Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Bulletins de veille le 1 juillet 2010

Bulletin de veille n°162 – 1er juillet 2010

Veuillez trouver ci-dessous un nouveau bulletin de veille sur le développement rural.

Ce mois-ci, des références autour du foncier, du coton, des campagnes agricoles, des semences, etc.

N’hésitez pas à réagir par retour de mail à l’une ou l’autre de ces références, ce bulletin de veille est aussi l’occasion d’engager le débat au sein d’Inter-réseaux.

Vous pouvez également consulter ce bulletin sur le site web d’Inter-réseaux : www.inter-reseaux.org

Bonne lecture !

L’équipe d’Inter-réseaux Développement rural

Campagnes agricoles

Préparatifs de la campagne agricole 2010-2011 : L’Office du Niger s’outille
Office du Niger – Mali, 30 juin 2010
Le 29 juin dernier, les organisations paysannes (OP) et l’équipe de l’Office du Niger (ON) se sont réunies pour les derniers préparatifs de la campagne agricole 2010/2011. Les discussions ont porté en particulier sur la gestion de l’eau, la contre-saison, la commercialisation et la situation des baux. La nouvelle équipe de l’ON a annoncé que l’accent serait mis sur une bonne gestion de l’eau pour la contre-saison et que la commercialisation serait préparée dès le mois d’août pour assurer aux producteurs de bonnes conditions de vente.
http://www.office-du-niger.org.ml/internet/index.php?option=com_content&view=article&id=67:preparatifs-de-la-campagne-agricole-2010-2011&catid=1:actualite

Campagne agricole 2010-2011 : La météo annonce une bonne pluviométrie
Le républicain, 23 juin 2010
Au Mali, la campagne saisonnière 2010-2011 prévoit une, « pluviométrie cumulée excédentaire à normale » pour la période juillet, août et septembre sur l’ensemble du territoire, selon le chef de la section expérimentation à la division agro météorologie. Le cumul des pluies recueillies courant mai 2010 a été normal à excédentaire par rapport à la normale climatologique dans les régions de Kayes et Sikasso. Ce cumul a été déficitaire pour toutes les autres régions du pays. Sur le plan agricole, compte tenu des risques d’inondations, il est recommandé aux paysans d’éviter de semer dans les bas fonds. Ils doivent choisir des variétés appropriées à la présente campagne.
http://www.malikounda.com/nouvelle_voir.php?idNouvelle=25527

Cameroun: Campagne agricole 2010 – Des intrants et équipements de 100 millions pour le septentrion
Allafrica, 21 juin 2010
Le vice-Premier ministre du Cameroun a procédé au lancement de la campagne agricole 2010 dans les régions septentrionales du pays le 17 juin. Dans ces régions régulièrement en proie à la famine et à des conflits agro-pastoraux, il invite les agriculteurs à mettre en œuvre une agriculture de « seconde génération », mécanisée et irriguée, pour augmenter la production et booster les ventes. Dans cet objectif, des intrants (engrais, herbicides, pesticides, etc.) et du matériel agricole (pulvérisateurs, porte-tout, brouettes, bottes, machettes, tracteurs, etc.) ont été distribués aux agriculteurs.
http://fr.allafrica.com/stories/201006220835.html

Céréales

Des notes de compréhension d’une étude sur la dynamique des échanges céréaliers en Afrique de l’Ouest
Reca, juin 2010
Le Réseau national des chambres d’agriculture du Niger (Reca) vous propose deux notes rédigées à partir de l’étude de 111 pages sur « La dynamique des échanges régionaux des céréales en Afrique de l’Ouest », réalisée dans le cadre du projet de « Renforcement de l’intégration agricole régionale en Afrique de l’Ouest » (SRAI).

  • La dynamique des échanges régionaux des céréales en Afrique de l’Ouest »

Cette première note synthétise les principaux constats de cette étude et donne une vision d’ensemble de la production, de la demande et des dynamiques des échanges des céréales sur Afrique de l’Ouest, et de leurs évolutions.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article141

  • La production de céréales et de niébé en Afrique de l’Ouest, et la place du Niger.

Cette seconde note présente les principaux résultats de cette étude concernant la production de céréales et de niébé en Afrique de l’ouest, en faisant un focus sur le cas du Niger. Elle fait également un bilan de l’évolution des productions en céréales dans cette région d’Afrique et en explicite les causes.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article142

Reportage à la télévision Burkinabé – Afrique Verte
Afrique verte, 2010
Afrique verte a mis en ligne sur son site deux reportages que la télévision burkinabé a consacré à ses programmes. Le premier traite de l’organisation d’une bourse céréalière internationale à Ouagadougou, qui doit permettre de former les acteurs sur la commercialisation des céréales. Le second s’intéresse à l’organisation d’une journée de promotion du petit mil à Djibasso, qui a réuni producteurs et acheteurs.
http://www.afriqueverte.org/index.cfm?rub=-1&theme=0&categ=1&actu=166

Souveraineté alimentaire et droit à l’alimentation

Souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest : la résistance des peuples contre les agressions
Pambazuka News, 28 juin 2010
Dans cet article, M. Goïta,de l’organisation Afrique verte, soutient que la crise alimentaire n’est pas conjoncturelle, qu’elle résulte d’un processus de déstructuration du secteur agricole africain et de son arrimage au marché international. Cet article réfléchit aux enjeux de l’agriculture africaine et donne des perspectives pour contribuer à l’établissement de la sécurité alimentaire sur le continent, des solutions fondées sur les exploitations familiales et le marché des productions locales.
http://pambazuka.org/fr/category/features/65563

Le droit à l’alimentation : un outil opérationnel pour la sécurité alimentaire mondiale
Coordination Sud, 30 juin 2010
Cette note fait partie des bulletins périodiques de la commission Agriculture et alimentation (C2A) de Coordination SUD, la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale. Ce mois-ci, la note porte sur le droit à l’alimentation et en présente dans une première partie les origines et une définition. Dans une seconde partie, elle met en discussion 5 éléments clés pour la mise en application du droit à l’alimentation. Enfin, elle apporte un éclairage sur le protocole facultatif au pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (Pidesc) dans lequel le droit à l’alimentation est officiellement reconnu.
http://www.coordinationsud.org/Les-premieres-notes-de-la-C2A

Point de situation alimentaire

Retrouvez en ligne plusieurs bulletins et documents faisant le point sur la situation climatique, agricole et alimentaire au Sahel :

  • Le bulletin mensuel « Point sur la situation alimentaire (PSA) » d’Afrique verte international qui donne le prix des céréales sur les marchés de consommation, la campagne agricole et la situation alimentaire au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

Bulletin n°110 du 15 juin 2010 :
http://www.afriqueverte.org/index.cfm?rub=-1&theme=0&categ=1&actu=165

  • Les prévisions saisonnières des pluies et des débits en Afrique de l’Ouest, au Tchad et au Cameroun pour la période de juillet à septembre 2010, sur le site du Cilss :

http://www.cilss.bf/spip.php?article114

  • Les notes mensuelles de mise à jour de la perspective alimentaire de Fewsnet, pays par pays : http://www.fews.net/Pages/default.aspx
  • Le bulletin mensuel du Système d’alerte précoce au Burkina Faso, qui présente la situation pluviométrique, agricole, alimentaire et nutritionnelle, les actions d’atténuation mises en place, la situation du bétail et des marchés à bétail, les perspectives et recommandations. Bulletin n°16 du 30 juin 2010 : http://www.sisa.bf/sisa/spip.php?article492

Crise alimentaire – Niger

Niger : Forcés de vendre du bétail pour une poignée de dollars
Irin, 28 juin 2010
Cet article présente la situation plus que critique des éleveurs au Niger. Malgré la mobilisation des organisations d’éleveurs nationales depuis la fin 2009, les soutiens ont tardé à se manifester et les éleveurs doivent aujourd’hui faire face à un déficit fourrager, une sécheresse limitant les points d’eau, et des maladies qui poussent beaucoup d’entre eux à brader leurs bêtes à des tarifs dérisoires. Cet article présente également les modes d’interventions et les points de vue des ONG internationales et des organisations des Nations unies face à cette situation. Tout le monde s’accorde à dire que cette crise aurait pu être évitée.
http://www.irinnews.org/fr/ReportFrench.aspx?ReportID=89595

Niger : Du cash pour combler le manque de vivres ?
Irin, 18 juin 2010
Cet article explique que des contraintes logistiques et financières pourraient provoquer des pénuries d’aide alimentaire au Niger à compter du mois de juillet, et gêner ainsi la distribution de vivres à une partie des 7,1 millions d’habitants du Niger exposés à l’insécurité alimentaire, selon les ONG et le Programme alimentaire mondial (Pam). Il expose également une d’autres méthodes de distributions mises en place par les ONG sur le terrain, sous forme d’espèces ou de distribution de semences, qui pourraient permettre de remédier à ce problème.
http://www.irinnews.org/fr/ReportFrench.aspx?ReportID=89542

Crise alimentaire – Somalie

Somalie : De l’aide pour les éleveurs déplacés par la sécheresse
Irin, 28 juin 2010
La condition des éleveurs en Somalie est préoccupante. La sécheresse, mais aussi les rapatriements et les conflits tribaux, sont à l’origine de la migration de ces populations vers des zones urbaines, en quête de nouveaux moyens de subsistances. Les organisations humanitaires et le gouvernement ont donc pris des mesures pour contrôler cet exode en créant des conditions favorisant le maintien des éleveurs. Ainsi, le projet du Fida doit aider les populations villageoises en améliorant les conditions de conservation et d’assainissement de l’eau et en livrant des semences améliorées et des têtes de bétails de races également améliorées, ainsi qu’en développant les infrastructures et en installant des structures de santé. Quant aux éleveurs qui ont migré vers les zones urbaines, ils sont confrontés à des difficultés liées au changement de style de vie et surtout aux conditions économiques, qui, en l’absence d’assistance, et se voient contraints de compter sur le soutien familial quand celui-ci est disponible.
http://www.irinnews.org/fr/ReportFrench.aspx?ReportID=89584

Foncier – accaparement des terres

Des alternatives aux acquisitions massives de terres dans les pays en développement
FAO, 22 juin 2010
Une étude récemment publiée (rapport en anglais au même lien) documente une série de modèles d’investissements agricoles pouvant apporter des bénéfices aux petits agriculteurs et protéger leurs droits fonciers, tout en garantissant la rentabilité des entreprises. Le rapport présente divers types de collaboration dont les gros investisseurs et les petits paysans peuvent tirer des avantages réciproques, en les répartissant en six grands chapitres: agriculture sous contrat, contrats de gestion, fermage et métayage, joint ventures, coopératives fermières et liens amont-aval. Aucun modèle unique ne semble l’emporter comme panacée valable en toutes circonstances pour les petits agriculteurs. Pour offrir des avantages aux exploitants tout en gardant un attrait pour les investisseurs, chaque contexte spécifique doit prendre en compte le régime foncier local, les politiques, la culture, l’histoire, et les considérations biophysiques et démographiques.
http://www.fao.org/news/story/fr/item/43395/icode/

Avant-projet de loi sur la réforme agraire et foncière : les coutumiers apportent leur contribution
Le Faso, 21 juin 2010
Face aux conflits fonciers récurrents au Burkina Faso, le gouvernement veut mettre en place une nouvelle législation foncière. Dans cette perspective, le Millenium challenge account (MCA) a organisé les 21 et 22 juin dernier à Ouagadougou un atelier de concertation chargé de recueillir les propositions concrètes et les recommandations que les coutumiers adressent au gouvernement après lecture de l’avant projet de loi de réforme agraire et foncière (RAF).
http://www.lefaso.net/spip.php?article37272

Coton – Mali

Installation d’un Centre Régional pour le Classement Instrumental du Coton à Ségou
Fidafrique, 25 juin 2010
Un nouvel outil pour promouvoir le coton africain a été inauguré à Ségou au Mali. Il s’agit du Centre technique régional pour le classement instrumental du coton en Afrique de l’Ouest et du Centre qui, grâce à des mesures plus fiables de la fibre du coton, pourra inverser la tendance du coton africain trop longtemps sous valorisé. Une initiative qui permettra d’améliorer la compétitivité des filières cotonnières africaines, et qui est déjà une réussite en matière d’intégration régionale.
http://www.fidafrique.net/article2398.html

Coton – Burkina Faso

Campagne cotonnière 2010-2011 : 600 000 tonnes de coton graine attendues
Le Faso, 23 juin 2010
L’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB) a tenu son assemblée générale ordinaire les 17 et 18 juin dernier. Outre le compte-rendu des activités 2009, l’assemblée a adopté une stratégie de relance cotonnière pour la campagne à venir qui doit faire de l’UNPCB le vecteur de la relance, de l’amélioration de la productivité et des conditions de vie dans le secteur. Une stratégie soutenue par le ministre délégué à l’Agriculture, présent lors de l’assemblée générale.
http://www.lefaso.net/spip.php?article37283&rubrique3

Coton transgénique : le Burkina autorise l’essai de nouvelles variétés
Le Soleil, 29 juin 2010
Le Burkina Faso est le premier producteur de coton d’Afrique subsaharienne. Depuis 2003, le Comité scientifique national de biosécurité autorise les essais de culture de coton transgénique. Deux nouvelles variétés développées par Monsanto viennent d’être autorisées, l’une résistante à un herbicide, l’autre à certains insectes. Les essais, en confinement, se dérouleront dans l’est et l’ouest du pays.
http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=60891

La Sofitex mise sur 80 % de coton OGM
ABC Burkina, 24 mai 2010
En mai dernier, la Société des fibres textiles du Burkina Faso (Sofitex) a communiqué aux producteurs de coton ses objectifs pour la campagne 2010-2011. Elle ambitionne une production de 500 000 tonnes (contre un peu plus de 300 000 tonnes la campagne précédente). Pour cela, elle compte sur deux atouts : profiter de la hausse des cours du coton sur le marché international et de la baisse de l’euro par rapport au dollar qui permet de proposer un meilleur prix d’achat au producteur (182 F au lieu de 160 F pour le « premier choix » et 157 F au lieu de 135 F pour le deuxième choix) ; et augmenter la proportion du coton OGM pour atteindre 80% de la production en misant sur l’amélioration des rendements. Ce qui est loin d’être garanti met en garde le président du Sedelan.
http://www.abcburkina.net/content/view/758/1/lang,fr/

Coton –Sénégal

Le G440 : une bonne variété de coton pour les zones sahéliennes
Fidafrique, 18 juin 2010
La nouvelle variété de coton G 440, première création sénégalaise, est le fruit d’une collaboration étroite entre la recherche, la vulgarisation et le paysannat. Elle est née d’un long travail qui avait pour objectif de sélectionner des variétés adaptées aux conditions de culture à faibles intrants, productives et répondant aux impératifs de l’industrie, tant du point de vue de l’égrenage (facilité d’égrenage, rendement fibre élevé), que de la filature. Cette variété améliore les rendements aux champs (+22%) et à l’usine (+2.3%). Surtout, le G440 est conçu pour favoriser le maintient de la culture du coton en zone à faible pluviométrie. Une innovation sénégalaise qui a donc aussi un impact positif en terme social. A cet article est joint la fiche détaillée de présentation de cette nouvelle variété.
http://www.fidafrique.net/article2396.html

Politique agricole – Ecowap

Financement des plans d’investissement agricoles : La Cedeao évalue les besoins à près de 500 milliards de francs Cfa
Walfajdri, 18 juin 2010
Des experts des 15 pays membres de la Cedeao se sont réunis du 14 au 17 juin à Dakar pour un premier Business meeting sur le financement des plans d’investissement agricoles. Il en ressort un ambitieux programme de financement de 455 milliards de FCFA pour les 5 prochaines années, dont 16% sera assuré par la Cedeao. Les États membres ont également renouvelé leur engagement à consacrer 10% de leur budget national à l’agriculture (cf. déclaration de Maputo) et plusieurs partenaires techniques et financiers (Espagne, Etats-Unis, Banque mondiale, FAO, Pam, Fida, etc.) ont manifesté leur volonté d’accompagner ces plans d’investissement.
http://www.walf.sn/economique/suite.php?rub=3&id_art=65165
Retrouvez sur le site du Bureau Issala l’ensemble des documents préparatoires de cette rencontre, en versions française et anglaise : http://www.bureau-issala.com/index.htm

APE

Quoi de neuf sur les négociations APE en Afrique de l’Ouest ?
Agritrade, 30 juin 2010
L’Union Européenne estime à 6,5 milliards d’euros le montant de l’aide destiné à soutenir les activités du Programme APE pour le développement (PAPED) pour les cinq prochaines années. Le montant sera mis à disposition par le biais des instruments existants tels que le Fonds européen de développement (FED), les lignes budgétaires de la Commission européenne, les instruments de coopération bilatérale des États membres et les prêts de la Banque européenne d’investissement. Ce programme doit notamment permettre une amélioration de la production, du commerce intra régional, de l’accès aux marchés internationaux, des infrastructures commerciales aux niveaux national et régional. Certains rapports de presse rapportent qu’à terme, la conclusion d’un APE avec les pays d’Afrique de l’Ouest vise à encourager la signature d’APE avec d’autres pays ACP, encore réticents à s’engager avec l’Union Européenne.
http://agritrade.cta.int/fr/content/view/full/860

Changements climatiques et lutte contre la sécheresse

Négociations sur les changements climatiques : L’Afrique en rang serré
Journal du Mali, 30 juin 2010
La 13è session de la Conférence des ministres africains de l’environnement (CMAE) s’est achevée le 25 juin à Bamako, réunissant des ministres de plus de 30 pays africains. Les débats ont porté sur le changement climatique, la dégradation des terres, la biodiversité et la désertification. Les participants se sont attelés à la recherche d’une position commune sur le régime climatique international après 2012, ainsi qu’à l’élaboration d’un cadre global sur les programmes du continent en matière de changements climatiques.
http://www.journaldumali.com/article.php?aid=1646

Désertification : l’Afrique veut édifier une Grande muraille
Le jour, 22 juin 2010
Le 17 juin 2010, jour où la communauté internationale célébrait la Journée mondiale de lutte contre la sécheresse et la désertification, s’est tenu le premier sommet des chefs d’Etat sur la Grande muraille verte. Sur onze présidents des pays membres du projet, quatre ont pris part au sommet. Une convention portant création, dans un bref délai, d’une agence panafricaine de la Muraille verte, a été signée. Cette agence permettra d’entamer les travaux et de suivre la réalisation de la barrière de végétation de 7600 Km de long et 15 Km de large reliant Dakar à Djibouti. La directrice générale du Fonds mondial pour l’environnement (Fem) a déjà annoncé une subvention de 119,08 millions de dollars US aux pays concernés par la grande muraille verte (Site officiel: http://www.grandemurailleverte.org/)
Voir l’article en ligne : http://www.quotidienlejour.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2800:desertification–lafrique-veut-edifier-une-grande-muraille&catid=41:pointe-du-jour-&Itemid=165
Un regard critique de Marc Bied-Charreton, président du Comité scientifique français de la désertification : http://www.terra-economica.info/La-Grande-Muraille-Verte-du-Sahara,11081.html
Le projet de la grande muraille verte expliqué en une page : http://www.gerbeaud.com/nature-environnement/grande-muraille-verte-afrique.php

Agriculture : La nécessaire adaptation aux changements climatiques
Journal du Mali, 30 juin 2010
Le Mali, particulièrement touché par les impacts du changement climatique – précipitations insuffisantes, imprévisibles, inondations, vents violents, engendrant des pertes de production agricole- vient de lancer son Projet d’adaptation aux changements climatiques dans le domaine agricole (Pana) avec l’appui financier du Pnud et du Fem. Ce projet, qui vise à améliorer la capacité d’adaptation et de résilience face aux changements climatiques dans le secteur agricole, coûte 5.5 milliards de FCFA sur 4 ans et a été lancé sur 6 communes test.
http://www.journaldumali.com/article.php?aid=1654

Transformation – consommateurs

Droit des consommateurs : Le Redecoma engage le débat sur les problèmes de consommation
Maliweb, 16 juin 2010
Dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Mali, le Regroupement pour la défense des consommateurs du Mali (Redecoma) a tenu début juin son assemblée générale. Dans un contexte national où les consommateurs font face à des problèmes récurrents de qualité des produits alimentaires, cette réunion a été l’occasion pour le Redecoma de débattre avec un groupe de consommateurs de leurs droits et devoirs en tant que consommateurs. La réunion a également permis de recueillir leurs recommandation pour que le Redecoma continue sa mission, c’est-à-dire sensibiliser et défendre les intérêts des usagers, afin que les biens et services produits et offerts aux consommateurs soient réalistes, de qualité, à des prix abordables et sans aucun risque pour leur santé et leur cadre de vie.
http://www.maliweb.net/category.php?NID=61946

Achat et transformation du riz local : La Sonagess à l’heure des comptes dans les plaines rizicoles
Le Faso, 30 juin 2010
Depuis trois ans, le Burkina soutient la filière riz. Et la production locale a doublé. La Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (Sonagess) achète systématiquement 20% des récoltes des producteurs, notamment pour le revendre à un tarif social. Un prix plancher de 128 FCFA/kg a aussi été mis en place pour tous les acteur de la filière, mais il est jugé insuffisant. Malgré tout, l’action de la Sonagess a profité à toute la filière riz burkinabé.
http://www.lefaso.net/spip.php?article37285&rubrique3

Semences

Reca info n°8 : la dégénérescence des semences
Reca, 30 juin 2010
Ce nouveau numéro du bulletin d’information « Reca Info », produit par le Réseau national des chambres d’agriculture du Niger, est consacré à la filière oignon et surtout à la production de semences. Au sommaire de ce numéro, le lecteur va trouver de l’information sur (1) le premier comptoir de l’oignon du Niger, (2) combien d’oignons sont produits au Niger, (3) les importations d’oignon en Afrique de l’Ouest, (4) la dégénérescence des semences et (5) un entretien avec le Secrétaire général de la coopérative Wafakey de Yoreize Koira, producteur de semences d’oignon.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article145

Système semencier communautaire – fiche synoptique
Fidafrique, 21 juin 2010
Le Système semencier communautaire (CBSS) a été créé en 1997 au Sénégal par l’Isra, et développé ensuite par l’Adrao, avec l’appui financier de plusieurs bailleurs. Son objectif est d’aider à trouver des solutions appropriées aux limites du système conventionnel : besoins spécifiques de l’agriculture traditionnelle, simplification du système d’évaluation des variétés, reconnaissance des variétés locales, coût des semences certifiées et améliorées, etc. Il permet de valoriser les semences paysannes en créant les concepts de « semence de qualité acceptable » et de « semence contrôlée » et de leur donner un contenu scientifique, technique, économique ainsi qu’un cadre d’évolution réglementaire.
http://www.fidafrique.net/article2397.html

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.