Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Bulletins thématiques le 10 février 2012

Bulletin de veille n°188 – Spécial « nouvelles capitalisations : participation des OP aux politiques et autres thèmes », janvier 2012

Inter-réseaux

PDF en bas de page.

Ce bulletin de veille spécial attire votre attention sur plusieurs études de capitalisation d’expériences réalisées dernièrement par des ONG et des consultants en partenariat avec des organisations de producteurs. Ces travaux ont été financés par l’Agence française de développement (AFD), et coordonnés par Inter-réseaux, dans le cadre d’un projet d’appui au Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) et à ses plateformes membres (projet « réseaux Paar »). Les conclusions qui s’en dégagent sont riches d’enseignements, aussi bien pour les organisations de producteurs (OP), les partenaires des OP (techniques et financiers) que les décideurs politiques africains. Elles ont été discutées lors d’un atelier co-organisé par le ROPPA et Inter-réseaux à Ouagadougou les 24-25-26 janvier 2012.

CAPITALISATIONS SE RAPPORTANT A LA PARTICIPATION DES OP AUX POLITIQUES PUBLIQUES

  • OP & politiques au niveau régional : un rapport, une synthèse, deux vidéos
  • OP & politiques au Sénégal : deux rapports (foncier et APE), deux notes, un livret pédagogique
  • argumentaire sur les exploitations familiales au Sénégal : un rapport, une vidéo, une brochure et des fiches, un mémorandum des OP
  • complémentarités OP filières / OP généralistes au Burkina-Faso et au Bénin : un rapport, une note argumentaire
  • un document de synthèse de cet ensemble de travaux proposé par Inter-réseaux

CAPITALISATIONS SE RAPPORTANT A D’AUTRES THÈMES

  • l’expérience du Code Rural au Niger : une vidéo et des fiches pédagogiques
  • la filière lait local en Afrique de l’Ouest : un rapport général, des communications, des documents, un guide mémo
  • évolution des prix et warrantage au Niger : un rapport et une fiche
  • formation des responsables agricoles, une expérience malgache : un rapport et une fiche

Nous espérons que ces informations seront utiles à la fois aux responsables des OP, aux techniciens et animateurs d’OP, et plus largement à tous ceux qui accompagnent les producteurs et leurs organisations (ONG, services techniques, bailleurs, consultants, etc.). Si vous avez connaissance d’autres documents intéressants pour les OP, nous vous invitons à nous en faire part, afin de pouvoir les partager dans nos prochains bulletins !

Bonne lecture,

L’équipe d’Inter-réseaux Développement rural. (inter-reseaux@inter-reseaux.org)

[grisinterreseaux]Capitalisations sur la participation des OP aux politiques publiques[/grisinterreseaux]

[bdvthematik]OP & politiques agricoles et commerciales régionales[/bdvthematik]

La participation des organisations paysannes dans les processus d’élaboration et de négociation des politiques agricoles et commerciales en Afrique de l’Ouest
Issala, Lares et Jade Production, 2011
Ce document de capitalisation retrace l’historique de la participation des organisations paysannes aux processus de définition des politiques publiques en Afrique de l’Ouest, en insistant sur le niveau sous-régional (notamment les dossiers ECOWAP, TEC, APE). Il analyse les facteurs de succès, parmi lesquels l’importance déterminante du contexte international, de la préparation des OP, de l’expertise disponible, de l’attitude des bailleurs et ONG, des alliances et complicités au sein des institutions. Il souligne aussi trois grandes familles de problèmes qui font obstacle aujourd’hui à une prise en compte plus importante des intérêts des OP : – des problèmes internes aux OP : les OP peinent à tirer parti des solutions expérimentées par leurs bases, et à décentraliser les débats. Et ce à un moment où elles sont confrontées à des débats de haute technicité touchant à la mise en œuvre des politiques (par exemple re-catégorisation des produits agricole dans la 5ème bande tarifaire, caractérisation des exploitations agricoles familiales, instruments de politiques d’intensification etc.). – des problèmes liés aux partenaires des OP (les partenaires techniques et financiers) : les notions d’alignement sur les politiques nationales, et d’harmonisation des interventions, pourtant affirmées dans les principes de la déclaration de Paris, sont loin d’être appliqués et perturbent souvent le dialogue social dans les pays africains. – des problèmes liés aux gouvernements : il importe de préciser le cadre réglementaire des OP et de la concertation, de permettre des recours juridiques, d’affermir la légitimité des OP, de garantir leur éligibilité à des fonds publics…
La capitalisation a donné lieu à la production : – d’un rapport complet, – d’une synthèse (en français et en anglais), – de deux films de 13 et 26 minutes.
Le rapport complet (71 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Capi_OP_et_politiques_Issala_Lares_Jade_Final.pdf
La synthèse (12 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Synthese_Issala_Paar2011.pdf
La synthèse en anglais :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Synthese_Issala_Paar2011_Anglais.pdf
La vidéo en ligne (version longue et version courte) « de la parcelle au marché mondial » :
http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/dernieres-capitalisations-menees/article/la-participation-des-organisations

[bdvthematik]OP & politiques agricoles et commerciales au Sénégal[/bdvthematik]

Les organisations paysannes sénégalaises dans les négociations des APE
Cirad, 2010.
Ce document de capitalisation décrit comment les OP, d’abord réticentes et maîtrisant mal le sujet, se sont progressivement impliquées aux côtés de la société civile dans les négociations des Accords de partenariat économique (APE), pour finalement adopter un positionnement original – mais peu entendu. Les enseignements tirés de cette capitalisation sont nombreux, touchant aux notions de calendrier des négociations, à la notion d’indépendance (notamment autour des recours aux expertises), au « capital politique » des organisations, aux stratégies nécessaires d’alliance avec l’Etat.
Le rapport complet (45 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_Rapport_capitalisation_APE_CIRAD.pdf
Note à l’intention des décideurs : Cette note rappelle les grands facteurs de blocage à une participation optimale des OP : l’étalement des négociations, la complexité des débats, des capacités humaines et organisationnelles restreintes, l’épineuse question de la dépendance à des acteurs extérieurs, la confiance de l’Etat, etc.
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_Policy_brief_-_negociation_APE.pdf
Version anglaise :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Policy_brief_-_trade_negotiations_eng-2.pdf

Les organisations paysannes sénégalaises dans le processus de réforme foncière
Ipar, 2011
Ce document de capitalisation décrit le processus de participation erratique des OP sénégalaises dans la réforme foncière. Il illustre le paradoxe d’un pays à la fois pionnier sur le plan de la concertation avec les OP, et qui dans le même temps les met à rude épreuve. Les ambiguïtés de l’État, prenant la défense de l’agriculture familiale dans les textes et favorable à l’agrobusiness dans les faits, ainsi que la dispersion des projets et programmes liés au foncier, contribuent à une participation des OP « en dents de scie » sur ces questions. Cette étude montre bien l’importance du contexte politique, que ce soit pour favoriser l’épanouissement des OP ou pour les contrer selon que le gouvernement leur soit favorable ou non.
Le rapport complet (71 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_Rapport_Capitalisation_Foncier_IPAR.pdf
Note à l’intention des décideurs (4 pages) plus générale sur la concertation au Sénégal :
Ce court document pose les clefs du débat sur la concertation au Sénégal et fait valoir à la fois la position de précurseur de ce pays et les difficultés auxquelles il fait face. Points abordés : des niveaux de « participation » très variable (ce mot recouvre des réalités fort diverses), une position de précurseur du Sénégal dans la concertation, des avancées mises à mal par les initiatives récentes de l’Etat (plan Reva, Goana…), des freins à une meilleure concertation (rôle des PTF et des Etats, recours à une expertise externe…), agriculture familiale et agrobusiness : sortir des oppositions, etc.
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_Policy_brief_-_concertation_OP.pdf
Version anglaise :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Policy_brief_-_policy_participation_eng.pdf

Livret pédagogique : L’implication des OP sénégalaises dans les politiques publiques
Ipar, Cirad, janvier 2011
Ce document tente, à partir de ces deux expériences sur la négociation des APE et sur le processus de réforme foncière au Sénégal, de donner des éléments d’analyse et de tirer des enseignements qui puissent être utiles aux leaders et animateurs d’organisations dans le cadre de formations. Ce guide contient notamment des réponses à des questions concrètes que se posent les OP : Comment s’immerger dans la problématique ? Quel choix de stratégie globale d’intervention ? Comment associer les autres acteurs et nouer des alliances ? Comment amorcer et maintenir la mobilisation des acteurs ? Comment renforcer le dialogue avec l’Etat ? Le contexte d’élaboration des politiques publiques au Sénégal est également rappelé et remis en perspective : les politiques pilotées par l’Etat et les bailleurs de fonds (1979-1993) ; l’émergence d’une concertation entre les OP et l’Etat (1993-2004), les conditions de dialogue rendues plus difficiles (2004-2010).
Le livret (33 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_Livret_formation_capitalisation_foncier_et_APE.pdf
Version anglaise :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Public_policy_participation_by_senegalese_PO_eng-2.pdf

Argumentaire de défense des agricultures familiales au Sénégal

Comment les exploitations familiales peuvent nourrir le Sénégal ?
Fongs, 2010
Ce travail de longue haleine mené par des OP constitue une démonstration documentée des capacités des exploitations familiales sénégalaises à produire la nourriture nécessaire au Sénégalais et des mesures nécessaires pour que leur performance soit augmentée. Une typologie des EAF selon leur niveau de sécurité (bien sécurisé (10%), assez bien sécurisé (70%), en insécurité (20%)) est proposée, accompagnée d’une typologie des espaces selon la pression qui s’exerce sur les ressources naturelles, ainsi qu’une typologie des économies rurales selon l’importance de l’agriculture et des autres secteurs d’activité. La démarche suivie est partie d’une analyse des exploitations familiales conduite par les associations membres de la FONGS. Les caractéristiques et résultats d’un échantillon de 711 exploitations dans les différentes régions du Sénégal ont ainsi été décrits et discutés entre paysans (38 ateliers d’associations organisés entre mars et mai 2009). Une analyse comparative de ces résultats par zone agro-écologique a été ensuite réalisée. Ce travail constitue une étape dans un processus qui se poursuit aujourd’hui au Sénégal.
Le rapport complet (74 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_Comment_les_EF_peuvent_elles_nourrir_le_Senegal_Draft_ok.pdf
La brochure illustrée et récapitulative des principaux messages (24 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_brochure_recap_Forum.pdf
Le mémorandum des organisations paysannes membres du CNCR à l’issue du forum international « Comment les exploitations familiales peuvent nourrir le Sénégal ? » :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_memorandum_forum_cncr-fongs_dec_2010.pdf
La vidéo en ligne et les fiches argumentaires :
http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/dernieres-capitalisations-menees/article/comment-les-exploitations-5621

[bdvthematik]Complémentarités OP filières / généralistes au Burkina Faso et au Bénin[/bdvthematik]

Effets des changements institutionnels et politiques sur les OP d’Afrique de l’Ouest et stratégies d’adaptation,
Iram, Afdi, 2010
Ce document de capitalisation étudie les stratégies d’adaptation des OP face aux pressions des États, des bailleurs de fond ou du marché à une structuration par filière. Deux études de cas sont proposées : la Confédération Paysanne du Faso (CPF), qui fédère au niveau national des OP spécialisées, et la Fédération des Unions de Producteurs du Bénin (Fupro), davantage structurée sur des territoires. Le document décrypte les enjeux sous jacents de la promotion d’une structuration par filière : promotion d’une agriculture commerciale portée par des agro-entrepreneurs, spécialisation des exploitations agricoles, limitation du pouvoir politique des OP. Cette capitalisation invite finalement à un renouvellement des stratégies d’appui. Elle propose également un argumentaire de défense d’une approche équilibrée, réhabilitant le rôle des OP « généralistes » en complément des OP filières.
Le rapport complet (71 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_rapport_definitif_Iram-Afdi.pdf
L’argumentaire de 4 pages :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_IRAM-Afdi_Argumentaire_def.pdf
Versions anglaises et diaporama :
http://www.inter-reseaux.org/reseau-paar/article/effets-des-changements

Synthèse de cet ensemble de travaux par Inter-réseaux

Synthèse des capitalisations PAAR : participation des OP ouest-africaines aux politiques
Inter-réseaux, 2012 Cette synthèse se propose de tirer des enseignements transversaux aux travaux de capitalisation menés dans le cadre du projet Réseau Paar et traitant de la question de la participation des OP aux politiques publiques. Elle propose une lecture transversale et ne rend pas compte de façon exhaustive de toutes les analyses et propositions. L’idée étant de mettre en exergue certains enseignements que les OP peuvent en tirer et d’inviter au débat, quitte à forcer un peu le trait dans certaines formulations. Cette synthèse met en exergue trois enseignements principaux pour que dans les années à venir, les OP accentuent leur poids sur l’orientation des politiques et la cohérence de leur mise en œuvre avec les options retenues : – les OP vont devoir améliorer leurs capacités de proposition ; – il faudra que les Etats soient incités à tenir leurs engagements ; – les modalités de concertation devront être plus efficaces et légitimes.
La synthèse (15 pages) :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/IR_OP_pol_synth_capiPaar_2012.pdf

[grisinterreseaux]Capitalisations se rapportant à d’autres thèmes[/grisinterreseaux]

Foncier au Niger

Capitalisation sur l’expérience du Code rural au Niger : une vidéo et des fiches pédagogiques
Agter, E-Sud, Aren, LandNet, West Africa, Graf, 2011
La dynamique en cours au Niger autour de la réforme foncière est originale et porteuse d’enseignements pour la région : le Code Rural désigne cet outil novateur de gestion du foncier et des ressources naturelles (incluant un large processus de concertation, pragmatique, itératif). C’est pourquoi AGTER, la société E-sud Développement, l’AREN (Association pour la Redynamisation de l‘Elevage au Niger) et le réseau LandNet West Africa ont jugé utile d’en proposer une capitalisation. Pour communiquer sur ce sujet complexe, les auteurs ont également fait le pari d’utiliser un support pédagogique : la vidéo. Elle est destinée à être présentée à un public de producteurs et dans cette optique, a été traduite en langues locales. Une large place est donnée dans ce reportage à la parole des agriculteurs, éleveurs, chefs traditionnels, fonctionnaires. Des exemples concrets illustrent le propos : problème du partage de l’accès à l’eau, absence attestation foncière, installation d’un champ en zone pastorale. Les acquis du dispositif sont bien montrés : un mode de gouvernance de la terre et des ressources naturelles plus collégial et plus participatif ; une diminution de la violence des conflits fonciers ; un instrument de référence pour la mise en œuvre des politiques nationales. Les limites et défis apparaissent également : difficile vulgarisation du code, défi de la collégialité et de la représentativité des commissions foncières, limites du caractère participatif de l’élaboration des normes, défi de l’autonomie financière… Un ensemble de fiches pédagogiques est proposé également comme support de discussion autour de la vidéo :

  • Fiche n°1 : Présentation de l’ensemble pédagogique et conseils d’utilisation
  • Fiche n°2 : Présentation du Niger
  • Fiche n°3 : Le Code Rural : définition, histoire et objectifs
  • Fiche n°4 : Le Code Rural : dispositifs juridique et institutionnel
  • Fiche n°5 : Le Code Rural et les enjeux du pastoralisme
  • Fiche n°6 : Les acquis du Code Rural
  • Fiche n°7 : Les limites du Code Rural et les défis à relever pour l’avenir
  • Fiche n°8 : Bibliographie et sites intéressants pour approfondir
  • Fiche n°9 : Petit lexique des termes techniques
    http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/dernieres-capitalisations-menees/article/code-rural-au-niger
    Le livret pédagogique (attention, 24Mo), 25 pages :
    http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_LivretCodeRural-2.pdf
    Vous pouvez également télécharger les fiches séparément :
    http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/dernieres-capitalisations-menees/article/code-rural-au-niger

    [bdvthematik]Filière Lait en Afrique de l’Ouest[/bdvthematik]

    Filière Lait Local en Afrique de l’Ouest : rôle des OPR, des petits et moyens éleveurs
    AVSF, AOPP, ICD, VSF B, 2010
    Cette capitalisation sur les mini-laiteries rurales en Afrique de l’Ouest a pour but de (i) proposer des solutions aux OPR et décideurs pour atténuer les contraintes et améliorer la filière lait local et (ii) identifier les appuis pertinents aux OPR pour analyser leur modèle et améliorer leurs performances afin que la filière lait en puisse exprimer son potentiel notamment en termes de sécurité alimentaire, d’emploi et d’impact économique. Ce processus de capitalisation a connu plusieurs étapes, depuis la réalisation d’études sur le terrain (rapports de stages) et la production de données à l’animation d’un atelier de dimension sous-régionale à Bamako du 15 au 17 septembre 2010. Vous trouverez l’ensemble des documents suivants sur ce lien :
    http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/dernieres-capitalisations-menees/article/filiere-lait-local-en-afrique-de-l
    Actes de l’atelier Filière lait local en Afrique de l’Ouest (70 pages) :
    http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_actes_de_l_atelir_sous_regional_Filiere_lait_local_Afrique_de_l_Ouest_francais.pdf
    Support de communication de l’atelier :

  • Présentations d’organisations : l’Association pour la redynamisation de l’élevage au Niger, l’Union Nationale des Mini-Laiteries du Burkina, l’Agence Nationale pour la Sécurité Sanitaire des Aliments du Mali
  • Présentations de politiques laitières: PAU et Filière Lait, stratégie valorisation du lait cru local au Mali, politiques publiques et secteur laitier en AO,
  • Analyses économiques : place des mini laiteries rurales dans le développement de la filière lait au Mali, attentes des consommateurs urbains, exemples d’Haïti, analyse des mini laiteries en Casamance, rétrospective sur l’évolution de la production laitière en Europe
    Travaux de capitalisation
  • Capitalisation et analyse du modèle mini-laiterie rurale au Mali
  • Filière lait local et mini-laiteries au Sénégal (bibliographie, typologie, descriptions…)
    A noter également la production d’un Guide mémo : « mettre en place une mini-laiterie en Afrique de l’Ouest » :
    http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf_guide_memo_mettre_en_place_une_mini-laiterie_en_Afrique_de_l_Ouest.pdf

    [bdvthematik]Prix des céréales et warrantage au Niger[/bdvthematik]

    Évolution du prix des céréales locales au Burkina, Mali et Niger durant la période 2001-2010… et ses incidences sur le warrantage au Niger,
    AVI, février 2011
    Cette étude analyse l’évolution des prix des céréales au Burkina, au Mali et au Niger afin de contribuer à la détermination de points d’alerte susceptibles d’aider les OP dans la prise de décision. Plus spécifiquement, le document met en cause quelques idées reçues, notamment celle la plus couramment utilisée pour la gestion des stocks céréaliers au Sahel : les prix seraient bas à la récolte pour augmenter jusqu’à la soudure. Partant de cette hypothèse, il est fréquemment recommandé aux OP de stocker à la récolte et de déstocker six ou huit mois plus tard, pour profiter d’une période de vente, soi-disant plus favorable. Ainsi, le système du warrantage qui repose sur ce principe est souvent conseillé aux producteurs comme étant une opportunité de commercialisation. En réalité, l’étude montre que la variation saisonnière théorique des prix n’est nettement respectée qu’une fois sur deux, en moyenne, sur les 9 campagnes dans les trois pays. Au sommaire : cadrage général, présentation des politiques céréalières au Burkina, Mali, Niger et au niveau sous-régional, analyse de l’évolution des cours dans les 3 pays, point sur la dimension sous-régionale et la dimension internationale des déterminants du prix, point de vue sur le warrantage : une opération qui n’est pas sans risque pour le paysan, conclusions et recommandations.
    Le rapport (32 pages) :
    http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/dernieres-capitalisations-menees/article/evolution-du-prix-des-cereales
    Fiche de présentation par Inter-réseaux (1page) : http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Synthese_capi_AVI.pdf

    [bdvthematik]Formation des leaders à Madagascar[/bdvthematik]

    La formation des futurs responsables agricoles : capitalisation des acquis de Formagri (Madagascar),
    Fert, Afdi, Formagri, 2011
    En 2001, l’association FORMAGRI a été formellement constituée pour, en tant qu’institution de formation paysanne, assurer la pérennité des actions engagées dans le cadre du programme du même nom. Parmi les formations développées par l’association FORMAGRI, deux parcours concernaient plus spécifiquement la formation des leaders paysans et ont été développés par l’institution de 2001 à 2007 : le parcours « Itinéraire leaders paysans » et le parcours « Université Paysanne ». Alors que la plupart des responsables agricoles aujourd’hui à la tête des OP malgaches sont passés par l’Université Paysanne, on constate simultanément : i) une insuffisance de relève : les leaders ne cèdent pas la place, la relève n’est pas formée, ii) l’incapacité de FORMAGRI ou d’autres institutions de formation à proposer des formations adaptées à l’évolution de la structuration professionnelle à Madagascar. Consciente de la formidable expérience constituée par FORMAGRI sur une période d’environ 10 ans en termes de formation de leaders, du risque de perte de la mémoire et des acquis du fait de la crise institutionnelle et financière que traverse l’association FORMAGRI depuis 2008, et de l’enjeu que représente aujourd’hui à Madagascar, et plus largement en Afrique subsaharienne, la formation des futurs responsables agricoles, FERT a souhaité, en partenariat avec AFDI et FORMAGRI, capitaliser cette expérience.
    Le rapport (96 pages) :
    http://www.inter-reseaux.org/groupes-de-travail/dernieres-capitalisations-menees/article/la-formation-des-futurs
    Fiche de présentation par Inter-réseaux (4 pages) :
    http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/FERT-Synthese_capitalisation_Formagri.pdf

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser