Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Bulletins thématiques le 12 avril 2012

Bulletin de veille – Spécial « Organisations paysannes » n°9

Inter-réseaux

PDF en bas de page. Vous trouverez ci-dessous le neuvième bulletin de veille de la série consacrée aux organisations paysannes (OP). Ce bulletin est organisé en différents chapitres :

GUIDES DE PRODUCTION/FORMATION – Les outils et supports techniques du PIP accessibles en un clic ! – Manuel sur les techniques de production, stockage et conservation des bulbes d’oignon – Maïs, niébé, mil, sorgho, riz, etc. : des vidéos en plusieurs langues – Transformation de céréales : deux guides, une affiche – Réalisation de manuels de production et de récolte du sésame au Burkina Faso – Outils de formation sur la production et la récolte de l’anacarde – Guide pratique sur la qualité des noix d’anacarde – Référentiel technico-économique de l’embouche ovine commerciale et bovine – Manuel d’irrigation goutte à goutte dans la Région de Zinder (Niger) – Techniques de conservation et gestion des matières premières et des produits transformés

ETUDES ET RETOURS D’EXPERIENCES – Vidéo sur les marchés en Afrique de l’Ouest : 4 études de cas (dont Ghana, Togo…) – Valorisation d’expériences paysannes (vidéos) – Etude sur la structure des prix du riz local au Burkina – Etat des lieux de l’organisation paysanne régionale Fagnimbogna (Madagascar)

SEMENCES ET INTRANTS – Un annuaire national sur la disponibilité en semences améliorées au Niger – Film sur la production de semences et de boutures certifiées au Bénin (PADER/FF-UE) – Épargne « Baoré » : La mise en place d’un service d’approvisionnement en intrants au Burkina

LABELLISATION ET INDICATION GEOGRAPHIQUE (IG) – Les clefs de la mise en place d’une indication géographique réussie – Manuel sur les IG pour les pays ACP – Valorisation du riz local en Guinée : caractéristiques du riz de mangrove et note d’analyse – Portail d’information sur la labellisation « développement durable »

NTIC ET AGRICULTURE – Les TIC pour l’agriculture et les moyens de subsistance : bilan des activités soutenues par l’IICD – Augmenter la production agricole à travers les TIC : enseignements d’un projet au Sud du Mali – La téléphonie mobile dans les zones rurales : une synthèse d’e-agriculture

BULLETINS D’OP – FENOP Infos, 1er trimestre 2012 (Burkina) – CNOP-Infos : un bulletin paysan malien – Paysans du monde : un bulletin d’Afdi Haut-Rhin – La voix du paysan congolais n°17 : promulgation de la loi agricole au Congo

Nous espérons que ces informations seront utiles à la fois aux responsables des OP, aux techniciens et animateurs d’OP, et plus largement à tous ceux qui accompagnent les producteurs et leurs organisations (ONG, services techniques, bailleurs, consultants, etc.).

Si vous avez connaissance d’autres documents intéressants pour les OP, nous vous invitons à nous en faire part, afin de pouvoir les partager dans nos prochains bulletins !

Bonne lecture,

L’équipe d’Inter-réseaux Développement rural. (inter-reseaux@inter-reseaux.org)

Guides de production/formation

Les outils et supports techniques du PIP accessibles en un clic !
Le site web du PIP est un des principaux outils d’assistance technique du programme PIP. Il permet à la filière horticole des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et plus particulièrement, aux bénéficiaires du programme, un accès aisé et rapide aux ressources documentaires, supports et outils développés spécifiquement en fonction de leurs besoins.
Ainsi, la rubrique « Ressources » du site propose des itinéraires techniques et guides de bonnes pratiques phytosanitaires issus du travail de la composante Recherche & Développement du PIP. Ces guides permettent aux producteurs d’adapter leurs pratiques dans le respect des exigences réglementaires européennes.
D’autre part, la cellule de formation du programme, vous permet de télécharger une série de supports et d’outils pédagogiques : des manuels, livrets et guides pédagogiques sur les principaux thèmes (démarche qualité sanitaire, traçabilité, usage sécurisé des pesticides, etc.), destinés aux cadres techniques des entreprises et aux experts formateurs mais aussi aux ouvriers et petits producteurs.
http://pip.coleacp.org/fr
Voir la rubrique « guides de production » :
http://pip.coleacp.org/fr/pip/guides-de-production
Voir la rubrique « système de formation du PIP » :
http://pip.coleacp.org/fr/pip/21575-systeme-de-formation-du-pip

Oignon

Manuel sur les techniques de production, stockage et conservation des bulbes d’oignon
I. Housseini, Projet de sécurité alimentaire « ARZIKI », CLUSA/USAID
Le Projet de sécurité alimentaire « ARZIKI » est mis en œuvre par la Ligue des coopératives des États-Unis d’Amérique (CLUSA). Sa zone d’intervention couvre 7 communes dans les départements de Filingué et Illéla, au Niger. Le présent manuel s’inscrit dans le cadre de la formation des représentants des organisations de producteurs dans les techniques post-récolte, de conditionnement et de conservation des bulbes d’oignon, afin de minimiser les taux de perte et d’augmenter la qualité et valeur des produits. Il comprend les chapitres suivants :

Céréales

Maïs, niébé, mil, sorgho, riz, etc. : des vidéos en plusieurs langues
Access Agriculture, 2011
Access Agriculture met en ligne des vidéos de formation pratique à destination des paysans. D’une dizaine de minutes, ces vidéos sont disponibles dans plusieurs langues (anglais, français, bambara, bomu, mooré et peulh) et sont regroupées dans sept catégories : terres arables, cheptel, poisson, gestion durable des terres, compétences en affaires, dynamique de groupe/coopérative, autre (adaptation au changement climatique).
La rubrique la plus complète pour le moment est celle des terres arables : des vidéos sur la culture du niébé, du maïs (striga), du sorgho et mil et du riz sont disponibles. Pour chacune des cultures, l’ensemble du processus est détaillé (dix vidéos pour le sorgho et mil). Il s’agit donc d’outils pédagogiques extrêmement utiles pour les OP. Il est possible de regarder les vidéos en streaming sur le site, de les télécharger ou de les commander en format VCD ou DVD.
http://www.accessagriculture.org/fr/index.htm

Sésame

Manuels de production et de récolte du sésame au Burkina Faso
GIZ, PDA, 2009
Dans le cadre de son appui à la filière sésame au Burkina Faso, le Programme Développement de l’Agriculture (PDA), en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, a réalisé des manuels de production et de collecte de sésame conventionnel et biologique pour les acteurs de la filière. Le manuel de production du sésame décrit les bonnes pratiques de production du sésame conventionnel et biologique. Le manuel de récolte du sésame traite des thèmes tels que les Bonnes Pratiques d’Hygiène (BPH) pendant les opérations de récolte et de post-récolte, y compris le stockage, ainsi que de la traçabilité du sésame. Les démarches à suivre pour l’expédition du sésame y sont également détaillés.
Télécharger le manuel de production (PDF, 8 pages) :
http://www.pda.bf/images/documents/sesame/manuel%20production%20sesame.pdf
Télécharger le manuel de récolte et post-récolte (PDF, 16 pages) :
http://www.pda.bf/images/documents/sesame/manuel%20collecte%20sesame.pdf

Anacarde

Outils de formation sur la production et la récolte de l’anacarde
GIZ, PDA, 2009
Dans le cadre de son appui à la filière Anacarde au Burkina, le PDA a réalisé plusieurs outils pratiques pour la formation des acteurs. Il s’agit de posters sur les bonnes et mauvaises pratiques de production, de collecte et de conservation de l’anacarde, ainsi que d’une boîte à image qui sert à former les producteurs d’anacarde illettrés et qui traite les thèmes de la production, de la collecte et de la conservation de l’anacarde.
Télécharger la Boîte à images (PDF, 23 pages) :
http://www.pda.bf/images/documents/anacarde/boite%20a%20images%20anacarde.pdf
Télécharger les posters (PDF, 1 page) :
http://www.pda.bf/images/documents/anacarde/bpa%20et%20conservation%20anacarde.pdf
http://www.pda.bf/images/documents/anacarde/mauvaises%20pratiques%20anacarde.pdf

Guide pratique sur la qualité des noix d’anacarde
GIZ, PDA, 2010
Le guide de formation sur la qualité de la noix brute de cajou illustre en images comment reconnaître la qualité des noix de cajou. Il décrit ce qu’est le KOR (Kernel Output Ratio), comment on le calcule et pourquoi il est important que tous les acteurs de l’anacarde le connaissent. Il s’agit donc d’un guide pratique et pédagogique à destination de tous les professionnels de cette filière. Le manuel a été développé conjointement par Inades Formation, l’Initiative pour le Cajou Africain (iCA) et le PDA.
Télécharger le manuel (PDF, 31 pages) :
http://www.pda.bf/images/documents/anacarde/comment%20reconnaitre%20la%20qualite%20anacarde.pdf

Élevage

Référentiel technico-économique de l’embouche ovine commerciale et bovine
Reca Niger, mars 2012
L’embouche ovine et l’embouche bovine sont des activités prévues par le PRODEX pour booster la production de viande de qualité et compétitive pour répondre à la forte demande nationale, sous- régionale et internationale de viande de mouton et de bovin d’origine nigérienne. Les deux filières, en dépit d’un potentiel énorme (notamment dans la production de viande bovine), sont confrontées à des contraintes similaires :

  • « l’absence d’un véritable réseau de producteurs spécialisés dans la finition des bovins de boucherie pour alimenter le marché de la demande extérieure ;
  • les difficultés d’approvisionnement en intrants d’élevage à temps voulu et à des prix compétitifs ;
  • la faible organisation de la filière dans tous les maillons des chaînes d’approvisionnement. »
    Le PRODEX a donc produit des référentiels technico-économiques sur ces deux pratiques, à partir d’une collecte d’informations sur les bonnes pratiques. Les deux guides sont ainsi destinés à guider les acteurs dans l’élaboration des dossiers d’embouche ainsi que dans la conduite pratique des opérations.
    Les deux guides sont conçus selon un plan similaire :
  • généralités sur l’embouche, caractéristiques du modèle ;
  • choix des animaux d’embouche ;
  • logement des animaux ;
  • équipement de l’atelier d’embouche ;
  • alimentation des animaux d’embouche ;
  • gestion économique et financière de l’unité.
    Le référentiel de l’embouche ovine comporte également un chapitre consacré au suivi sanitaire.
    Télécharger le référentiel de l’embouche ovine commerciale (PDF, 37 pages) :
    http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/DOSSIER_REFERENTIEL_EMB_OVINE.pdf
    Télécharger le référentiel de l’embouche bovine (PDF, 43 pages) :
    http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/DOSSIER_REFERENTIEL_EMB_BOVINE.pdf

Irrigation

Manuel d’irrigation goutte à goutte dans la Région de Zinder
Reca Niger, 24 février 2012
Ce manuel a été réalisé par la Cellule de recherche action concertée sur la gestion des ressources naturelles (CRAC-GRN) / SOS Sahel International Niger, en collaboration avec la Direction régionale du développement agricole de Zinder (DRDA). L’irrigation goutte à goutte est une technique qui consiste à mettre l’eau au pied de la plante, directement à la disposition des racines à l’aide d’un goutteur. Plusieurs systèmes d’irrigation goutte à goutte existent sur le marché avec des tailles et des prix différents, mais les principes de fonctionnement restent les mêmes.
Ce manuel constitue la capitalisation d’une expérimentation de plus de trois années menée conjointement avec les services du Développement Agricole de la région de Zinder dans quelques 367 villages où plus de 10 000 kits ont été installés. Les différentes étapes de la mise en place des dispositifs de « drip » sont illustrées par des dessins.
Télécharger le document (PDF, 20 pages) :
http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/Manuel_Irrigation_goutte_a_goutte_DRDAZinder_SOS_SAHEL_2008.pdf

Unités de transformation

Techniques de conservation et gestion des matières premières et des produits transformés
Afrique Verte, février 2011
AcSSA Niger a édité un ensemble de guides pratiques pour la formation des unités de transformation des céréales. Ce livret est consacré à la transformation et à la gestion des matières premières et produits transformés. Il commence par un tableau synthétique sur les principaux ennemis des stocks (rongeurs, insectes, humidité) et les moyens de lutter contre eux. Des dessins illustrent ensuite les principes fondamentaux du stockage et de la conservation (préparation du magasin, réception des sacs). Les principales techniques de traitement des stocks sont rassemblées dans un tableau. Enfin, le guide récapitule les aspects positifs et négatifs de la conservation des produits transformés.
Ce guide clair et synthétique constitue un outil pédagogique précieux pour les OP.
Télécharger le guide (PDF, 8 pages) :
http://www.afriqueverte.org/r2_public/media/fck/File/Documentation/UT-formation/stockage-cereales-brutes-ou-transformees-acssa.pdf
Voir la présentation des autres guides Afrique Verte dans le BDV OP n°8 (référence n°3) :
http://www.inter-reseaux.org/bulletin-de-veille/article/bulletin-de-veille-special-7388

Etudes et retours d’expériences

Documentaires et témoignages vidéo

Vidéo sur les marchés en Afrique de l’Ouest : 4 études de cas (dont Ghana, Togo…)
Agri ProFocus, IFDC, 5 mars 2012
IFDC a produit une vidéo sur quatre expériences de groupements agricoles en Afrique de l’Ouest, menées dans le cadre du projet 1000+, une initiative utilisant l’approche CASE fondée sur trois piliers :

  • développer des « clusters » d’agri-business à la base ;
  • créer des chaînes de valeur susceptibles de traverser les frontières ;
  • créer un environnement institutionnel favorable.
    Le documentaire donne la parole aux producteurs qui participent aux groupements suivants :
  • un groupement de production de riz dans le Nord du Ghana ;
  • un groupement de production de poivre également au Ghana, à Tamale ;
  • un groupement de production de maïs jaune au Sud du Togo ;
  • un groupement de production de soja en différents endroits du Togo ;
  • une dernière partie propose des comparaisons entre les quatre cas.
    Les personnes interviewées montrent comment l’adhésion au groupement leur a permis de développer leur production et d’accéder aux marchés, tout en témoignant des difficultés rencontrées (notamment les taxations abusives). Le documentaire a été réalisé en anglais, mais les personnes interviewées pour les deux derniers groupements du Togo, s’expriment en français.
    Regarder la vidéo (45 minutes) :
    http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/video-sur-les-marches-en-afrique

De nombreuses vidéos de valorisation d’expériences paysannes
Afdi, mars 2012
Afin de valoriser le potentiel de l’agriculture familiale en matière de développement, Afdi a décidé en 2011 de mettre en avant des « réussites paysannes » à travers des témoignages d’agriculteurs d’Afrique de l’Ouest. Avec l’appui de Jade Productions, Goulven Maréchal a réalisé de courtes vidéos mettant en avant des exemples concrets du travail des organisations paysannes au Burkina, au Bénin et au Mali. Au total, ce sont 15 initiatives locales qui sont présentées, dans les domaines de l’élevage, du conseil à l’exploitation familiales, de la production de semences, de karité, de riz, de lait, d’anacarde.
Voir les vidéos (de 3 à 9 minutes) sur le site Dailymotion :
http://www.dailymotion.com/playlist/x1xurj_Reseau-Afdi_reussites-paysannes/1#video=xizxop
Lire l’interview de Goulven Maréchal sur le site d’Inter-réseaux :
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/afdi-valorisation-d-experiences

Etude

Etude sur la structure des prix du riz local au Burkina
GIZ, PDA, 2012
En collaboration avec la Direction générale de la promotion de l’économie rurale (DGPER) du Ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique (MAH), le PDA a contribué à la réalisation d’une étude sur la structure des prix du riz local. Cette étude a été simplifiée et traduite en « français courant », pour en faire un document de vulgarisation. Le document aborde les coûts/bénéfices commerciaux dans la production, la transformation et la commercialisation du riz burkinabé. En outre, les circuits commerciaux avec leurs avantages comparatifs y sont exposés.
L’étude adresse les recommandations suivantes aux producteurs :

  • « poursuivre et étendre les initiatives de production de semences améliorées ;
  • renforcer l’encadrement dans les sites rizicoles pour favoriser l’adoption des bonnes techniques de production (production et utilisation de fumure organique) ;
  • recenser les expériences réussies en matière de production de riz et les partager ;
  • augmenter les surfaces moyennes des champs individuels dans le cadre des nouveaux projets d’aménagement ».
    Des actions devraient également être engagées dans le domaine de la transformation du paddy :
  • « encourager les initiatives de transformation à côté des principaux sites rizicoles du pays ;
  • renforcer l’organisation et la structuration de la filière et favoriser la commercialisation groupée du paddy par les organisations de producteurs ; -développer les relations contractuelles entre les transformateurs et les producteurs ».
    Le livret simplifié est en cours de restitution et de mise à disposition des différents maillons de la filière.
    Télécharger le livret (PDF, 44 pages) :
    http://www.pda.bf/images/documents/riz/livret%20structure%20des%20prix%20riz%20bf%202012.pdf

Retour d’expérience

Etat des lieux de l’organisation paysanne régionale Fagnimbogna (Madagascar)
Inter aides, association Haonasoa, fin 2011
Ce rapport établit un état des lieux complet, conduit en novembre 2011, de l’organisation paysanne Fagnimbogna. Il se compose d’un rapport de diagnostic des unions Fagnimbogna, d’un rapport de diagnostic de la fédération et propose une stratégie de développement pour l’organisation. Créée en 2009, la fédération regroupe une trentaine d’unions d’organisations paysannes. L’analyse s’est appuyée sur de nombreux ateliers et entretiens avec les responsables des unions, mais aussi des organismes partenaires.
Pour les unions, les principaux éléments de diagnostic positifs sont les suivants :

  • une redynamisation des groupements de base ;
  • une meilleure maîtrise de la facilitation de l’accès aux intrants agricoles pour les membres ;
  • un développement des relations de partenariat avec les organismes d’appui ;
  • des efforts de communication interne et avec la Fédération. Plusieurs blocages ont également été recensés :
  • un manque de leaders potentiels ;
  • une pro-activité compromise par un certain attentisme dans certaines unions ;
    Pour la fédération, l’étude note un renforcement de sa notoriété régionale et des progrès dans le processus d’autonomisation ; cependant, la fédération manque de leaders et une vision stratégique à long terme fait défaut, tout comme une circulation adéquate des informations et une pérennisation des appuis contractés.
    L’étude suggère les orientations stratégiques suivantes :
  • pour les unions, un renforcement de leur structuration, notamment en établissant des statuts et un règlement intérieur, et un développement institutionnel, par exemple en professionnalisant leur gestion institutionnelle ;
  • pour la fédération, un développement institutionnel notamment appuyé sur l’élaboration d’une charte de responsabilité clarifiant les rapports avec les unions, ainsi qu’un développement et une pérennisation des relations de partenariat.
    Enfin, l’étude formule un certain nombre de recommandations, en premier lieu l’établissement d’une convention cadre de partenariat entre Inter Aide et Fagnimbogna.
    Télécharger le document (PDF, 36 pages) :
    http://interaide.org/pratiques/sites/default/files/RAPPORT%20DIAGNOSTIC%20FAGNIMBOGNA%202011%20Final.pdf

Semences et intrants

Semences

Annuaire national 2011-2012 sur la disponibilité en semences améliorées au Niger
Ministère de l’Agriculture du Niger, janvier 2012
Le présent annuaire est élaboré par le Ministère de l’Agriculture pour servir de référence aux acteurs semenciers et faciliter la transaction semencière en ce sens qu’il permet aux utilisateurs de la semence améliorée de disposer de l’information sur les variétés, les quantités produites, les catégories, les lots disponibles, les détenteurs des lots et leur localisation. Cet outil constitue un répertoire donnant tous les lots de semences produites : semences de base (Recherche et fermes) et semences certifiées (R1 et R2) produites par les multiplicateurs faisant de la régénération de la semence de base.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article432

Film sur la production de semences et de boutures certifiées au Bénin (PADER/FF-UE)
Fidafrique, 20 février 2012
Fidafrique et l’UE ont financé, à travers le programme Facilité alimentaire, la production de semences certifiées de riz et de boutures certifiées de manioc. Cet ambitieux projet doit contribuer à faire du Bénin une puissance agricole dynamique à l’horizon 2015. Un film retrace le parcours et les résultats de cette initiative.
Voir le film (deux parties de 26 minutes chacune) :
http://www.fidafrique.net/article3176.html

Approvisionnement en intrants

Épargne « Baoré » : La mise en place d’un service d’approvisionnement groupé en intrants
Ingénieurs sans Frontières Canada, février 2012
La Coopérative Agricole du Passoré (CAP) de Yako, au Burkina Faso, a lancé au cours de la campagne 2011-2012 son service d’approvisionnement groupé en engrais, l’Épargne Baoré. Cette première expérience est présentée ici dans le but de partager la problématique qu’elle tente de résoudre, ses résultats après un an et ses perspectives pour la campagne à venir.
L’Epargne Baoré a trois objectifs :

  • améliorer la prévision et la gestion des charges d’intrants, tant au niveau du producteur que de la CAP
  • améliorer l’accès à l’engrais de qualité et dans les délais souhaités pour les membres de la CAP
  • faciliter la négociation d’un crédit intrants en réduisant le risque pour l’institution financière et la CAP par le prépaiement d’une partie du coût des engrais par les producteurs.
    L’Épargne Baoré présente une alternative au préfinancement des engrais agricoles à part entière en proposant aux producteurs de couvrir 60% du coût de leurs engrais avant la campagne à travers des versements sans calendrier fixe et de rembourser la balance au moment de la commercialisation en fin de campagne. Pour la campagne 2011-2012, ce service a permis d’approvisionner 426 producteurs membres de la CAP avec 45 tonnes d’engrais.
    L’initiative a globalement été un succès, notamment parce que « l’ouverture de comptes cogérés par chaque coopérative communale avec la CAP a contribué au climat de confiance, avec une centralisation des fonds au niveau provincial uniquement au moment de la demande de crédit ». Parmi les difficultés rencontrées, le document mentionne les craintes initiales des producteurs, qui devraient néanmoins être apaisées par le succès de l’expérience. La faible pluviométrie a également entraîné des difficultés dans le remboursement des 40 % de crédit en fin de campagne.
    Deux objectifs sont fixés pour la campagne 2012-2013 :
  • « compléter le cycle de l’approvisionnement en engrais jusqu’à la commercialisation à travers le remboursement des 40% en nature, tel qu’initialement prévu dans l’Épargne Baoré » ;
  • attirer un plus grand nombre de producteurs dans la coopérative, et adapter les capacités de gestion de celle-ci.
    Télécharger le document (PDF, 5 pages) :
    http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/epargne-baore-la-mise-en-place-d

Labellisation

Indication géographique

Les clefs de la mise en place d’une Indication Géographique réussie
ICTSD, avril 2012
Cet article est consacré à la notion d’indication géographique (IG). Très largement utilisée dans les pays européens, l’IG est encore embryonnaire en Afrique. Pourtant, elle permet de protéger de manière efficace un produit tout en en garantissant la qualité. Trois obstacles principaux à la mise en place d’IG en Afrique sont identifiés : « la nécessité d’une stratégie sectorielle axée sur le long terme, les problèmes liés à l’action collective et les ressources financières nécessaires pour surmonter ces problèmes ». En effet, les producteurs ont généralement des besoins de court terme, qui cohabitent mal avec une stratégie à plus longue échéance ; de plus, leur niveau d’organisation et, conséquemment, de ressources financières est souvent insuffisant pour ce type de projets. La création d’une IG sur l’huile d’argan, au Maroc peut servir de modèle. Cette réussite a été rendue possible par le soutien actif des autorités locales, en l’occurrence le Conseil régional de Souss-Massa- Drâa.
Cependant, note l’article, « la mise en place d’une IG n’est qu’une étape d’un processus de longue haleine et non un aboutissement en soi ». En effet, les frais légaux occasionnés par la défense de l’IG sont extrêmement importants.
http://ictsd.org/i/news/eclairage/103927/

Manuel sur les IG pour les pays ACP
oriGIn (Organization for an International Geographical Indications Network), décembre 2011
L’intérêt grandissant que suscitent les IG dans les pays ACP s’est traduit par plusieurs initiatives, dont un atelier technique ACP-UE organisé en mars 2009, associant le CTA, oriGIn, le Cirad et l’AFD et un forum internet. Dans le prolongement de ces travaux, oriGIn diffuse un Manuel sur les indications géographiques pour les pays ACP, qui « explore les problématiques clés concernant les IG, depuis les principales définitions indispensables à la compréhension de l’approche générale jusqu’aux différentes options légales disponibles pour protéger les IG au niveau national, et des instruments internationaux sur les IG aux aspects opérationnels de l’établissement et du développement d’IG dans une perspective de durabilité ».
Les conclusions sont les suivantes :

  • le lien entre le produit et son origine géographique est le point essentiel ;
  • l’IG s’appuie sur une coopération collective entre les personnes qui ont reçu, de génération en génération, le savoir lié à la production du produit, pour élaborer le cahier des charges ;
  • il faut ensuite s’assurer de la conformité de la production à ce cahier des charges, en établissant des organismes de contrôle : « construire une réputation prend des années – la détruire ne prend que quelques minutes » ;
  • « le produit doit être commercialisé à des acheteurs durables », afin d’assurer un retour suffisant aux producteurs et la pérennité du système.
    Les IG doivent être protégées par des systèmes légaux « sui generis », c’est-à-dire spécifiquement conçus pour répondre aux besoins des producteurs : dans ce domaine l’implication des autorités nationales est essentielle. En fixant de manière volontaire leurs propres normes de production, les producteurs offrent une garantie forte au consommateur, et font bénéficier le pays de production des retombées positives.
    Télécharger le manuel (PDF, 67 pages) :
    http://www.origin-gi.com/images/stories/PDFs/French/Publications_OriGIn/Manuel/practical%20manual%20on%20geographical%20indications%20for%20acp%20countries%20web_french.pdf

Riz de mangrove

Valorisation du riz local en Guinée : caractéristiques du riz de mangrove et note d’analyse
Gret, juin et décembre 2011
Le riz de mangrove (Bora Malé, c’est-à-dire « riz de vase ») produit en Guinée est depuis de longues années particulièrement apprécié des consommateurs locaux. Son originalité réside dans le fait qu’il est cultivé dans les mangroves, envahies par l’eau de mer en saison sèche puis par l’eau douce en saison des pluies. Le Gret propose à la fois une fiche complète sur les caractéristiques de l’espèce et une note sur les pistes de valorisation de sa production.
La fiche recense notamment un ensemble de bonnes pratiques concernant la production elle-même, l’étuvage, le décorticage et la commercialisation du Bora Malé. La production est limitée à la zone de mangrove guinéenne, et plus précisément les zones où pénètre l’eau de mer. Le produit est très connu en Guinée et immédiatement identifié par les consommateurs, ce qui se traduit par des prix plus élevés que pour les autres espèces. La fiche propose également une étude rapide de la filière de production et de commercialisation et formule un ensemble de recommandations en vue d’une labellisation.
La note envisage des pistes de réflexion pour une valorisation de la production, que ce soit par une IG ou par d’autres dispositifs. Les auteurs estiment que « tant du point de vue de la sécurité alimentaire, que du point de vue de la lutte contre la pauvreté, le développement d’une filière d’exportation – bien mené – peut constituer un atout certain pour le développement local ».
Les complexités légales liées aux différents types de labellisation sont explorées, pour conclure que la principale difficulté « réside dans la mise en œuvre opérationnelle de l’IG : portage par une association, respect des dispositifs de suivi et de contrôle, respect du cahier des charges, gestion transparente et animation interprofessionnelle. En cela, toute démarche collective nécessite un leadership fort de la part des parties prenantes, mais également un pilotage prudent de la démarche collective. »
Les auteurs proposent donc un projet pilote transversal pour structurer la filière ; parallèlement, une réflexion doit être engagée avec les producteurs, à travers un atelier, une analyse du potentiel de marché et une expérimentation. Ces démarches pourraient constituer le préalable à la création éventuelle d’une IG « Riz Bora Malé de la mangrove guinéenne ».
Télécharger la fiche (PDF, 14 pages) :
http://www.foodquality-origin.org/Guinee/10/Fiche-Riz-mangroveVFF.pdf
Télécharger la note de réflexion (PDF, 9 pages) :
http://www.mge-guinee.org/IMG/pdf/Note_Gret_riz_Bora_MalC__VJuin2011x.pdf

Label développement durable

Portail d’information sur la labellisation « développement durable »
Cnuced, mars 2012
Le portail sur la labellisation « développement durable » mis en place par le Cnuced « vise à promouvoir un cadre global et un ensemble commun de pratiques commerciales équitables (normes économiques, sociales et environnementales) qui permettent d’attester que les produits agricoles ont été produits et utilisés de manière durable − depuis la préparation des sols et l’ensemencement jusqu’à la production, la récolte, l’après-récolte et la distribution au consommateur final ».
Il permettra « aux acteurs de la chaîne d’approvisionnement agricole de mieux comprendre et évaluer ces labels » à travers trois objectifs :

  • « améliorer l’accès des acteurs de la chaîne d’approvisionnement en produits de base agricoles (producteurs, exportateurs, distributeurs et consommateurs) à des informations crédibles sur les labels de durabilité;
  • élargir l’accès de ces acteurs aux informations sur les programmes et initiatives de normalisation, en vue de contribuer à un développement durable;
  • analyser les ressources informationnelles concernant les labels de durabilité et les sources d’information connexes (initiatives de durabilité; travaux de recherche; orientations; etc.). »
    D’ores et déjà, plusieurs documents et manuels (en anglais) relatifs à la labellisation développement durable sont disponibles sur le site, qui se définit comme un véritable centre de ressources sur le sujet.
    http://193.194.138.42/fr/Portail-dinformation-sur-la-labellisation-developpement-durable/

NTIC et agriculture

Projets IICD

Les TIC pour l’agriculture et les moyens de subsistance – Les impacts et leçons tirées des activités supportées par l’Institut international pour la communication et le développement (IICD)
IICD, 2006
Ce livre fait partie de la série de publications mettant en évidence les leçons apprises et les réalisations de l’IICD et de ses partenaires utilisant les technologies de l’information et des communications (TIC) pour le développement agricole.
L’ouvrage formule un ensemble de recommandations concernant l’utilisation des TIC dans les projets de développement :

  • concevoir les projets de manière intégrée et participative ;
  • favoriser l’appropriation ;
  • adapter le contenu en tenant compte des besoins des utilisateurs finaux ;
  • prévoir le renforcement permanent des capacités ;
  • faire appel à différentes TIC ;
  • prévoir des mécanismes d’apprentissage et de partage des activités ;
  • intégrer les TIC au niveau de l’organisation ;
  • généraliser les TIC dans le secteur agricole, grâce à des normes communes et des systèmes partagés.
    Le livre lui-même se divise en quatre chapitres :
  • description des mécanismes généraux par lesquels les TIC peuvent contribuer à la réalisation de l’Objectif 1 des OMD ;
  • étude des problèmes en matière d’information et de communication propres au secteur agricole et exemples de projets soutenus par IICD qui répondent à ces problèmes ;
  • présentation des résultats du suivi-évaluation des mêmes projets, en particulier les incidences réelles des projets sur la pauvreté et aperçu des leçons apprises ;
  • conclusions et recommandations concernant l’efficacité avec laquelle les activités d’IICD et de ses partenaires permettent de réaliser les OMD.
    Télécharger l’ouvrage (PDF, 84 pages) :
    http://www.iicd.org/about/publications/icts-for-agricultural-livelihoods-impact-and-lessons-learned-from-iicd-supported-activities/Les%20TIC%20et%20les%20modes%20de%20subsistance%20agricole%202006.pdf

Augmenter la production agricole à travers les TIC
IICD, février 2010
A travers ce document, l’IICD se propose de transmettre les leçons apprises du projet Sissili Vala Kori (« La voix du paysan de la Sissili »), un projet d’information et de communication rurale développé dans le Sud du Burkina Faso par la Feppasi (Fédération provinciale des professionnels agricoles de la Sissili).
Les enseignements tirés du projet sont les suivantes :

  • le leadership visionnaire de l’initiateur du projet, Moussa Joseph Dagano, qui a très tôt compris les avantages du portable ;
  • les TIC comme accélérateur du développement : ils ont aidé à connecter la Feppasi au reste du monde ;
  • une intégration progressive des TIC dans l’organisation : la Feppasi a pu faire évoluer ses objectifs au fur et à mesure qu’elle assimilait les usages possibles des TIC ;
  • la confiance : les agriculteurs eux-mêmes s’approprient et créent les contenus ;
  • la force de l’image : les paysans se sentent valorisés lorsque leur champ est photographié ;
  • la durabilité financière à travers des cotisations et des services payants ;
  • le soutien et l’échange local, grâce à une mise en réseau des partenaires locaux.
    La prochaine étape du projet est une pleine utilisation de la base de données, qui « permettra de réaliser des calculs et des projections de rendement et de productivité pour l’ensemble de la province », et ainsi faciliter l’accès au crédit.
    « Les enseignements, conclut IICD, montrent que les succès atteints par les producteurs de la Sissili avec l’aide de la Feppasi ne sont pas uniquement le fruit de la technologie, mais surtout d’une vision claire sur l’objectif poursuivi par la fédération et sur la façon dont les TIC pouvaient y contribuer, en tenant compte de l’importance des formateurs locaux, des contenus développés localement, d’un appui local et en prévoyant la possibilité de recadrer l’objectif en fonction des circonstances ».
    Télécharger la note (PDF, 8 pages) :
    http://www.iicd.org/about/publications/augmenter-la-production-agricole-a-travers-les-tic/at_multi_download/files?name=Augmenter%20la%20production%20agricole%20%C3%A0%20travers%20les%20TIC.pdf

Téléphonie mobile

La téléphonie mobile dans les zones rurales
E-agriculture, 2011
Les communautés rurales ont pris conscience du potentiel de la téléphonie mobile, comme moyen de communication abordable et accessible, pour créer des opportunités économiques et renforcer les réseaux sociaux. Cette synthèse présente les avantages et limites de cette technologie sous une forme très concise. Elle s’ouvre par cette citation du prix Nobel Muhammad Yunus : « La manière la plus rapide d’échapper à la pauvreté aujourd’hui est de posséder un téléphone portable ».
Les avantages du portable en milieu rural sont les suivants :

  • « il fournit un canal de communication mondial direct aux communautés rurales ;
  • il étend l’impact des médias ruraux déjà existants, tels que la radio rurale ;
  • il rend disponible des contenus locaux ;
  • il rend les services plus efficaces (logistique, coordination, etc) et moins coûteux. »
    Naturellement, le service présente également des limites :
  • « des coûts élevés, en particulier pour les nouvelles générations d’appareil, et les compromis éventuels que doivent faire les personnes et les communautés rurales pour trouver des fonds pour acquérir et utiliser les téléphones ;
  • une couverture réseau limitée et une bande passante faible dans certaines zones rurales, qui peuvent mener à une marginalisation accrue de certaines personnes et groupes ;
  • une aptitude limitée des personnes rurales à utiliser la technologie, en particulier pour les applications plus compliquées qui concernent les images, les données GPS, etc. ;
  • une prise de conscience faible des avantages potentiels de la technologie ;
  • les limites de la technologie, telles que la restriction à 140 caractères pour les SMS (impact sur le partage d’informations complexes) et le manque de disponibilité de textes en caractères de langues autres que latines ».
    A l’avenir, la téléphonie mobile pourrait jouer un rôle dans la planification et la gestion des catastrophes, contribuer au développement de l’entreprenariat rural. Des systèmes vocaux de réponse aux SMS pourraient également permettre de surmonter l’obstacle de l’illettrisme.
    La note suggère plusieurs pistes pour tirer le meilleur parti du portable dans la perspective du développement rural, comme la promotion de politiques adaptées, la diffusion des bonnes pratiques et la création d’applications sur mesure pour les communautés rurales.
    Télécharger la note (PDF, 4 pages) :
    http://www.e-agriculture.org/sites/default/files/uploads/media/mobile_fr_2ed.pdf

Bulletins paysans

Fenop Infos 1er trimestre 2012 (Burkina)
Fenop, 28 février 2012
Voici le sommaire du dernier numéro de Fenop Infos :

  • Edito, « Vous avez dit agriculture familiale ? » : pour la protection de l’agriculture familiale contre les accaparements ;
  • Campagne « Nous sommes la solution » : compte-rendu d’un atelier d’échanges sur une campagne des femmes rurales ;
  • Des céréales qui changent le monde : une chronique sur l’implication des OP dans la gestion de la sécurité alimentaire ;
  • Fiche technique : mise en place d’une pépinière d’oignon hivernale en zone sahélienne et soudano-sahélienne
  • Affrontement meurtrier autour de la terre au Sénégal : un compte-rendu des événements tragiques survenus à Fanaye Diéry, au Sénégal, lors d’une protestation de la population contre l’octroi de 20 000 hectares à une société italienne de production d’éthanol.
    Télécharger le numéro (PDF, 8 pages) :
    http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/FENOP_Info_mars_2012.pdf

CNOP info : un nouveau bulletin paysan malien
Roppa, janvier 2012
CNOP-Infos est de retour. Au sommaire de ce numéro :

  • un éditorial déplorant le retard pris par l’application de la loi d’orientation agricole du Mali, pourtant votée en 2006, alors que l’Etat s’empresse d’ouvrir la porte aux investisseurs étrangers ;
  • la déclaration et le plan d’action de la conférence internationale paysanne « Stop à l’accaparement des terres » ;
  • le compte-rendu d’un raid policier lancé les 23 et 24 juillet 2011 contre sept villages, sous le prétexte d’un conflit local, qui a aboutit à la mort d’un homme et à de nombreuses destructions ;
  • une présentation de l’association des pêcheurs paysans au Mali (Apram).
    Télécharger le bulletin d’information (PDF, 5 pages) :
    http://www.roppa.info/IMG/pdf/CNOP-INFOS_No01.pdf

Paysans du monde
Afdi Haut Rhin, 1er trimestre 2012
Le dernier numéro de la lettre Afdi Haut-Rhin, « Paysans du monde », est paru. Le sommaire comprend notamment :

  • des témoignages sur la journée de réflexion Afdi organisée le 29 janvier sur le thème « Elaborer un cadre de travail pour la mise en place d’un deuxième partenariat » ;
  • un dossier sur les OP face aux pressions foncières en Afrique de l’Ouest, reprenant le bulletin de synthèse Inter-réseaux de décembre 2011 sur la souveraineté alimentaire ;
  • un article sur la structuration de la filière riz au Mali, à travers la mise en place de cadres de concertation entre acteurs ou interprofessions.
    Télécharger la lettre d’information (PDF, 5 pages) :
    http://www.afdi-opa.org/images/uploaded/admin0509/Pages_reseau_Afdi/PDM%2030.pdf

La Voix du Paysan Congolais n°17 : Vives réactions autour de la loi agricole
La Voix du paysan congolais, février 2012
Ce premier numéro de l’année 2012 de La Voix du paysan congolais donne une large part à la promulgation, le 24 décembre 2011, de la loi portant les Principes fondamentaux relatifs au secteur agricole. L’éditorial avertit que le combat ne fait que commencer : en effet, cette loi, qui doit entre autres protéger les paysans congolais contre les accaparements, attend de nombreux décrets d’application pour entrer véritablement en vigueur. Ce numéro donne la parole à la Confédération nationale des producteurs agricoles (Conapac), qui se félicite de la promulgation d’une loi que le monde paysan n’attendait plus, mais aussi à la Fédération des entrepreneurs congolais (FEC) qui déclare la loi « inconstitutionnelle » et craint qu’elle ne dissuade l’investissement étranger.
Le deuxième grand sujet de ce numéro est la mécanisation, à laquelle le forum de Lubumbashi, tenu en janvier, a été consacré. La mécanisation est en effet demeurée très embryonnaire en RDC, et constitue l’un des principaux défis du développement agricole. Relevons également un article consacré à la professionnalisation comme outil d’autonomisation du paysan congolais.
Enfin, la dernière partie est consacrée aux nouvelles des provinces.
Télécharger le numéro (PDF, 24 pages) :
http://lavoixdupaysancongolais.files.wordpress.com/2012/02/la-voix-du-paysan-congolais-nc2b0-17-fc3a9vrier-2012-rdc-agriculture.pdf

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser