Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Ressources le 19 octobre 2011

L’action de la fédération d’organisations paysannes FIFATAM dans le domaine du foncier

Fert

Foncier et politiques foncièresOrganisations de producteurs et de productricesMadagascarDocument de capitalisation

La réforme foncière initiée en 2005 à Madagascar marque un véritable tournant dans la gestion des terres du pays. La terre n’est plus présumée appartenir à l’Etat, et des centaines de paysans ont désormais accès à la procédure de certification foncière, moins longue et plus accessible que l’acquisition de titres fonciers. Les collectivités locales décentralisées (communes) se sont vues accorder de véritables pouvoirs dans la délivrance des certificats.
Mais la crise politique ainsi que l’arrêt du projet MCA, principal bailleur de fonds de la réforme, en juillet 2009, ont perturbé le bon déroulement de la réforme. Des guichets fonciers ont dû arrêter leur fonctionnement par manque de moyens et de personnel compétent. Quelques communes ont réussi à s’organiser afin de maintenir un service foncier de proximité. La solution la plus adéquate semble être la mise en place d’une fiscalité locale, qui permettrait de pérenniser le fonctionnement des guichets fonciers et leur donnerait une autonomie financière. Mais il reste encore à organiser des vastes campagnes d’information et de sensibilisation auprès des populations pour que celles-ci comprennent l’importance et l’enjeu d’une telle fiscalité.
Dans ce contexte, la fédération FIFATAM joue un rôle crucial auprès des paysans de la région Amoron’i Mania. En tant qu’interface entre les paysans et les services techniques, elle permet de faciliter le dialogue entre les deux parties. Egalement, son accompagnement des paysans dans leur démarche d’immatriculation et/ou de certification foncière, et son suivi des dossiers permettent d’accélérer nettement la procédure et de se positionner comme un acteur incontournable du foncier en Amoron’i Mania. Enfin, au niveau national, FIFATAM relaie les attentes et les besoins des paysans dans le cadre de la SIF, qui mène des actions de plaidoyer et de lobbying auprès du ministère. Aujourd’hui, la priorité affichée du PNF n’est pas d’installer à tout va des guichets fonciers sur l’ensemble du territoire malgache, mais plutôt de faire une « pause » dans la réforme foncière afin de capitaliser les acquis. Cette réflexion est en effet nécessaire et permettra de faire évoluer la réforme dans la bonne direction. Le travail de capitalisation sur les actions de FIFATAM dans le domaine du foncier est ainsi en parfaite synergie avec la stratégie nationale. Elle a permis de faire ressortir l’importance des actions de la fédération pour les paysans, ainsi que les principaux problèmes rencontrés par la réforme. La priorité actuelle est donc de se concentrer sur ces problèmes et d’engager une véritable réflexion intégrant les différents acteurs concernés (Ministères, Services techniques, ONG, Fédérations d’OP, Paysans…) afin d’atteindre l’objectif d’une sécurisation foncière optimale à Madagascar.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser