Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

The content bellow is available only in French.

publié dans Bulletins de veille le 7 février 2013

Bulletin de veille n°210 – 1er février 2013 (suite)

Vers une nouvelle gouvernance des ressources naturelles en Afrique

Passerelles volume 13 n°4, décembre 2012, 34 p.
Ce numéro est principalement consacré à l’exploitation et à la gestion des ressources naturelles sur le continent africain, dont le capital naturel représente 26% de la création de richesses. Ce capital naturel n’a pourtant apporté que des bénéfices limités au continent. Mais des réformes dans la gouvernance et le climat des affaires pourraient changer cela. Ce numéro aborde également la question du changement climatique
Au sommaire : – Vers un régime commercial sud-africain respectueux du climat (Professeur Godwell Nhamo) – Transactions foncières internationales à grande échelle et enjeux de la sécurité alimentaire. Le monde en alerte ! (Dr Madiodio Niasse) – Les coûts afférents à la conduite des affaires en Afrique Subsaharienne : examen critique des causes et des implications pour la compétitivité des exportations (N’da, K. Christian) – Exploiter le potentiel de l’agrobusiness pour la prospérité de l’Afrique (Philippe Scholtes) – Crise du multilatéralisme et du leadership mondial : comment l’Afrique peut-elle faire face à ses défis commerciaux ? (Silke Trommer) – La conférence de Doha sur le climat : un consensus à minima qui présage d’un avenir incertain sur le climat ? – Financement du développement des PMA : la CNUCED mise sur la contribution des diasporas – Quelle gouvernance des ressources naturelles pour la transformation économique et le développement durable en Afrique ? (Cheikh Tidiane DIEYE)
Pour consulter le numéro (34 p.) :
http://ictsd.org/downloads/passerelles/passerelles13-4.pdf

Investissement & Financement

Grands investissements agricoles et inclusion des petits producteurs, leçons d’expériences dans 7 pays

CIRAD, FAO, 2012, 113 p.
Parmi les modèles d’organisation alternatifs, qui limitent les effets néfastes de certains investissements privés dans le secteur agricole (comme le phénomène d’« accaparement des terres »), l’agriculture contractuelle est souvent évoquée. Une analyse des expériences en cours et passées apparaît nécessaire, afin de vérifier la vertu de ce modèle d’agriculture contractuelle. Le CIRAD et l’IRD ont mené 9 études de cas sur 7 pays (en Afrique de l’ouest, australe et de l’est, et en Asie) sur des périodes de 10 à 50 ans. Financé par la FAO, ce rapport se fonde sur ces études de cas, en analysant les schémas contractuels étudiés, leurs impacts, les facteurs qui peuvent influencer la qualité de ces impacts, et les pistes pour promouvoir les synergies positives de ce modèle.
Pour consulter le rapport (113 p.) :
http://www.fao.org/docrep/017/aq004f/aq004f.pdf

Agricultural investments and land acquisitions in Mali : Context, trends and case studies

IIED, décembre 2012, 83p.
Les investissements agricoles dans les pays en développement ont nourri de nombreux débats ces dernières années, en particulier lorsqu’ils prennent la forme d’acquisitions de titres fonciers à long terme ou à grande échelle. Ce rapport analyse ce phénomène « d’accaparement de terres » au Mali. Il présente tout d’abord le contexte national agricole, les mesures de promotion des investissements agricoles et le cadre juridique du foncier, qui ne protégeraient pas suffisamment les petits agriculteurs. Il expose ensuite les tendances du phénomène, qui s’est accru depuis 2005, et termine par deux études de cas de bonnes pratiques, d’investissements inclusifs réalisés dans le cadre du projet Markala dans la zone Office du Niger, et Mali Biocarburant.
Pour consulter l’étude (83 p., en anglais) :
http://pubs.iied.org/pdfs/10037IIED.pdf

Responsible investments in the food chain

Rural 21, décembre 2012
Ce numéro de Rural 21 s’intéresse aux investissements orientés vers le secteur agricole, qui représentent des sommes de plus en plus importantes depuis les récentes crises alimentaires. La communauté internationale s’accorde généralement sur le rôle primordial du monde rural et des petits exploitants agricoles, mais ces populations seront-elles les bénéficiaires de l’augmentation des investissements ? A quelles conditions, quels types d’investissements faut-il privilégier ? L’histoire récente a montré que certains investissements agricoles ont été défavorables à l’agriculture paysanne, comme ceux désignés par le terme « d’accaparement des terres ». Au travers de 19 articles, ce numéro s’interroge, entre autres, sur les externalités, positives ou négatives, auxquelles il est raisonnable de s’attendre au vu du développement des investissements agricoles.
Pour consulter la publication :
http://www.rural21.com/english/current-issue/

Rapport d’experts internationaux : Financements innovants pour l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition

leadinggroup.org, décembre 2012
Pour relever le défi alimentaire, des investissements massifs dans le secteur agricole devront être réalisés, particulièrement en Afrique subsaharienne, et accompagnés par des mesures transversales. En l’état actuel des choses, il est peu probable que les ressources traditionnelles puissent suffire à financer ces investissements, sans compter que le privé, acteur prépondérant dans le secteur agricole, est réticent à investir en zone rurale, du fait des risques inhérents à l’activité agricole. Il est donc urgent de trouver des mécanismes de financement innovants, qui soient dans l’idéal explicitement orientés vers le financement agricole. Les experts internationaux de la Task Force Sécurité Alimentaire identifient dans ce rapport certains critères pour identifier des mécanismes de financement innovants et les étudient (en distinguant deux grandes catégories : les mécanismes qui visent à dégager des ressources nouvelles, et ceux qui visent à mobiliser l’investissement privé). Ils préconisent de mettre en place une Facilité afin de promouvoir, coordonner et étendre ces mécanismes.
Pour consulter le rapport (64 p.) :
http://www.leadinggroup.org/IMG/pdf/Agriculture_FR_bd.pdf

Non, l’Afrique subsaharienne ne décolle pas

contrepoints.org, 12 janvier 2013
Les revues Time et The Economist ont récemment écrit sur un supposé décollage économique de l’Afrique, en se basant sur les évolutions, certes encourageantes, de certains indicateurs, tels que la croissance du PIB ou le nombre de téléphones portables et le développement des services bancaires par téléphone ou encore des succès individuels telles que Aliko Dangote, le « roi du ciment » nigérian. En réalité, cette analyse est trop partielle et occulte des faits préoccupants, comme la quasi-absence totale de secteur industriel, les principales sources de richesse du continent restant l’agriculture, les ressources naturelles et le tourisme, dont les gains économiques ne résistent pas à la croissance démographique, comme l’explique un doctorant en finance suite à la critique d’un doctorant en économie du développement.
http://www.contrepoints.org/2013/01/12/111039-non-lafrique-subsaharienne-ne-decolle-pas
Voir aussi :
http://www.slateafrique.com/101395/economie-mythe-emergence-africaine
Voir aussi l’article de The Economist (en anglais) :
http://www.economist.com/node/21541008

Publication

Spore n°161 : Décembre 2012-Janvier 2013

CTA, janvier 2013
Spore, le magazine du développement rural et agricole des pays ACP, a consacré le dossier thématique de sa dernière édition aux corridors de croissance agricole, en plein essor en Afrique. Le dossier contient un premier article traitant des perspectives de débouchés des corridors, suivi d’un entretien avec Mark Pearson, directeur de programme à TradeMark Southern Africa, et d’un reportage sur le corridor de croissance agricole de Beira, au Mozambique. Pour compléter le magazine, un article s’interroge sur les partenariats public-privé dans la recherche agricole ; Sithembile Ndema Mwamakamba (coordinatrice du projet Jeunes et Agriculture, du Réseau d’Analyse des politiques alimentaires, agricoles et des ressources naturelles – FANRPAN) explique dans un entretien qu’il faut inciter les jeunes à s’engager dans l’agriculture, et enfin un article consacré à la filière du piment fort dans les Caraïbes fait un point sur les défis de la filière.
Pour consulter le magazine :
http://spore.cta.int/fr/magazines/161?view=magazine

Le bulletin inter-OP de la Région des Pays d’Afrique des Grands-Lacs, un bulletin spécial du programme ATAOP-RAGL

Décembre 2012
Avec l’appui d’Agriterra, plusieurs OP du Rwanda, du Burundi et de RDC se coordonnent à travers le programme ATAOP-RAGL. Leur bulletin inter-OP relate les différentes initiatives de ces OP au cours de l’année 2012 : caisses d’autogestion, acquisition d’égraineuse mécanique pour les producteurs de maïs, partenariat entre la FOPAC (une des OP du programme) et les autorités politiques locales, formation business plan pour la vente d’œufs, la gestion intégrée de la fertilité des sols, le développement de la pisciculture, ainsi que des expériences de paysans : jeunes agriculteurs cultivateurs de pomme de terre, la rentabilité de la filière apicole pour mettre en valeur des terres peu propices à l’agriculture traditionnelle et les défis des caféiculteurs.
Pour consulter le bulletin (16p.) :
http://api.ning.com/files/I3OUzratjD2YWo-Hzd4zaZBTGhsBsJ79-6*hGwQZqAd-ZUw4Ya*RD6JgXBxraCCelpc-4bobArdUIoVk2C*9b8mfGmIOhUh2/BulletinspcialdinterOPdelaRgiondAfriquedesGrandsLacs.pdf

Kit pour la production de vidéos dans les projets de développement agricole

USAID, septembre 2012, 193p.
Bien qu’elle ne soit pas obligatoirement le media à privilégier dans toutes les situations, la vidéo est un support de plus en plus utilisé dans la vulgarisation agricole. Le développement des technologies permet en effet de produire des vidéos à faible coût. Ce manuel de 193 pages réalisé par l’USAID vise à faciliter la réalisation de vidéos à bas coût dans des projets de développement agricole, en fournissant des conseils techniques simples de production de la préparation au montage, mais aussi de choix du type de vidéo, de la méthode de diffusion, et de la méthode d’évaluation d’impact.
Pour consulter le kit (193 p., 11,5Mo) :
https://communities.usaidallnet.gov/ictforag/node/314

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.