The content bellow is available only in French.

publié dans Bulletins Inforiz le 2 mai 2011

Bulletin Inforiz – Avril 2011

Inter-réseaux

RizAfrique de l’OuestMadagascar

A la suite d’Oxfam, Inter-réseaux Développement rural publie tous les mois le bulletin Inforiz, spécialement dédié à cette production en Afrique (Madagascar inclus) et dans le monde.

Pour vous inscrire à ce Bulletin Inforiz, écrivez-nous à l’adresse suivante : inter-reseaux@inter-reseaux.org

ANGOLA

Rice Production Project Presented On Tuesday
APRIL 27, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104270836.html
The Chinese Company (CAMCE Enginering Lda) presented on Tuesday in Menongue city, eastern Kuando-Kubango province, the project of rice production. Angop learnt that the project will be implemented in Longa locality in the farm named « Fazenda Agro-industrial do longa ». The project, which was approved by by the Angolan government, was signed in 2010 between the Ministry of Agriculture, Rural Development, Fisheries and Environment in the ambit of the credit line of China. The contract is estimated at over USD 76.0 million.

BÉNIN

Entretien avec P. ASSIGBE, Coordonnateur du Projet Multinational de diffusion du Riz (NERICA)
29 AVRIL 2011 – http://www.lanouvelletribune.info/index.php?option=com_content&view=article&id=7950:entretien-avec-assigbe-coordonnateur-nerica&catid=22&Itemid=38
« Le NERICA peut booster la filière rizicole du Bénin » Les variétés de riz NERICA sont en expérimentation au Bénin depuis 5 ans déjà. Elles pourront permettre de booster la filière rizicole locale si les efforts se poursuivent dans ce sens et si et surtout la volonté politique y est véritablement. Paulin ASSIGBE, ingénieur agronome de formation, en service à l’Institut national des recherches agricoles du Bénin, également Coordonnateur du Projet Multinational de diffusion du riz NERICA (PDRN), a les mêmes appréhensions et en parle abondamment dans cet entretien.

A quelques mois de sa fin: Le projet multinational de diffusion du riz Nerica en examen
21 AVRIL 2011 – http://www.actubenin.com/2011/?A-quelques-mois-de-sa-fin-Le
Aux fins d’accroître d’une part, la production du riz et des produits de substitutions aux importations, et de contribuer d’autre part, à la réduction de la pauvreté et à la sécurité alimentaire au Bénin par l’amélioration de l’accès aux variétés de riz à haut rendement, le projet multinational de diffusion du riz Nerica (Pdrn) a été initié. A quelques mois de l’échéance, les acteurs de la filière Nerica (New rice for Africa) au Bénin ont décidé de faire le bilan du projet et d’en dégager les perspectives. C’est à travers un atelier national dont l’ouverture a eu lieu ce mercredi 20 avril 2011 au centre Sainte Anouarite, à Abomey-Calavi.
Pour plus d’informations : Expérimentation du riz Nerica au Bénin : le bilan des cinq années de diffusion : Écrit par Christian Tchanou
21 AVRIL 2011 – http://afrique-espoir.over-blog.com/article-experimentation-du-riz-nerica-au-benin-le-bilan-des-cinq-annees-de-diffusion-ecrit-par-christian-tchanou-72217295.html

Le Bénin veut produire 385 000 tonnes de riz blanc par an à l’horizon 2018
8 AVRIL 2011 – http://www.afriqueavenir.org/2011/04/08/le-benin-veut-produire-385-000-tonnes-de-riz-blanc-par-an-a-l%E2%80%99horizon-2018/
Le gouvernement béninois envisage à l’horizon 2018, une production d’environ 385.000 tonnes de riz blanc par an au moins pour satisfaire les besoins de la population et dégager éventuellement des surplus pour les échanges commerciaux, a annoncé vendredi à APA, Olivier Vigan, secrétaire général du ministère béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche.
Plus spécifiquement, a-t-il expliqué, il s’agira d’adopter des variétés de riz mieux adaptées aux conditions locales, de faciliter l’accès aux intrants de bonne qualité, d’appuyer les producteurs pour l’aménagement des sites rizicoles et de créer en aval de la production les conditions postrécoltes requises pour assurer une plus grande présence sur les marchés béninois de riz local de meilleure qualité.

BURKINA FASO

Quelques réflexions sur ces récoltes records !
30 MARS 2011 – http://www.abcburkina.net/fr/nos-dossiers/vu-au-sud-vu-du-sud/801-415-comme-annonce-les-recoltes-de-la-derniere-campagne-agricole-du-burkina-sont-bonnesn
Il y a quelques jours, le 9 mars 2011, le Ministre de l’agriculture du Burkina, M. Laurent Sedgo, a animé un point de presse sur la dernière campagne agricole. De son exposé il ressort un bilan global satisfaisant au niveau national avec une production excédentaire de plus de 1 million de tonne pour ce qui concerne les céréales. Nous pouvons aussi nous réjouir de la production record du riz de cette campagne : 270 658 tonnes. Il s’agit là, du riz irrigué (avec deux récoltes par an) et du riz pluvial (donc une récolte, en novembre-décembre). L’évolution de la production de riz irrigué est fortement tributaire de la politique nationale. Je n’ai malheureusement pas les statistique du seul riz irrigué. Mais on peut noter qu’en 1996, la production totale de riz (donc irrigué et pluvial) était déjà de 111 807 tonnes. Mais cette année a vu la privatisation de la SONACOR (Société Nationale de Commercialisation du Riz) qui achetait le riz aux producteurs à un prix rémunérateur dès la fin de la récolte. Ce qui permettait aux producteurs des plaines irrigués de préparer sans tarder la deuxième culture. Avec la suppression de la SONACOR et l’importation massive de vieux riz asiatiques (parfois de dix ans d’âge) à prix cassé, les producteurs des plaines irrigués ont vu leurs revenus s’effondrer. Beaucoup ont abandonné (jusqu’à aujourd’hui) la production de riz pour se tourner vers le maraîchage. La production nationale de riz s’est effondré également. Parfois fortement, comme en l’an 2000 (66 395 tonnes) et 2007 (68 916).
Il a fallu la crise alimentaire de 2007-2008 pour que le gouvernement et les commerçants s’intéressent enfin à la production locale. En 2004, les commerçants proposaient 85 FCFA pour un kilo de riz paddy ! Aujourd’hui ils en proposent au moins 150FCFA ! Parfois 170 FCFA ! Le double. Aussi, depuis 2008, la production de riz s’accroît de 12% par an. Deux fois plus vite que la population urbaine. Si le marché mondial ne s’effondre pas et si le gouvernement continue d’appuyer la production du riz (irrigué et pluvial), on peut penser que cette croissance au taux de 12% se poursuivra.
Si la CEDEAO (Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest) se décide enfin à taxer le riz à 35% à l’importation, cette croissance pourrait être encore plus forte, et en quelques années le Burkina et l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest pourrait être auto-suffisant en riz.

CAMEROUN

Plus de 100 millions offerts aux organisations de producteurs
13 AVRIL 2011 – http://fr.allafrica.com/stories/201104130436.html
Les délégués de 10 organisations de producteurs de riz et de mais, bénéficiaires de la manne du programme d’appuis à la compétitivité agricole (Paca) étaient tout sourire le jeudi31 mars 2011. Ils ont reçu de cet organisme d’appui une subvention non remboursable de 115.291.267Fcfa pour le développement de leurs activités. Parmi les 10 organisations des producteurs, 09 font dans la production de riz tandis qu’un seul fait dans la production de maïs de consommation. C’est l’union des GIC Meissalala de Bogo qui se taille la part du lion avec une subvention de non remboursable de 30 millions de francs CFA. L’enveloppe la plus petite est revenue au GIC Mini Namou de Maga Dougui pour un montant de 5.168.000 francs CFA.

CÔTE D’IVOIRE/IVORY COAST

9 000 tonnes de riz du PAM pour les réfugiés et déplacés ivoiriens
19 AVRIL 2011 – http://www.cafeaboki.com/cote-divoire/actualites/societe/6813-9000-tonnes-de-riz-du-pam-pour-les-refugies-et-deplaces-ivoiriens.html
Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a commencé à fournir une assistance alimentaire de 9.000 tonnes de riz aux personnes déplacées en Côte d’Ivoire, ainsi qu’aux réfugiés ivoiriens au Liberia voisin, a indiqué mardi l’organisation à Bamako.
« L’opération totale porte sur la livraison de 9.000 tonnes, dont la plus grande partie sera ultérieurement acheminée par route du Mali vers Man, Korhogo et Bouaké, dans l’ouest et le nord de la Côte d’Ivoire, ainsi que vers Saclepea, au Liberia », précise un communiqué du PAM.

Côte d’Ivoire: les agriculteurs ont plus que jamais besoin d’aide / La FAO distribue semences et outils à des milliers de familles rurales
18 AVRIL 2011 – http://www.afrik.com/communique3036.html
Avec le retour timide du calme en Côte d’Ivoire qui succède à plusieurs mois de violence politique, une course contre la montre s’est engagée pour sauver la saison des semis de riz et de maïs qui débute avec les premières pluies dans l’ouest et le nord du pays.
Nonobstant la précarité de la situation sécuritaire, la FAO vient de lancer une opération de distribution de semences, d’engrais et d’outils agricoles à quelque 12 000 familles rurales en Côte d’Ivoire et au Libéria. Les distributions ciblent dans les prochains jours des villages qui abritent des réfugiés et des personnes déplacées.

Ben N’Fally (l’Aprocaci) : « Les opérateurs économiques de Bouaké écouleront plus de 15 tonnes de riz sur Abidjan d’ici jeudi »
11 MARS 2011 – http://informateur.net/index.php?option=com_content&view=article&id=781:soumahoro-ben-nfally-laprocaci-l-les-operateurs-economiques-de-bouake-ecoulent-plus-de-15-tonnes-de-riz-sur-abidjan-dici-jeudi-r&catid=44:politique&Itemid=74
Hier soir (Ndlr : samedi 9 avril 2011), j’ai eu une rencontre avec des opérateurs économiques de Bouaké qui sont prêts à écouler plus de 15 tonnes de riz, d’ici jeudi sur les différents marchés Abidjan. Aujourd’hui, un sac de riz coûte 45 000 FCFA sur le marché à Abidjan, un litre d’huile à 3 000 FCFA. Les gens n’ont pas d’argent et peu qui est sous la main n’est pas à la portée des populations. Les calculs sont en train d’être fait pour qu’au moins, un sac de riz avant la crise, qui coûtait 7 500 FCFA ne puisse pas dépasser 9 000 FCFA, compte tenu des efforts supplémentaires qu’ils vont faire, c’est sur ce point que nous discutons beaucoup.

GHANA

Fire destroys rice farms in Yendi Municipality
APRIL 21, 2011 – http://foodsecurityghana.com/2011/04/22/fire-destroys-rice-farms-in-yendi-municipality/
Raging bushfire has destroyed three rice farms in the Yendi Municipality from January to March this year.

Ghana May Reduce Wheat Imports, Boost Rice Purchases, USDA Says
APRIL 20, 2011 – http://www.bloomberg.com/news/2011-04-20/ghana-may-reduce-wheat-imports-boost-rice-purchases-usda-says.html
Ghana may reduce imports of wheat to 300,000 metric tons in the year that begins July 1, down from an estimated 350,000 tons this year, a unit of the U.S. Department of Agriculture said in a report posted today on its website.
Rice imports may rise to 330,000 tons in the year that begins Oct. 1, up from an estimated 320,000 this year, the USDA Foreign Agricultural Service said.
Watch the report: http://gain.fas.usda.gov/Recent%20GAIN%20Publications/2011%20Grain%20and%20Feed%20Annual_Accra_Ghana_4-11-2011.pdf

20 Women Trained On Improved Rice Post-Harvest Technologies
APRIL 18, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104190881.html
Twenty women rice processors, mainly drawn from the Bolgatanga Municipality and Kassena-Nankana East District of the Upper East Region, have attended a three-day training workshop to broaden their knowledge on improved rice post-harvest technologies.

GUINEE

« De l’eau, du riz et de l’électricité pour tous les guinéens »
19 AVRIL 2011 – http://www.rfi.fr/emission/20110419-eau-riz-electricite-tous-guineens
« De l’eau, du riz et de l’électricité pour tous les guinéens » : c’était l’un des slogans du Premier ministre Lansana Kouyaté en 2007. Quatre ans plus tard, ce slogan semble avoir été repris à son compte par la nouvelle équipe dirigeante du président Alpha Condé. Et en ce qui concerne le riz, les premières opérations de développement de la filière ont été signées lors de la visite du président guinéen en France.
Écouter sur RFI : http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/201104/AFRIK_ECO_DOSS_-19_04-_RIZ_GUINEE.mp3

Port autonome de Conakry : sortie clandestine de « riz du changement »->Port autonome de Conakry : sortie clandestine de « riz du changement »
1er AVRIL 2011 – http://www.africatime.com/guinee/nouvelle.asp?no_nouvelle=589853&no_categorie=
Le « riz du changement » envoyé tambour battant pour soulager les populations locales, est entrain d’être détourné de son objectif au Port autonome de Conakry. Nous avons constaté qu’un groupe de femmes embarquaient plusieurs sacs « soleil » du « riz du changement » du Gouvernement Alpha Condé.
Par curiosité, lorsque nous avons demandé à l’une des femmes si elles ont acheté ce riz au prix officiel (16 000 GNF), la réponse est sans équivoque : « Nous avons négocié ce riz la nuit pour aller le revendre sur le marché (…) Il n’y a plus de riz sur le marché depuis quelque temps.

KENYA

Sh12 Billion Injection for Rice Farming
APRIL 22, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104250188.html
An injection of Sh12 billion in the ailing Mwea Irrigation scheme will double rice output in a year.

Rice Importer Kenya May Double Production With Introduction of New Variety
APRIL 6, 2011 – http://www.bloomberg.com/news/2011-04-06/rice-importer-kenya-may-double-production-with-introduction-of-new-variety.html
Kenya, a net rice importer, may double production of the grain over the next seven years after introducing a drought-resistant seed variety that thrives in drier environments, the Agriculture Ministry said. The government is encouraging use of the seed type, known as New Rice for Africa, or Nerica, which may increase output to 178,000 metric tons by 2018 from 80,000 tons, Johnson Irungu, director of crops at the ministry, said in a phone interview yesterday from Nairobi, the capital. So far, about 60 tons of the seed has been distributed, he said.

MALI

LE PREMIER MINISTRE REÇOIT LE COORDINATEUR SOUS REGIONAL DU BUREAU DE LA FAO EN AFRIQUE DE L’OUEST
24 AVRIL 2011 – http://www.primature.gov.ml/index.php?option=com_content&view=article&id=6666:le-premier-ministre-recoit-le-coordinateur-sous-regional-du-bureau-de-la-fao-en-afrique-de-louest&catid=5
Au cours de l’audience que lui a accordée le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur MBENGA a rendu compte de sa mission au Mali qui était d’assister au lancement d’un projet régional avec un volet national vendredi 22 avril 2011. Il s’agit de l’amélioration de la production du riz en Afrique de l’Ouest qui touche cinq (5) pays dont le Mali. Le projet vise à aider à l’élaboration de politique et de stratégies semencières ou tout au plus, aider à la mise en œuvre de politiques existantes.
Le Pays sera accompagné dans la production de semences de base. Aussi, l’on travaillera avec les producteurs/productrices dans l’intensification de la production du riz. Enfin, un autre objectif spécifique concerne l’appui à la commercialisation du riz de bonne qualité ici au Mali. Le Projet durera 28 mois pour environ 5,8 millions de dollars US financé par le Royaume d’Espagne.

Assemblée nationale : 9,5 MILLIARDS FCFA POUR L’EXTENSION DU CASIER DE MOLODO
22 AVRIL 2011 – http://www.bamanet.net/index.php/actualite/essor/14093-assemblee-nationale–95-milliards-fcfa-pour-lextension-du-casier-de-molodo.html
1000 ha de périmètres irrigués vont être aménagés en complément des 1500 ha de la phase. Les députés ont renoué hier avec l’examen des projets de loi. Il y avait 13 projets de loi à l’ordre du jour de la première plénière de cette session. A l’unanimité des 126 votants, ils ont adopté un projet de loi portant ratification d’une ordonnance de mars dernier entre le Mali et la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) pour le financement partiel du projet d’aménagement hydro-agricole du casier de Molodo, phase I extension à l’Office du Niger.
Plus spécifiquement, il est question de contribuer à la sécurisation de la production rizicole et à la réduction du déficit national en riz par une production additionnelle de 9 288 tonnes de riz paddy d’une part et la promotion, l’amélioration et la diversification des revenus des familles bénéficiaires d’autre part.

L’Office Riz Ségou en quête de performances : Le Projet PADER KT, un défi pour le nouveau Directeur Général
21 AVRIL 2011 – http://www.maliweb.net/category.php?NID=74453
Avec le Projet d’Appui au Développement Rural de Tien Konou (PADER KT) l’Office Riz Ségou passe de la submersion contrôlée à la maitrise totale de l’eau, comme c’est le cas à l’Office du Niger, le géant de la riziculture au Mali, avec la reconversion de 2000 ha de Tien Konou dans le complexe de Dioro et la sécurisation de 2200 ha du casier I et celui de Famana dans le complexe de Tamani.

Institut d’Economie Rurale : Projet de Diffusion du Riz Nerica
21 AVRIL 2011 – http://www.maliweb.net/category.php?NID=74417&intr=
« L’état d’avancement global de l’exécution des activités du projet est de 93,61%. Cette performance est liée aux actions conjuguées de tous les acteurs qui se sont fortement mobilisés pour la réussite de ce projet ». Pour l’année 2011, le budget prévu s’élève à 303.419.000F CFA, ce montant est essentiellement destiné au paiement des travaux et services exécutés ou en cours d’exécution.
Selon Moussa Léo SIDIBE, en cinq ans le projet a œuvré activement pour l’atteinte de l’objectif fixé à savoir la promotion, voire la diffusion des variétés du riz Nerica. Les superficies emblavées activement en Nerica atteignent 54.000 hectares pour une production d’environ 119.000 tonnes.

Dr Cheick Modibo Diarra, Président du Rassemblement pour le Développement du Mali (RPDM) :  » On ne peut pas avoir un programme sérieux pour le développement de ce pays sans faire appel à toutes les forces vives de la nation»
06 AVRIL 2011 – http://www.maliweb.net/category.php?NID=73655&intr=
Le président du Rassemblement pour le Développement du Mali (RpDM), Dr Cheick Modido Diarra a accordé un entretien au journal l’Indépendant, effectuant un vaste tour d’horizon de la situation du Mali, notamment sur l’Initiative riz.
Si vous êtes élu président de la République, pensez-vous pouvoir réaliser cet ambitieux programme : un village un tracteur, un village un groupe électrogène ?
Oui, en trois ans cela est réalisable. Nous avons déjà chiffré cet investissement qui revient à 1/10ème du coût de l’Initiative Riz. Avec donc un 1/10ème du coût de l’Initiative Riz, nous pouvons assurer l’autosuffisance alimentaire en assurant la mécanisation de l’agriculture. Il y a également des questions de santé et d’électrification. Dès la deuxième année, chaque village aura un générateur (groupe électrogène, ndlr), en attendant l’arrivée du réseau national, pour la production d’électricité. Vous savez, on peut réaliser tous ces projets avec tout simplement de la rigueur dans la gestion.

MADAGASCAR

Une baisse globale du prix du riz
26 AVRIL 2011 – http://www.lexpressmada.com/denree-madagascar/22896-une-baisse-globale-du-prix-du-riz.html
L’observatoire du riz a fait état d’une baisse générale du prix de la nourriture de base des Malgaches. Le « vary mora » a contribué à cette baisse.
Grâce à l’abondance du riz issu de la dernière récolte sur le marché, le prix de cette denrée a connu une baisse globale. L’Observatoire du riz publie ce constat à travers son baromètre n° 12 du 20 avril concernant les prix des produits de première nécessité sur les grands marchés de la capitale. « Les prix du “vary gasy”, du “tsipala” et du “makalioka” ont tous diminué respectivement de 7 %, de 8 % et de 1 % par rapport à la semaine dernière », mentionne le rapport de l’Observatoire.
Plus concrètement, le prix du « vary gasy » se situe actuellement entre Ar 1000 dans les marchés d’agglomération, et Ar 1700 au marché d’Analakely, celui du « tsipala » entre Ar 1 000 et Ar 1 600, et celui du makalioka entre Ar 1 500 et Ar 1 700. Ce dernier reste cher et l’Observatoire évoque sa rareté sur le marché. « Les stocks de  » makalioka  » commencent à s’épuiser », évoque l’Observatoire. Le riz importé demeure le moins cher avec le kilo coûtant entre Ar 1 120 et Ar 1 300.

Riz hybride: Un meilleur rendement
19 AVRIL 2011 – http://gasy.net/presse/31/68083-riz-hybrideun-meilleur-rendement.html?directory=3
Les paysans de la Haute Matsiatra se disent satisfaits, puisque sur les 45 hectares sur lesquels le riz hybride a été planté, ils ont obtenu un rendement de plus de 5 tonnes à l’hectare, alors que les statistiques indiquent que la culture de riz classique à Madagascar a un rendement de 2 tonnes à l’hectare. Devant ce succès, les responsables annoncent que 200 Ha de rizière seront consacrés à cette variété en 2012 dans la Haute Matsiatra. Même si cette augmentation du rendement est appréciable, les scientifiques chinois qui ont développé ce type de riz étaient arrivés à des taux de rendement bien supérieurs. Ils évoquent en effet des résultats allant de 6,2 à 12 tonnes à l’hectare.

Madagascar: Dormir dans les champs pour protéger son riz
18 AVRIL 2011 – http://hebdo.farmradio.org/2011/04/18/madagascar-dormir-dans-les-champs-pour-proteger-son-riz-allafrica-irin/
La récolte de riz à venir est vitale pour la survie des riziculteurs. Mais certains riziculteurs qui vivent près de la capitale et dans les régions du centre-ouest et de Vakinankaratra ont déjà fait l’amère expérience de se réveiller pour constater que la première la récolte de riz de la saison avait disparu. La totalité de leur récolte aurait été volée par des pilleurs en une seule nuit. Avec la prochaine récolte qui approche, les agriculteurs ont commencé à passer la nuit dans leurs champs de riz, pour garder un œil dessus.

Boeny : Ambato Boeni : le riz et les PPN à prix accessible
14 AVRIL 2011 – http://www.madaplus.fr/Boeny-Ambato-Boeni-le-riz-et-les-PPN-a-prix-accessible_a1709.html
La récolte de riz « Asara » est en cours à Ambato Boeni, cela expliquerait la stabilisation, voire la baisse du prix du riz sur le marché, à la grande joie de la population. Ainsi, le riz qui se vendait à 450 Ar le « kapoaka » précédemment, est actuellement vendu entre 250 Ar à 300 Ar. Le « kapoaka » est la mesure habituelle que la population malgache utilise pour peser le riz, ou pour le cuire. Approximativement, il faut 3,5 « kapoaka » de riz pour l’équivalent d’un kilo de riz.

La période de soudure touche à sa fin. Les nouvelles récoltes venant de certaines régions a engendré une baisse du prix du riz sur le marché.
2 AVRIL 2011 – http://www.lexpressmada.com/denrees-madagascar/22258-le-prix-du-riz-commence-a-baisser.html
De nouveaux prix du riz commencent à s’afficher avec une baisse moyenne de 100 ariary par kilo. Le riz makalioka local est passé de 1 600 ariary à 1 450 ariary le kilo, et de 1 400 à 1 350 ariary pour le vary gasy. Le sac de 50 kilos de makalioka vaut 73 000 ariary. L’arrivée de la grande récolte de la région Alaotra à Ambatondrazaka, un des greniers de Madagascar, explique ce changement selon Zaka, un vendeur à Antohomadinika. « Ici, le kilo du makalioka est vendu à 1 200 ariary. Le vary vao coûte 350 ariary le kapoaka, contre 380 ariary pour le riz de la récolte précédente », confirme une source habitant à Ambatondrazaka.

A Madagascar : les prix du riz flambent, sans rapport avec le marché international
Avril 2011 – http://www.cirad.fr/media/documents/actualites-doc/flambee-du-prix-du-riz-a-madagascar-avril-2011-helene-david-benz
Comme lors de la crise de 2008, la hausse des prix internationaux actuelle affecte de façon très différente les marchés intérieurs, selon les produits et les contextes nationaux. A Madagascar, la flambée des prix du riz sur le marché international en 2008 avait été à peine perceptible : les prix intérieurs avaient suivi leurs fluctuations saisonnières habituelles, sans répercuter la hausse internationale. Paradoxalement, depuis fin 2010, alors que le marché international du riz est resté relativement calme par rapport à celui des autres céréales, le prix du riz a atteint des niveaux record dans la Grande Ile.

MAURITANIE

30 000 ha de riz visés en Mauritanie pour la prochaine campagne agricole
27 AVRIL 2011 – http://www.afriqueavenir.org/2011/04/27/30-000-ha-de-riz-vises-en-mauritanie-pour-la-prochaine-campagne-agricole/
La Mauritanie se fixe pour objectif, au titre de la campagne agricole 2011-2012, de cultiver 30.000 hectares de riz afin de réaliser des avancées sur la voie de l’autosuffisance alimentaire, a appris un correspondant de APA à Nouakchott.
Ce chiffre a été révélé par le ministre du Développement rural, Brahim Ould M’Bareck Ould Mohamed El Moktar, lors d’une réunion mardi avec les agriculteurs de Rosso.
Le ministre a promis au cours de la rencontre un appui substantiel en matière de fourniture des semences améliorées, d’encadrement technique, de crédit agricole et de lutte contre les déprédateurs. Les agriculteurs ont pour leur part exprimé un certain nombre de doléances relatives à la réhabilitation des canaux d’irrigation et à la fixation des prix promotionnels pour le riz.
Au cours de la campagne agricole 2010-2011, les autorités avaient arrêté comme objectif de cultiver 20.000 hectares et ont pu réaliser une production de 45.000 tonnes de paddy, soit un excédent considérable par rapport à l’année d’avant.
Pour contrecarrer le phénomène de la cherté des prix des produits alimentaires, Nouakchott s’attelle à redoubler sa production rizicole et engage un processus d’expérimentation de la culture du blé.

MOSAMBICE

Matutuine Project Could Cut Rice Imports by 20 Per Cent
APRIL 13, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104140235.html
he rice production and processing unit being built in the southernmost district of Matutuine, Maputo province, could reduce the country’s rice import requirement by 20 per cent. Currently the country imports 650,000 tonnes of rice per year.

NIGER

Indice des prix à la consommation au mois de mars 2011 : baisse de 0,9% par rapport au mois de février 2011
13 AVRIL 2011 – http://lesahel.org/index.php?option=com_content&view=article&id=7055:indice-des-prix-a-la-consommation-au-mois-de-mars-2011–baisse-de-09-par-rapport-au-mois-de-fevrier-2011&catid=34:actualites&Itemid=53
Selon l’Institut national de la statistique (INS), le niveau général des prix à la consommation, mesuré par l’indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC), est en baisse de 0,9% en mars 2011 par rapport au mois de février 2011.
« Les céréales non transformées ont renchéri de 2,3% par rapport au mois de février 2011. Selon l’INS, cette hausse provient de l’augmentation des prix des sacs de 100Kg de sorgho (+2,6%) et du sac de 50kg de riz (+1,8%) qui sont passés respectivement de 16.694FCFA et 22.238FCFA en février 2011 à 17.125FCFA et 22.631FCFA en mars 2011.

Activités génératrices de revenus dans la commune urbaine de Tillabéry : les femmes en première ligne
13 AVRIL 2011 – http://lesahel.org/index.php?option=com_content&view=article&id=7054:activites-generatrices-de-revenus-dans-la-commune-urbaine-de-tillabery–les-femmes-en-premiere-ligne&catid=35:articles-de-societe&Itemid=54
Située à 115 km de Niamey, la ville de Tillabéry regorge d’importantes ressources naturelle, économique, culturelle, sociale et humaine. Dans cette localité, les habitants vivent en parfaite symbiose. Les femmes et les enfants sont les plus nombreux et encore les plus vulnérables.
Cet état de fait renforce d’ailleurs la volonté des femmes à redoubler d’efforts pour participer à la recherche des voies et moyens permettant de satisfaire les besoins de la famille. Cela principalement à travers la pratique de certaines activités génératrices de revenus. Les femmes se battent ainsi contre la pauvreté.
Les femmes sont beaucoup plus connues dans le commerce du riz et de manioc. Zeinaba, une habitante de Sanguéné, exerce le commerce du riz depuis des décennies. Cette activité lui permet selon ses dires de soutenir certaines charges de son foyer et de subvenir à ses besoins. Zeinaba affirme acheter le sac de riz non décortiqué à 12 000 FCFA ou 12 500 FCFA. Tout dépend selon elle de la disponibilité sur le marché.
Elle procède ensuite au décorticage, puis au vannage avant d’obtenir le produit fini qui est le riz blanc. Cela lui prend énormément de temps et d’énergie qu’elle semble ne pas sentir en affirmant qu’elle peut se retrouver avec un bénéfice de 4.000 FCFA à 4.500 FCFA selon le sac. Ce qui est sûr, c’est que les étapes à franchir pour avoir le produit fini sont nombreuses. Ainsi, après l’achat du sac de riz non décortiqué auprès des producteurs, elle paye 50F pour faire transporter le sac dans la pirogue.
Une fois arrivée à la maison, elle fait tremper pendant deux jours le sac de riz dans le fleuve. Après l’avoir récupéré, elle fait bouillir le riz, qu’elle transporte au moulin avant de le confier aux femmes chargées de faire le vannage. A toutes ces étapes, il faut débloquer de l’argent, être patient et endurant. Une fois le riz obtenu, elle le transporte sur le lieu de livraison où les clients attendent souvent pour en acheter, par petites mesures ou en quantité importante. En détail, la mesure avec la boîte de tomate de 800g se vend à 400 FCFA pendant que tout le sac est vendu à16 500 FCFA.

NIGERIA

Jonathan Faults Obasanjo, Shagari’s Agric Programmes
APRIL 13, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104130654.html
President Goodluck Jonathan yesterday faulted Operation Feed the Nation agriculture programme introduced by the then military Head of State General Olusegun Obasanjo between 1976 and 1979 and Shehu Shagari’s Green Revolution programme in 1979, saying they have failed to address the agricultural needs of the country. He said, « In Nigeria, we had Operation Feed the Nation (OFN), we had Green Revolution and yet, we are still importing rice…
« As a government, we need to provide an enabling environment, I will not be happy, if Nigerians elect me on Saturday to come after four years to talk about rice importation. We must look at certain things that we import in large quantities and see how we can produce them here. »

Economie – Nigeria: Mettre le secteur privé à contribution
13 AVRIL 2011 – http://www.afriquejet.com/afrique-de-l%27ouest/nigeria/economie-nigeria:-mettre-le-secteur-prive-a-contribution-201104138657.html
Le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a indiqué mardi qu’il allait mettre à contribution le secteur privé et les Nigérians de la diaspora pour booster l’économie du pays dans les quatre prochaines années. «J’appelle les principaux acteurs du secteur privé et nos partenaires au développement à se joindre à nous car le gouvernement à lui seul ne peut s’occuper de la création d’emplois», a-t-il déclaré.
‘Je n’aimerais pas que les Nigérians m’élisent samedi pour que je revienne quatre ans après leur parler de l’importation du riz. Nous devons nous pencher sur les produits que nous importons en grande quantité et essayer de voir comment nous pouvons les produire», a ajouté le président nigérian.
elon lui, le Nigéria doit mécaniser l’agriculture, fournir de l’eau à travers les barrages et travailler sur l’irrigation, avoir une variété de cultures à haut rendement et utiliser des engrais qui correspondent à son type de sol.

Japan lists roles for Nigeria’s agricultural development
APRIL 12, 2011 – http://www.guardiannewsngr.com/index.php?option=com_content&view=article&id=44525:japan-lists-roles-for-nigerias-agricultural-development&catid=31:business&Itemid=562
JAPAN, the Asian giant, has lined up series of agricultural assistance programmes for Nigeria, despite its current challenges, going by assurance from the Chief Representative of Japan International Cooperation Agency (JICA), Mr. Sumi Yoshitaka.
Giving insight into the present cooperation format, the Permanent Secretary, Ministry of Agriculture, Mrs. Fatima Bamidele, revealed that Nigeria was cooperating with Japan under a new programme- Coalition for African Rice Development (CARD).
According to her, “CARD is an initiative for doubling rice production in sub-Saharan Africa. It is sponsored by the combined efforts of JICA and the Alliance for Green Revolution in Africa (AGRA). Nigeria is one of the 12 African countries selected to participate in the CARD programme,” she said.
Other programmes and projects receiving the attention of JICA, according to her, include the construction of a central and four satellite post harvest processing technology training centres, Accelerated Rice Production, Processing and Marketing (ARPPM) project under KR2, rural water supply and sanitation projects in Kano, Katsina, Yobe and Oyo states.

Bankers’ Committee Targets 7 Percent Agric Lending
APRIL 9, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104120664.html
As part of efforts to lay the foundation for a radical change in the structure in banks’ balance sheet, the Bankers’ Committee has urged banks to increase their lending to the agricultural sector to about 7 per cent.
The Committee identified: Cotton, Tomato, Maize, Sorghum, Rice and Cassava productions as some value-chains which it wants to focus on. « We have to start from somewhere. It could be rice, tomato or any other, all we need is just to start somewhere. Why should Nigeria be importing tomato from Ghana? The rice that we import from India was produced 10 years ago. We have to re-trace our steps. If we are really talking about fixing the economy, we need to fix the agricultural sector to be able to generate jobs and equitable growth in the economy, » Sanusi emphasised.

Obasanjo Points to ICT for Food Security
APRIL 7, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104070615.html
Returning from London last Friday morning, former President Olusegun Obasanjo came straight to the Multipurpose Hall, Bells University of Technology, Ota, to deliver a keynote address on the applications and benefits of ICT in Agro-allied and food industrial systems for national food security, at an international conference on ICT for Africa, attended by scholars and experts from Africa and USA. « Nigeria imported N155 billion worth of rice meaning $1 billion Us dollars. A country with 150 million people, with vast land, no where in Nigeria that you can’t plant rice. But imported so much. Why? It should not have happened. It has happened. can we stem the tide, if so, how ? »

UGANDA

Rice Demand Still High Despite Price Increase
APRIL 27, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104270180.html
‏Rice is one of the foods that is enjoyed by many Ugandans. The grain that is sold and eaten in Uganda comes from different parts of the world including Pakistan, Tanzania, Vietnam and from the eastern and northern parts of Uganda. Though one may say that there is a variety that people can choose from, most retail shop owners say that Ugandans have a particular preference of rice.
According to Ms Deborah Nakaryowa, a retail shop owner in Kabalagala, her customers always prefer a particular type known as super. « They like it because it has a good taste and smells good, » she says. However, she adds that since super rice is grown in different areas, many people have learnt to differentiate the types and a lot of them prefer the type from Mbale whose seeds are not whole but rather, broken. Super rice is grown in Mbale, Gulu and Tanzania. Super has less stones, so one doesn’t spend a lot of time sorting it.

RWANDA

Bureau’s Standards to Boost Rice Production
APRIL 2, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104280020.html
Rwanda National Bureau of Standards (RBS) has embarked on the implementation of quality rice standards to improve the crop’s production for domestic consumption and export

SENEGAL

Agriculture – Le Sénégal a atteint l’autosuffisance alimentaire
29 AVRIL 2011 – http://www.seneweb.com/news/Economie/agriculture-le-senegal-a-atteint-l-rsquo-autosuffisance-alimentaire_n_44534.html
Le Sénégal, fort d’une production rizicole de 605.000 tonnes, a atteint l’autosuffisance alimentaire. C’est la ferme conviction exprimée lors du dernier secrétariat national du Pds, qui s’est félicité de la « Révolution verte » entreprise sous l’Alternance, à travers la Goana et au profit du monde rural.
« Le Sénégal a atteint l’autosuffisance alimentaire en trois ans ou quatre ans d’application de la Goana (Grande offensive pour la nourriture et l’abondance », c’est la certitude que le Pds tient d’experts aux compétences avérées en la matière. Il est relevé, à travers notre source, que la production de riz pour cette année a été portée à 605.000 tonnes.
Soit l’équivalent de la consommation nationale annuelle du Sénégal, qui était de 600.000 tonnes sur 750.000 importées. « Le surplus est destiné à la réexportation dans la sous-région », selon, toujours, le communiqué.

Accusé de vol de riz : Moustapha Tall placé sous mandat de dépôt
28 AVRIL 2011 – http://www.rewmi.com/Accuse-de-vol-de-riz-Moustapha-Tall-place-sous-mandat-de-depot_a40358.html
Moustapha Tall a été placé, hier, sous mandat de dépôt par le Doyen des juges. C’est suite à une accusation de vol en réunion par un négociant suisse qui lui reproche d’avoir fait main basse sur 4 000 tonnes de riz estoquées dans les entrepôts de la société MLK, en s’attachant les services de nervis.

Baisse de 22,2% des importations sénégalaises en 2009
28 AVRIL 2011 – http://www.aps.sn/aps.php?page=articles&id_article=79579
Les importations sénégalaises ont connu en 2009 une baisse de 22,2% tirée par la réduction de 152,7 milliards de francs CFA de la facture des approvisionnements en riz, rapporte une étude la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).
Les produits alimentaires représentent 20,5% du total des importations de marchandises en 2009, selon la banque centrale. « Après un niveau historiquement élevé en 2008 (288,0 milliards de francs CFA), les importations de riz ont fléchi à 135,3 milliards en 2009 », font savoir les statisticiens.
Ils estiment que les importations de riz se sont contractés de 28,3% en 2009, en même temps que les prix de ce produit ont enregistré un repli de 38,3% « après le choc sur les denrées de première nécessité ».
Sur le même thème : Le riz propulse les recettes d’exportation de produits alimentaires (BCEAO)
27 AVRIL 2011 – http://fr.allafrica.com/stories/201104280363.html

Senegal achieves rice bumper harvest
APRIL 26, 2011 – http://www.africanagricultureblog.com/2011/04/senegal-achieves-rice-bumper-harvest.html
Senegal is producing enough rice to meet domestic needs and export the surplus, President Abdoulaye Wade said. Last year’s harvest was 640,000 metric tons of rice, 40,000 tons more domestic demand, Wade said at a conference in the capital of Dakar. The yield was more than triple that of 2006, he said. A program with India will boost production to 1.1 million tons in a few years, he said. “We’re going to produce 600,000 tons for local consumption and have a further 500,000 tons for export,” he said.

Le ministre sénégalais de l’Agriculture juge ‘’très bonne’’ la campagne 2010-2011
22 AVRIL 2011 – http://www.afriqueavenir.org/2011/04/22/le-ministre-senegalais-de-l%E2%80%99agriculture-juge-%E2%80%98%E2%80%99tres-bonne%E2%80%99%E2%80%99-la-campagne-2010-2011/
APA–Dakar (Sénégal) L’année agricole 2010 -2011 au Sénégal peut être qualifiée de ‘’très bonne’’ au regard des résultats obtenus dans les domaines horticoles et arachidières, a déclaré le ministre sénégalais de l’Agriculture, Khadim Guèye, qui faisait le bilan de la campagne agricole dans la revue Goana Infos, une publication trimestrielle de son ministère.
Le riz suit sa tendance progressive de hausse avec plus de 600.000 tonnes produites pour la campagne 2010-2011, a-t-il dit, assurant que ‘’notre marche inexorable vers l’autosuffisance en riz est plus que jamais déterminée pour 2012’’.

Tensions en Afrique, flambée des prix agricoles : interview exclusive du président du Sénégal Abdoulaye Wade
21 AVRIL 2011 – http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110421trib000617131/tensions-en-afrique-flambee-des-prix-agricoles-interview-exclusive-du-president-du-senegal-abdoulaye-wade.html
Quels sont les défis de l’agriculture sénégalaise ?
Notre agriculture, grâce notamment aux subventions que j’ai mis en place pour soutenir les agriculteurs face à la montée des prix, est de plus en plus productive et performante. Il nous faut atteindre l’autosuffisance alimentaire dans tous les domaines et développer les exportations. Un contrat sur cinq ans est sur le point d’être signé avec la Chine à partir de 2012 pour exporter de l’arachide. Nous avons également un contrat avec l’Inde pour produire dès 2011, au Sénégal, 1,1 million de tonnes de riz, soit 500 000 tonnes pour l’exportation en plus des 600 000 tonnes nécessaires à notre alimentation. Pour moderniser notre économie, nous devons développer la transformation des matières premières agricoles, telles que l’arachide ou les fruits, pour pouvoir les exporter sur le marché international. Mon rêve est que les Français mangent à l’apéritif des cacahuètes qui proviennent intégralement du Sénégal.

Ouvrages hydro-agricoles : 5 milliards de FCfa de la Bad au SENEGAL
21 AVRIL 2011 – http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=3599:ouvrages-hydro-agricoles–5-milliards-de-fcfa-de-la-bad-au-senegal-&catid=78:a-la-une
Dans le cadre de son appui en faveur de la lutte contre la pauvreté, notamment dans les zones rurales, la Banque africaine de développement (Bad), vient d’accorder un financement supplémentaire de 8, 4 millions d’Uc, soit 5 milliards de francs Cfa pour la réalisation d’ouvrages hydro-agricoles afin d’augmenter la production dans les régions de Fatick, Tambacouda, Kédougou, et Kolda.
a Banque africaine de développement (Bad) vient d’accorder un prêt supplémentaire de 5 milliards de francs Cfa au Projet d’appui à la petite irrigation locale (Papil).
La première phase du Papil a porté ses fruits avec plus de 2 000 ha de terres salées récupérées et plus de 8 000 tonnes de riz récoltées dans les bas-fonds et dans les périmètres rizicoles où intervient le projet. « Fort de ces résultats appréciés, et tenant compte des nombreux besoins exprimés par les communautés rurales, la Bad a accepté de répondre favorablement à la requête du gouvernement du Sénégal en accordant au Papil ce nouveau prêt qui témoigne de la coopération très étroite qui existe entre votre pays et la Bad », constate Xavier Boulenger, le nouveau représentant résident de la Bad.

Recherches agricoles : Bientôt un Centre de formation en riziculture à SAINT-LOUIS
21 AVRIL 2011 – http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=3613:recherches-agricoles-bientot-un-centre-de-formation-en-riziculture-a-saint-louis&catid=51:economy&Itemid=63
Un centre de formation aux techniques de la riziculture verra bientôt le jour à Ngallèle, dans la région de Saint-Louis, où le conseil d’administration d’Africa Rice vient de procéder à la pose de la première pierre. C’était en marge de la visite organisée dans les périmètres d’expérimentation de la station régionale du Sahel du Centre du Riz pour l’Afrique.
Le Centre est installé non loin de l’université Gaston Berger, de la Saed, et de l’Isra, qui ont convenu de développer avec la station régionale du Sahel du Centre du Riz pour l’Afrique, une plate-forme commune sur la formation en riziculture.

Le PDEF prend en charge la politique d’alimentation scolaire
5 AVRIL 2011 – http://www.aps.sn/aps.php?page=articles&id_article=78762
Le document de politique des cantines scolaires présenté mardi à Thiès indique que la troisième phase du Programme décennal de l’éducation et la formation (PDEF) offre ‘’une bonne opportunité de définir et de mettre en œuvre une politique nationale d’alimentation scolaire’’ susceptible de relever le défi.
Le document ajoute que l’objectif de ce programme est de ‘’faire émerger’’ un comportement alimentaire recentré sur le ‘’consommer local’’ et de briser la tyrannie du riz à travers une redécouverte de la supériorité nutritive de l’alimentation locale.

Agriculture : les fruits de la Goana
4 AVRIL 2011 – http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/ARTJAJA2619p088-089.xml0/agriculture-abdoulaye-wade-goana-arachideagriculture-les-fruits-de-la-goana.html
Si la Grande Offensive agricole pour la nourriture et l’abondance produit ses premiers effets, le chemin vers l’autosuffisance alimentaire est encore long. Avec une production de riz de 320 000 t, contre 200 000 t deux ans plus tôt, on reste cependant encore loin de l’objectif de couvrir les besoins annuels du pays, qui tournent autour de 800 000 t.

Dr Pape Abdoulaye Seck « L’autosuffisance en riz est possible au Sénégal »
1er AVRIL 2011 – http://fr.allafrica.com/stories/201104010712.html
Le Docteur Pape Abdoulaye Seck, directeur général d’Africa/Rice ou Centre du riz pour l’Afrique, présent à la 48e édition du Salon international de l’agriculture de Paris, a donné son point de vue sur l’autosuffisance en riz annoncée par le chef de l’Etat. Selon lui, ce projet est bel et bien possible.
En tant que spécialiste en politiques et stratégies agricoles, pensez-vous que le projet d’autosuffisance en riz annoncé par les autorités est possible au Sénégal ?
Je répondrai par l’affirmative. Il faut d’abord que nous garantissions une combinaison de trois facteurs que sont les infrastructures d’accueil, l’environnement des technologies et la valorisation de la production.
Comment appréciez-vous les résultats du Sénégal dans le domaine du riz ?
Il faut retenir que le Sénégal a fait des percées remarquables. Nous y avons introduit quatorze variétés homologuées et aujourd’hui nous avons un riz de plus en plus compétitif sur le marché. Il faut constater que les rendements de la Vallée sont supérieurs à ceux de certains pays asiatiques dont la Thaïlande. C’est un problème d’organisation qui se pose pour l’approvisionnement local, mieux le Sénégal devrait même réussir l’exportation du riz dans les années à venir.

SIERRA LEONE

Agriculture: Fruit ripe for the picking
APRIL 26, 2011 – http://www.theafricareport.com/special-reports/country-reports/sierra-leone-at-50/5139394-agriculture-fruit-ripe-for-the-picking.html
Sierra Leone is on a mission to regain its agricultural lustre. In the years following independence up until the late 1970s the country was a net exporter of rice and its southern and eastern regions played home to thousands of hectares of oil palm plantations. The government is now implementing a two-pronged approach to target smallholders and large-scale private investors to rebuild the agricultural sector.
Agricultural development programmes have focused on developing local brands. Konia honey is already on sale in supermarkets, while local rice brands Kono Koi and Arul will also soon be available in shops. Rice production has increased 86% between 2005 and 2010, when it hit 1m tn.
“If the investment in the sector continues, I wouldn’t hesitate to say that by 2018 Sierra Leone would be a net exporter of rice,” said Kamara. But for now, the situation remains fragile. In February, in an effort to stabilise prices, the government placed a temporary ban on the export of locally produced rice and palm oil.

Army Rice Scandal
AVRIL 25, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104251090.html
As the controversy over an estimated US564, 000 worth of rice for soldiers continues between the General Auditing Commission (GAC) and the Ministry of Defence, three contradictory ‘delivery notes,’ (documents stipulating that the goods were delivered) have surfaced.

Demain la révolution… agricole
31 MARS 2011 – http://fr.allafrica.com/stories/201103311164.html Lorsqu’on évoque la Sierra Leone dans les années 1990, il est plus souvent question de ses diamants et de la guerre civile qu’ils alimentent.
Désormais cependant, les débats sur ce pays d’Afrique de l’Ouest qui a retrouvé la paix peuvent porter sur tout autre chose, sur son impressionnante production agricole par exemple. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en 2009, la Sierra Leone a produit 784 000 tonnes de riz, bien plus que les 550 000 tonnes nécessaires pour la consommation nationale et un tiers de plus que la moyenne des cinq années précédentes.
Certes le retour de la paix facilite la production. De même que les pluies, irrégulières mais suffisantes. Le facteur essentiel est cependant l’appui du gouvernement à l’agriculture. En 2008, le gouvernement a porté à 7,7 % la part de l’agriculture dans le budget de 2009 alors qu’elle était de 1,6 % en 2008. Le budget de 2010 l’a ensuite portée à 10 %, propulsant la Sierra Leone parmi les douze pays africains ayant atteint l’objectif continental fixé en 2003 pour les dépenses agricoles.

English Version

Investing in Africa’s farms — and its future : NEPAD encourages more spending on agricultural production
APRIL 2011 – http://www.un.org/ecosocdev/geninfo/afrec/vol25no1/investing-african-agriculture.html
For most of the 1990s Sierra Leone was best known for its diamonds — and the devastating civil war that the scramble for those precious gems helped to sustain. But a decade after the end of that conflict, the West African nation is tapping a different kind of wealth: the crops that can grow on its fertile land.
For Marie Kargbo, who cultivates rice on a six-hectare farm in Kambia district in northwestern Sierra Leone, bountiful harvests are a direct result of increased government support. « Before now, life for women farmers was very difficult, » she told a reporter for the Inter Press Service news agency. « But now rice production has been fruitful, as we have been receiving supply from the government, ranging from seed rice [to] power tillers, fertilizers and pesticides. »
In 2009, according to the latest estimates of the UN Food and Agriculture Organization (FAO), Sierra Leone grew 784,000 tonnes of rice, well above the 550,000 tonnes needed for domestic consumption and a third higher than the previous five-year average. The absence of war is one factor, since it allows farmers to tend their crops in peace. Rainfall, while erratic, has generally been sufficient as well. But perhaps the most important element has been the government’s enhanced support for agriculture. In 2008 President Ernest Bai Koroma, who had just been elected the year before, declared that agriculture would be his administration’s second-highest development priority (after energy).
The government put money behind that talk by increasing agriculture’s share of the 2009 budget to 7.7 per cent, a dramatic leap from just 1.6 per cent the previous year. The 2010 budget pushed up the share further, to 10 per cent.

REGIONAL /Afrique

Projet GCP/Raf/453/SPA : Une réponse à la flambée des prix des denrées alimentaires
26 AVRIL 2011 – http://www.maliweb.net/category.php?NID=74586&intr=
Le projet GCP/RAF/453/SPA, lancé le vendredi dernier, a pour intitulé « amélioration de la production de riz en Afrique de l’Ouest en réponse à la flambée des prix des denrées alimentaires ». Le projet dont les bailleurs de fonds sont la FAO et l’Espagne est destiné à 5 pays de l’Afrique de l’Ouest : la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal. Son lancement a été fait au Mali le vendredi 22 avril 2011 au grand hôtel de Bamako à travers un atelier présidé par le ministre de l’agriculture, Agatham Ag Alassane. On notait la présence des partenaires techniques et financiers et l’ensemble des services pouvant être concernés par la mise en œuvre dudit projet. Il s’agit notamment de la Direction nationale de l’agriculture, l’Office du Niger, l’Office riz Ségou, l’Office malien pour la préservation des végétaux, etc. Si les représentants de la FAO et de l’Espagne ont estimé que le présent projet va donner plus de tonus à la productivité du riz au Mali, le ministre de l’Agriculture tout en rappelant les émeutes de la faim de 2007-2008, a indiqué que le projet GCP/RAF/453/SPA doit marquer un pas de plus dans l’atteinte de la souveraineté alimentaire prônée par le chef de l’État, Amadou Toumani Touré.

Forte augmentation de la production de riz et de maïs, mais malnutrition élevée au Sahel du Niger, à Tambacounda et Matam, à Gao et Kidal…
18 AVRIL 2011 – http://ferloo.com/spip.php?article4471
La concertation régionale sur la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest s’est tenue, du 22 au 24 mars dernier, dans la salle de réunion de l’Hôtel Mariador Palace à Conakry, République de Guinée. Ont participé à la réunion : les représentants des pays membres du CILSS et de la CEDEAO, les représentants des Agences des Nations Unies (FAO, PAM, OMM), des institutions internationales (FEWs Net, HKI, CRS…) et des partenaires techniques et financiers (Union Européenne, USAID, Coopération française) et les représentations des organisations intergouvernementales (CILSS, UEMOA, BCEAO, OOAS).
A l’issue des présentations et débats, des conclusions et recommandations ont été formulées. Les voilà : La production céréalière 2010/2011 dans la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest s’élève à près de 60 millions de tonnes, soit 15% de plus qu’en 2009/2010, faisant ressortir une forte augmentation de la production de riz et de maïs. Cette production céréalière est de 22,3 millions tonnes pour les pays du CILSS, soit 39% d’augmentation par rapport à la saison précédente et de 45% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Dans les pays côtiers, la production est de 37,7 millions, soit une hausse de 5% par rapport à 2009/2010. Huit pays dégagent des excédents céréaliers : Guinée, Ghana, Burkina Faso, Mali, Niger, Bénin, Togo et Tchad. Cependant, les stocks publics et commerçants ne sont pas reconstitués à leur niveau optimal.

The pillars of Africa’s agriculture
APRIL 1, 2011 – http://irri.org/knowledge/publications/rice-today/features/features-africa/the-pillars-of-africa-s-agriculture
A study on gender inequity in irrigated rice systems by AfricaRice and its partners showed that women in the Senegal River Valley lack access to critical resources, such as land, training, credit, and machinery. More than 70% of the women surveyed did not know how to access land for personal use and 88% did not receive any training in rice production.
Similarly, a gender-mainstreaming analysis carried out as part of a project on inland valley-based rice and vegetable value chains in Benin and Mali showed that male farmers have more control over resources and access to training opportunities than women. Listening to women farmers.
In sub-Saharan African, rice is primarily a women’s crop in rainfed upland and lowland ecologies. For example, A majority of West and Central Africa’s 20 million upland rice farmers who grow rice are women.
Women provide the bulk of the labor in rice cultivation—sowing, weeding, bird scaring, harvesting, processing, and marketing. Similarly, in East African countries such as Tanzania and Uganda, women play a major role in their respective country’s rice production. Recognizing their importance, since the 1990s, AfricaRice has been focusing on the needs of this group of farmers that had been generally neglected by agricultural research until then. Women farmers are invited to be part of participatory varietal selection (PVS) activities and their views are especially sought regarding new genetic materials.
The PVS approach was adopted to identify NERICA varieties that are best suited to farmers, particularly women farmers, typified by Bintu, a composite West African woman farmer who has been featured in several publications and videos on NERICA.
PVS exercises revealed that women and men rank plant traits differently, which reflects their different roles. For instance, women particularly preferred tall plant height because it takes the backache out of harvesting, especially when they carry their babies with them. They also preferred traits that indicate weed competitiveness, since they are mostly involved in sowing and weeding. Processing and cooking qualities were also of more interest to women than to men. The women liked the early maturity of the upland NERICA varieties, as this shortens the lean or hungry season before harvest, when women struggle to feed their families.
Recent impact studies in Benin have shown that the adoption of NERICA varieties reduces the household’s likelihood of being poor by 10%, with a higher reduction for female-headed households (14%) than for male-headed households (6%).

Afrique de l’Ouest – Crise rizicole, évolution des marchés et sécurité alimentaire
Avril 2011 – http://www.wfp.org/content/afrique-de-l-ouest-crise-rizicole-evolution-des-marches-et-securite-alimentaire-avril-2011
Les pays couverts par cette étude sont le Bénin, le Ghana, le Liberia, le Mali, le Nigeria et le Sénégal. Le travail de terrain s’est déroulé de Mai à décembre 2010. l’etude est basée sur une analyse des données secondaires émanant des systèmes nationaux d’informations des marchés. Des rencontres ont eu lieu avec des poroducteurs, des consommateurs, des commercants et des membres des services techniques. Les restitutions ont été faite avec les parties prenantes de chaque pays.

In English

Rice crisis, market trends, and food security in West Africa
APRIL 2011 – Executive Brief : http://documents.wfp.org/stellent/groups/public/documents/ena/wfp234785.pdf
The countries covered by the study include Benin, Ghana, Liberia, Mali, Nigeria and Senegal. Fieldwork took place from May to December 2010.The study is based on analysis of secondary data from national market information systems. Meetings took place with producers, consumers, traders, and technical staff. Debriefing meetings took place with key stakeholders in the different countries.

Observatoire des prix/Price watch

L’Afrique attend que les prix du riz baissent davantage
9 AVRIL 2011 – http://www.mtm-news.com/article/l%E2%80%99afrique-attend-que-les-prix-du-riz-baissent-davantage
Le marché du riz est hésitant. Après avoir atteint la semaine dernière un plus bas en neuf mois, le marché à terme de Chicago a terminé hier sur une timide reprise, certains opérateurs estimant qu’il aurait peut-être touché un plancher. Mais la situation sur le marché du physique est actuellement complexe.
L’Afrique, pour sa part, semble attendre encore un peu que les prix baissent sur le marché mondial pour se porter à l’achat. Mais ses stocks baissent. Récemment, des négociants européens ont acheté 40 000 t de riz, notamment des brisures 5 %, à destination du continent mais les contrats étaient petits et n’ont pas permis de soutenir les cours internationaux. La semaine dernière, 15 000 t ont quitté le port de Saigon pour l’Afrique.
Rappelons qu’entre 1961 et 2006, la consommation africaine de riz a augmenté en moyenne annuelle de 4,5 % alors que la production n’a cru que de 3,2 %. En 2008, sa facture d’importation a oscillé entre $ 4 à 5 milliards. Toutefois, la production se redresse. Au Sahel, elle a crû de 44 % entre 2007 et 2008 et la FAO table sur des hausses de 79 % en Gambie, 40% au Mozambique, 34 % au Bénin, 24 % au Sénégal, 21 % au Mali, 20 % au Ghana ou encore 15 % au Burkina Faso. La variété améliorée Nerica a été semée sur 200 000 ha au Nigeria en 2007 et sur 35 000 ha en Ouganda. A Madagascar, des experts indonésiens travaillent à accroître les rendements. Enfin, côté investissement, l’égyptien Citadel Capital vient de signer un accord sur 30 ans pour développer la riziculture sur 25 000 ha au Soudan.

Osiriz – avril 2011
http://www.infoarroz.org/portal/uploadfiles/20110502071338_15_ia0411fr.pdf

Osiriz – mars 2011
http://www.infoarroz.org/portal/uploadfiles/20110408042825_15_ia0311fr.pdf

InterRice – march 2011
http://www.infoarroz.org/portal/uploadfiles/20110408042803_15_ia0311en.pdf

Afrique Verte : Point sur la sécurité alimentaire N°120
Début avril 2011 – http://www.afriqueverte.org/r2_public/media/fck/File/Bulletins/PSA/PSA-120-04-2011.pdf
Tendance à la hausse des prix, notamment au Niger

Réseau des Systèmes d’Information des Marchés en Afrique de l’Ouest
Réactualisé tous les 14 jours – http://www.resimao.org/html
Updated every 14 days – http://www.resimao.org/html/en

CIRAD Suivi des prix alimentaires mars 2011
Avril 2011 – http://www.cirad.fr/media/documents/actualites-doc/suivi-des-prix-alimentaires-mars-2011-nicolas-bricas
Depuis février 2011, les prix des produits alimentaires sur les marchés internationaux amorcent une baisse sauf dans le cas du maïs qui, après une chute passagère du prix en mars, semble poursuivre sa hausse. Le prix du riz sur le marché international, qui n’avait pas suivi la hausse des autres céréales, est également en légère baisse. L’indice OSIRIZ s’établit ainsi à 228 en mars 2011 contre environ 238 en janvier et février. La FAO a d’ailleurs annoncé le 7 avril dernier une baisse de son indice synthétique des prix alimentaires pour la première fois depuis 8 mois. Cette baisse des prix alimentaires calme en partie les inquiétudes. Mais elle ne signifie pas pour autant un véritable soulagement pour les consommateurs.

FAO : Mise à jour des prix du riz/rice price update
Au 1er avril – http://www.fao.org/economic/est/publications/publications-sur-le-riz/rapport-de-mise-a-jour-des-prix-du-riz-de-la-fao/fr/
From the 1 april – http://www.fao.org/economic/est/publications/rice-publications/the-fao-rice-price-update/en/

Tendances mondiales / World tendencies

Asia Grain Outlook: Rice May Fall More On Weak Africa Demand
15 AVRIL 2011 – http://online.wsj.com/article/BT-CO-20110415-705740.html
Asia’s rice prices have mostly declined in the past few days as shipments of a few hundred thousand metric tons to the Ivory Coast have been diverted due to civil unrest in the African country. Prices will likely be subdued next week due to sluggish demand, trade participants said.
Many traders were on the sidelines this week due to a national holiday in Thailand, but price offers are already lower and the weak sentiment may continue into next week, said a Singapore-based exporter.
The Ivory Coast is one of the world’s largest rice importers, buying up to 1.2 million tons a year, of which up to 500,000 tons are then trans-shipped to Burkina Faso, Niger, and Mali.
A large part of this trade has now been diverted to Ghana, Sierra Leone and Togo, resulting in increased stockpiles there, while other parts of west Africa suffer from a shortfall and higher prices. « We are seeing some decline in purchasing by west African buyers due to the diversion of cargoes [meant for Ivory Coast], » said Korbsook Iamsuri, president of Thai Rice Exporters Association. Thailand, the world’s largest rice exporter, is a major supplier to west Africa and its offers have declined below even those of Vietnam, a rare phenomenon.

La Banque mondiale s’alarme de la hausse des prix alimentaires
14 AVRIL 2011 – http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/04/14/la-banque-mondiale-s-alarme-de-la-hausse-des-prix-alimentaires_1507887_3234.html
Le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, a estimé jeudi que les prix des produits alimentaires mondiaux étaient parvenus « dans la zone dangereuse ». « Nous sommes dans la zone dangereuse, parce que les prix ont déjà augmenté, et que les stocks pour beaucoup de matières premières sont relativement bas », a déclaré M. Zoellick lors d’une conférence de presse à Washington, en ouverture des réunions de printemps du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.
La situation n’est pas la même pour tous les aliments, mais dans tous les cas « ce sont les pays pauvres qui sont les plus touchés », a-t-il rappelé. « Pour beaucoup d’économies d’Asie de l’Est qui concentrent leur attention sur le riz, la situation est un peu meilleure. Mais le riz est une matière première qui est très peu échangée sur les marchés. Seulement 7 % de la production l’est. Donc s’il se passait quelque chose cela mettrait manifestement plus de pression » sur les prix, a-t-il ajouté.

World Bank Warns G20 On Food Prices
APRIL 11, 2011 – http://allafrica.com/stories/201104111157.html
The World Bank President Robert Zoellick has urged the international community to do more to tackle the problem of soaring food prices as evidence grows that millions of people in Africa and Asia are facing severe hunger.
Defensive trade policies « contributed very substantially to increases in world prices of staple crops » in the 2008 food crisis, as well as in the food crisis of 1974, say economists Will Martin of the World Bank and Kym Anderson of the University of Adelaide, Australia.
They estimate insulating policies such as export bans are responsible for 45% of the international rice price, and for 30% of the wheat price increase in the 2008 crisis.
When world prices are high and local harvests are good, as they were in much of Africa over the last year, people eat lower-priced local foods instead of more expensive imports.

L’ASEAN+3 va préparer une réserve de riz de 720 000 tonnes
11 AVRIL 2011 – http://www.chine-informations.com/actualite/asie/asean-va-preparer-une-reserve-de-riz-de-tonnes_7101.html
Les pays membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) plus la Chine, le Japon et la Corée du Sud vont fournir cette année 720 000 tonnes de riz pour mettre de côté une réserve de riz, destinée à faire face à l’impact de la flambée des prix alimentaires, a annoncé lundi à Jakarta le ministre indonésien de l’Agriculture, M. Suswono.

Première baisse des prix alimentaires mondiaux depuis huit mois
7 AVRIL 2011 – http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/04/07/premiere-baisse-des-prix-alimentaires-mondiaux-depuis-huit-mois_1504450_3234.html
L’agence de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a indiqué, jeudi 7 avril, que l’indice des prix alimentaires mondiaux avait affiché pour la première fois, en mars, une baisse après huit mois de hausse continue. L’indice avoisinait en effet les 230 points en mars, en retrait de 2,9 % par rapport au pic de février, mais toujours supérieur de 37 % au niveau de mars 2010, indique un communiqué de la FAO, dont le siège est à Rome.
Les prix du riz ont également chuté, compte tenu des disponibilités abondantes dans les pays exportateurs et de la demande d’importations stagnante. La production céréalière mondiale de 2010 a chuté, entraînant une contraction des stocks, tandis que l’utilisation totale de céréales devrait atteindre un niveau record en 2010-2011. « Un soulagement face à l’annonce d’aujourd’hui de la FAO serait prématuré (…). La nourriture reste bien trop chère pour de nombreux pauvres », a réagi dans un communiqué un responsable de l’ONG Oxfam, Luca Chinotti.

Changing the face of rice
APRIL 4, 2011 – http://irri.org/knowledge/publications/rice-today/special-reports/policy-and-economics-of-rice/changing-the-face-of-rice
What does it take to attain global food security? This is a question for which rice provides part, if not most, of the answer. Rice—a staple food for the world’s poor—is grown on more than 155 million hectares and accounts for one-fifth of the global calorie supply. In the past decade, changes such as rapid economic growth, especially in parts of Asia, rising wage rates, increasing diversification of diets, global climate change, and a greater integration of the food economy with other sectors of the global economy, including both energy and financial markets, have converged to shape the way rice is produced today and will be produced in the future.

A sleepy rice market: the calm before the storm?
APRIL 2, 2011 – http://irri.org/knowledge/publications/rice-today/rice-facts/a-sleepy-rice-market-the-calm-before-the-storm
Global food prices are on the rise again. In January, the food price index exceeded the level witnessed during the peak of the 2008 food crisis when rice prices nearly tripled. The second food crisis in 3 years has led to riots and protests in many developing countries and has raised a serious question among many whether cheap food has become a thing of the past. It is also worthwhile to note that the International Monetary Fund food price index had been on the rise long before the 2007-08 spike, and, in the last 10 years, the index has nearly doubled even without taking into account both the 2007-08 and the 2010 spikes. Many of those who brushed aside the 2008 food crisis as a one-off event primarily driven by commodity speculation and panic among major rice-growing countries have started looking at the severity of future global food insecurity.

Espace OP/Farmer Organisation’s corner

Contrôle des ravageurs du riz : le CRR pilote une recherche-action
28 AVRIL 2011 – http://crrmc.ilemi.net/spip.php?article120
Le contrôle des ravageurs des cultures est une opération indispensable et obligatoire pour assurer une bonne productivité agricole. Elle est l’une des activités capitales qui conditionne une bonne récolte en fin de campagne. Pour la riziculture dans le Mono Couffo, il s’agit principalement d’assurer un contrôle efficient des oiseaux et des rongeurs.
C’est dans ce but que l’activité « Faire de la recherche action en lutte contre les ravageurs du riz : lutte aviaire » a été convenu pour objectif de mener une démarche de recherche-action. Elle s’appuie sur de la capitalisation des acquis en la matière et oriente les choix d’options à appliquer pour la gestion de chaque type de ravageurs. Cette rend compte d’une séance de travail du comité technique mise en place dans le cadre de la conduite de ce processus. Elle a réuni, autour du CRR-MC, l’INRAB, le CeRPA et la FAFA.

Foire du riz dans l’Atacora-Donga (Benin)
17 AVRIL 2011 – http://crrmc.ilemi.net/spip.php?article118
Vidéo de présentation de la foire du riz de l’Atacora-Donga du 21 au 23 avril. C’est l’une des premières informations publiées sur le nouveau site du Conseil régionale des riziculteurs du Mono et du Couffo: http://crrmc.ilemi.net/

Rencontre régionale de consultation des acteurs des systèmes de recherche agricole
2 MARS 2011 – http://www.roppa.info/spip.php?article158
Du 1er au 2 Mars 2011, s’est tenue à l’Hôtel RIVIERA de Conakry, République de Guinée, la consultation sous-régionale de l’Afrique de l’Ouest, entre les acteurs des systèmes de recherche agricole pour le développement sous l’égide du ROPPA, partenaire du consortium chargé de la mise en œuvre du projet PAEPARD II (Platform for African European Partnership in Agricultural Rechearch for Development) et de la CNOP-Guinée.
Les participants de cette rencontre ont effectué une présentation de leurs activités ayant trait au riz :

Événements / Events

USA : la contamination OGM coûte cher à Bayer !
11 AVRIL 2011 – http://ogm.greenpeace.fr/usa-la-contamination-ogm-coute-cher-a-bayer
Nouvelle poursuite relative aux OGM au États-Unis , nouvelle condamnation pour les producteurs de transgéniques. C’est le géant allemand Bayer AG qui doit verser des indemnités, de 136.8 millions de dollars!
Riceland Foods, une coopérative agricole de l’Arkansas, a intenté une action contre Bayer Crop Science il y a près de quatre ans, suite à la contamination de nombreux champs par du riz génétiquement modifié de la multinationale (LL 601 – tolérant à un herbicide), planté entre 1998 et 2001 à titre expérimental.

West Africa Rice Network 2011
8 AVRIL 2011 – http://www.thericetrader.com/Brochure_W.Africa.pdf
Pour la toute première fois, Rice Trader organise une nouvelle rencontre, basée sur la présence d’acteurs clés dans le négoce du riz avec l’opportunité d’élargir ainsi vos connaissances sur les marchés du riz de l’Afrique de l’Ouest qui sont en évolution constante. Vous pourrez ainsi appréhender le marché du riz en terme d’imports, de choix d’origine, de qualité et de catégorie ainsi que l’importante question du moment où les achats doivent être faits et une meilleure compréhension de la dynamique des marchés de l’Afrique de l’Ouest

English Version

West Africa Rice Network 2011
APRIL 8, 2011 – http://www.thericetrader.com/Brochure_W.Africa.pdf
For the first time ever, The Rice Trader delivers a new meeting, focused on informal business networking, with the opportunity to learn more about the vast and rapidly changing face of the all important West African rice demand and what this means in terms of imports, choice of origin, quality and grade as well as the all important question of timing and a better understanding of the dynamics of West African importers.

Recherche / Research

Statement by IFAD President to the Crawford Fund Parliamentary Conference A food secure world: Challenging choices for our North, opportunities for the South
6 APRIL 2011 – http://www.ifad.org/events/op/2011/crawford_fund.htm
“At IFAD, we have seen time and time again how agricultural research can transform people’s lives. There are many examples, but today I would like to share with you a discovery that is close to my heart: NERICA rice.
NERICA stands for New Rice for Africa. For millions of people in West Africa, food means rice. But about 40 per cent of the rice consumed locally is imported because the high yields that were achieved in Asia during the Green Revolution have been difficult to replicate in the harsher African environment.
In 1991, researchers at the Africa Rice Center started creating rice varieties that combined the high productivity of Asian rice with the hardiness of local African rice species. The first hybrids were just being tested in farmer fields when I became Director General of the Africa Rice Center in late 1996.
The NERICA rices offer many advantages to farmers. They mature in 90 to 100 days, compared with 120 to 150 days for traditional varieties; they demand less labour because they need less weeding and they are drought tolerant. With minimum inputs, farmers have seen yield increases ranging from 25 to 250 per cent. There are now hundreds of new NERICA varieties.
NERICA is a good example of how scientific research and social applications go hand-in-hand. The film I am about to show you was made many years after my work on NERICA was done. Not only does it illustrate the powerful applications of research, it also gives a good overview of the work IFAD does.”

Communication des stratégies de gestion des adventices
Avril 2011 – http://www.warda.cgiar.org/warda/adrao/story-weed-management.asp
Les chercheurs d’AfricaRice et ceux des SNRA collaborent pour trouver des options de gestion des adventices qui soient socialement et économiquement acceptables et efficaces pour les bas-fonds, qui ont un potentiel élevé de production rizicole en Afrique de l’Ouest.

English Version

Communicating weed management strategies
April 2011 – http://www.africarice.org/warda/story-weed-management.asp
AfricaRice scientists and their national partners are collaborating to find socially and economically acceptable and effective weed management options for inland valleys, which have high potential of rice production in West Africa.

Rapport Annuel 2010 du CNSRiz/WAAPP
Février 2011 – http://www.coraf.org/WAAPP/documents/Rapports/Mali%20rap%20annuel%20010%20CNSRIZ%20fev%20011.pdf
Au niveau du Centre National de Spécialisation sur le Riz (CNS-Riz), l’année 2010 a été marquée par la poursuite des activités de huit projets de recherche stratégique et appliquée (PSA) qui sont à leur deuxième année d’exécution effective et surtout celles de treize projets de recherche-développement dont les premiers résultats concrets sont déjà visibles.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser