The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 21 janvier 2009

Politiques agricoles en Côte d’Ivoire

Politique agricole et rurale nationaleCôte d’Ivoire

_ En Côte d’Ivoire, près de 60% de la population vit en milieu rural, et 30.7% du PIB est issu du secteur agricole. L’histoire des politiques agricoles en Côte d’Ivoire rejoint assez largement celle des autres pays d’Afrique de l’Ouest.
Jusqu’en 1985, les plans quinquennaux généraux fixaient, entre autre, les grandes orientations agricoles, mais les Plans d’ajustement structurels (PAS) ont remis en cause cette approche dans la décennie 90, et l’État s’est peu à peu retiré de la gestion du monde agricole, au profit du secteur privé. Aujourd’hui, les choses évoluent encore, l’État reprend pied dans le monde agricole et tente une gestion associée au secteur privé, car les ajustements structurels n’ont pas eu les effets escomptés et la récente crise alimentaire a accentué les difficultés du monde agricole ivoirien. Surtout, la crise politique interne rend encore plus difficile l’élaboration de politiques agricoles efficaces pour le pays. Et la Côte d’Ivoire prend un retard croissant en matière de développement agricole, au regard de ses voisins ouest-africains.
Le texte principal donnant les grandes orientations du secteur agricole est le Plan directeur du développement agricole (PDDA) qui couvre la période 1992/2015. Ce plan correspond au volet agricole de la Stratégie de relance économique de la Côte d’Ivoire, il repose ainsi sur des initiatives nationales globales :

  • le Plan de stabilisation et de relance de l’économie (PSRE, 1990) ;
  • le Plan de relance de l’économie à moyen terme (PREMT, 1991).

Le PDDA est le programme central des politiques agricoles en Côte d’Ivoire. Il a été approuvé en Conseil de ministres en juillet 1993, mais n’a pas été adopté par le Parlement, ce qui en limite sa portée. Ce PDDA est cependant l’instrument de référence en matière d’agriculture, d’élevage, de pêche et de forêt. Il présente les grandes perspectives de la politique agricole du pays : amélioration de la compétitivité ; auto-suffisance et sécurité alimentaire ; diversification poussée des productions agricoles ; développement des pêches maritimes, lagunaires et continentales ; réhabilitation du patrimoine forestier.
Plusieurs lois spécifiques découlent de ce programme, notamment la loi sur les coopératives (1997), la loi portant domaine foncier rural (1998) et création d’un fonds de développement agricole (2001).
La politique agricole étant considérée comme le vecteur le plus efficace pour diminuer la pauvreté, le PDDA sert également de base à des textes de lutte contre la pauvreté, tels que le Plan national de lutte contre la pauvreté (PNLCP, 1997/2000) et le Document stratégique de réduction de la pauvreté intérimaire (DSRP-I, 2002).
Enfin, le PDDA sert également de support aux stratégies sectorielles agricoles comme la Stratégie sectorielle coton (SSC, 2006) ; dans le secteur du café-cacao, un projet de loi devrait être présenté prochainement.
Les organisations professionnelles, et en particulier l’Association nationale des organisation professionnelles agricoles de Côte d’Ivoire (Anopaci), évoquent la nécessité d’élaborer une Loi d’orientation agricole (LOA) pour le pays. En réponse à cette demande, le ministère de l’Agriculture ivoirien s’est engagé en 2008 a évaluer le PDDA. Le document qui doit en être tiré devrait constituer l’avant-projet de la Loi d’orientation agricole ivoirienne. Cette évaluation est aujourd’hui toujours en cours.

Les dossiers de politiques agricoles en ligne :

Plan directeur de développement agricole (PDDA)
Loi d’orientation agricole (LOA)
Code foncier rural
Fonds interprofessionnel de recherche et de conseil agricole (FIRCA)
Programme national d’investissement agricole 2010-2015 (PNIA)
Document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP)
Stratégie sectorielle coton
Dernières actualités de politiques agricoles en Côte d’Ivoire

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser