The content bellow is available only in French.

publié dans Ressources le 6 mai 2014

Rapport CORAF: Etude chaîne de valeur riz en Sierra Leone

CORAF

Agriculture familialeRiz

Accéder à la ressource

Le secteur agricole en Sierra Leone est principalement pluvial avec des producteurs à faible technologie, peu d’intrants et faiblement équipés (IFAD, 2011). En plus, les petits agriculteurs constituent la majorité avec 80 % disposant de moins de 2 ha de terre cultivée. Ainsi, la production agricole est insuffisante pour couvrir la demande nationale en produits alimentaires. Cependant, 5,4 millions ha sont potentiellement cultivables dont 80 % pour la riziculture. La consommation du riz par habitant est à 104 kg par tête. Ceci montre l’importance du riz dans les stratégies de développement du pays. Des initiatives ont été prises pour appuyer le secteur depuis la crise alimentaire mondiale. Dans celles-ci on note le programme national de stratégie de développement du riz, le plan de stratégies d’autosuffisance en riz à coté d’autres mesures d’urgence. La réussite de ces divers programmes dépend fortement de la connaissance des systèmes de production, des acteurs et leur environnement. Ainsi, l’approche chaine de valeur a été ainsi utilisée en vue d’apprécier les contraintes, opportunités et performance au niveau de chaque maillon de la chaine et ainsi évaluer leur gouvernance, structuration et conduite. Vues l’étendue et l’hétérogénéité des zones rizicoles, la méthode d’échantillonnage « multi-stage » a été utilisée pour choisir les zones et les unités d’observation.

Les interventions politiques majeures ont toujours porté sur les petits producteurs. Cette volonté politique s’est manifestée à travers divers programmes d’orientation politique dont la réduction de la pauvreté, la stratégie d’autosuffisance en riz et tout récemment, le Plan de développement durable de l’agriculture. Dans ces axes d’orientation, l’objectif majeur est d’accroître la production du secteur agricole en vue d’améliorer la sécurité alimentaire et le développement socio-économique du pays. Leur mise en œuvre devrait renforcer et moderniser le secteur agricole avec une approche verticale d’intégration du secteur de la transformation et de la commercialisation des récoltes en vue d’apporter des valeurs ajoutées à la production locale. Cependant, ces objectifs ne sont pas encore atteints à cause de plusieurs contraintes, dont notamment les ressources financières et humaines pour leur mise en œuvre réelle.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser