Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 30 juin 2014

Note de partage d’expérience de warrantage de l’UCP de Djidja (Bénin)

UCP de Djidja

Organisations paysannesWarrantageBéninCapitalisation d’expérience

LE WARRANTAGE DU MAÏS (Zea mays), DU SOJA (Glycine max) ET DE LA LENTILLE DE TERRE (Macrotyloma geocarpum) A L’UNION COMMUNALE DES PRODUCTEURS DE DJIDJA (UCP-DJIDJA) : EXPERIENCES ET DIFFICULTES.

Par Mikhaïl PADONOU (Chargé de Programme de l’UCP-Djidja) et Eloi DJODJO (Gérant de l’UCP-Djidja)

1. Justification du warrantage à l’UCP

Le choix du warrantage est motivé par plusieurs situations. En effet, elle découle de la volonté de l’UCP d’aider à l’amélioration des revenus de ces producteurs membres face à la ruse des usuriers de crédits, des commerçants intermédiaires comme grossistes. En effet, il est de coutume dans la commune de Djidja que la plus grande partie de la production vivrière et des légumineuses (plus de 80 %) est bradée pour des commerçantes et commerçants venus des communes environnantes voire de la sous-région. Ce qui fait que malgré le titre de « grenier du zou » qui est décerné à cette commune, beaucoup de producteurs achètent à des prix parfois deux à trois fois plus élevés de vivres et de légumineuses en période de soudure. Or, ce qui conduit plus les producteurs à se mettre sous l’emprise de ces commerçants et des usuriers est leur difficulté d’accès aux crédits. Les producteurs pris individuellement ne pourront accéder à des crédits auprès de la Caisse Locale de Crédit Agricole et Mutuelle (CLCAM) qui est l’institution financière de proximité qui se trouve dans la commune faute de caution bancaire ou de garantie. Aussi, cette activité qui envisage la promotion des cultures vivrières constitue-t-elle une alternative à la production cotonnière. Le warrantage qui est aussi connu comme « crédit stockage » est un moyen pour conserver les produits pour le producteur, histoire de l’aider à les vendre relativement plus chers, et pour limiter les risques d’impayés pour l’IMF et aussi permettre la disponibilité de ce produit pendant les périodes de soudure pour les populations locales. […]

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser