Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Agenda du développement rural le 3 octobre 2014

16 dédembre 2014 (Paris) : « Agriculture délaissée : le terreau de l’insécurité »

3 octobre 2014

Accéder à la ressource

Le colloque annuel de FARM aura lieu cette année le 16 décembre 2014, Paris, au Centre de conférences de l’OCDE, sur le thème « Agriculture délaissée : le terreau de l’insécurité »

Dans de nombreux pays du Sud, notamment les plus pauvres, l’agriculture est un moteur du développement. Elle est donc un élément essentiel de leur stabilité politique et économique. Cette thèse, qui semble évidente, a pourtant été souvent ignorée ou négligée par les organisations internationales et les gouvernements au cours des dernières décennies : il a fallu attendre les « émeutes de la faim » de 2007-2008 pour redécouvrir les vertus du développement agricole pour la croissance, l’emploi et la réduction de la pauvreté. Certains conflits récents, ainsi que l’expansion des trafics en tous genres (drogues, armes, êtres humains, etc.) et des zones de non-droit, en particulier en Afrique et au Moyen-Orient, interrogent sur les relations existant entre le non-développement agricole et l’insécurité.

Tel est l’objectif principal de ce colloque, qui constitue un volet d’un programme de travail associant la fondation FARM et le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) : montrer en quoi le délaissement de l’agriculture est un facteur de conflictualité, en s’appuyant sur les exemples des zones saharo-sahéliennes et de certains pays arabes. Il ne s’agit évidemment pas de nier le complexe écheveau des multiples éléments – lutte pour le contrôle des ressources, rivalités ethniques, dissensions religieuses, etc. – qui concourent à l’instabilité des régions concernées, mais d’examiner plus particulièrement comment le désengagement de l’Etat du secteur agricole, ou son incapacité à créer un cadre favorable à l’agriculture, ont été des facteurs causaux ou aggravants. Pour les responsables politiques, comme pour la communauté internationale, l’enjeu est de taille : identifier les principaux déterminants du non-développement agricole, contribuant à la paupérisation du monde rural, pourrait permettre de prévenir les risques de crise et de conflit.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser