Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 2 avril 2020

Article – Le coronavirus et l’« effet pangolin » : l’exposition accrue aux espèces sauvages est une menace pour la santé, la biosûreté et la sécurité mondiale

Banque Mondiale

Environnement/écologieSanté animale

Accéder à la ressource

Cet article, publié dans la rubrique « Opinions » du blog de la Banque Mondiale s’interroge sur le rôle des pressions anthropiques sur les écosystèmes dans l’apparition de virus comme le coronavirus. Pour l’auteur, « les activités anthropiques annulent l’effet tampon qu’exercent la biodiversité et les écosystèmes, ce qui augmente le risque de voir apparaître une nouvelle pandémie. Il insiste également sur l’importance de la santé environnementale car santé humaine, santé environnementale et santé des écosystèmes sont interdépendants. La question du traffic illicite d’espèce sauvages comme le pangolin (animal le plus braconné au monde) est également pointée du doigt.

Lire l’article : ici

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser