The content bellow is available only in French.

publié dans Bulletins de veille le 26 mars 2010

Bulletin de veille n°156 – 26 mars 2010

Veuillez trouver ci-dessous un nouveau bulletin de veille sur le développement rural.
Ce mois-ci, des références autour du Maghreb, des organisations paysannes, de l’élevage, etc.
N’hésitez pas à réagir par retour de mail à l’une ou l’autre de ces références, ce bulletin de veille est aussi l’occasion d’engager le débat au sein d’Inter-réseaux.
Vous pouvez également consulter ce bulletin sur le site web d’Inter-réseaux : www.inter-reseaux.org
Bonne lecture !
L’équipe d’Inter-réseaux Développement rural

Organisations paysannes – Sénégal

Boycott par le CNCR de la cérémonie de signature du pacte sur le PNIA
Revue de presse, février 2010
Le 10 février, le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR) a boycotté la cérémonie de clôture de la table ronde nationale sur le financement du Programme national d’investissement agricole (PNIA) du Sénégal. Par cet acte, le CNCR a voulu marquer son profond désaccord avec le ministère de l’Agriculture sénégalais qui souhaite imposer « son organisation » pour porter la voix des producteurs sénégalais. Retrouvez la déclaration du CNCR et plusieurs articles de presse à ce sujet.
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/revue-de-presse-suite-au-boycott

Sécurité alimentaire – Maghreb

Sécurité alimentaire en Méditerranée : un enjeu stratégique majeur
Note IPEMED n°6, janvier 2010
En Méditerranée, l’insécurité alimentaire risque fort de s’aggraver dans les vingt prochaines années. Alors que le déficit de production alimentaire y est très préoccupant à moyen et long terme, les inquiétudes à propos de l’augmentation des risques sanitaires doivent absolument être prises au sérieux par les dirigeants politiques européens et méditerranéens. Des stratégies pour parvenir à rétablir un niveau nécessaire de sécurité alimentaire existent. Elles passent par le renforcement des échanges agricoles et agroalimentaires dans la zone et par le développement des investissements directs étrangers dans les filières concernées. Mais ces solutions imposent que la sécurité alimentaire en Méditerranée soit considérée comme une priorité pour l’action politique dans l’espace euro-méditerranéen.
http://www.ipemed.coop/spip.php?article360

Céréales – Algérie

Belles rentrées de blé
Jeune Afrique, 25 mars 2010
Ce n’était plus arrivé depuis quarante ans. En 2010, l’Algérie retrouvera son statut de pays exportateur de céréales, après une campagne agricole qui a battu tous les records de production.
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2567p015.xml0/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Jeune_Afrique_Economie+%28Jeune+Afrique+Economie%29&utm_content=Netvibes

Coton – Burkina Faso

L’économie cotonnière des pays africains de la zone franc dans la tourmente de la mondialisation. Une illustration à partir de l’exemple du Burkina Faso
A. Schwartz, Intervention à l’Académie des sciences d’outre-mer, février 2010
Depuis plusieurs années, les filières cotonnières africaines de la zone franc ne se portent pas bien. La récente montée en puissance de ce qu’il est convenu d’appeler la mondialisation n’y est pas étrangère, mais n’explique pas à elle seule toutes leurs difficultés actuelles. Cet article propose d’éclairer les fondements de ces difficultés à la lumière d’un contexte international devenu de moins en moins favorable à l’économie cotonnière des pays concernés. Il illustre également ce que sont concrètement ces difficultés à travers la présentation d’une étude de cas, celle de la filière cotonnière du principal pays producteur de coton de la zone franc, le Burkina Faso.
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/l-economie-cotonniere-des-pays

Le coton burkinabé sort de l’ornière
RFI, 10 mars 2010
Au Burkina Faso, la filière cotonnière semble relever la tête. Différents facteurs se conjuguent pour donner le sentiment que la période la plus difficile est passée.
http://www.rfi.fr/contenu/20100309-le-coton-burkinabe-sort-orniere

Le coton bt à grande échelle en 2010
Lefaso.net, 18 mars 2010
La culture du coton OGM se généralisera en 2010 au Burkina. Alors qu’en 2009, 115 000 hectares étaient emblavés en coton OGM au Burkina, il en est prévu 475 000 ha en 2010. Le gain attendu est de 100 millions de dollars.
http://www.lefaso.net/spip.php?article35903

Culture de plantes génétiquement modifiées : le Burkina Faso, 13e mondial
Lefaso.net, 23 mars 2010
Tous les ans, le Service international pour l’utilisation des applications de la biotechnologie agricole (ISAAA) publie un rapport sur l’état mondial des cultures de plantes génétiquement modifiées commercialisées. Sur le continent africain, on assiste à un progrès continu de 3 pays en matière de culture OGM : l’Afrique du Sud avec un accroissement substantiel de 17% en 2009, le Burkina Faso (13e rang mondial) et l’Egypte (24e au classement).
http://www.lefaso.net/spip.php?article35966
Pour voir le résumé du rapport ISAAA (en anglais) :
http://www.isaaa.org/resources/publications/briefs/41/executivesummary/default.asp

Coton – Bénin

Les cotonculteurs réclament la concurrence
La Nouvelle Tribune, 15 février 2010
Les cotonculteurs béninois souhaiteraient un peu plus de concurrence dans le secteur cotonnier béninois. Ils se plaignent du monopole de l’entreprise Sodéco dans l’égrenage du coton graine, et de l’absence de concurrence parmi les importateurs.
http://www.lanouvelletribune.info/201002155190/une/rfi/filiere-coton-au-benin.html

Bourses agricoles – Sénégal

Pour neutraliser les intermédiaires : les acteurs mettent en place une bourse céréalière
Walf Fadjri, 18 février 2010
Afin de neutraliser les intermédiaires, valoriser les produits mais aussi sécuriser les revenus des producteurs, la Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (Fiara), le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR) et l’Association sénégalaise pour la promotion du développement à la base (Asprodeb) veulent mettre en place une bourse céréalière nationale.
http://www.walf.sn/economique/suite.php?rub=3&id_art=62200

Élevage – Sénégal

Modernisation de l’élevage : les professionnels de la filière réclament la mise en place d’un code pastoral
Walf Fadjri, 15 mars 2010
Le Réseau Billital maroobe (réseau des organisations d’éleveurs et pasteurs du Sahel) a tenu une réunion de son antenne sénégalaise les 13 et 14 mars 2010. L’objectif était d’échanger sur les goulots d’étranglement du secteur de l’élevage au Sénégal. Les discussions ont porté notamment sur la sécurisation de la pratique pastorale basée sur la mobilité du bétail, la promotion de l’élevage par la mise en œuvre d’une politique cohérente capable d’attirer les investissements, la professionnalisation des acteurs et la prise en charge des facteurs sociocommunautaires. Les participants ont réclamé, entre autre, la mise en place d’un code pastoral et la réduction des quotas accordés aux importateurs de produits laitiers afin de faciliter l’écoulement du lait local.
http://www.walf.sn/economique/suite.php?rub=3&id_art=62818

Élevage mobile

Modernité, mobilité. L’avenir de l’élevage dans les zones arides d’Afrique
IIED, SOS Sahel, octobre 2009
Cet ouvrage se penche sur le rôle vital que joue l’élevage mobile dans l’économie des zones arides africaines. En Afrique de l’Est et de l’Ouest, on estime que 50 millions d’éleveurs subviennent aux besoins de leur famille et de leur communauté et soutiennent une imposante filière de viande, de cuir et de peaux à partir de bêtes exclusivement nourries des pâturages naturels des zones arides. Alors que d’autres systèmes d’occupation des sols sont voués à l’échec face aux changements climatiques mondiaux, l’élevage itinérant, aussi appelé pastoralisme, génère d’énormes bénéfices économiques nationaux et régionaux. Les pasteurs donnent l’impression d’être une minorité, coupée du reste du monde et adepte d’un mode de vie archaïque et démodé. En réalité, les pasteurs habitent souvent des régions reculées et hostiles mais ils se sont parfaitement intégrés dans les processus mondiaux plus vastes qui les entourent.
http://www.iied.org/pubs/display.php?o=12565FIIED&n=1&l=2&a=H%20Jode

Élevage

Vers un élevage plus durable
FAO, 18 février 2010
Le rapport 2009 de la FAO sur la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture se focalise sur le secteur de l’élevage. L’élevage représente 40% de la valeur de la production agricole mondiale et contribue aux moyens d’existence et à la sécurité alimentaire de près d’un milliard de personnes. La croissance rapide des revenus et de l’urbanisation, dans un contexte d’augmentation de la population mondiale, dope la demande de viande et d’autres produits d’origine animale dans de nombreux pays en développement. Ces changements et leur rythme ont créé des risques systémiques pour les moyens de subsistance, la santé humaine et animale et l’environnement. Pour faire face aux défis et aux contraintes du XXIe siècle, le secteur de l’élevage doit s’appuyer sur des institutions compétentes, des travaux de recherche, des initiatives de développement et une bonne gouvernance.
Communiqué de presse : http://www.fao.org/news/story/fr/item/40117/icode/
Rapport : http://www.fao.org/publications/sofa/fr/

Commercialisation du bétail

Étude régionale sur les contextes de la commercialisation du bétail / Accès aux marchés et défis d’amélioration des conditions de vie des communautés pastorales
Sur le site du RECA Niger, SNV, avril 2009
Cette étude réalisée en avril 2009 par l’Iram pour la SNV, vise à apporter une meilleure compréhension des enjeux liés à la commercialisation des produits de l’élevage et du pastoralisme dans 5 pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Mali et Niger), et traite entre autres : de l’organisation et des filières de commercialisation du bétail, des politiques en matière d’échanges de bétail ; des initiatives de régulation et de structuration de la commercialisation du bétail ; et des pistes possibles d’intervention pour la SNV.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article82

Tracasseries routières

Corridor de la route de l’oignon au Niger : les tracasseries sont légions et semblent s’ériger en règles
RECA Niger, 23 février 2010
Le rapport du 3ième trimestre 2009 réalisé par l’Observatoire des pratiques anormales (OPA) sur les axes routiers, présente notamment les résultats d’une enquête réalisée sur la route de Madaoua (au Niger) à Bittou (au Burkina), couramment appelée la route de l’oignon. Les perceptions illicites sur cet axe restent élevées, vraisemblablement en raison de la nature périssable des produits transportés. Le rapport souligne toutefois la baisse des tracasseries enregistrées sur la route de l’oignon, suite à des campagnes de sensibilisation et de plaidoyer, et à la volonté des autorités politiques de résoudre ce phénomène.
http://www.reca-niger.org/spip.php?article73

Recherche agricole

Montpellier accueille la 1re Conférence mondiale sur la recherche agricole pour le développement (GCARD)
Cirad, 23 mars 2010
La Conférence mondiale sur la recherche agricole pour le développement (RAD), première du genre, est organisée par le Forum mondial de la recherche agricole (GFAR). Elle constitue le point de départ d’une nouvelle gouvernance mondiale de la RAD. Cette première conférence, qui se veut une grande consultation multi-acteurs, sera suivie d’un rendez-vous mondial tous les deux ans. Elle a pour objectif de définir une gouvernance visant à élaborer des stratégies communes de programmation de la recherche agricole pour le développement et à les articuler entre elles. L’ensemble des parties prenantes du système de la recherche agricole mondiale est impliqué dans cette démarche.
http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/articles/2010/institutionnel/gcard
Site officiel : http://www.egfar.org/egfar/website/gcard
Jean-Luc Khalfaoui: « Vers une coalition mondiale de la recherche contre la faim, la pauvreté et pour la protection de l’environnement» :
http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/articles/2010/questions-a/jean-luc-khalfaoui

Foncier – Burkina Faso

La dimension foncière de l’agrobusiness au Burkina Faso : étude de cas dans la province du Ziro
M. Zongo, sur le site du Hub rural, janvier 2010
La forte médiatisation des acquisitions foncières à grande échelle opérées par des étrangers tend à occulter les acquisitions de parcelles de la part d’acteurs nationaux, non ruraux. Peu étudié, il ne s’agit pourtant pas d’un phénomène négligeable dans des pays comme le Burkina Faso. Cet article vise à analyser ce phénomène dans la province du Ziro. L’agrobusiness, moteur d’une modernisation de l’agriculture et du développement rural ? Les constats de cette étude ne vont pas dans ce sens : non seulement peu d’entre eux pratiquent une agriculture d’investissements, mais encore « ce sont des portions infimes des superficies acquises qui sont effectivement exploitées ».
http://www.hubrural.org/spip.php?article7776

Foncier – Amérique Latine

L’accaparement des terres en Amérique latine
GRAIN, 19 mars 2010
À la différence des anciens conflits fonciers et de la lutte des populations indigènes pour défendre leurs terres, l’Amérique latine connaît aujourd’hui une nouvelle forme d’invasion de ses territoires. Au cours des dernières années, des investisseurs étrangers se sont emparés de millions d’hectares cultivables pour y produire des cultures vivrières et des agrocarburants destinés à l’exportation. Cet accaparement porte atteinte à la souveraineté nationale, et dépossède de nombreuses communautés, d’autant plus que les investisseurs exploitent au maximum les terres et l’eau, ne créent pas d’emploi et rapatrient les produits dans leurs pays. Face à ce phénomène, les populations locales ne savent pas qui combattre et ne disposent par d’outils juridiques appropriés pour se défendre. Une des plus graves conséquences de ce phénomène est le risque de voir les multinationales de l’agro-industrie prendre, à terme, le contrôle de l’agriculture.
http://www.grain.org/articles/?id=63

APE

Les négociations APE : Note de synthèse
Agritrade, mars 2010
Où en sont les négociations des Accords de partenariat économique (APE) en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale ? Agritrade propose deux notes actualisées faisant le tour de la question.
Afrique de l’Ouest : http://agritrade.cta.int/fr/content/view/full/2496
Afrique centrale : http://agritrade.cta.int/fr/content/view/full/2884

