coopération de l’Afrique de l’ouest d’aligner leurs stratégies politiques et programmes agricoles sur les principes directeurs et les priorités établis en vue de garantir la réussite de la PAC dont l’objectif ultime est de combattre l’insécurité alimentaire et garantir aux producteurs agricoles une rémunération décente. »
site Maliba
Un article plus général sur l’intégration régionale. « La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest entre dans sa trentième année d’existence avec un bilan assez contrasté. Les ambitions des pères fondateurs sont loin d’être atteintes parce que l’esprit communautaire est encore malmené par la farouche défense des souverainetés nationales. Certes, les chefs d’État et de gouvernement adoptent, des programmes dans un esprit de construction d’un bloc économique fort, mais ils ne mettent pas, ou très peu, en application les décisions prises lors des grandes messes annuelles. De fait, le citoyen de la communauté se sent tout aussi moins impliqué, reléguant la notion d’intégration au rang des incantations politiques. »
A ce jour il y a 3482 inscrits à la liste de diffusion du bulletin de veille.

Veille coordonnée par Pascal Massetti pascal.massetti@inter-reseaux.org Inter-réseaux, le 04/02/05, www.inter-reseaux.org, veille thématique n°46

« Plusieurs initiatives récentes continuent de mettre le dossier coton au centre de préoccupations à la fois politiques et économiques en Afrique de l’ouest. Après la relance des négociations agricoles décrispées par l’accord-cadre obtenu en août 2004, qui a débouché entre autres sur la mise en place d’un  » sous-comité coton « , les producteurs ouest africains de coton ont senti le besoin d’adopter une nouvelle stratégie de lutte qui devrait permettre d’harmoniser leurs actions en perspective de la conférence ministérielle de Hongkong en décembre 2005. Ils se sont ainsi réunis les 21 et 22 décembre à Cotonou, au Bénin, pour discuter des problèmes du coton et créer l’Association des Producteurs de Coton Africain (APROCA). Quelques semaines après, ce sont les ministres de 5 pays d’Afrique de l’ouest et du centre (Mali, Burkina, Bénin, Tchad et Sénégal) qui se sont retrouvés à Bamako pour les mêmes raisons : trouver une solution à la crise du coton ouest africain. »
Bien que plus sous les feux de l’actualité, l’invasion continue… « Certains de ces essaims ont continué vers le sud et sont entrés en Gambie et dans le sud du Sénégal, atteignant le centre de la Guinée-Bissau et probablement le nord de la Guinée. Les essaims ont suscité de vives préoccupations en Guinée-Bissau. »
Destiné à lancer à un niveau international une réflexion collective pour trouver les moyens de combler la fracture agricole mondiale, ce forum réunira des hommes et femmes politiques, des scientifiques, des représentants de la société civile et de firmes agroalimentaires. Il constitue la première étape de travaux sur les différentes problématiques du développement agricole des pays du Sud, qui se poursuivront dans le cadre d’une future « Ecole du Dakar Agricole ».
« Plusieurs chefs d’Etat participent les 4 et 5 février au premier « Dakar Agricole » destiné à « réduire la fracture agricole mondiale », selon l’expression du ministre sénégalais de l’Agriculture et de l’Hydraulique, Habib Sy. Marc Dufumier, agronome français vient de publier « Agricultures et paysanneries des Tiers mondes ». Il analyse cette fracture à travers l’exemple du Sénégal. » (Cet ouvrage est également commenté dans le dernier Grain de sel à la rubrique Kiosque).
« Plusieurs ONG françaises ont demandé au président de la République Jacques Chirac, qui doit participer vendredi 4 janvier au Forum dit du « Dakar agricole » dans la capitale sénégalaise, de « se prononcer clairement en faveur de la souveraineté alimentaire » des pays du Sud. »
Une édition spéciale, « Le point de vue du CCI sur les défis du développement du commerce », est en ligne sur le site amélioré de la revue Forum du commerce international . Elle décrit dix défis du développement du commerce, quelques solutions, et la réponse du CCI.
« Lors du séminaire de Dakar (19-21 mai 2003), outre la déclaration adoptée par des représentants d’organisations paysannes et de producteurs agricoles de plus de trente pays, les participants ont décidés de se concerter et de tenter de coordonner leurs activités concernant les négociations commerciales de l’OMC, en particulier la préparation de la conférence ministérielle de Cancún. » On y trouve notamment le document élaboré par les Organisations Paysannes Ouest Africaines en vue de l’organisation d’une concertation des OP du monde entier, préalablement au sommet « Dakar agricole » (voir plus haut), ainsi que le programme de l’atelier pour des politiques agricoles et commerciales solidaires, qui a eu lieu à Chapeco au Brésil.
Un aperçu du contenu de ce numéro:

  • L’invité de Grain de sel : Philippe Mathieu, ministre de l’Agriculture d’Haïti
  • Préoccupants pesticides : comment éviter ou réduire leur usage ?
  • Plus de 4000 familles de riziculteurs évincées (Office du Niger – Mali)
  • La défense des avicultures locales fédère des actions citoyennes

DOSSIER : Regards sur la recherche agricole

  • Qui pilote ? Qui finance ?
  • Relations chercheur-utilisateurs de la recherche
  • Une crise de la recherche agricole du Sud ?
  • Une coopérative agricole pour la professionnalisation des planteurs
  • Formation au maraîchage urbain à Brazzaville, l’action d’Agricongo
  • Exporter l’artisanat : Des femmes cherchent à aller plus loin
  • Comprendre les enjeux des APE pour l’Afrique de l’Ouest

Vous pouvez télécharger l’intégralité du numéro ou article par article sur le site d’Inter-réseaux (www.inter-reseaux.org) à l’adresse suivante http://www.inter-reseaux.org/graindesel/rubrique.php3?id_rubrique=8

Peu d’instituts nationaux disposent de sites internet propres. Nous en proposons une sélection, agrémentée de sites régionaux. Ces derniers sont mis en place par des organisations d’instituts nationaux, dans le but de mutualiser les ressources pour pallier les difficultés économiques, rationaliser et prioriser les enjeux et constituer des pôles de compétences sur des thèmes spécifiques. Vous pouvez retrouver cette liste dans le dossier de Grain de sel p 13.

Quelques centres régionaux

  • Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest (Adrao), (relocalisé à Coutonou, Bénin) On y consulte notamment le bulletin, « esprit ADRAO », sur l’actualité du centre. http://www.warda.org/adrao/
  • Institut du Sahel (Insah), Mali Il s’agit d’une institution spécialisée du CILSS (Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel) chargée de la coordination, de l’harmonisation et de la promotion de la recherche scientifique et technique dans les pays du Sahel. http://www.insah.org/index.html
  • Association pour le renforcement de la recherche agricole en Afrique de l’Est et du Sud (Association for Strengthening Agricultural Research in Eastern and Southern Africa : Asareca), Ouganda. http://www.asareca.org/
  • Conseil ouest- et centre africain pour la recherche et le développement (Coraf), Sénégal. http://www.coraf.org/

Quelques centres nationaux

  • Institut de l’environnement et des recherches agricoles (Inera), Burkina Faso. http://www.inera.bf/index.htm
  • Centre national de la recherche appliquée au développement rural (Fofifa), Madagascar. http://www.refer.mg/madag_ct/rec/fofifa/index.htm
  • Institut d’économie rurale du Mali (IER), Mali. Cet institut diffuse une lettre d’information sur les biotechnologies. http://www.ier.ml/
  • Institut des sciences agronomiques du Rwanda (Isar), Rwanda. http://www.isar.cgiar.org/
  • Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra), Sénégal. http://www.isra.sn/
  • Institut togolais de recherche agronomique (Itra), Togo. http://www.itranet.tg

Structures d’appui

  • Le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI) Le GCRAI appuie 15 centres internationaux de recherche. http://www.cgiar.org/

On constate que les sites de ces instituts n’utilisent pas tous leurs plateformes web pour publier en texte intégral leurs documents et publications. Un souhait pour l’avenir?

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser