The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 23 août 2012

Fonds documentaire sur la sécurité alimentaire au Sahel

Sécurité alimentaire et nutritionnelleSahel

Cette page rassemble, organise et présente des informations jugées utiles et intéressantes sur la thématique de la sécurité alimentaire au Sahel.

Analyses sur la crise alimentaire au Sahel en 2012

Bulletin de synthèse Hors série – “La crise alimentaire, pastorale et nutritionnelle au Sahel en 2012”
Inter-réseaux lundi 7 mai 2012
A un rythme de plus en plus soutenu, les pays sahéliens connaissent des crises alimentaires d’ampleur croissante. La crise actuelle concernerait près de 15 millions de personnes et pourrait être fortement aggravée par les conséquences nationales et régionales de la crise politique malienne. La malnutrition sévère touche plus d’un million d’enfants. Hormis en zone pastorale fortement affectée par la sécheresse, la production agricole se situe dans la moyenne des dernières années. Cette crise montre ainsi qu’en situation moyenne, le Sahel est en crise alimentaire et que ses politiques publiques ne sont pas en capacité de faire face à ces situations habituelles, non exceptionnelles, sans recourir à l’aide internationale. Elle montre aussi que la crise est principalement induite par la dégradation continue des systèmes de vie des populations pauvres, accélérée par la difficulté des systèmes de réponses aux crises à soutenir les populations vulnérables, avant qu’elles ne mettent en œuvre des stratégies de survie qui compromettent leurs capacités ultérieures d’affronter des chocs.
http://www.inter-reseaux.org/bulletin-de-veille/article/bulletin-de-synthese-hors-serie-la

Dossier de Rural 21 : Regardons de plus près la Sécurité alimentaire
Rural 21, juillet 2012
Ce dossier est consacré à la problématique de la sécurité alimentaire en Afrique. Au sommaire, sept articles : Deux crises alimentaires en trois ans : un risque pour la sécurité alimentaire ; Croissance de la demande de biocarburants et prix internationaux des produits alimentaires ; Une simple question d’offre et de demande ; De la pertinence de la spéculation ; Que nous réserve l’avenir ? ; Afrique : Les facteurs internes sont déterminants ; Les greniers de village – Une assurance contre l’insécurité alimentaire.
http://www.rural21.com/nc/francais/news/detail/article/regardons-de-plus-pres-securite-alimentaire- 0000381/

Cahiers Agricultures : la sécurisation alimentaire en Afrique : enjeux, controverses et modalités

Cahiers Agricultures, vol. 21, n°5, septembre-octobre 2012
Au sommaire de ce numéro :

  • Les nouvelles frontières de la sécurité alimentaire (Pierre Janin, Sandrine Dury)
  • Sécurisation alimentaire et innovations dans l’agriculture et l’agroalimentaire : vers un nouvel agenda de recherche ? Une revue de la littérature (Jean-Marc Touzard, Ludovic Temple)
  • La répétition des crises alimentaires et nutritionnelles au Niger : la rénovation urgente des politiques de sécurité alimentaire (Denis Michiels, Johny Egg, Roger Blein)
  • À quoi servent les indicateurs nutritionnels ? (Vincent Bonnecase
  • Souveraineté alimentaire et droit à l’alimentation : pour une refonte des politiques de sécurité alimentaire (Angèle Postolle, Pauline Bendjebbar)
  • Le « paradoxe » de Sikasso (Mali) : pourquoi « produire plus » ne suffit-il pas pour bien nourrir les enfants des familles d’agriculteurs ? (Sandrine Dury, Ibrahima Bocoum)
  • Disponible alimentaire et productivité agricole en Afrique subsaharienne (Michel Benoit-Cattin, Bruno Dorin)
  • Effets comparés des politiques publiques sur les marchés du riz et la sécurisation alimentaire en Afrique de l’Ouest : dépasser le débat libéralisation versus protection (Frédéric Lançon, Patricio Mendez del Villar)
  • Comparaison de plusieurs scénarios de lutte contre l’insécurité alimentaire au Mali (Françoise Gérard, Sandrine Dury, Jean-François Bélières, Manda Sadio Keita, Michel Benoit-Cattin)
  • Agriculture vivrière : les Africains confrontés à des choix controversés de modèles agricoles (Sibiri Jean Zoundi)
    http://www.jle.com/fr/revues/agro_biotech/agr/sommaire.md

    Humanitaire en mouvement (URD) : Crise alimentaire au Sahel

    URD, Octobre 2012, 32 p.
    Au sommaire de ce numéro :

  • Edito de François Grünewald
  • Sahel : des réponses qui ont du mal à trouver leurs marques (François Grünewald)
  • Discours d’ouverture de Mme Alice Martin-Daihirou lors de la conférence “Crise alimentaire en bande sahélienne” (Alice Martin-Daihirou)
  • Ré-axer le ciblage des acteurs du développement sur les plus pauvres au Sahel pour bâtir une résilience durable (Cyprien Fabre – Eric Pitois)
  • Les multiples fronts de la lutte contre la sous-nutrition (Christina Lionnet)
  • Messages clés de la conférence “Crise alimentaire en bande sahélienne” (François Grünewald)
  • Adaptation d’un programme de réhabilitation face à la crise au Burkina Faso (Bonaventure G. Sokpoh)
  • La résilience : concept porteur ou mot à la mode ? (François Grünewald – Jeroen Warner)
  • Focus bibliographique sur la crise alimentaire au Sahel
  • Actualités de Humanitaires en mouvement n°10
    http://www.urd.org/IMG/pdf/URD_HEM_10_FR.pdf

Document stratégique 2012. Préparation pour une crise alimentaire et nutritionnelle au Sahel et les pays limitrophes
IASC, Dakar, décembre 2011, 49p.
Ce rapport du groupe Inter Agences présente le diagnostic de la situation dans les différents pays et esquisse une stratégie de réponse.
http://ochaonline.un.org/OchaLinkClick.aspx?link=ocha&docId=1297194

Les marchés sahéliens sous haute tension
Oxfam, ROPPA, RBM, APESS, POSCAO et WILDAF, mai 2012, 14p.
Cette note d’information associant Oxfam, le ROPPA, le RBM, l’APESS, la POSCAO et WILDAF fait état du risque croissant de crise alimentaire qui menace les populations du Sahel. Aux faibles niveaux de récolte s’ajoutent d’autres facteurs aggravants : prix élevés des céréales, difficultés d’approvisionnement du marché (aggravées par les conflits), tarissement des sources de revenus alternatives. La situation menaçant de s’aggraver, ces organisations insistent sur la nécessité à court terme de soutenir le pouvoir d’achat des populations et le fonctionnement du marché régional, et à moyen terme de renforcer les capacités de régulation des marchés nationaux et régionaux.
http://www.oxfam.org/fr/policy/marches-sahel-sous-haute-tension

Réflexions basées sur un examen multi organismes de la crise alimentaire au Sahel
C. Amaral (FAO), G. Eilerts (USAID), L. Ibrahim (FEWSNET), J. Luma (WFP), J. Senahoun (FAO), juin 2012, 22 p.
Depuis le début de la crise au Sahel, on assiste à une divergence entre les analyses des organismes onusiens (FAO, PAM) et celles d’autres agences telles que Fewsnet : les premières jugent que la situation de la sécurité alimentaire et de la malnutrition est particulièrement aiguë, généralisée et grave par son ampleur ; les secondes l’identifient moins comme une crise aiguë et plus comme un problème chronique
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/JointSahelTeam_Report_FRANCAIS-1-2.pdf

Interview de Lapodini Marc Atouga sur les enjeux de sécurité alimentaire

CSAO, avril 2012
Lapodini Marc Atouga, Commissaire de la CEDEAO en charge de l’agriculture, de l’environnement et des ressources en eau, fait un bilan de l’ECOWAP, la politique agricole de la CEDEAO, en rappelant que les PNIA doivent encore se traduire en projets concrets. Il aborde également des aspects sous-sectoriels (la priorité à donner au riz, les attentes du secteur de l’élevage) et les questions de coordinations des différentes organisations et politiques régionales.
http://www.portailouestafrique.org/opinions/interviews/enjeux-de-s%C3%A9curit%C3%A9-alimentaire

Opinions divergentes sur la gravité de la crise alimentaire au Sahel

Agritrade, 4 juin 2012
Agritrade relève dans un article les contradictions entre les différentes analyses de la situation alimentaire au Sahel. Fewsnet, la FAO et les organisations humanitaires ne semblent pas s’accorder sur le degré de sévérité de la crise alimentaire, ni l’orientation des actions à entreprendre.
http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Produits-de-base/General/Opinions-divergentes-sur-la-gravite-de-la-crise-alimentaire-au-Sahel

Crise alimentaire dans le Sahel Cinq étapes pour rompre le cycle de la faim en 2012
Oxfam, ROPPA, RBM 9 avril 2012
Oxfam, ROPPA, RBM, APESS, POSCAO et WILDAF publient une note d’information rappelant les origines et impacts des crises alimentaires au Sahel. Cinq enjeux majeurs sont évoqués pour endiguer la crise actuelle et se prémunir contre la situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle chronique dans la région : mobilisation rapide de fonds, ciblage des populations les plus vulnérables, appui au fonctionnement du marché régional, renforcement du leadership et de la coordination, et amélioration de la résilience des populations.
http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/ib-food-crisis-sahel-09042012-fr.pdf

Note sur la crise alimentaire en cours au Sahel
F. Galtier, 14 février 2012, 6p. Franck Galtier, 15 février 2012 Cette brève note vise à « donner quelques éléments de diagnostic de la crise alimentaire en cours dans la région du Sahel ». L’auteur note le paradoxe que constitue le contraste entre des prix particulièrement élevés et une production en augmentation. Ce décalage peut, note Franck Galtier, s’expliquer soit par le fait que les prix sont déconnectés des fondamentaux – auquel cas des actions de correction peuvent être apportées, notamment grâce aux stocks – soit par le fait que les données de production sont trop optimistes. L’auteur prédit que les hausses de prix se poursuivront au cours des prochains mois, notamment en raison de la tendance à la hausse des prix du riz importé.
Les conséquences seraient d’abord un accès plus difficile à l’alimentation des ménages les plus défavorisés. Or, souligne l’auteur, cette situation a des effets structurels sur la situation de ces ménages, à travers le phénomène de décapitalisation : les ménages pauvres sont contraints de vendre une partie de leurs actifs pour traverser la crise, et éprouvent ensuite de graves difficultés à reconstituer leur capital. A moyen terme, c’est donc la sécurité alimentaire de la région qui est en danger. L’auteur conclut donc qu’un « modèle de gestion des crises basé seulement sur l’aide d’urgence ciblée n’est pas durable ». La réponse doit être double : en amont, « plafonner la hausse des prix en ayant recours à la détaxe voire à la subvention des importations », afin de limiter la décapitalisation ; en aval, « mettre en place un filet de sécurité visant à recapitaliser les ménages ayant une faible résilience », notamment grâce à des transferts prolongés d’actifs.
Télécharger la note (PDF, 6 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Note_sur_la_crise_alimentaire_au_Sahel.pdf

The crisis in the Sahel
Humanitarian Exchange Magasine, Issue 55, Septembre 2012
Ce numéro de « Humanitarian Exchange Magasine » est dédié à la crise humanitaire au Sahel. Dans l’article principal, Peter Gubbles, explique comme cette dernière crise résulte d’un déficit de résiliences, plutôt que des conséquences d’un choc majeur tel une sécheresse ou une pénurie alimentaire. Lors que les prix alimentaires sont montés, suite à la récolte médiocre de 2011, une grande partie des ménages, fragilisés par les crises à répétition de ces dernières années, n’ont pas eu les moyens d’assurer une couverture alimentaire appropriée. Le conflit malien est venu compliquer ultérieurement la situation. La publication continue avec une suite d’articles sur les réponses en cours et les mécanismes de ciblage (notamment HEA) et prévention.
http://www.odihpn.org/humanitarian-exchange-magazine/issue-55/the-crisis-in-the-sahel

Sécurité alimentaire : l’information pour la prise de décision

UE, FAO, 2012
Le Centre d’apprentissage du programme « CE-FAO : faire le lien entre l’information et la prise de décision pour améliorer la sécurité alimentaire » offre des cours d’autoformation en ligne relatifs à la sécurité alimentaire. Ces cours offrent un apprentissage électronique interactif et individualisé, pour répondre aux exigences de formation des réseaux et des systèmes d’information de la sécurité alimentaire aux échelons national et local.
Voici quelques exemples des formations délivrées : « Préparer un rapport sur la sécurité alimentaire », « Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire », « Techniques de collaboration et de plaidoyer », « Evaluation et analyse de la vulnérabilité ».
http://www.foodsec.org/dl/elcpages/food-security-learning-center.asp?pgLanguage=fr&leftItemSelected=food-security-learning-center

Bulletin d’ECDPM : CAADP and Food Security

GREAT Insights vol.1, issue 7, ECDPM, septembre 2012, 24p.
Le think tank européen ECDPM consacre son numéro de “Great insights” à la thématique du « PDDAA et de la sécurité alimentaire ». Au sommaire de ce numéro :

  • une interview de Martin Bwalya du NEPAD ;
  • le PDDAA en un mot (Dolly Afun Ogidan, ECDPM) ;
  • action commune pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (David Nabarro, Nations Unis) ;
  • la sécurité alimentaire en Afrique de l’Est (Scott Allen, TMEA) ;
  • le point de vue d’un bailleur sur le PDDAA (M. Calon et H. Blom, Ministère des Affaires étrangères néerlendais) ;
  • les priorités en termes d’investissement dans le PDDAA (M. Mugoya, EAFF) ;
  • la recherche agricole en Afrique (K. Ulmer, APRODEV) ;
  • les défis et l’énorme potentiel pour la technologie des portables dans l’agriculture africaine (S. Bartlett, Esoko) ;
  • la sécurité alimentaire en Afrique (R. Saner, C. Tsai et L. Yiu, CSEND) ;
  • la coopération Sud Sud entre le Brésil et l’Afrique (M. Farani et P.A. Arraes, Agence de coopération brésilienne) ;
  • Se préparer au décollage (D. Afun-Ogidan, ECDPM).
    http://www.ecdpm.org/Web_ECDPM/Web/Content/Download.nsf/0/B89615788FCE1B91C1257A8000441595/$FILE/GREAT1-7final.pdf

ECDPM: Regional approaches to food security in Africa

European Center for Development Policy Management, Octobre 2012, 48 p.
Après un accent mis sur les initiatives nationales pour remplir les objectifs du PDDAA, l’accent est de plus en plus mis sur la nécessité de travailler sur les aspects régionaux du PDDAA. Ce document aborde le cas de l’Autorité Intergouvernementale de Développement (IGAD), organisation régionale de la Corne de l’Afrique, avec l’objectif de nourrir la discussion parmi les acteurs impliqués, afin de contribuer au processus de consultation autour de la mise en place du PDDAA au niveau régional. Il fait également un inventaire des autres initiatives régionales de sécurité alimentaire, et leurs liens possibles avec le PDDAA.
http://www.ecdpm.org/Web_ECDPM/Web/Content/Download.nsf/0/719580110B4B52B1C1257AA3003BD0C4/$FILE/12-128e-%20FINAL%20d.d%2010121026.pdf

Déclaration « musclée » du NEPAD : il faut sortir du « business as ususal » !

NEPAD, septembre 2012
Cette déclaration du NEPAD plaide pour que « les pays africains ne se placent pas dans une perspective de dépendance vis à vis des approvisionnements extérieurs qui deviennent de plus en plus instables ». Pour le NEPAD, « l’augmentation des rendements reste la pierre angulaire de la stratégie de croissance de la production ». Il encourage ainsi « l’acquisition d’engrais et l’accès aux autres intrants agricoles grâce à des subventions intelligentes (smart subsidies) si les marchés ne fonctionnent pas assez bien ». Mais surtout, « le monde et notre continent ont besoin de solutions fondées sur une approche nouvelle de l’aide au développement : la coordination à tout prix peut être paralysante et contre-productive. […] Il ne faut plus attendre un accord global pour sauver des populations de la faim ». « Il faut donc, pour redynamiser nos agricultures déployer des méthodes et moyens qui ont eu du succès dans le domaine de la santé. […] C’est ce que nous demandons pour le financement d’un fonds de subvention aux engrais, en partenariat avec les firmes qui s’engagent pour un partage de la charge mais aussi des bénéfices. » « Il convient de sortir du « business as usual » et accepter que la mise en place de mesures préventives ambitieuses restera toujours moins couteuse que la gestion des crises a posteriori. […] Le prix de l’inaction est toujours plus élevé que celui de l’innovation. »
En français :
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/declaration-nepad-ua-sur-les
En anglais :
http://www.nepad.org/fr/node/2816

Crises pastorales

« Insécurité et crise pastorale dans le Sahel : les éleveurs pasteurs appellent à l’aide »

Réseau Billital Maroobé, 22 mars 2012
Dans ce document de plaidoyer, le Réseau Billital Maroobé expose les éléments d’insécurité grandissante auxquelles les éleveurs pasteurs du Sahel sont confrontés depuis un an, mais de façon alarmante depuis début 2012, du fait des conflits armés sévissant au Nord Mali. Cela venant d’ajouter à un contexte d’insécurité alimentaire omniprésent du fait de la mauvaise saison pluvieuse de 2011-2012.
Ce document de plaidoyer est donc d’une part un état des lieux synthétique de l’état d’insécurité alarmante dans laquelle les éleveurs-pasteurs se trouvent aujourd’hui, une mise en avant des risques encourus par ces populations compte tenu des menaces de l’instabilité malienne sur la paix et la sécurité de l’ensemble des pays frontaliers (Niger, Mauritanie, Burkina Faso en particulier), mais surtout un appel que lance le Réseau Billital Maroobé au nom de tous les éleveurs pasteurs de la sous-région, à l’endroit des gouvernements et instances sous-régionales (Cedeao en particulier) mais aussi de la communauté des bailleurs de fonds au sens large, pour une action urgente, adaptée et coordonnées afin de porter assistance au pastoralisme en danger en Afrique de l’Ouest.
Ce document de plaidoyer est à diffuser largement dans vos réseaux.
Télécharger le plaidoyer (PDF, 4 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Plaidoyer_pour_le_pastoralisme.pdf

La gestion et la prévention des crises pastorales sahéliennes Tisser des partenariats pour améliorer la complémentarité entre les dispositifs publics de prévention et de gestion des crises alimentaires et les stratégies des pasteurs
IRAM, février 2012
Dans le cadre de la journée d’études du GI « Les ONG de développement face à l’urgence : enjeux et stratégies d’adaptation », l’IRAM porte une attention particulière aux crises pastorales, souvent négligées par les acteurs de l’aide.
Ce document porte sur une action d’amélioration de la prévention des crises pastorales, menée de façon conjointe par le Réseau Billital Maroobé (RBM, réseau des organisations d’éleveurs et pasteurs d’Afrique de l’Ouest), OXFAM (confédération internationale d’ONG spécialisée dans les campagnes de plaidoyer) et l’IRAM (bureau d’études associatif investi dans la coopération internationale au développement). La conclusion principale de l’étude est que, en vue de renforcer la prévention des crises, il est nécessaire d’opérer un rapprochement entre acteurs de l’urgence et du développement, avec une plus forte inclusion des acteurs publiques et des acteurs des systèmes agro-pastoraux.
http://www.iram-fr.org/pdf-publications/563.pdf

Les éleveurs du Sahel face à la crise pastorale de 2009
Réseau Billital Maroobé, AGRIDAPE, octobre 2011
Le Réseau Billital Maroobé dédie un numéro spécial de sa revue AGRIDAPE à la crise pastorale de 2009. Dans la publication on trouve une analyse de la crise et des réactions de la part des pasteur et des pouvoirs publiques. Selon les auteurs la crise pastorale de 2009/2010 a confirmé la résilience des populations pastorales et leurs capacités d’adaptation face à l’inadéquation des politiques d’aide d’urgence. Dans ce sens, les autorités publiques devraient aller dans le sens d’une majeur complémentarité avec les stratégies des pasteurs, ce qui augmenterait l’efficacité des interventions.
http://www.maroobe.org/IMG/pdf/Numero_Special_AGRIDAPE_final.pdf
Lire le communiqué de presse sur l’atelier de restitution de l’étude
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_Declaration_de_l_atelier_de_restitution_de_l_etude_sur_le_pastoralisme_face_a_la_crise_au_Sahel.pdf

Situation de la campagne agropastorale 2012/2013

Avis sur les résultats préliminaires de la campagne agricole 2012-2013 au Sahel et en Afrique de l’Ouest : De bonnes perspectives des récoltes au Sahel et en Afrique de l’Ouest dans un contexte marqué par des taux de malnutrition élevés

CILSS, 26 novembre 2012
Le CILSS dresse un premier bilan de la campagne agricole de 2012 en Afrique de l’Ouest et ses impacts sur les marchés et les prix. Ce document rappelle les principaux facteurs (pluviométrie, situation phytosanitaire…) qui ont influencé les résultats des agriculteurs. La réunion du CILSS note que les perspectives de récoltes sont globalement bonnes, notamment grâce à une pluviométrie élevée, et en progression par rapport à la campagne précédente. La situation alimentaire est plutôt positive également, grâce au concours des gouvernements et des partenaires, mais les questions de nutrition restent d’actualité. Le document termine alors par des recommandations à l’usage des gouvernements et des instances régionales (UEMOA et CEDEAO).
Lire l’avis (3p) :
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/Avis_resultats_preliminaires_campagne_2012-2013_VFinale.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Campagne agricole au Niger : Résultats provisoires 2012 – 2013

RECA Niger, 26 Novembre 2012
Le Ministère de l’Agriculture du Niger se livre au même type d’exercice, et relate la campagne agricole de 2012, et ses bons résultats permis par des conditions favorables (bonne pluviométrie, développement végétatif satisfaisant et situation phytosanitaire sous contrôle) et des appuis de l’Etat. Le Ministère chiffre alors les prévisions de récoltes et dresse quelques recommandations aux pouvoirs publics pour la suite de la campagne.
Le résumé du rapport sur le site du RECA :
http://www.reca-niger.org/spip.php?article530
Rapport d’évaluation préliminaire (42p) :
http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/Evaluation_Preliminaire_Oct_2012_VF.pdf

Bulletin Agrhymet de suivi de la campagne agropastorale en Afrique de l’Ouest

N°08, Agrhymet, septembre 2012
Ce bulletin est consacré au suivi de la campagne agropastorale en Afrique de l’Ouest. Le mois de septembre 2012 a été caractérisé par une poursuite des pluies sur l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel. Les niveaux de la plupart des cours d’eaux sont satisfaisants en dépit du retrait des eaux des terres inondées qui se poursuit. Les perspectives de bonnes récoltes se confirment dans la plupart des pays. Le début du dessèchement de la végétation pourrait provoquer une concentration des populations du criquet pèlerin et favoriser la formation de quelques essaims qui pourraient se déplacer vers l’Afrique du Nord et du Nord-Ouest.
Lire le bulletin (6p.) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Bulletin_mensuel_AGRHYMET_Sept_2012.pdf

Bulletin Aghrymet : suivi de la campagne agropastorale en Afrique de l’Ouest

N°6, Aghrymet, août 2012, 8p.
Le centre régional Agrhymet fournit une analyse mensuelle des conditions agro-climatiques et du déroulement de la campagne agropastorale. Le mois d’août 2012 a été caractérisé par une poursuite des pluies abondantes par endroits dans le Sahel et par des niveaux des cours d’eaux élevés malgré un début de retrait des eaux des terres inondées. De bonnes perspectives de récolte se dessinent dans l’ensemble des pays du CILSS. Toutefois, les conditions hydriques sont toujours favorables au développement et à la reproduction du criquet pèlerin.
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/bulletin_aout2012.pdf

Rencontre PREGEC : Avis sur les perspectives agricoles de récoltes de la campagne agricole 2012/2013 au Sahel et en Afrique de l’Ouest
CILSS, septembre 2012, 3p.
Au regard de l’évolution actuelle de la saison, les perspectives des récoltes sont globalement bonnes dans la région. Le niveau de production céréalière attendue dans la région Sahel et Afrique de l’Ouest pour la campagne agricole 2012-2013 se situerait entre 57 et 64 millions de tonnes, ce qui correspondrait à un accroissement de production de 5 à 17% par rapport à l’année dernière. Ces chiffres sont indicatifs et doivent être confirmés par les résultats des enquêtes agricoles qui seront disponibles en octobre 2012.Toutefois, les pertes liées aux inondations des parcelles et les dégâts éventuels causés par les ennemis des cultures sont des facteurs de risque à considérer. Par ailleurs, on note en particulier des zones à risque de faible production de biomasse, notamment dans la région de Matam au Sénégal, certaines zones du Sud Est mauritanien, la zone de Mopti au Mali, l’Est du Burkina, le Nord Ouest du Nigéria, les régions de Tillabéri, Dosso et Tahoua au Niger.
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/avis_pregec_dakar_sept2012.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Niger: Pronostics de la campagne agricole 2012
Ministère de l’agriculture du Niger, septembre 2012
L’installation de la campagne agricole d’hivernage 2012 a été précoce dans la zone agricole nonobstant les poches de sécheresse ayant occasionné des resemis ou retards de semis dans les régions de Dosso, Niamey et de Tillabéri. Comparée à l’année passée et à la même période, le cumul pluviométrique au 31 juillet 2012 est globalement excédentaire avec toutefois, des déficits très significatifs au niveau de la région de Dosso et au Nord de la région de Maradi (départements de Dakoro et Mayahi). Le développement des cultures ou développement végétatif est jugé satisfaisant. Il est en avance par rapport à celui observé l’année dernière à la même période et même à ce qui est observé habituellement. Toutefois, certaines zones connaissent des retards de croissance du fait du lessivage des sols, de l’abondance et de la régularité des précipitations.
Lire le résumé : http://www.reca-niger.org/spip.php?article506
Lire le rapport complet (16p.) http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/Evaluation_Mi_Parcours_310712.pdf

Persistance de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle critique et extrême, malgré les efforts d’assistance aux populations vulnérables

CILSS, FEWSNET, FAO, PAM, juin 2012
Cette note de deux pages, publiée à l’issue de la réunion restreinte du Dispositif régional de prévention et de gestion des crises alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest (PREGEC) de début juin, rend compte de l’état des marchés agricoles, de la situation de crise alimentaire et nutritionnelle de la région et des prévisions pour le secteur agricole en 2012. Le PREGEC livre des recommandations pour renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et soutenir l’agriculture.
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/avis_juin_2012_Niamey.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Réunion de haut niveau sur la crise alimentaire et nutritionnelle des Etats membres de la CEDEAO, de l’UEMOA et du CILSS

CEDEAO, UEMOA, CILSS, juin 2012
A l’initiative de la CEDEAO et de I’UEMOA, s’est tenue le 5 Juin 2012 à Lomé une réunion de Haut Niveau des Ministres de l’Agriculture, du Commerce et de l’Intégration Régionale des pays de la région sur la crise alimentaire et nutritionnelle et ses implications régionales. L’objectif de cette réunion était de faire le point des mesures déjà engagées aux niveaux national, régional et international et de susciter les mesures additionnelles d’urgence qui s’imposent ainsi que des mesures structurelles (long terme) pour une meilleure prévention des crises alimentaires et nutritionnelles.
Pour lire le communiqué final (7 p.) :
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/Communique_final_haut_niveau.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Réunion de crise de la CEDEAO, UEMOA, CILSS (4-5 juin 2012)

Les 4 et 5 juin derniers s’est tenue à Lomé une réunion de haut niveau entre les Etats d’Afrique de l’Ouest, ainsi que le Tchad et la Mauritanie sur la situation de crise alimentaire et nutritionnelle. Cette réunion devait dresser un tableau des mesures déjà prises pour enrayer la crise aux niveaux national, régional et international. A partir de ce récapitulatif ont être proposées un ensemble de mesures de gestion et de prévention à instaurer. Les documents préparatoires de ces rencontres sont disponibles.
Rapport sur la situation agricole et alimentaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest (16 p.) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Doc-Tech-FINAL.pdf
Note d’orientation de la réunion (5 p.) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Note-orientation_FINAL.pdf
Conclusions et recommandations de l’atelier préparatoire des experts :
http://portails.cilss.bf/spip.php?article228 Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Sécurité alimentaire au Sahel : niveau de vulnérabilité au Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso, Sénégal et Mauritanie

Cilss, avril 2012
Ce document présente les niveaux de vulnérabilité au Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso, Sénégal et Mauritanie. Ces données sont issues des travaux de la Cellule régionale d’analyse (CRA) du Cadre harmonisé, en vue des réunions régionales PREGEC. Il s’agit d’un point très complet sur la situation en mars 2012, complété par des projections pour le mois de juin. Le document est présenté sous forme très synthétique et illustré de cartes.
Télécharger le document (PDF, 28 pages) :
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/Presentation_analyse_cadre_harmonise_mars2012.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Rencontre CILSS: Bilan de la campagne agropastorale 2011-2012
Novembre 2011, 57p.
Les pays du CILSS constatent une baisse importante de la production agricole et une dégradation des conditions pastorales
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/CR_Reunion_Cotonou.pdf

Document stratégique 2012. Plan de réponse face à la crise alimentaire et nutritionnelle au Sahel
IASC, Dakar, décembre 2011, 34p.
Ce rapport du groupe Inter Agences complète le précédent en actualisant le diagnostic et en formulant la stratégie de réponse à la crise alimentaire et à la crise nutritionnelle.
http://ochaonline.un.org/OchaLinkClick.aspx?link=ocha&docId=1321825

Résultats de la campagne agropastorale 2011-2012 au Niger
Ministère de l’agriculture du Niger, octobre 2011
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Resultats_provisoires_Campasto__2011_26_10_CorVF.pdf

Insécurité alimentaire critique (phase 3) dans une grande partie de la bande sahélienne

Cilss, avril 2012
Le Cilss, dans un bulletin spécial, fait le point sur la crise qui frappe le Sahel : « trois pays font face à une situation difficile, la Mauritanie, le Mali et le Tchad où se combinent des facteurs négatifs d’ordre naturel et socio-politique » mais « des taux de malnutrition aiguë proches du seuil d’urgence sont notés dans presque toutes les régions du Niger ainsi qu’au Burkina dans le Sahel, le Mouhoun et la Tapoa » ; « deux autres sont dans une situation intermédiaire : le Burkina Faso et le Niger » ; « enfin, le Sénégal présente une situation contrastée ». Le document inclut la situation alimentaire projetée en juin 2012, ainsi qu’un état des lieux sur les marchés en mars, et émet une série de recommandations.
Télécharger le document (PDF, 4 pages) :
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/bulletin_Cadre_Harmonise_avril_2012.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Crise au Sahel : réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires à Paris les 12-13 avril 2012

RPCA ,17 avril 2012
Dans son communiqué final, le RPCA attire l’attention sur la baisse de la production céréalière dans les pays du Sahel, qui est inférieure à la moyenne des cinq années précédentes. Il s’inquiète également d’une situation pastorale très précaire, du niveau élevé des prix alimentaires et de la situation au Nord du Mali. Ses recommandations portent sur la mise en œuvre de plans d’urgence, pour juguler l’insécurité alimentaire, la mise en place d’un appui aux producteurs pour la prochaine campagne et enfin des investissements de long terme pour développer la résilience des populations et prévenir de futures crises.
Télécharger le communiqué (PDF, 1 page) :
http://portails.cilss.bf/spip.php?article215 Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Prévention des crises : note aux décideurs (Cilss)

Cilss, janvier 2012
La 27ème réunion annuelle du RPCA s’est tenue du 8 au 10 décembre 2011 à Praia (Cap-Vert). Cette note résume les conclusions et les recommandations formulées à l’issue de la rencontre.
Concernant la situation alimentaire et nutritionnelle, trois constats ont été formulés :

  • des déficits céréaliers nets et une faible production de biomasse dans la plupart des pays du Sahel ;
  • des prix à tendance haussière, en particulier dans les zones touchées par la sécheresse
  • une situation qui pourrait évoluer en crise alimentaire dans les poches de vulnérabilité.
    Un point a également été fait sur la Charte régionale pour la prévention et la gestion des crises alimentaires, adoptée à Conakry le 17 novembre. Les participants ont également souligné l’importance de la transformation et passé en revue les initiatives réussies en la matière, notamment la transformation du manioc au Nigéria et de la banane au Sénégal. Enfin, des politiques encourageant la sécurité agro-alimentaire ont été suggérées.
    La note se conclut par une série de recommandations à tous les acteurs concernant la situation alimentaire et nutritionnelle, la Charte et la transformation agro-alimentaire.
    Télécharger la note (PDF, 4 pages) :
    http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/note_RPCA_janvier_2012_web.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Note conjointe sur l’évaluation des marchés et la situation alimentaire au Sahel (Cilss, FAO, Fewsnet, Pam)

Cilss, 31 janvier 2012
Cette note fait le point sur les marchés alimentaires du Sahel. Elle inclut notamment un graphique retraçant l’évolution des prix du mil au détail entre 2006 et 2012, qui fait apparaître une récente tendance à la hausse.
Les points saillants de l’enquête sont les suivants :

  • situation alimentaire critique confirmée dans certaines zones localisées (bande sahélienne au Tchad, extrême Nord de Tillabéri, Centre de Tahoua et Est de Zinder au Niger, bande sahélienne du nord des régions de Koulikoro, Ségou et Mopti au Mali, Nord, Sahel et Plateau central au Burkina Faso, Sud-est de la Mauritanie) ;
  • les marchés peuvent assurer la disponibilité alimentaire dans la majeure partie de la région à l’exception du sahel tchadien, s’ils ne subissent aucune entrave ;
  • le niveau anormalement des prix des denrées alimentaires est anormalement élevé ;
  • en perspective, une dégradation de la sécurité alimentaire dans ces zones est prévisible, si les actions d’atténuation programmées ne sont pas mises en œuvre à temps.
    En conclusion, les organisations formulent notamment les recommandations suivantes à l’endroit des gouvernements :
  • lever les interdictions de sortie des produits alimentaires ;
  • élaborer un plan national de soutien aux populations vulnérables au Tchad ;
  • poursuivre l’assistance aux populations à travers des opérations de travaux de haute intensité de main d’œuvre, de transfert ciblé, de mise en place et de renforcement de banques céréalières villageoises et des moyens d’existence dans les zones affectées ;
  • sensibiliser les éleveurs et/ou initier des programmes pour le déstockage du bétail afin de minimiser les pertes éventuelles ;
  • améliorer la disponibilité en aliment bétail ;
  • approvisionner les populations affectées en semences pour la prochaine saison pluviale.
    Télécharger le document (PDF, 6 pages) :
    http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/NOTE_DE_SYNTHESE_SUR_LA_SITUATION_ALIMENTAIRE_CILSS_FAO_FEWS_NET_PAM_JANVIER_2012_vf.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Marchés et réponses à la crise alimentaire en Mauritanie

ACF, CSA Mauritanie, WFP, janvier 2012
Cette étude approfondie fait le point sur les manifestations et les conséquences de la crise alimentaire en Mauritanie. Un ralentissement des importations a été constaté en 2011, alors que la Mauritanie dépend à 90 % des importations pour sa consommation céréalière. Dans le même temps, « le prix des céréales sèches a considérablement augmenté en zone d’agriculture pluviale, témoignant de tensions sur les marchés de la zone et au Mali voisin, également touché par la chute de production céréalière ». La hausse des prix entraîne la vente massive de petits ruminants par les petits exploitants, qui enclenche un cercle vicieux : « la filière bétail n’offrira que peu d’opportunité de générer des revenus monétaires au cours des mois à venir, limitant ainsi l’accès alimentaire des ménages vulnérables ».
Pour juguler la crise, le gouvernement a mis en place le plan Emel, qui prévoit la mise en vente à prix modérés de 140 000 tonnes de céréales, principalement achetées sur les marchés extérieurs en raison des tensions sur les prix en Afrique de l’Ouest. Les transferts, dont une partie sera de nature monétaire, seront ciblés sur les populations et les zones les plus vulnérables.
En conclusion, l’étude formule trois recommandations :

  • favoriser l’importation des céréales par la suspension des taxes et la lutte contre les pratiques anormales ;
  • faciliter la transhumance vers les pays voisins pour limiter la suroffre de bétail sur le territoire mauritanien ;
  • conduire une étude rapide de la filière de la viande séchée pour orienter la mise en œuvre d’interventions de déstockage.
    Télécharger l’étude (PDF, 40 pages) :
    http://documents.wfp.org/stellent/groups/public/documents/ena/wfp244031.pdf

Les enjeux de la résilience

Échapper au cycle de la faim : Les chemins de la résilience au Sahel
P. Gubbles, Groundswell International, septembre 2011
Le Sahel a été victime, en 2005, en 2008 et en 2010 de crises alimentaires majeures, mais l’insécurité alimentaire et la malnutrition ne sont pas des phénomènes sporadiques : même les bonnes années, de nombreuses personnes au Sahel doivent lutter pour leur survie. Le rapport de Peter Gubbles vise à analyser les causes structurelles de cette insécurité chronique, et les changements intervenus depuis 2005 dans les politiques et programmes d’aide au Sahel.
http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/rr-escaping-hunger-cycle-sahel-food-security-260911-fr.pdf

Ending the Everyday Emergency: Resilience and Children in the Sahel
Save the Children, World Vision, juillet 2012, 68p.
Pour fournir une aide adapté il faut sortir des paradigmes traditionnels urgence/développement pour embrasser une approche multisectorielle qui sache lier urgence, développement et prévention des crises futures. Les actions devraient ainsi être axées sur la prévention de la malnutrition, l’appui à l’agriculture familiale, les transferts sociaux, la réduction de la volatilité de prix alimentaires, les actions de prévention. C’est ce que défend cette étude récente menée par Peter Gubbels sous l’égide de Save the Children et World Vision. Selon l’auteur la crise alimentaire au Sahel doit être reconsidérée à la lumière le concept de résilience, c’est-à-dire comme une crise complexe dont les causes sont à chercher dans les problèmes structuraux de la région, qui ont entamé la capacité des populations à faire face aux chocs.
Version anglaise : http://www.savethechildren.org.uk/sites/default/files/docs/Ending_the_Everyday_Emergency.pdf
Version française : http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/SC_WVI_2012_Mettre_Fin_a_l_Etat_d_Urgence_Quotidien.pdf

The road to RESILIENCE : Converging Actors, Integrating Approaches
Care, URD, Wageningen University, novembre 2011, 16p.
Depuis quelques années, et de manière plus importante suite à la crise alimentaire actuelle au Sahel, on entend fréquemment parler de résilience, un concept qui gagne en importance dans la conception des réponses aux crises humanitaires. Cependant, ce terme est encore quelque peu nébuleux, et souvent mal compris.
Pour avancer dans la définition d’une nouvelle approche dans la réponse aux crises complexes, basé sur le concept de résilience, les membres du projet RESILIENCE , financé par Europe-Aid, ont organisé le 24 novembre 2011, un débat réunissant des représentants d’ONG, du réseau Croix Rouge, de la Commission Européenne (DG ECHO et DEVCO ) et d’instituts de recherche
http://www.urd.org/IMG/pdf/Report_RESILIENCE_Workshop_24-11-11.pdf

ECDPM: Resilience in EU international cooperation: a new fad?

ECDPM, 12 octobre 2012
Le mot « résilience » est en tête de liste des nouvelles expressions à la mode dans la coopération internationale. Beaucoup de décideurs, y compris la Commission Européenne, l’utilisent abondamment dans leurs documents stratégiques et de communication. Mais, pour l’auteur de cet article, peu d’efforts ont été faits jusqu’à présent pour donner une définition opérationnelle à ce concept, et la plupart des acteurs utilisent le mot sans aucun cadre conceptuel précis, ni aucune indication sur la façon de le traduire en pratique.
http://www.ecdpm-talkingpoints.org/resilience-in-eu-international-cooperation-a-new-fad/

The characteristics of resilience building – A discussion paper”
Interagency Resilience Working Group, février 2012, 12p.
Ce rapport est le résultat d’un atelier qui a eu lieu le 8 février 2012 avec la participation des représentants de : ActionAid, CDA Collaborative Learning Projects, CAFOD, Care, Christian Aid, Concern Universal, DFID CHASE, Global Network of CSOs for Disaster Reduction, HelpAge, Plan, Practical Action, Save the Children, Self Help Africa, Tearfund, IR WorldWide, World Vision, WWF. Ces organismes se sont réunis sous l’initiative de l’Interagency Resilience Working group1 (PPA Resilience learning Partnership Group ; Bond Disaster Risk Reduction Group, Bond Development and Environment group). L’objectif de ce travail était d’avancer dans la définition des stratégies de construction de la résilience.
http://community.eldis.org/?233@@.5ad4406d!enclosure=.5ad4406e&ad=1

La Crise Alimentaire et Nutritionnelle au Sahel : L’urgence d’appuyer la résilience des populations vulnérables
FAO, juillet 2012, 82p.
L’agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié en juillet 2012 son cadre stratégique de réponse régionale pour le Sahel. L’idée centrale du document est que la réponse ne doit pas se limiter à la phase d’urgence, mais qu’elle doit essayer de résoudre les problèmes structurels (taux de pauvreté et de malnutrition, explosion démographique, changement climatique, faiblesse des investissements agricoles, désertification) de l’insécurité alimentaire dans la région avec une stratégie sur le long terme.
http://www.fao.org/fileadmin/user_upload/sahel/docs/Cadre%20strate%CC%81gique%20Sahel%20juillet%202012.pdf

The road to resilience Bridging relief and development for a more sustainable future
IFRC discussion paper on resilience – June 2012 L’objectif de ce document est de définir la position du IFRC (Fédération Internationale des Sociétés de la Croix Rouge et du Croissant Rouge) par rapport à la résilience, un concept qui émerge parmi les intervenants contre la crise en Afrique de l’Ouest. Dans ce but, les auteurs cherchent à clarifier ce qu’ils entendent par résilience, quelle stratégie ils préconisent pour la renforcer et quels résultats ils attendent au niveau des communautés. Chaque concept est accompagné d’un exemple tiré de l’une des actions de la Croix Rouge Internationale
Télécharger le rapport complet (32p. 1,65Mo) : http://www.ifrc.org/PageFiles/96178/1224500-Road%20to%20resilience-EN-LowRes%20%282%29.pdf
Lire la fiche de lecture proposée par Inter-réseaux (2p.) : http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/IFRC_resiliencevp.pdf

AGIR : Alliance globale pour l’Initiative Résilience – Sahel
En réponse à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition chroniques, l’initiative AGIR (Alliance globale pour l’Initiative Résilience – Sahel) vise à promouvoir une plus grande résilience des populations vulnérables en mettant en harmonie les réponses à l’urgence et celles s’attaquant aux causes profondes structurelles. En ligne avec les principes de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide, cette alliance globale prône une bonne synergie et une coordination entre les partenaires en vue d’une meilleure efficacité de l’action collective en matière de sécurité alimentaire. Cette initiative, guidée par l’Union Européenne, est le résultat d’une consultation de haut niveau avec les organisations régionales ouest-africaines, la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS, dans laquelle les trois organisations régionales accueillent favorablement cette initiative ambitieuse.
http://ec.europa.eu/echo/news/2012/sahel_conference_2012_fr.htm

Déclaration commune sur le renforcement de la résilience pour faire face à la crise alimentaire au Sahel

Commission européenne, juin 2012
La réunion extraordinaire de la Commission Européenne du 18 juin 2102 a abouti à une déclaration commune : AGIR Sahel (Alliance Globale pour l’Initiative Résilience). Devant la situation alimentaire et nutritionnelle préoccupante au Sahel, cette déclaration lance un partenariat entre les gouvernements, les organisations humanitaires, les agences onusiennes et d’autres organisations internationales comme la Banque mondiale, la Banque africaine de Développement, l’Organisation de coopération islamique et deux organisations régionales, la CEDEAO et l’UEMOA. Ce nouveau partenariat a un objectif principal : faire en sorte que les populations du Sahel puissent faire face à de futures sécheresses.
http://ec.europa.eu/echo/news/2012/sahel_conference_2012_fr.htm

Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest

Le Burkina Faso accueille, du 4 au 8 décembre, la première Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, organisée par le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO) avec la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS. Cette semaine, placée sous le signe de l’intégration régionale, a servi de cadre au lancement de l’initiative pour la résilience AGIR en Afrique de l’Ouest, à la 12e réunion ordinaire du comité des partenaires du CILSS, et au forum du Club « peuplement, marché et sécurité alimentaire ». Il s’est tenu également une réunion du groupe d’orientation politique du Club pour examiner les travaux de 2011-2012 et discuter du programme 2013-2014. En outre, le Club accueille tout au long de la semaine la 28e réunion annuelle du réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA, animé par le CILSS avec l’appui du CSAO).
Pour consulter la présentation et le programme de la Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest :
http://www.oecd.org/fr/sites/semainedusaheletdelafriquedelouest/#d.fr.217313
Pour consulter la présentation et les documents relatifs à la 28e réunion du RCPA :
http://portails.cilss.bf/spip.php?article263 Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)
Pour consulter la déclaration commune relative à l’initiative AGIR (4p.) :
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/FR_Declaration_Ouagadougou_CD.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)
Pour consulter le communiqué sur la situation agricole et les perspectives alimentaires et nutritionnelles au Sahel et en Afrique de l’Ouest (RPCA) (3p.) :
http://portails.cilss.bf/IMG/pdf/Communique_final_RPCA_FR.pdf Lien corrigé (vérifié le 29/11/2020)

Communication de la Commission aux décideurs européens : leçons de l’approche résilience

Union Européenne, 3 octobre 2012
Dans ce document court à destination du Conseil et des parlementaires européens, la Commission européenne présente et plaide pour une approche de la sécurité alimentaire fondée sur le concept de résilience. Face aux crises récurrentes, l’aide d’urgence est nécessaire, mais elle doit être complétée par une aide de long terme, visant à renforcer la résilience des populations, c’est-à-dire leur capacité à résister à un choc et à se remettre rapidement du choc. Deux initiatives européennes pour soutenir la résilience de la Corne de l’Afrique et du Sahel sont rappelées ici : Share et Agir. Des leçons sont tirées de ces deux expériences, débouchant sur dix propositions.
Pour consulter la communication de la Commission Européenne (14p.) :
http://ec.europa.eu/europeaid/what/food-security/documents/20121003-comm_fr.pdf
Pour consulter les documents clés sur l’initiative AGIR/Sahel :
http://www.oecd.org/fr/csao/dossiers/agir.htm

Résilience: nouvelle utopie ou nouvelle tyrannie? Réflexions sur les potentiels et les limites du concept de résilience par rapport aux programmes de réduction de la vulnérabilité.
Institute of Development Studies, Centre for Social Protection, Septembre 2012, 61p
La résilience est un concept qui gagne importance dans les secteurs du développement et de la réduction de la vulnérabilité, tels que la réduction des risques de catastrophes, l’adaptation au changement climatique et la protection sociale, tant que bailleurs et ONG tendent de plus en plus à traiter ces sujets en termes de résilience. Dans ce contexte, l’objectif de cette publication est d’évaluer de façon critique les avantages et les limites de la résilience. Bien que l’examen mette en lumière quelques éléments positifs – en particulier la capacité du terme pour favoriser une approche de réponse intégrée- il montre aussi que la résilience a des limites importantes. En particulier, ce n’est pas un concept « pro-pauvre », l’objectif de réduction de la pauvreté ne pouvant pas simplement être substitué par la construction de la résilience. http://www.ids.ac.uk/files/dmfile/Wp405.pdf

Note d’orientation stratégique – Vers une sécurité alimentaire de proximité en Afrique de l’Ouest : “Faim zéro en Afrique de l’Ouest”
CEDEAO, septembre 2012
Cette note analyse rapidement comment l’ECOWAP prend en charge les questions de sécurité alimentaire et de résilience, et ce qu’il conviendrait de faire évoluer, montre comment l’expérience brésilienne « Faim Zéro » pourrait inspirer la région dans son combat contre la faim et la malnutrition et enfin, esquisse des orientations pour une telle initiative en Afrique de l’Ouest.

Rapport HLPE / CSA : la protection sociale pour la sécurité alimentaire
HLPE, 2012
Cette étude du Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition constitue une véritable référence sur la problématique de la protection sociale comme moyen d’atténuer la vulnérabilité et de s’attaquer à l’insécurité alimentaire. Il présente d’abord les concepts clés de sécurité alimentaire, de vulnérabilité et de protection sociale, puis passe en revue les données empiriques concernant toute une gamme d’instruments de protection sociale en faveur de la sécurité alimentaire : subventionnement des produits alimentaires et des intrants agricoles, dispositifs d’assurance agricole, programmes de travaux publics, stabilisation des prix des produits alimentaires, constitution de réserves de céréales, programmes d’alimentation scolaire et d’alimentation complémentaire et transferts en espèces, conditionnels ou non. Sur la base des expériences menées au Brésil, en Inde et en Afrique, l’étude montre que les instruments de protection sociale donnent de meilleurs résultats quand ils ne sont pas mis en place isolément mais qu’ils constituent des systèmes nationaux, dans le cadre de programmes intégrés et solidement reliés à des secteurs complémentaires. Enfin, les auteurs adressent un certain nombre de recommandations à l’attention des décideurs et du CSA.
Lire le rapport (199p.) :
http://www.fao.org/fileadmin/user_upload/hlpe/hlpe_documents/HLPE_Reports/HLPE-Rapport-4-La_protection_sociale-Juin_2012.pdf

A new vision for community resilience
CARE Nederland, novembre 2012
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/PfR_Resilience_vision.pdf

Defining Disaster Resilience: A DFID Approach Paper
DFID, Novembre 2011, 20p.
http://www.dfid.gov.uk/Documents/publications1/Defining-Disaster-Resilience-DFID-Approach-Paper.pdf

G8 Action on Food Security and Nutrition

G8, 18 mai 2012
Dans un communiqué publié avant le sommet du G8 de Camp David, tenu le 19 mai 2012, les pays membres annoncent leur adhésion à la « Nouvelle alliance pour la sécurité et la nutrition » destinée à assurer une croissance agricole soutenue et inclusive à l’échelle mondiale. L’objectif fixé est ambitieux, puisqu’il s’agit de sortir 50 millions d’Africains de la pauvreté au cours des dix prochaines années. Pour atteindre ce but, le communiqué dresse une liste d’initiatives, dont la plus controversée est sans nul doute l’association d’entreprises multinationales à cette alliance, sous la forme d’une promesse d’investissement « de plus de 3 milliards de dollars dans l’ensemble de la chaîne de valeur agricole dans les pays du Partenariat pour la croissance de l’Afrique ».
http://www.canadainternational.gc.ca/g8/summit-sommet/fssa-2012-05-18.aspx?lang=fra&view=d
Télécharger l’ensemble des documents relatifs au sommet de Camp David :
http://www.state.gov/e/eb/rls/othr/2012g8/index.htm
Lire la Lettre de Mamadou Cissokho (au nom de la société civile ouest africaine) au Président de l’UA, au sujet du G8 et des investissements étrangers dans l’agriculture africaine
http://www.iatp.org/files/G8Lettre%20au%20President%20de%20l_UA.pdf
Voir plusieurs articles de presse sur le sujet :
G8 : 45 entreprises s’engagent à investir 3 milliards $ dans l’agriculture africaine
http://www.agenceecofin.com/index.php?option=com_k2&id=4929&view=item&Itemid=264&tmpl=component&print=1
Selon les ONG, le sommet du G8 est une “occasion ratée” dans la lutte contre la faim
http://www.lemonde.fr/international/article/2012/05/22/selon-les-ong-le-sommet-du-g8-est-une-occasion-ratee-dans-la-lutte-contre-la-faim_1705291_3210.html

Nouvelles initiatives du G8 pour la sécurité alimentaire en Afrique : l’analyse du CCFD

CCFD, juin 2012, 4 p.
Le CCFD partage ses inquiétudes sur la dernière initiative du G8 en matière de sécurité alimentaire en Afrique : la “Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition”. En effet selon cette analyse, l’accent est à nouveau mis sur les investissements privés, en particulier celui des multinationales dans six pays émergents africains. Derrière cette volonté affichée, on décèle des préoccupations d’ordre plutôt économique que de solidarité : l’objectif des pays du G8 est-il bien de favoriser la sécurité alimentaire, ou d’ouvrir de nouveaux marchés à leurs entreprises ? Omniprésence et toute puissance du secteur privé, abandon de l’action publique, incohérence des politiques agricoles, manque de suivi des initiatives antérieures et lacunes de la gouvernance alimentaire : c’est le bilan que le CCFD fait du G8 de Camp David en matière agricole.
http://ccfd-terresolidaire.org/e_upload/pdf/g8campdavid2012.pdf

Nouvelle alliance mondiale pour la sécurité alimentaire et la nutrition : cadres de coopération des pays pilotes

Feed the Future, novembre 2012
Suite au constat de la faible réalisation des engagements pris au sommet du G8 de L’Aquila en 2009, les États Unis ont lancé lors du G8 de Camp David (mai 2012) la « Nouvelle alliance mondiale pour la sécurité alimentaire et la nutrition ». Elle vise à sortir 50 millions d’africains de la pauvreté dans les 10 prochaines années via des partenariats public-privé. Les cadres de coopération des 6 pays-pilotes de cette initiative, listant les engagements des partenaires, y compris les gouvernements et le secteur privé, sont disponibles :

Stocks de sécurité alimentaire

Coordination des stocks nationaux Uemoa : une étude plaide pour davantage de cohérence

Uemoa, 19-21 mars 2012
L’atelier de validation de l’étude sur les stocks nationaux de sécurité alimentaire dans l’Uemoa s’est déroulé entre le 19 et le 21 mars à Ouagadougou. Cette étude, confiée au Cilss, a fait ressortir la nature différente des stocks alimentaires en place dans les pays de l’Uemoa et la nécessité d’en harmoniser la gestion. C’est pourquoi les recommandations formulées lors de l’atelier de validation portent principalement sur la mise en place d’une structure de gestion au niveau régional et la mise en cohérence avec les dispositifs existants, notamment Resogest. L’émergence d’une gestion harmonisée des stocks alimentaires en Afrique de l’Ouest est une étape crucial dans la route vers la sécurité alimentaire.
Pour consulter les termes de référence de la rencontre (Word, 3 pages) :

Stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire – Réunion de la task force – 5-7 mars 2012 à Ouagadougou

Cedeao, 16 mars 2012
La task force de la Cedeao sur la stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire s’est réunie à Ouagadougou du 5 au 7 mars. L’objectif global de cette réunion était d’apporter un appui technique à la mise en œuvre de la feuille de route sur la réserve alimentaire de la CEDEAO, adoptée le 5 octobre 2011 à Dakar. Des représentants des structures nationales de gestion des stocks, des responsables de stocks, de réseaux d’OP agricoles, pasteurs et éleveurs, de l’interprofession céréalière du Burkina Faso, et des experts de diverses institutions étaient présents.
Cette réunion a permis de mettre en place définitivement la task force, à laquelle deux missions sont confiées :

  • préparer et proposer le cadre d’orientation stratégique pour la conception de la réserve régionale de sécurité alimentaire ;
  • piloter l’étude de faisabilité de la réserve régionale de sécurité alimentaire et alimenter en contenu sa réalisation.
    Les discussions ont abordé plusieurs aspects de la question du stockage : l’articulation et la complémentarité des différentes échelles de gouvernance, la couverture des risques alimentaires, le choix des outils ou composantes de la réserve, le calibrage du stock, le choix des produits, l’origine de l’approvisionnement, l’entreposage et stockage des produits, le déclenchement de la mobilisation de la réserve, les bénéficiaires de la réserve, son financement et sa gouvernance.
    L’étude de faisabilité doit être réalisée en avril-mai 2012 et une réunion de la task force pour l’examen, la discussion, les amendements de l’étude de faisabilité détaillée a été programmée fin mai 2012.
    Pour voir l’ensemble des documents relatifs à cette rencontre :
    http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/strategie-regionale-de-stockage-de

Rencontre des structures en charge de la gestion des stocks nationaux de sécurité alimentaire (Resogest) au Sahel et en Afrique de l’Ouest – Mars 2012

Cilss, 20 mars 2012
A l’invitation du Cilss, s’est tenue à Ouagadougou, du 29 février au 1 mars 2012, la réunion des structures en charge de la gestion des stocks de Sécurité Alimentaire dans les pays de la Cedeao, de l’UEMOA et du Cilss.
Cette réunion a permis de :

  • faire adhérer l’ensemble des acteurs à la dynamique du RESOGEST à travers la signature d’un protocole de coopération entre les offices : une version révisée qui a été présentée aux participants avant la transmission pour adoption et signature par les Ministres (ou mandataires) ;
  • appuyer la mise en œuvre d’un projet test dans sept pays dit projet « sept stocks » : les discussions ont notamment porté sur les modalités d’allocation de 5 % du stock national aux interventions régionales de solidarité, la nécessité de ne pas perturber les activités du secteur privé et de faciliter la circulation des vivres entre régions excédentaires et déficitaires et l’accompagnement des pays qui doivent mettre en place une réserve nationale ;
  • mettre en place le cadre institutionnel du système d’information sur les stocks, qui sera adossé à des systèmes déjà existants comme Ecoagris.
    Il est également apparu que sur les 14 pays réunis, quatre disposaient d’excédents à l’issue de la campagne et neuf de stocks de sécurité alimentaire. Enfin, un réseau d’interprofessions céréalières, intitulé « réseau des céréaliers d’Afrique de l’Ouest », est en cours de création et regroupera le Burkina Faso, le Sénégal, le Mali, le Ghana, le Niger, le Bénin et le Togo.
    Pour voir l’ensemble des documents relatifs à cette rencontre :
    http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/rencontre-des-structures-en-charge

Etude CEDEAO : Faisabilité d’une Réserve régionale de sécurité alimentaire

Cedeao, 1er octobre 2012
La mise en place d’une réserve régionale de sécurité alimentaire s’inscrit dans l’opérationnalisation du Programme régional d’investissement agricole (PRIA) de l’ECOWAP/PDDAA. Cette étude de faisabilité détaillée s’est appuyée sur les travaux d’une Task Force réunissant les principaux acteurs régionaux engagés dans la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDAAA, des acteurs nationaux disposant d’une expérience dans le domaine ainsi que les organisations internationales concernées. Elle a été discutée à l’occasion de la réunion du Comité Ministériel spécialisé Agriculture, Environnement et Ressources en Eau de la CEDEAO du 24 au 27 septembre 2012 à Abidjan (Côte d’Ivoire).
Pour lire l’étude en français (119 p.) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Faisabilite_Reserve_Regionale_FR.pdf
Version anglaise (115p.) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Faisabilite_Reserve_Regionale_EN.pdf
Pour lire la note de lecture du RECA (7p.)
http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/RECA_politique_agricole_Note12_Reserve_regionale_CEDEAO_2012.pdf

Rapport d’Oxfam : Première ligne de défense : Évaluation du potentiel des stocks de proximité dans le Sahel

Oxfam, octobre 2012
Cette étude d’Oxfam est consacrée aux stocks de proximité dans le Sahel. Elle met en avant que cette « première ligne de défense » a un certain nombre de traits distinctifs qui en font un élément particulièrement bien placé pour contribuer positivement aux stratégies de sécurité alimentaire dans le Sahel. Elle cherche également à déterminer les facteurs et les conditions nécessaires pour créer un environnement propice dans lequel les stocks de proximité puissent fonctionner efficacement.
Lire le rapport en versions française (52p.) et anglaise (46p.) :
http://www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/premiere-ligne-defense-sahel

Un recueil d’articles sur les réserves alimentaires et la crise des prix par IATP (87p, anglais)

IATP, 17 juillet 2012
Ce recueil rassemble 19 articles dressant une vue d’ensemble des travaux récents sur les réserves alimentaires et encourage à mener un débat ouvert et rigoureux sur comment celles-ci doivent faire partie des stratégies de sécurité alimentaire, aux niveaux local, national, régional et international.
Selon IATP rien ou presque n’a été fait pour limiter les risques structurels liés à la financiarisation des produits agricoles : beaucoup de pays à bas revenus dépendent d’importations alimentaires pour assurer leur sécurité alimentaire. Ceci est le résultat délibéré des changements de politique encouragés par les institutions internationales et les donateurs. Depuis plusieurs années, et en particulier depuis 2008, de nombreuses études mettent en évidence l’importance de constituer des stocks nationaux d’urgence pour garantir la sécurité alimentaire en cas de crise. Une réserve transparente, prévisible et responsable est également un outil puissant pour soutenir des prix rémunérateurs pour les petits producteurs.
http://www.iatp.org/files/2012_07_13_IATP_GrainReservesReader.pdf

Ciblage et dispositifs d’information

Réflexion sur les Méthodes d’Analyse et de Ciblage en Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest
ACF, WFP, 39p.
Face à la détérioration continue des conditions de vie et de l’environnement d une partie de la population en AO, il s’est rendu nécessaire de revoir les grilles d’analyse de la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire. Des nouveaux outils ont été mis en place, comme le VAM (Vulnerability Analysis and Mapping) du PAM et l’approche économie des ménages HEA. Cependant on constate un déficit d’articulation entre analyses et programmation L’atelier de réflexion sur les méthodes d’analyse et de ciblage en sécurité alimentaire organisé conjointement par le Programme Alimentaire Mondial et Action contre la Faim avec la participation de la FAO et des ONG Oxfam UK, Croix Rouge Française et Save the Children, a tenté d’apporter des éléments de réponse à ces problématiques en répondant à des questions cruciales et spécifiques au Sahel telles que : Quels sont les facteurs qui rendent difficile l’articulation entre analyse et programmation ? Comment les contourner ? Comment exploiter au mieux les résultats issus de ces deux types d’analyse pour la programmation ? Comment améliorer ces outils d’analyse pour rendre les résultats comparables et extrapolables ? Quelles actions entreprendre afin d’améliorer la prise en compte de la vulnérabilité chronique et conjoncturelle dans les systèmes nationaux et régionaux d’analyse et de veille ?
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/ACF-PAM_Reflexion_sur_les_Methodes_d_Analyse_et_de_Ciblage_en_Securite_Alimentaire_en_Afrique_de_l_Ouest.pdf

Insécurité alimentaire au Mali – Identifier les ménages vulnérables avec précision
CIRAD, mars 2012, 4p.
Ecrite pour Perspective, la revue du Cirad, cette note d’Ibrahima Bocoum met en lumière un paradoxe : « des ménages pauvres peuvent être suffisamment alimentés, alors que des ménages au-dessus du seuil de pauvreté peuvent ne pas l’être ». D’autres facteurs influent en effet sur la situation alimentaire : « la taille des ménages, les contraintes financières, les préférences alimentaires, les obligations sociales ». Ces constatations doivent permettre de mettre en place des indicateurs plus ciblés pour identifier les populations vulnérables, comme la taille des ménages ou la composition des dépenses, voire des indicateurs individuels sur l’accès à la nourriture. Cette note se distingue par sa concision et sa clarté.
http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/articles/2012/science/insecurite-alimentaire-au-mali-perspective-14

Prévenir les crises alimentaires au Sahel : des indicateurs basés sur les prix de marché
AFD, juin 2010
L’objectif principal de cette étude est de participer au renforcement des dispositifs nationaux et régionaux de prévention des crises alimentaires au Sahel, à partir de l’exploitation des données de prix collectées par les Systèmes d’information sur les marchés (SIM). Plus précisément, il s’agit de définir des indicateurs d’alerte basés sur les prix de marché, destinés à compléter les indicateurs existants
http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/Documents-de-travail/095-document-travail.pdf

Débats sur la réponse en cours

Sahel : Qu’est-ce qui a bien fonctionné dans la réponse à la crise ?
IRIN, 30 octobre 2012
La crise de 2011 s’inscrit dans un cycle permanent de vulnérabilité et insécurité alimentaire, cependant, elle a donné lieu à la plus grande intervention humanitaire de l’histoire de la région. Les acteurs s’accordent pour dire que la vitesse et l’ampleur de la réponse, ainsi que l’engagement des gouvernements nationaux et l’attention aux problématiques de nutrition, ont été les principaux atouts de cette intervention. Mais, il nous rappelle David Gressly il faut aller plus loin de la simple urgence, pour ne pas se retrouver dans la même situation lors de la prochaine mauvaise récolte. http://www.irinnews.org/fr/Report/96664/SAHEL-Qu-est-ce-qui-a-bien-fonctionn%C3%A9-dans-la-r%C3%A9ponse-%C3%A0-la-crise
L’insécurité alimentaire, défi majeur – Entretien avec Yamar Mbodji
Spore, CTA, août 2012
Yamar Mbodj, directeur exécutif du Hub rural, revient dans un entretien sur la crise alimentaire au Sahel. Selon lui, la réponse de la communauté internationale a été tardive, nonobstant le déclenchement précoce des alertes de la part du CILSS, et faiblement coordonnée. Les solutions dans le long terme doivent passer par des grands investissements dans l’agriculture et la modernisation des exploitations familiales, un enjeu clé de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest.
http://spore.cta.int/index.php?option=com_content&task=view&lang=fr&id=2290&catid=23

Analyses sur les crises alimentaires précédentes

Enseignements de la crise du Niger 2004-2005 pour les politiques de prévention et gestion des crises alimentaires
IRAM, juin 2007, 133p.
Ce rapport de l’Iram, rédigé par Denis Michiels et Johny Egg, synthèse des résultats d’une évaluation externe réalisée par l’IRAM à la demande du Dispositif national de prévention et gestion des crises alimentaires mis en place par le gouvernement du Niger, revient sur le diagnostic de la crise du Niger et de sa gestion afin de mettre en valeur les enseignements utiles pour les politiques de prévention et gestion des crises alimentaires de l’ensemble des pays sahéliens.
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Enseignements_crise_Niger_Iram.pdf

Origine crise alimentaire en 2008 : vidéo 15 min
Vidéo : “L’origine de la crise alimentaire mondiale” Décryptage avec Marcel Mazoyer, agronome et économiste (INA Paris-Grignon). 15 min.
Origine crise alimentaire : vidéo 15 min

La faim au Sahel : une urgence permanente ? Tout faire pour que la prochaine sécheresse ne cause pas une nouvelle crise humanitaire
Oxfam, 2010, 21p.
La crise alimentaire de 2010 au Sahel a affecté des millions d’enfants, de femmes et d’hommes. La réponse humanitaire, tardive et insuffisante, a néanmoins permis d’éviter le pire. Mais les racines de l’insécurité alimentaire au Sahel sont structurelles. Briser ce cercle vicieux nécessite une nouvelle approche. Collectivement, nous devons être mieux préparés pour répondre plus efficacement à ces crises récurrentes en attaquant les causes profondes de la vulnérabilité et en renforçant la résilience et les revenus des communautés. Les politiques et programmes de développement, à commencer par les politiques agricoles et alimentaires, doivent intégrer la contingence en prévision des mauvaises années tout en répondant aux besoins spécifiques des communautés les plus vulnérables, en particulier des femmes et des enfants. C’est avant, pendant et après les crises que se joue la lutte contre la faim et la malnutrition au Sahel.
http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/bn-faim-sahel-urgence-permanente-15122010-fr.pdf

AFD – Analyse rétrospective de la crise alimentaire au Niger en 2005
Olivier de Sardan, AFD, 2007, 50p.
En 2010 le Niger a subi une grave crise alimentaire, cependant, en dépit d’une médiatisation importante , peu de données intensives de terrain ont été produites de façon rigoureuse, au plus près des pratiques et des représentations des principaux acteurs concernés, à savoir les paysans des villages frappés par la crise alimentaire. La principale raison est que la question des « crises alimentaires » étant devenue au Niger un sujet « chaud », très politique, les autorités nationales ne voyaient pas d’un bon œil des enquêtes sur ce sujet, et certains acteurs, notamment les ONG et les commerçants ont été réticents dans leur collaboration.
Néanmoins l’étude a pu s’appuyer sur les données collectés auprès des populations concernées et élaborer un cadre concernant :

  • les économies locales à la veille de la crise ;
  • la crise de 2005 et ses perceptions ;
  • les stratégies locales de gestion de la crise ;
  • les modalités de distribution des aides, les perceptions et stratégies locales face à ces aides (et quelques effets transversaux inattendus) ;
  • les bénéficiaires de la crise, plus deux paradoxes et une hypothèse.

http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/Documents-de-travail/045-document-travail.pdf

Documents de référence sur la sécurité alimentaire

Rapport sur le développement humain en Afrique 2012 : Vers une sécurité alimentaire durable
PNUD, 15 mai 2012
Dans sa présentation de ce rapport, le PNUD indique que « l’amélioration de la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne ne repose pas seulement sur l’augmentation de la production agricole, ni même sur le renforcement de la nutrition […]. Il repose sur la mise en place d’un changement structurel profond grâce à l’adoption d’une approche multisectorielle dans toutes les interventions de développement, depuis l’accès à la santé et à l’infrastructure, telle que les routes, à une augmentation des opportunités d’emploi, en passant par l’autonomisation des femmes ». Pointant la stagnation des rendements céréaliers au cours des 50 dernières années, la baisse des précipitations, l’explosion démographique et l’accès restreint des producteurs aux marchés, ce document appelle donc de ses vœux une réforme radicale des politiques agricoles.
http://www.undp.org/content/undp/fr/home/librarypage/hdr/africa-human-development-report-2012/
Télécharger le résumé du rapport (PDF, 24 pages) :
http://www.undp.org/content/dam/undp/library/corporate/HDR/Africa%20HDR/French_AfHDR_summary.pdf
Rapport complet (PDF, 190 pages, en anglais) : http://www.undp.org/content/dam/undp/library/corporate/HDR/Africa%20HDR/UNDP-Africa%20HDR-2012-EN.pdf

Rapport sur le développement humain en Afrique 2012 : Vers une sécurité alimentaire durable

PNUD, 15 mai 2012
Dans sa présentation de ce rapport, le PNUD indique que « l’amélioration de la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne ne repose pas seulement sur l’augmentation de la production agricole, ni même sur le renforcement de la nutrition […]. Il repose sur la mise en place d’un changement structurel profond grâce à l’adoption d’une approche multisectorielle dans toutes les interventions de développement, depuis l’accès à la santé et à l’infrastructure, telle que les routes, à une augmentation des opportunités d’emploi, en passant par l’autonomisation des femmes ». Pointant la stagnation des rendements céréaliers au cours des 50 dernières années, la baisse des précipitations, l’explosion démographique et l’accès restreint des producteurs aux marchés, ce document appelle donc de ses vœux une réforme radicale des politiques agricoles.
http://www.undp.org/content/undp/fr/home/librarypage/hdr/africa-human-development-report-2012/
Télécharger le résumé du rapport (PDF, 24 pages) :
http://www.undp.org/content/dam/undp/library/corporate/HDR/Africa%20HDR/French_AfHDR_summary.pdf
Rapport complet (PDF, 190 pages, en anglais) :
http://www.undp.org/content/dam/undp/library/corporate/HDR/Africa%20HDR/UNDP-Africa%20HDR-2012-EN.pdf

Cadre stratégique de l’Initiative 3N

République du Niger, sur le site du RECA Niger, avril 2012, 69 p.
Les contours de l’initiative 3N – « les Nigériens nourrissent les Nigériens » – lancée par le gouvernement du Niger sont à présent dessinés. Le cadre stratégique en détaille les orientations, les instruments de mise en œuvre et le coût de réalisation. La mise en œuvre de l’I3N repose sur cinq axes stratégiques : l’accroissement et diversification des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques ; l’approvisionnement régulier des marchés ruraux et urbains en produits agricoles et agroalimentaires ; l’amélioration de la résilience des populations face aux changements climatiques, crises et catastrophes : l’amélioration de l’état nutritionnel des nigériennes et des nigériens ; et l’animation et la coordination de l’I3N. Ces cinq axes stratégiques sont traduits en cinq programmes stratégiques et 12 programmes opérationnels.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article470

Synthèse du Rapport PNUD (24p) – La faim subsiste dans une Afrique en forte croissance

Pnud, 2012
A noter la sortie de la traduction française du rapport sur le développement humain en Afrique 2012. Ce rapport met en regard la très forte croissance économique observée sur le continent Africain avec l’aggravation de la situation alimentaire. Cette situation est le reflet de politiques clairement inadaptées. Le ton de ce rapport est assez dur vis-à-vis des gouvernements.
Voir le résumé du rapport en français :
http://www.undp.org/content/dam/undp/library/corporate/HDR/Africa%20HDR/French_AfHDR_summary.pdf

Plan d’action de la BAD : Amélioration des statistiques relatives à la sécurité alimentaire, à l’agriculture durable, et au développement rural

Banque Africaine de Développement, mai 2011, 157p.
Pour atteindre les résultats escomptés, les stratégies de lutte contre la faim doivent se fonder sur des informations précises, se concentrer sur les bons objectifs et évaluer régulièrement leurs résultats. À cet égard, les décideurs ont besoin de données fiables et fréquemment mises à jour. Pourtant, malgré son importance évidente l’agriculture et l’économie rurale sont certainement les moins connus en termes de réalités et de statistiques.
http://www.afdb.org/fr/knowledge/publications/improving-statistics-for-food-security-sustainable-agriculture-and-rural-development/

Rapport IFPRI : Indice de la faim dans le monde 2012

IFPRI, 12 octobre 2012
La veille du CSA, l’IFPRI publie un état de la faim dans le monde en 2012, en se basant sur son indicateur le Global Hunger Index (Indice de la faim dans le monde). Selon ce rapport, la faim dans le monde a quelque peu diminué depuis 1990 mais reste « grave ». La moyenne mondiale masque des écarts importants entre les régions et les pays. A l’échelle régionale, ce sont l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne qui obtiennent les scores GHI les plus élevés. « Les pays et les régions présentant les niveaux de faim les plus élevés sont généralement ceux où l’accès et le droit à la terre, à l’eau et à l’énergie sont limités ou contestés. » Le rapport n’est pas seulement descriptif, il analyse les causes de l’insécurité alimentaire et propose des solutions.
Pour lire le rapport, (72p) :
http://www.ifpri.org/sites/default/files/publications/ghi12fr.pdf
A lire aussi: le Rapport UN 2012 sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde
http://www.fao.org/docrep/016/i3027e/i3027e00.htm
Et le résumé en français (4p) :
http://www.fao.org/docrep/016/i2845f/i2845f00.pdf
A lire encore : l’article du Monde commentant ce rapport UN
http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/09/l-afrique-peut-se-nourrir-et-nourrir-le-monde_1772316_3244.html

Réunion Cedeao / Ecowap : Réserve régionale, Offensive Riz, Faim Zéro Afrique de l’Ouest…

Cedeao, 1er octobre 2012
Le Comité Ministériel spécialisé Agriculture, Environnement et Ressources en Eau de la CEDEAO s’est réuni du 24 au 27 septembre 2012 à Abidjan (Côte d’Ivoire). Au menu des discussions:

  • l’examen de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA et les perspectives pour 2013-2015
  • la création de la Réserve régionale de sécurité alimentaire
  • l’adoption de la réglementation sur les engrais
  • le lancement de deux nouvelles initiatives en vue d’accélérer l’impact de l’ECOWAP/PDDAA : l’offensive régionale pour la relance soutenue et durable de la riziculture, et l’initiative « Faim Zéro en Afrique de l’Ouest »
  • l’examen des perspectives de récolte et de la situation alimentaire pour la campagne 2012-2013.
    Pour lire l’ensemble de la documentation relative à cette réunion :
    http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/reunion-de-la-cedeao-a-abidjan

CSA : Documents relatifs à la 39ième session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (15-20 octobre 2012)

FAO, Octobre 2012
L’ensemble des documents relatifs à la 39ième session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale, qui s’est tenue à Rome du 15 au 20 octobre 2012 est disponible :
http://www.fao.org/bodies/cfs/39th-session/fr/
Ont été débattus notamment les liens entre la protection sociale et la sécurité alimentaire, ainsi qu’entre le changement climatique et la sécurité alimentaire.
Pour consulter le rapport final de la 39ième session du CSA (20p., en anglais) :
http://www.fao.org/fileadmin/user_upload/bodies/CFS_sessions/39th_Session/39emerg/MF027_CFS_39_FINAL_REPORT_compiled_E.pdf

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Autres articles qui pourraient vous intéresser