Commerce international

Accès au marché : Note de synthèse
Note de synthèse Agritrade, mars 2010
La note de synthèse du CTA intitulée « Accès au marché », publiée initialement en janvier 2008, a été mise à jour en mars 2010. Elle est structurée de la façon suivante : contexte et principaux enjeux (résumé succinct de la précédente note et mise à jour des enjeux clés) ; développements récents (revue des principaux faits marquants depuis la parution de la précédente note) ; implications pour les ACP (analyse de l’impact des récents développements pour les paysans ACP concernés).
http://agritrade.cta.int/fr/Rubriques/Acces-au-marche/Note-de-synthese

Riz

Congrès du riz en Afrique 2010
Le Congrès du riz en Afrique 2010, organisé par le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice) a pour thème principal : « Innovation et partenariats pour atteindre le potentiel rizicole en Afrique ». Il réunit les représentants de la recherche, de la vulgarisation, des communautés paysannes, des organisations de la société civile et ceux du secteur public et du secteur privé engagés dans le développement du secteur rizicole en Afrique. Il permet de faire le point des avancées de la science et de la technologie rizicoles qui visent à améliorer la productivité dans les champs des riziculteurs tout en protégeant les services environnementaux et en s’adaptant au changement climatique. Le Congrès sera aussi l’occasion de discuter des innovations institutionnelles, des politiques et des investissements clés nécessaires en vue d’accroître significativement la production rizicole en Afrique subsaharienne, de développer des filières riz compétitives et équitables, de réduire les importations et d’améliorer le commerce régional.
Site officiel : http://www.africarice.org/AfricaRiceCongress2010/indexfr.html
Articles de presse :
http://www.pressafrik.com/Marche-du-riz-africain-Mamadou-Cissokho-du-ROPA-plaide-pour-un-protectionnisme_a24627.html
http://www.journaldumali.com/article.php?aid=1248

Commerce équitable

Le commerce équitable en question
Cahiers agricultures, volume 19, numéro spécial 1, mars 2010
Le commerce équitable a acquis une reconnaissance incontestable. Initialement surtout dédié aux produits alimentaires, il s’étend désormais aux produits manufacturés et aux services. Les produits vendus sous son label peuvent être désormais achetés dans n’importe quel supermarché de France. La valeur des ventes aux consommateurs de produits issus du commerce équitable a ainsi explosé, ce qui a permis d’accroître très sensiblement le nombre de producteurs impliqués à l’autre bout de la chaîne. Avec ce changement d’échelle, le commerce équitable est toutefois confronté à de nouveaux défis. C’est principalement cette question qui a été au cœur du troisième colloque international sur le commerce équitable qui s’est tenu à Montpellier en mai 2008. Il a réuni près de 200 chercheurs et acteurs de ce mouvement pendant trois jours, pour débattre de plus de 60 communications. Les articles sélectionnés dans ce numéro sont issus de ce colloque.
http://www.john-libbey-eurotext.fr/fr/revues/agro_biotech/agr/sommaire.md

Assurance agricole

Afin de préserver le bétail, les cultures et les agriculteurs : L’État met sur pied un système d’assurance
Walf Fadjri, 25 mars 2010
L’État du Sénégal vient de lancer une assurance tout risque bétail et cultures. « Elle permettra l’accroissement de la productivité agricole dans un cadre mieux valorisé et plus sécurisé ». L’Agence nationale de conseil agricole et rural (Ancar), en partenariat avec la Compagnie nationale d’assurance agricole du Sénégal, ont pour mission de conduire le programme de formation, de sensibilisation et d’information sur les assurances agricoles.
http://www.walf.sn/economique/suite.php?rub=3&id_art=63076

Politiques agricoles

Cacao épisode V : lettre ouverte à la Banque mondiale, au FMI et à la BAD
Les Afriques, 15 février 2010
Pourquoi donc l’Afrique a-t-elle tant de mal à profiter de ses richesses ? Cette lettre s’adresse de manière ouverte aux bailleurs de fonds des économies africaines (FMI, Banque mondiale, BAD, Union européenne, etc.) qui ont encouragé la libéralisation dans toutes les filières exportatrices et importatrices. D’après l’auteur, un des problèmes majeurs est l’absence de lisibilité, de visibilité et de traçabilité des produits destinés à l’export et l’import dans les pays africains. Une des solutions passerait par un véritable contrôle public le long du circuit de commercialisation.
http://www.lesafriques.com/actualite/cacao-episode-v-lettre-ouverte-a-la-banque-mondiale-au-fmi-et-a-l.html?Itemid=89?articleid=22265

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.