The content bellow is available only in French.

publié dans Bulletins de veille le 14 septembre 2012

Bulletin de veille n°201 – 14 Septembre 2012

Veuillez trouver ci-dessous un nouveau bulletin de veille sur le développement rural.

Ce mois-ci, de nombreuses références autour des investissements agricoles, des rapports sur les questions de prospective et d’environnement, des éléments de capitalisation…
N’hésitez pas à réagir par retour de mail à l’une ou l’autre de ces références, ce bulletin de veille est aussi l’occasion d’engager le débat au sein d’Inter-réseaux.

Vous pouvez également consulter ce bulletin sur le site web d’Inter-réseaux : www.inter-reseaux.org

Bonne lecture !

Sommaire

Enjeux de sécurité alimentaire

  • Note du Cilss : Avis sur les perspectives agricoles 2012/2013
  • Note de synthèse ministérielle Niger : Pronostics campagne agricole 2012
  • Plan d’action de la BAD : Amélioration des statistiques relatives au développement rural

    Partage d’expériences

  • Capitalisation d’expérience d’OP : professionnalisation d’une Union de producteurs de Maïs au Mali
  • Vidéo et note de Fert : le Conseiller agricole de proximité (CAP) – Madagascar
  • Synthèse « Dynamiques Paysannes » : Participer au financement des aménagements fonciers, une nouvelle ambition pour les riziculteurs de l’Office du Niger au Mali
  • Manuels et capitalisations (Madagascar, 2009) : le budget participatif

    Enjeux économiques

  • Note de synthèse Agritrade (2012) : Secteur du café
  • Note de synthèse Agritrade (2012) : Secteur de la volaille
  • Article Agritrade : Le Nigeria promeut l’utilisation de la farine de manioc

    Enjeux politiques

  • Article Grain : Les efforts actuels pour réglementer les accaparements de terres ne font qu’empirer la situation
  • Etude Ipar & ActionAid Italie : Impacts des investissements agricoles italiens au Sénégal
  • Presse Mali : Des paysans saisissent la justice contre l’accaparement
  • Presse : Vers une « Nouvelle alliance » entre le G8 et le Burkina
  • Article expert : Foncier, les limites du modèle malgache
  • Brochure ministérielle (Niger) : La procédure de fixation de la date de libération des champs

    Enjeux environnementaux et prospective

  • Rapport FAO : Affronter la rareté de l’eau (anglais)
  • Rapport GreenPeace : La dernière frontière de l’huile de palme
  • Rapport Oxfam : Le coût alimentaire du réchauffement climatique
  • Rapport FAO : Alimentation, Agriculture et villes (eng)

    Bulletins

  • Newsletter du CTA : Infolettre « Connaissances pour le développement »

    Agenda Fin Septembre – Début 0ctobre

    Sécurité alimentaire

    Pour une veille spécifique et régulière sur la crise alimentaire au Sahel, nous vous suggérons de consulter nos bulletins spéciaux. Ils sont réalisés en partenariat avec les membres de la campagne Cultivons.
    http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/crise-alimentaire-au-sahel-en-2012/article/bulletins-de-veille-sur-la-crise

    Note du Cilss : Avis sur les perspectives agricoles 2012/2013

    Cilss, 6 septembre, 2p.
    Au regard de l’évolution actuelle de la saison, les perspectives des récoltes sont globalement bonnes dans la région. Le niveau de production céréalière attendue dans la région Sahel et Afrique de l’Ouest pour la campagne agricole 2012-2013 se situerait entre 57 et 64 millions de tonnes, ce qui correspondrait à un accroissement de production de 5 à 17% par rapport à l’année dernière. Ces chiffres sont indicatifs et doivent être confirmés par les résultats des enquêtes agricoles qui seront disponibles en octobre 2012.Toutefois, les pertes liées aux inondations des parcelles et les dégâts éventuels causés par les ennemis des cultures sont des facteurs de risque à considérer. Par ailleurs, on note en particulier des zones à risque de faible production de biomasse, notamment dans la région de Matam au Sénégal, certaines zones du Sud Est mauritanien, la zone de Mopti au Mali, l’Est du Burkina, le Nord Ouest du Nigéria, les régions de Tillabéri, Dosso et Tahoua au Niger.
    https://www.cilss.bf/IMG/pdf/avis_pregec_dakar_sept2012.pdf

    Note de synthèse du Niger : Pronostics de la campagne agricole 2012


    Ministère de l’Agriculture du Niger, sur le site du RECA Niger, 31 juillet 2012
    L’installation de la campagne agricole d’hivernage 2012 a été précoce dans la zone agricole nonobstant les poches de sécheresse ayant occasionné des resemis ou retards de semis dans les régions de Dosso, Niamey et de Tillabéri. Comparée à l’année passée et à la même période, le cumul pluviométrique au 31 juillet 2012 est globalement excédentaire avec toutefois, des déficits très significatifs au niveau de la région de Dosso et au Nord de la région de Maradi (départements de Dakoro et Mayahi). Le développement des cultures ou développement végétatif est jugé satisfaisant. Il est en avance par rapport à celui observé l’année dernière à la même période et même à ce qui est observé habituellement. Toutefois, certaines zones connaissent des retards de croissance du fait du lessivage des sols, de l’abondance et de la régularité des précipitations.
    Lire le résumé :
    http://www.reca-niger.org/spip.php?article506
    Lire le rapport complet (16p.) :
    http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/Evaluation_Mi_Parcours_310712.pdf

    Plan d’action de la BAD : Amélioration des statistiques relatives à la sécurité alimentaire, à l’agriculture durable, et au développement rural


    Banque Africaine de Développement, mai 2011, 157p.
    Pour atteindre les résultats escomptés, les stratégies de lutte contre la faim doivent se fonder sur des informations précises, se concentrer sur les bons objectifs et évaluer régulièrement leurs résultats. À cet égard, les décideurs ont besoin de données fiables et fréquemment mises à jour. Pourtant, malgré son importance évidente l’agriculture et l’économie rurale sont certainement les moins connus en termes de réalités et de statistiques.
    http://www.afdb.org/fr/knowledge/publications/improving-statistics-for-food-security-sustainable-agriculture-and-rural-development/

    Partage d’expériences

    Capitalisation d’OP : professionnalisation d’une union de producteurs de maïs au Mali


    SNV, novembre 2011, 26 p.
    Ce document est une capitalisation d’expériences d’une OP, menées au Mali sur le maïs. A partir des années 2005, les difficultés de la filière cotonnière ont entrainé une réorientation vers les céréales (surtout le maïs). L’intérêt pour le maïs tient à son rôle dans l’alimentation des paysans aussi bien qu’à sa valeur marchande. Ce document permet de comprendre l’action d’une union sur cette filière dans la durée.
    http://www.snvworld.org/sites/www.snvworld.org/files/publications/organisation_paysannes_et_professionnalisme_agricole.pdf

    Vidéo et note de Fert : le Conseiller agricole de proximité (CAP) – Madagascar


    FERT, mai 2012
    Depuis 2004, à Madagascar, Fert, associée à la fédération nationale paysanne Fifata, a développé une démarche de conseil agricole de proximité qui s’est affinée d’années en années au cours de plusieurs projets successifs. Cette note de capitalisation retrace la progression de ce dispositif de conseil et du métier de conseiller et propose une analyse thématique de principaux aspects du conseil (échelle géographique d’intervention du conseiller, coût du conseil, accompagnement à l’émergence de structures professionnelles filières…).
    Pour voir le film (30 min) :
    http://www.fert.fr/film-le-conseiller-agricole-de-proximite/
    Pour lire la note (29p.) :
    http://www.fert.fr/capitalisation-conseiller-agricole-de-proximite-cap/

    Synthèse « Dynamiques Paysannes » : résultats de l’étude « paysans investisseurs »


    SOS Faim, août 2012, 8 p.
    Présentation synthétique d’une étude détaillée et ambitieuse (640 enquêtes) sur les exploitations familiales de l’Office du Niger au Mali. Cette étude s’est attelée à des questions importantes : quelle est la superficie minimum dont doit être dotée une exploitation familiale pour être viable et pour dégager une capacité d’investissement ? Quelle est la part de cette capacité d’investissement qui pourra être consacrée au financement des aménagements de superficies irriguées supplémentaires en zone ON ? Quelles mesures d’accompagnement des exploitations familiales faut-il prévoir pour limiter les risques d’une défaillance de paiement de cette contribution à l’investissement foncier ?
    http://www.sosfaim.org/pdf/publications/dynamiques_paysannes/sos-12-dp27-fr-final.pdf

    Manuels et capitalisations (Madagascar, 2009) : le budget participatif


    SAHA, 2009
    L’ONG SAHA à Madagascar rend disponible de nombreux documents de capitalisation qu’elle a réalisés ces dernières années. Vous trouverez à cette page 5 publications pédagogiques destinés aux acteurs communaux, pour les accompagner dans les processus budgétaires participatifs, pour faciliter la mise en œuvre des principes de démocratie et de bonne gouvernance locale.
    http://www.saha-mg.org/documents-capitalisation

    Filières

    Note de synthèse Agritrade (2012) : Secteur du café


    Agritrade, CTA, août 2012
    Sur l’ensemble des pays ACP, 26 pays produisent des quantités importantes de café. Six pays ACP produisent plus de 800 000 sacs de 60 kg par an : Éthiopie, Ouganda, Côte d’Ivoire, Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), Tanzanie et Kenya. La production officielle a récemment augmenté dans chacun de ces pays, excepté en Côte d’Ivoire. La production de café des ACP a progressé presque deux fois plus vite que la production mondiale de café depuis la campagne 2006/07, certains pays ACP affichant une croissance particulièrement forte. Sur l’ensemble du café produit dans les pays ACP, l’arabica représente environ 55 %. Dix pays ACP produisent uniquement de l’arabica (Éthiopie, Kenya, Rwanda, Burundi, Malawi, Zambie, Zimbabwe, République dominicaine, Haïti et Jamaïque), tandis que la PNG se concentre sur la production d’arabica. L’UE reste le principal marché pour les producteurs ACP, mais de bonnes perspectives semblent s’ouvrir dans les économies émergentes.
    http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Commodities/Coffee/Executive-Brief-Update-2012-Coffee-sector

Note de synthèse Agritrade (2012) : Secteur de la volaille


Agritrade, CTA, août 2012
Cette note de synthèse analyse l’importance du secteur de la volaille dans les pays ACP. Ce secteur varie considérablement. Dans les Caraïbes, il s’agit de l’industrie d’agro-transformation la plus importante, tandis que dans le Pacifique elle est bien moins significative. En Afrique, il existe d’énormes différences quant à la consommation par habitant, de 1,73 kg par an au Mali à 31,38 kg en Afrique du Sud. Les taux d’autosuffisance nationale varient fortement : 80 % dans les Caraïbes, entre 28 et 100 % en Afrique subsaharienne, dont 84 % en Afrique du Sud et 100 % au Kenya.
http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Commodities/Poultry/Executive-Brief-Update-2012-Poultry-sector

Article Agritrade : Le Nigeria promeut l’utilisation de la farine de manioc


Agritrade, CTA, 9 septembre 2012
En juillet 2012, le gouvernement nigérian a poursuivi ses réformes des droits d’importation en vue de promouvoir une utilisation plus importante de la farine de manioc dans le pain. Le pays « réduit les droits de douane sur les enzymes améliorant le manioc de 10 à 0 % » et, le 1er juillet, il a imposé un droit de douane supplémentaire de 15 % sur le blé importé, portant le droit global à 20 %. Un droit de 65 % sur la farine de blé sera également introduit, les revenus étant utilisés pour « créer un Fonds de développement du pain au manioc », afin de financer les investissements nécessaires pour passer à l’utilisation d’un mélange de farine de blé et de manioc. La politique du gouvernement fédéral sur le mélange de farine de manioc avec la farine de blé dans le pain suscite une vive controverse.
http://agritrade.cta.int/fr/Agriculture/Produits-de-base/Cereales/Le-Nigeria-met-en-aeuvre-des-reformes-des-droits-d-importation-pour-promouvoir-l-utilisation-de-la-farine-de-manioc

Investissements agricoles et foncier

Article de GRAIN: Un investissement agricole responsable ? Les efforts actuels visant à réglementer les accaparements de terres ne font qu’empirer la situation


GRAIN, 30 août 2012
Cet article fait un tour d’horizon des efforts actuellement déployés par la Banque mondiale ou des fonds de pension pour réglementer les accaparements de terres à travers la création de codes et de normes. Jusqu’à maintenant, ces tentatives étaient essentiellement le fait des institutions internationales. Maintenant, le secteur privé s’engage à définir ses propres règles du jeu. Dans les deux cas, il en résulte une réglementation misant sur une démarche volontaire, qui n’est pas efficace, pas fiable, et n’apporte aucune solution à l’injustice fondamentale de ces transactions. Selon l’auteur, plutôt que d’aider les élites de la finance et des grandes entreprises à « investir de façon responsable » dans les terres agricoles, nous devons les amener à arrêter et à retirer leurs investissements.
http://www.grain.org/fr/article/entries/4568-un-investissement-agricole-responsable-les-efforts-actuels-visant-a-reglementer-les-accaparements-de-terres-ne-font-qu-empirer-la-situation

Presse : Vers une « Nouvelle alliance » entre le G8 et le Burkina pour extraire 1,6 millions de burkinabè de la pauvreté !

RTB, 27 août 2012
Le gouvernement burkinabè a tenu le 27 août 2012 à Ouagadougou, une réunion d’information du secteur privé et de la société civile sur la « Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition » du G8 (le Groupe des huit nations les plus industrialisées du monde). Cette initiative vise, selon ses promoteurs, à « extraire de la pauvreté, durant les 10 prochaines années, 50 millions de personnes, dont 1,6 millions de burkinabè ». En présence des représentants du G8, il s’est agi d’échanger sur les engagements du gouvernement, du secteur privé et de la société civile pour l’atteinte des objectifs du programme.
http://www.rtb.bf/infos/societe/article/securite-alimentaire-vers-une

Presse Mali : Des paysans saisissent la justice contre l’accaparement

IPS, 5 septembre 2012
Cet article traite de paysans maliens de l’Office du Niger, qui tentent de récupérer, par la voie judiciaire, les terres qu’ils ont perdues au profit de gros investisseurs privés. Cette action intervient au moment où le Mali, en proie à l’instabilité politique et à une rébellion, n’intéresse plus ces investisseurs. Des paysans de cette zone espèrent que la procédure judiciaire leur permettra enfin de mettre un frein à la réquisition des terres qu’ils cultivent depuis des générations. Parallèlement au recours à la justice, les paysans ont choisi la voie du dialogue avec certains investisseurs à travers la direction de l’Office du Niger.
http://ipsinternational.org/fr/_note.asp?idnews=7199#.UEiSNoxsP8M.scoopit

Etude IPAR & ActionAid Italie : Impacts des investissements agricoles italiens au Sénégal

IPAR, septembre 2012
En partenariat avec Action Aid Italie, l’IPAR a cofinancé et réalisé une étude sur l’impact des investissements agricoles italiens dans les biocarburants au Sénégal. Menée en 2012, cette étude s’est principalement focalisée sur les zones de Fanaye dans la région de Saint-Louis, de Nétéboulou et de Ndoga Babacar dans la région de Tambacounda. L’étude a permis d’analyser les processus d’investissement, de consultation et d’acquisition foncière ainsi que les effets socioéconomiques sur les communautés locales. Elle a en outre, identifié et formulé des propositions en termes de formation des collectivités locales à la bonne gouvernance locale, de participation des acteurs locaux aux négociations et de développement de l’intercommunalité (au regard de l’immensité des superficies sollicitées par les investisseurs).
http://www.ipar.sn/Ruee-vers-les-terres-arables-au.html

Article expert : Foncier, les limites du modèle malgache

J. Comby, sur le site d’Agter, septembre 2012
Sur la base de l’évaluation de la réforme foncière qu’il a dirigée à Madagascar en Septembre 2011, l’auteur présente dans cet article les limites du système malgache, qui constitue aujourd’hui une des expériences de référence au niveau mondial en matière de sécurisation des droits fonciers. L’intérêt de cet article ne se limite pas au cas de Madagascar. En effet, l’expérience malgache a été reprise par l’Union internationale du notariat réunie à Ouagadougou les 25 et 26 janvier 2012, comme un modèle de sécurisation de la propriété paysanne dans les pays du Sud. Le système de « titres fonciers simplifiés » que les notaires proposent consiste en une sécurisation de la « micro propriété », à développer au profit de la petite paysannerie. Joseph Comby explique qu’il s’agit d’un « titre foncier des pauvres ». Il met l’accent sur les dangers d’une « sécurisation foncière à deux vitesses ». La sécurité des riches s’obtient au prix de l’insécurité des pauvres. L’auteur fait ainsi le lien avec les phénomènes d’appropriation massive de terres agricoles. Il explique qu’il serait pourtant relativement aisé de remédier à cette situation en instaurant un délai de prescription des recours, applicable tant aux titres délivrés par l’Etat qu’à ceux délivrés par les communes.
http://www.agter.asso.fr/article868_fr.html

Brochure ministérielle (Niger) : La procédure de fixation de la date de libération des champs

Secrétariat Permanent du Code Rural, septembre 2012, 7 p.
L’ordonnance n° 2010-029 relative au pastoralisme a institué un système officiel de fermeture et de libération des champs pour favoriser l’intégration agriculture-élevage et prévenir les conflits. Malheureusement, des problèmes se posent régulièrement quant à sa mise en œuvre. C’est pourquoi le Secrétariat permanent du Code Rural propose une brochure précisant les modalités pratiques de détermination des dates de libération des champs. Cette procédure sera testée pendant la campagne 2012 par les secrétariats permanents régionaux du Code Rural et fera ensuite l’objet d’amendements pour être validée en 2013.
http://www.coderural-niger.net/spip.php?article123

Environnement et prospectives

Rapport FAO : Affronter la rareté de l’eau

FAO, août 2012, 100 p.
La FAO propose un nouveau cadre de gestion de l’eau dans l’agriculture « Coping with water scarcity : An action framework for agriculture and food security » qui suggère que les politiques et actions se concentrent sur les domaines suivants : a) Modernisation des canaux d’irrigation. L’irrigation du futur se fera de plus en plus par conduites et associera dans une optique durable différentes sources d’eau, y compris les eaux souterraines ; b) Un meilleur stockage des eaux de pluie au niveau des exploitations : en stockant l’eau dans de petits étangs ou directement dans le sol, les agriculteurs peuvent réduire les risques de sécheresse et accroître la productivité ; c) Recyclage et réutilisation de l’eau, en particulier l’épuration des eaux usées des centres urbains; d) Lutte contre la pollution via de meilleures réglementations et leur application ; e) Substitution et réduction des gaspillages de la production, et mieux intégrer l’agriculture irriguée et pluviale.
http://www.fao.org/docrep/016/i3015e/i3015e.pdf

Rapport Oxfam : Le coût alimentaire du réchauffement climatique

OXFAM, septembre 2012, 16 p.
Ce document d’information se base sur les résultats de nouvelles recherches qui modélisent l’impact des événements climatiques extrêmes – comme les sécheresses, les inondations et les vagues de chaleur – sur le prix des cultures de base clés au niveau international en 2030. Il affirme que les travaux de recherches existants sous-estiment largement les implications potentielles du changement climatique pour les prix des produits alimentaires. Le document montre également comment des événements climatiques extrêmes survenus en une seule année pourraient donner lieu à des flambées des prix d’une ampleur comparable à vingt années de hausse des prix sur le long terme. Il signale la nécessité urgente de tester la résistance au stress du système alimentaire mondial dans un monde qui se réchauffe.
http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/ib-extreme-weather-extreme-prices-05092012-fr.pdf

Rapport GreenPeace : La dernière frontière de l’huile de palme

Green Peace, septembre 2012, 28 p.
Ce rapport analyse les conséquences de l’huile de palme sur l’environnement en Afrique. Correctement menée et gérée, la production d’huile de palme peut bénéficier aux populations des pays en développement en apportant des revenus durables. Parmi toutes les plantes oléagineuses, le palmier à huile possède le plus fort rendement en huile par hectare, et devrait donc en théorie nécessiter moins de terres. En revanche, l’expansion incontrôlée de la culture industrielle à grande échelle du palmier à huile peut non seulement s’avérer catastrophique pour l’environnement, mais elle risque aussi d’aggraver les problèmes sociaux et économiques en Afrique. Certaines de ces acquisitions de terres mettent en péril les forêts, les écosystèmes et le climat, et menacent les moyens de subsistance des personnes qui dépendent de ces territoires.
http://www.greenpeace.org/france/PageFiles/300718/La%20derni%C3%A8re%20fronti%C3%A8re%20de%20l%E2%80%99huile%20de%20palme%20Afrique%20-%20Briefing.pdf

Rapport FAO : Alimentation, Agriculture et villes

FAO, 2012, 48 p.
L’urbanisation est un des moteurs clé de changement dans le monde aujourd’hui. La population urbaine atteint actuellement les 3.5 milliards. Elle sera à 6 milliards d’ici 2050. Parant de ces constats, le rapport pose les questions suivantes : Que devons-nous faire pour garantir la bonne nutrition dans les villes ? Que devons-nous faire pour produire assez d’aliments pour les habitants urbains ? Quelles infrastructures sont nécessaires et quel type de la production d’aliments est possible dans les villes ? L’initiative multidisciplinaire « Les Aliments pour les Villes » lancée par la FAO en 2000 a couvert une grande variété de thématiques comme les réserves d’aliments, l’éducation de nutrition, les jardins scolaires, l’agriculture urbaine et périurbaine et la sylviculture.
http://www.fao.org/fileadmin/templates/FCIT/PDF/FoodAgriCities_Oct2011.pdf

Bulletins

Newsletter du CTA : Infolettre « Connaissances pour le développement »

CTA, septembre 2012, 9 p.
Le CTA publie une infolettre « Connaissances pour le développement » dans laquelle elle présente un dossier sur les Innovations dans la transformation des aliments tropicaux. Le dossier contient deux articles de fond qui examinent les liens entre l’innovation et le développement industriel. A noter également des expériences intéressantes sur la transformation des fruits en jus. Parallèlement ce bulletin donne des nouvelles intéressantes sur la recherche, les récentes plateformes de connaissance et initiatives politiques, par exemple le Conseil d’Innovation.
http://knowledge.cta.int/fr/content/download/34307/463636/file/Infolettre+%5C%27Connaissances+pour+le+d%C3%A9veloppement%5C%27+%E2%80%93+Juillet+2012.pdf

Agenda

24-27 septembre 2012, Abidjan – Réunion du Comité Ministériel de la CEDEAO

Objectif : examiner, amender et adopter le projet de réserve régionale de sécurité alimentaire et la stratégie engrais.
http://www.hubrural.org/IMG/pdf/note_de_presentation_reunion_cm_sept_12.pdf

25-27 septembre 2012, Niamey – 3ème Forum régional « G-Val » sur le thème « Recherche scientifique pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest »

Le projet GVal-Sécurité alimentaire a pour objectif spécifique le renforcement des capacités des acteurs de la recherche dans le domaine de la sécurité alimentaire en Afrique de l’ouest. Il concerne trois pays, à savoir, le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. Le 3ème forum est organisé par l’Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN). Partenaires : Institut de Recherche pour le Développement, Université Abdou Moumouni, Centre Régional CILSS-AGRHYMET
http://www.reca-niger.org/spip.php?article507

27 Septembre 2012, Brussels : briefing Climate change, agriculture and food security

Prochain briefing du CTA à Bruxelles : sur la question du changement climatique et ses effets sur la sécurité alimentaire. Organisation en collaboration avec CGIAR Research Program on Climate Change, Agriculture and Food Security (CCAFS). Environ 120 décideurs des pays ACP et européens seront présents : administration, société civile, recherche.
http://brusselsbriefings.net/

15 au 20 octobre 2012, Rome – 39ème session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) est une instance au sein du système des Nations Unies pour l’examen et le suivi des politiques relatives à la sécurité alimentaire mondiale, y compris la production et l’accès (économique et physique) à la nourriture.
http://www.fao.org/cfs/cfs-home/csa-39/fr/

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.