The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 4 janvier 2018

Pays côtiers et sahéliens : quelles relations dans la commercialisation du bétail ?

Bio Goura Soulé/Roger Blein

Commerce régional / intégration régionalePastoralismeEntretienRevue - Bulletin

Vous lisez un article de la publication "Le pastoralisme a-t-il encore un avenir en Afrique de l'Ouest ?".

Quand il s’agit du pastoralisme, les questions commerciales sont rarement étudiées. La mise en marché, le rapport aux filières de production, le rôle des intermédiaires, sont autant d’aspects souvent minorés voire jugés subalternes. Cet entretien vise à aborder les nombreux défis de la commercialisation du bétail dans son ensemble.

Grain de Sel : Quelle est la place du bétail dans le commerce régional ?
Bio Goura Soulé : Les données relatives au commerce régional sont sujettes à caution. Une partie du commerce relève d’échanges informels non enregistrés. Les échanges formels font l’objet de sous estimations en raison des pratiques de corruption aux frontières. Malgré tout, une chose est certaine : les produits issus de l’élevage constituent le premier poste des échanges régionaux de produits agropastroaux, et de très loin. Ils représentent le 2e poste des échanges tous produits, après les hydrocarbures. Les pays sahéliens sont fortement excédentaires et l’exportation du bétail représente une ressource décisive pour les pays sahéliens et pour des dizaines de milliers de ménages pastoraux et agropastoraux. L’élevage représente le 3e poste d’exportation du Mali après l’or et le coton. Au Niger, les produits d’élevage se positionnent derrière l’uranium. Les pays côtiers sont fortement déficitaires et importent du bétail sahélien. Le Sahel exporte aussi vers l’Afrique du Nord.

GDS : Les pays sahéliens pourront-ils répondre à la hausse de la demande en viande ?
BGS : Il sera sans doute possible de développer fortement la production de petits ruminants et de volaille pour répondre à la demande en viande des populations ouest africaines. En ce qui concerne la viande bovine, il me semble que les États sahéliens pourront difficilement continuer à accroître la production — dans les conditions actuelles — sans dommages environnementaux graves.
Roger Blein : En effet, l’extension des troupeaux rencontre une limite majeure avec la concurrence croissante des productions végétales sur les ressources foncières, générant un accroissement des conflits. Améliorer l’auto-approvisionnement nécessite de sécuriser la mobilité des élevages extensifs et d’accroitre leur productivité, notamment à travers le développement de l’embouche et l’utilisation des aliments du bétail concentrés. Enfin, l’amélioration de l’auto-approvisionnement régional en protéines animales reposera d’une part sur la structuration de filières laitières locales, d’autre part sur le développement de systèmes de production plus intensifs dans les zones soudaniennes.

GDS : Qui sont aujourd’hui les acteurs de la commercialisation du bétail ?
BGS : Les filières bétail-viandes sont animées par un grand nombre d’acteurs qui vont des producteurs aux distributeurs (supermarchés, marchés terminaux et marchés de consommation) en passant par une série d’intermédiaires (collecteurs, grossistes, convoyeurs…). Ces acteurs commencent à se structurer, comme en témoigne le développement des marchés autogérés par exemple, où émergent des formes de coordination entre éleveurs, administrations locales et gestionnaires de marchés, autour d’un marché physique. La COFENABVI, créée en 2004 témoigne aussi d’un début de coordination verticale entre les acteurs de la filière, sous forme d’interprofessions nationales, fédérées à l’échelle régionale.

GDS : Tous ces intermédiaires ne pénalisent-ils pas la compétitivité de la filière ?
RB : Je ne pense pas, ou à tout le moins, la question est plus complexe qu’il n’y paraît, car la réduction des intermédiaires est un objectif poursuivi depuis plus de 40 ans, sans résultats probants ! Chaque acteur a un rôle bien précis et tous concourent à sécuriser les transactions : ils garantissent que l’animal vendu n’a pas été volé, que l’acheteur va bien payer le vendeur si le paiement n’est pas intégralement au comptant, ou encore que l’animal est en bonne santé et de bonne qualité. Pour être sûrs que la viande est fraiche, les consommateurs des pays côtiers privilégient les animaux abattus du jour. Pour s’assurer de la qualité de l’animal, les bouchers préfèrent acheter l’animal vivant. Une carcasse ou des morceaux de viande découpés n’offrent pas de garantie que l’animal était en bonne santé et les certificats vétérinaires ne sont pas toujours fiables.

GDS : Y a-t-il une corrélation entre les voies de transhumance et les circuits de commercialisation ?
BGS : Oui car une partie des animaux est « finie » pendant la transhumance : une part du troupeau est engraissée pendant la descente et commercialisée sur les marchés terminaux des pays côtiers. Selon les estimations, très partielles, 20 à 25 % des animaux qui descendent ne remontent plus. Si le convoyage par camion, et dans une moindre mesure par train, prend de l’importance, le convoyage à pied reste une modalité importante et emprunte dès lors les couloirs de transhumance.

GDS : Quelles infrastructures faudrait-il développer pour faciliter le commerce ? _ RB : Il faut investir dans des infrastructures sur les marchés permettant d’embarquer et de transporter les animaux de façon appropriée. Le problème aujourd’hui c’est que le transport d’animaux dans des camions est un « transport de fret-retour » : les camions acheminent des produits en provenance des ports côtiers vers les pays sahéliens puis ils redescendent vers le Sud chargés d’animaux vivants. Les moyens de transport n’offrent pas de bonnes conditions de confort et génèrent beaucoup de stress voire de pertes. Mais l’adoption de bétaillères spécialisées augmenterait les coûts de transport puisque le camion revient vide.

GDS : Les pays côtiers perçoivent-ils le bétail des pays sahéliens comme complémentaire ou concurrent pour leur filière nationale ?
RB : Depuis des décennies les pays côtiers rêvent de développer leur élevage et de s’affranchir d’une partie des importations du marché mondial et sahélien, voire de toutes les importations sahéliennes. Ils considèrent que le bétail en provenance du Sahel est concomitant aux transhumances et qu’il constitue une nuisance (dégâts dans les champs, conflits…). Même si les problèmes sanitaires qui empêchaient le développement de l’élevage dans les pays côtiers se sont réduits, ces pays sont aujourd’hui très loin de pouvoir développer une production répondant à la demande nationale. La prospective montre qu’il y aura de la place à la fois pour que les pays sahéliens améliorent leur productivité et accroissent leur offre, et pour que les pays côtiers développent leur élevage. Ces systèmes peuvent certes apparaître en compétition à court terme mais sur le long terme il y a de la place pour tous.
BGS : En réalité, ce ne sont pas tant les produits qui sont en concurrence que les systèmes de production. De plus en plus, les agriculteurs du Sud des pays sahéliens et du Nord des pays côtiers intègrent l’élevage dans leurs systèmes de production. La règle selon laquelle les éleveurs transhumants ont libre accès aux résidus des récoltes des agriculteurs du Sud des pays sahéliens et des pays côtiers est contestée car les agriculteurs veulent désormais conserver ces résidus pour leurs propres animaux. Il y a aussi une compétition avec les autres espèces — notamment les volailles, porcs et ruminants — sur l’accès aux sous-produits agro-industriels comme les tourteaux de coton, d’arachide, etc.

GDS : L’élevage ne contribue-t-il donc pas à l’intégration régionale?
RB : Au contraire ! Pour moi c’est le système de production et d’échange clé de l’intégration régionale, de la complémentarité des économies productives et des bassins de production et consommation. C’est d’ailleurs le premier produit agropastoral échangé dans la région et le deuxième « tous produits confondus », après les hydrocarbures. Ce ne sont pas seulement des animaux vivants, mais aussi des cuirs et peaux, les sous produits agroindustriels (aliments du bétail) qui animent ce commerce régional. Sur les espaces frontaliers, où se concentrent les marchés à bétail destiné aux marchés côtiers, les impacts du commerce des produits de l’élevage sur l’économie locale, l’emploi et les revenus sont considérables. Enfin, il faut rappeler que ces flux régionaux restent fortement concurrencés par les importations de produits bon marché en provenance du marché mondial, et plus accessibles aux populations pauvres. Par ailleurs, le développement rapide des filières volailles dans les pays côtiers se substitue partiellement à la consommation de viandes rouges d’origine sahélienne.

GDS : Les tensions liées à la transhumance se traduisent- elles par la volonté des États côtiers de fermer leurs frontières?
BGS : Oui en partie. Mais en ont-ils les moyens ? Peuvent-ils réellement fermer des milliers de kilomètres de frontières ou décréter que le commerce ne doit se faire que par camion ? Non, donc il y aura toujours une transhumance. L’imbrication élevage-agriculture est trop forte et les pays côtiers n’ont aujourd’hui pas les moyens de promouvoir l’élevage à hauteur de leurs besoins. Il n’y a donc pas d’autres solutions que de mettre en place les conditions permettant de réduire et gérer au mieux les conflits.
Estimation de flux commerciaux de bovins et petits ruminants
Source : Blein et al., 2015. Analyse, diagnostic et propositions en faveur de la fluidification des échanges dans le couloir central (Banque mondiale, Coraf, Cedeao).

Roger Blein (Bureau Issala) est expert en politiques agricoles et pastorales, sécurité alimentaire et commerce.
Bio Goura Soulé est chargé de programme au Hub Rural (Dakar, Sénégal), en charge de la promotion du commerce régional.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "Le pastoralisme a-t-il encore un avenir en Afrique de l'Ouest ?".

Editorial
Inter-réseaux

Place au dialogue ! Source de tous les maux pour les uns, paré de toutes les vertus pour les autres, le pastoralisme alimente les peurs, les fantasmes et les caricatures, mais aussi les espoirs. Deux déclics contradictoires ont replacé les enjeux pastoraux en haut de l’agenda des décideurs et des acteurs ouest-africains et internationaux. Le premier est lié à la crise malienne, avec une profusion d’amalgames douteux entre populations du Nord-Mali, pasteurs, rebelles et terroristes. Les pasteurs seraient…

Lire PDF
Repères
Inter-réseaux

Pastoralisme, agro-éleveurs, ranching… : de quoi parle-t-on ? Principaux cheptels d’Afrique de l’Ouest et du Sahel Les données présentées ci-dessus proviennent de la note précédemment publiée par Inter-Réseaux en partenariat avec le PRAPS, intitulée « L’élevage au sahel et en Afrique de l’Ouest : 5 idées reçues à l’épreuve des faits ». Source : FAOSTAT 2017 * Les chiffres de la FAO sont basés sur des recensements anciens et des estimations de croissance du cheptel. Des études ont…

Lire PDF
Une brève histoire du pastoralisme dans les politiques publiques
Bernard Bonnet, Bertrand Guibert

Une relecture des politiques d’élevage en Afrique de l’Ouest et du Centre souligne l’héritage d’une situation déséquilibrée pénalisant encore l’élevage pastoral et implique la nécessité de poursuivre un dialogue autour d’une vision partagée entre pays sahéliens et côtiers en faveur d’un pastoralisme porteur de dynamisme économique et contributeur à la paix. Cet article propose de retracer les grandes évolutions des politiques concernant le pastoralisme. Une marginalisation des éleveurs transhumants. L’époque coloniale se singularise par une généralisation du partage…

Lire PDF
Comment une commune gère l’élevage : l’expérience d’un maire au Niger
Rhissa Feltou

Les collectivités locales jouent un rôle de plus en plus important dans la gestion des ressources naturelles et dans l’encadrement du pastoralisme. Comment concrètement exercent-elles cette fonction ? Quelles difficultés rencontrent- elles ? Grain de sel : L’élevage est-il une activité importante pour la ville d’Agadez ? Rhissa Feltou : C’est une activité essentielle pour le pays et pour la population d’Agadez qui est en majorité composée d’éleveurs aujourd’hui sédentarisés dans la ville ou à sa périphérie. Ces…

Lire PDF
Terres pastorales au Niger : les éleveurs face à la défense de leurs droits
Nasser Sani Baaré, Serge Aubague

Au Niger, les terres pastorales disparaissent à un rythme affolant malgré les nombreuses lois et instances censées les protéger. Outre l’avancée des terres agricoles, l’essor de grandes concessions privées est en cause. Face à cette menace, les éleveurs ont développé une défense fondée sur l’application de leurs droits. Le Niger est probablement le pays sahélien disposant du corpus juridique et du dispositif institutionnel le plus élaboré pour prémunir les pasteurs contre l’accaparement des terres pastorales. Ceci ne suffit…

Lire PDF
Conflits politiques ou politisation des conflits liés au pastoralisme ?
Blasius Azuhnwi, Jean Huchon, Ken Peter Otieno

La question du pastoralisme ne saurait faire l’impasse d’un sujet sur les conflits, qu’ils soient liés à la gestion partagée des ressources, ou à des considérations plus politiques. Le premier article revient sur les causes et les enjeux des conflits inhérents au pastoralisme et le second offre un regard critique sur les solutions apportées. Conflits liés au pastoralisme : vers un traitement uniquement politique des enjeux ? La gestion des conflits est au centre des attentions lorsqu’il est…

Lire PDF
Les unités pastorales : gérer les ressources à l’échelle de la communauté
Atoumane Kane

Face à la concurrence des agriculteurs et des pasteurs pour les ressources sur un même espace, les unités pastorales ont été envisagées comme une stratégie communautaire de gestion de ces ressources pastorales. L’élevage mobile est le mieux adapté aux conditions écologiques des zones arides et semi-arides au Sénégal, en particulier dans la zone sylvopastorale du Ferlo. Il fait toutefois face à de nombreuses contraintes. Les ressources naturelles se dégradent du fait de la baisse de la pluviométrie, du…

Lire PDF
Laiteries artisanales et industrielles en Afrique de l’Ouest
Inter-réseaux

La multiplication des minilaiteries au Sahel Depuis les années 1990, les minilaiteries se sont multipliées dans les pays sahéliens. Souvent de petite taille (avec une production inférieure à 100 litres/jour), elles s’approvisionnent en priorité auprès des éleveurs dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres. Il existe aujourd’hui plusieurs centaines de minilaiteries au Sahel, mais les volumes collectés demeurent modestes (1 à 2 % de la production laitière régionale). Elles collectent généralement 50 à 250 litres/j. Ces minilaiteries…

Lire PDF
Lait local ou lait en poudre ?
Christian Corniaux

La forte hausse de la demande en produits laitiers en Afrique de l’Ouest a conduit à des importations croissantes de lait en poudre. Les initiatives visant à accroître la collecte de lait local se développent mais restent limitées. Plusieurs options peuvent toutefois être poursuivies pour soutenir les filières locales. Dans un contexte de forte hausse de la demande ouest-africaine en produits laitiers, quels sont les enjeux pour la région ? Quelle sera la place de la production locale…

Lire PDF
Pas de lait local sans industries locales
Nancy Abeiderrahmane

Existe-t-il un modèle de transformation et de collecte du lait dominant en l’Afrique de l’Ouest et du Sahel ? Comment se positionnent les minilaiteries face aux multinationales? Sont-ce des réponses suffisantes face à la demande croissante ? Cet entretien revient notamment sur l’expérience de l’entreprise Tiviski, en Mauritanie. Grain de sel : Quels sont les différents modèles de transformation du lait en Afrique de l’Ouest ? Nancy Abeiderrahmane : La région est vaste mais dans l’ensemble le lait…

Lire PDF
Pays côtiers et sahéliens : quelles relations dans la commercialisation du bétail ?
Bio Goura Soulé, Roger Blein

Quand il s’agit du pastoralisme, les questions commerciales sont rarement étudiées. La mise en marché, le rapport aux filières de production, le rôle des intermédiaires, sont autant d’aspects souvent minorés voire jugés subalternes. Cet entretien vise à aborder les nombreux défis de la commercialisation du bétail dans son ensemble. Grain de Sel : Quelle est la place du bétail dans le commerce régional ? Bio Goura Soulé : Les données relatives au commerce régional sont sujettes à caution….

Des services vétérinaires privés adaptés à l’élevage mobile
Christian Dovonou

L’élevage mobile ayant une importance majeure en Afrique de l’Ouest, s’assurer de la bonne santé des cheptels revêt une dimension stratégique certaine. Or les services vétérinaires actuels sont inégalement répartis, de qualité variable et souvent coûteux. Le service vétérinaire privé de proximité vise à y remédier. Dans de nombreux pays africains, l’élevage contribue significativement à la richesse nationale et à la sécurité alimentaire et économique des ménages. Il mérite donc de bénéficier de services d’appui adéquats permettant de…

Lire PDF
Élevage extensif, intensif, productif : de quoi parle-t-on ?
Inter-réseaux

Le pastoralisme est un système d’élevage extensif. Contrairement à une idée largement répandue, il est productif. Cette productivité repose sur l’élevage de larges troupeaux sur de vastes espaces : la mobilité permet de tirer profit de ressources souvent gratuites qui varient en quantité et en qualité d’un lieu à l’autre au cours de l’année. Des études des années 1980 montrent que la productivité à l’hectare des systèmes mobiles est même supérieure à celle du ranching aux États-Unis ou…

Lire PDF
Entretien : que faire face à la vulnérabilité pastorale ?
Abdoul Aziz Al Alwaly

Face aux spécificités de la vulnérabilité pastorale, humaine et animale, des outils et des solutions ont été pensés et instaurés pour accroitre la résilience des acteurs. Quels sont-ils et quel bilan en tirer ? Grain de Sel : La vulnérabilité des populations pastorales est-elle similaire à celle des agriculteurs ? Abdoul Aziz Ag Alwaly : Non les pasteurs sahéliens sont sujets à une vulnérabilité qui se distingue de celle des agriculteurs. Cette vulnérabilité est déterminée par une diversité…

Lire PDF
Élevage pastoral au Sahel : un bilan carbone à l’équilibre
Alexandre Ickowicz, Cheikh Mbow, Mohamed Habibou Assouma, Philippe Lecomte, Pierre Hiernaux

Dégradation de la végétation des parcours, forte intensité d’émission de gaz à effet de serre…: l’élevage pastoral au Sahel est souvent accusé de nuire à l’environnement et de contribuer au réchauffement climatique. Une approche plus systémique d’un territoire pastoral indique pourtant des interactions bien moins néfastes entre les animaux et leur milieu. Les ruminants contribuent aux émissions de gaz à effet de serre (GES) mais peu d’études ont quantifié et analysé de façon systémique l’impact des ruminants élevés…

Lire PDF
Une histoire politique de la désertification des terres
Diana K. Davis, Tor A. Benjaminsen

Dans la note de lecture du livre de Diana K. Davis intitulé The Arid Lands. History, Power, Knowledge, rédigée par Tor A. Benjaminsen, l’auteur propose une lecture historique de l’instrumentalisation notamment politique de la question de la désertification des terres pastorales. Beaucoup de choses ont été écrites sur les problèmes liés au concept de désertification et à la manière dont le discours sur la désertification est devenu aussi répandu, malgré l’absence de fondements scientifiques. Si les racines coloniales…

Lire PDF
Des transhumances diverses et variables
Inter-réseaux

La mobilité des troupeaux et des éleveurs n’est pas que transfrontalière. Des déplacements quotidiens de quelques kilomètres permettent d’exploiter les pâturages de proximité. Au Sénégal par exemple, les transhumances sont surtout internes. Les voies empruntées par les éleveurs et leurs troupeaux sont dynamiques. Elles évoluent en fonction des opportunités (présence de points d’eau, état des pâturages, liens sociaux) et des contraintes (insécurité civile, crise sanitaire). Certains déplacements sont réguliers, d’autres sont exceptionnels. Au cours des dernières années, les…

Lire PDF
Économies locales : que laissent les transhumants derrière eux ?
Annabelle Powell, Brigitte Thebaud

Une enquête a été menée auprès de 386 familles d’éleveurs mobiles au Sahel pendant la transhumance 2014- 15. À l’encontre de nombreuses idées reçues, elle montre que l’élevage mobile contribue de façon essentielle à l’économie des zones d’accueil. Cette enquête révèle à quel point les transhumances sont devenues difficiles et risquées. Si les circuits de la transhumance ou les conflits qu’elle engendre sont documentés, l’information sur l’apport de l’élevage mobile aux économies locales et à la filière bétail…

Lire PDF
« Le sentier du berger » : la transhumance a-t-elle un avenir ?
Gidéon Vink

Dans son documentaire « Le sentier du berger », Gidéon Vink a suivi plusieurs familles peules pratiquant un élevage pastoral. Dans cet entretien il interroge le devenir des pasteurs alors que leur mode de production semble en crise, voire, en disparition. Grain de Sel : Le documentaire commence par évoquer la sainte trinité du pasteur « la vache, la femme et le peul », la vache est en premier. Comment expliquez- vous cette importance de l’animal ? Gidéon…

Lire PDF
La radicalisation, symptôme d’une crise de la jeunesse pastorale ?
Mirjam de Bruijn

Cela fait plusieurs décennies qu’un fondamentalisme religieux se développe dans la région de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel, notamment auprès des jeunes. Dans quelle mesure les jeunes pasteurs sont-ils la population la plus touchée ? Quelles sont les conséquences du radicalisme sur le futur du pastoralisme et quelles solutions envisager ? Grain de Sel : Y a-t-il une crise du pastoralisme en Afrique de l’Ouest qui conduit les jeunes à se radicaliser ? Mirjam de Bruijn :…

Lire PDF
Entretien : L’éducation contre l’exclusion
Boubakar Barry

Les populations pastorales ont été largement exclues des dispositifs d’éducation et de formation, ce qui a contribué à leur marginalisation socio-économique et alimente les conflits intercommunautaires. Le Programme régional d’éducation et de formation des populations pastorales (Prepp) mis en oeuvre par l’Apess s’attaque à ces enjeux. Grain de Sel : Pouvez-vous expliquer en quoi consiste le programme d’éducation et de formation des populations pastorales en zones transfrontalières (Prepp) ? Apess : Le Prepp est l’aboutissement d’une réflexion lancée…

Lire PDF
Regards croisés : Pour une vision commune de l’avenir du pastoralisme
Abouba Saidou, Amadou Seyni, Christian Berger, Hélène Vidon, Pascal Rouamba

Pression sur les ressources naturelles, explosion démographique, hausse de la demande en produits animaux, aggravation des conflits : le pastoralisme en Afrique de l’Ouest est confronté à de nombreux enjeux. À travers le regard croisé de différents acteurs, cet entretien interroge la viabilité du pastoralisme sur le long terme. Grain de sel : Le pastoralisme sera-t-il en mesure de répondre à une hausse continue de la demande des produits issus de l’élevage ? Christian Berger (Banque mondiale) :…

Lire PDF
Références
Inter-réseaux

Un cycle d’échange et de réflexions sur le pastoralisme Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre d’un cycle de réflexions et d’échanges animé par Inter-réseaux et qui a impliqué plusieurs membres et partenaires. Il restitue un certain nombre d’éléments de ces réflexions. Nous vous invitons à retrouver sur le site d’Inter-réseaux d’autres produits de ce cycle thématique consacré au pastoralisme. D’autres publications en particulier ont été réalisées par Inter-Réseaux. Il s’agit de la note en…

Lire PDF