Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

publié dans Revue Grain de sel le 6 décembre 2016

Les leçons du fontionnement du financement informel en Algérie

Ali Daoudi

CréditFinancementAlgérieAnalyse, synthèse

Dans les pays en développement, le crédit agricole ne s’est pas développé pour répondre aux besoins des agriculteurs. En Algérie, seuls 2,2 % d’entre eux ont bénéficié de crédit bancaire en 2015. L’étude des pratiques informelles de financement — largement développées — peut-elle inspirer la mise en place de systèmes de crédit adaptés ?

La relation entre développement agricole et accès régulier au financement n’est plus à démontrer ; la transformation des exploitations agricoles est un processus permanent, dont la réussite et la durabilité nécessitent, entre autres, l’existence d’un système de financement agricole accessible à tous.

Crédit agricole, levier de développement. Les réformes des systèmes de crédit agricole engagées à la fin des années 1980, dans la plupart des pays en développement, n’ont toutefois pas abouti à la création de marchés financiers ruraux offrant des services adaptés à toutes les catégories d’acteurs. Cet échec a été expliqué par l’inexistence de cadres institutionnels nécessaires au bon fonctionnement des marchés. Les risques de défaillances (non remboursement) constituent souvent le principal frein au développement du crédit agricole. Les solutions classiques des banques face à ces risques (garanties matérielles et taux d’intérêt souvent élevés) rendent généralement le crédit inaccessible pour la majorité des agriculteurs. En Algérie par exemple, moins de 3 % des agriculteurs ont accédé à un crédit en 2015.
La réussite de la réforme du système de financement agricole nécessite la mise en oeuvre d’innovations techniques et institutionnelles, qui — pour être efficaces — doivent être inspirées des principes de fonctionnement de l’économie. Et de l’économie telle que les agriculteurs et leurs partenaires privés la perçoivent et l’exercent.

Le financement informel, modèle pour le crédit bancaire ? Dans le domaine du financement agricole, l’étude des pratiques informelles suggère des pistes de réflexion qui semblent pertinentes.
Dans l’agriculture algérienne, le financement informel est important (tous les agriculteurs y recourent). Ce type de financement n’est pas le simple produit d’un dysfonctionnement du marché formel, ou le dernier avatar des pratiques de solidarité et d’entraide d’une société traditionnelle en mutation. Il fait partie d’une organisation socioéconomique complexe, mais flexible, qui dispose de ses propres règles de fonctionnement.
Quatre pratiques de financement informel dominent : i) la vente sur pied avec préfinancement, ii) le crédit fournisseur, iii) l’association de production, et iv) le prêt entre particuliers. Seul le prêt entre particuliers est une pratique directement dédiée à l’échange de l’argent. Dans la vente sur pied avec préfinancement, l’acheteur « prépaie » la récolte agricole attendue. Dans les transactions d’association de production, l’agriculteur s’associe à un bailleur de fonds qui se fait rembourser en part de production, proportionnelle à sa contribution aux charges de production. Le crédit fournisseur est quant à lui exclusivement lié au paiement de l’acquisition d’un intrant ou d’un service agricole, qu’un fournisseur avance au producteur qui le rembourse en cash, dans un délai prédéterminé (d’une semaine à plusieurs mois).
Chacune de ces pratiques est généralement réservée à un nombre réduit de productions agricoles : i) l’arboriculture fruitière et le maraîchage pour la vente sur pied, ii) les cultures annuelles et l’élevage pour l’association et iii) principalement le maraîchage et dans une moindre mesure les céréales, l’arboriculture et l’élevage pour le crédit fournisseur. Leur importance relative varie donc d’une région à une autre et d’une filière à l’autre. Ces pratiques constituent une réponse adaptée à une demande en financement façonnée par les besoins spécifiques inhérents à la production et aux stratégies de gestion de trésorerie des agriculteurs.
Cependant, malgré leur fréquence dans le secteur agricole, ces pratiques ne contribuent que partiellement au financement des besoins des exploitants. La vente sur pied avec préfinancement, l’association de production et dans une large mesure le crédit fournisseur sont des pratiques qui financent le fonctionnement des systèmes de production et très peu les investissements. Seul le prêt entre particuliers peut être mobilisé pour financer à la fois les dépenses de fonctionnement et les investissements productifs.

Légitimité des transactions. Dans toute société, les rapports entre individus sont cadrés par des principes et règles qui définissent ce qui est juste, souhaité et donc légitime. Ces principes facilitent la coopération entre individus et l’arbitrage dans les situations conflictuelles. En Algérie, pour les agriculteurs, une transaction de financement est considérée comme légitime quand elle respecte le principe selon lequel l’argent n’est pas un objet en soi mais un instrument de commerce. C’est radicalement opposé aux pratiques des banques.
Dans aucune des transactions de financement informel identifiées le créancier n’est rémunéré juste pour avoir renoncé, momentanément, à dépenser son épargne. L’argent mobilisé ne peut être rémunéré que s’il prend la forme d’une prise de participation dans un processus de production. Dans ce cas, le créancier cofinance directement un processus de production, dont il devient propriétaire des résultats, seul ou avec l’agriculteur.
Le prêt d’argent n’est jamais rémunéré, en tout cas pas à travers une rétribution matérielle directement indexée à la somme prêtée (les intérêts). L’emprunteur assume alors seul les résultats de l’activité financée et le remboursement du prêt est socialement considéré comme obligatoire, quels que soient ces résultats. En cas d’incapacité effective de remboursement (perte de récole), un nouveau délai est redéfini par les deux parties. Le prêt entre particuliers et le crédit fournisseur entrent dans cette catégorie de financement informel. Ces types de prêts peuvent impliquer pour l’emprunteur d’autres formes de redevances à l’égard du prêteur ; une attente de réciprocité, dans le cas des prêts entre particuliers, ou d’une relation commerciale fidèle, dans le cas du crédit fournisseur.

La réputation et l’information pour prévenir les non remboursements. Contre la défaillance due à la mauvaise foi de l’emprunteur (risque moral), qui refuse de rembourser ses dettes pour augmenter son intérêt personnel, le mécanisme de la réputation et de l’exclusion est mobilisé dans toutes les transactions de financement informel. Un membre d’un groupe socioprofessionnel qui se serait distingué par ses comportements déviants, par rapport aux principes partagés, se fait vite rattraper par sa réputation et est exclu du groupe socioprofessionnel, avec comme conséquences des difficultés d’accès aux différents contrats agraires (accès au financement, main d’oeuvre, etc.).
L’efficacité de ce mécanisme varie en fonction de l’étendue du groupe et de la qualité de la circulation de l’information entre ses membres. Ce mécanisme n’est parfaitement opérationnel qu’entre des acteurs qui se connaissent très bien. Il est déterminant dans les transactions de crédit fournisseur et de prêt entre particuliers, qui ne se font généralement qu’entre acteurs proches, soit dans le cadre d’un réseau social étroit, soit dans le cadre d’une coopération économique récurrente.

Le profit justifie des mécanismes coûteux de gestion de défaillances. Les transactions de vente sur pied avec préfinancement et d’association de production peuvent avoir lieu entre des individus qui ne se connaissent pas. Dans ce genre de situation, les partenaires recourent à d’autres mécanismes, variables en fonction du profit attendu et du niveau de risque perçu. Il peut s’agir d’une garantie matérielle, souvent adaptée à la nature de la transaction (ex : versement, dès la conclusion du contrat, d’une première tranche de la valeur globale de la transaction de la vente sur pied, ou de l’obligation faite aux acheteurs de payer la dernière tranche avant la fin de la récolte). Ces mécanismes peuvent aussi être des dispositifs de surveillance et de contrôle des comportements du partenaire (emprunteur et prêteur), comme ils peuvent prendre la forme d’une procédure de notification des dépenses effectuées et leur justification par des pièces comptables (bons, factures…). Tous ces dispositifs constituent des mécanismes qui visent à rendre les actions du partenaire contrôlables et leur non-respect repérable.
La négociation et la mise en oeuvre de ces mécanismes engendrent des coûts qui varient en fonction de la complexité et de la rigueur de ces derniers. C’est d’ailleurs pour cette raison que ces mécanismes contractuels sont plus importants dans les deux types de transactions ou le financement mobilisé est rémunéré (vente sur pied avec préfinancement et association de production). Il y a donc une sorte de relation proportionnelle entre l’importance de l’intérêt matériel que représente la transaction pour le bailleur de fonds et la complexité des mécanismes contractuels et donc leurs coûts de transaction. Ces mécanismes ont généralement tendance à se relâcher avec le développement de la confiance entre les partenaires qui survient avec la récurrence des transactions.
Ainsi, la proximité avec les clients et leur fidélisation, la maîtrise des données professionnelles les concernant et leur implication dans la gestion mutuelle des risques de défaillances, constituent les éléments de base pour toutes innovations à même de permettre aux banques agricoles d’adapter leur fonctionnement et leurs services aux besoins des agriculteurs.

Ali Daoudi (a.daoudi@ensa.dz) est agroéconomiste, enseignant chercheur à l’Ecole nationale supérieure d’agronomie (ENSA) d’Alger. Ses thèmes de recherche concernent en particulier l’accès aux ressources productives en agriculture (financement, foncier, eau).
Pour plus de détails sur les formes de financement informel dans le secteur agricole en Algérie, vous pouvez lire :

  • Daoudi A. et Wampfler B., 2010. Le financement informel dans l’agriculture algérienne : les principales pratiques et leurs déterminants (Cahiers Agricultures, 19: 243-248).
  • Daoudi A, Wampfler B, Bédrani S, 2011. Contrat et confiance pour la gestion des risques de défaillances dans les transactions de financement informel dans le secteur agricole en Algérie (Les Cahiers du CREAD, 95 : 79-99).
Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "Agriculteurs et accès au financement: quel rôle pour l’État?".

Editorial : Vers un retour de l’État
François Doligez, Liora Stührenberg

Entre 1999 et 2000, l’Inter-Réseaux Développement rural a animé un groupe de travail sur le financement des exploitations familiales. En réunissant des membres en France et au Sénégal et en produisant différents documents de travail, la dynamique avait permis de déboucher sur un numéro de Grain de Sel en 2000[[n°16, en ligne sur le site d’Inter-réseaux]] et une synthèse en 2001[[Gentil D., 2001 : Le financement des exploitations agricoles dans les pays en développement, synthèse des groupes de…

Lire PDF
Des agriculteurs en manque de financement ?
Inter-réseaux

Financement agricole, services financiers, microfinance, financement des chaînes de valeur… De quoi parle-t-on précisément ? Nous vous proposons quelques repères sur cette double page. 1. Le financement des dépenses publiques allouées au secteur agricole (le fonctionnement des administrations et services publics agricoles, les biens publics comme les infrastructures, les incitations à une orientation comme les subventions et les bonifications). 2. Le financement des exploitations agricoles : c’est-à-dire les services financiers permettant aux exploitations agricoles de couvrir leurs différents…

Lire PDF
Pourquoi est-il si difficile de financer l’agriculture familiale ?
Betty Wampfler

Cet article dresse un panorama des besoins et des difficultés d’accès au financement des exploitations familiales. Il revient sur les différentes stratégies qui ont été mises en œuvre depuis les indépendances pour permettre à ces agricultures d’accéder au crédit et souligne les défis qui restent à relever. Les agricultures familiales ont un rôle majeur à jouer dans le développement des pays du Sud mais les contraintes à leur développement restent importantes. Les aléas naturels et climatiques se renforcent…

Lire PDF
Un retour des banques dans le financement de l’agriculture ?
Inter-réseaux, Mustapha Ben El Ahmar

Suite aux difficultés rencontrées dans les années 1960- 1970, les banques ont largement déserté le secteur agricole, et plus encore le financement des exploitations familiales. Depuis quelques années, un retour des banques vers l’agriculture semble toutefois se dessiner, sous différentes formes. L’expérience du Maroc en particulier est riche d’enseignements. Les banques et l’agriculture, une histoire compliquée Dans les années 1960 et 1970, les pays ouest-africains ont mené plusieurs politiques visant à faciliter l’accès au financement des agriculteurs. Ils…

Lire PDF
Microfinance en Afrique de l’Ouest : histoire, défis et limites
Alpha Ouedraogo

Depuis ses origines à la fin des années 1950, la microfinance en Afrique de l’Ouest a parcouru beaucoup de chemin. A s’en éloigner en cours de route de ses objectifs initiaux ? Cet article retrace l’histoire de la microfinance en Afrique de l’Ouest, insistant sur les évolutions récentes et les défis qu’elles soulèvent. L’histoire de la microfinance en Afrique de l’Ouest est étroitement liée à la mise en place des coopératives d’épargne de crédit (cf. encadré) en milieu…

Lire PDF
« Financement par et dans les chaînes de valeur » : de quoi parle-t-on ?
Mathilde Gasperi

Cet article interroge le concept de financement par les « chaînes de valeur », présenté comme une solution aux difficultés d’accès au crédit des agriculteurs. Recouvrant des réalités diverses, ce concept résout partiellement la question du financement des exploitants familiaux et ne doit pas éluder la question de la place — essentielle — de l’État dans ce domaine. Le concept de « financement par les chaînes de valeur » (« value chain finance » en anglais) est très…

Lire PDF
Le warrantage paysan : stocker pour accéder au crédit ?
Inter-réseaux

En Afrique, les institutions financières hésitent à prêter aux agriculteurs car ils présentent rarement des garanties suffisantes. Le warrantage permet aux agriculteurs de stocker leur production afin d’obtenir un crédit. Le warrantage dit « communautaire » ou « paysan » existe depuis plusieurs années en Afrique de l’Ouest. Développé au Niger à partir de la fin des années 1990 par la FAO, il s’est répandu dans la région, en particulier au Burkina Faso. Stocker pour se financer. Le…

Lire PDF
Les leçons du fontionnement du financement informel en Algérie
Ali Daoudi

Dans les pays en développement, le crédit agricole ne s’est pas développé pour répondre aux besoins des agriculteurs. En Algérie, seuls 2,2 % d’entre eux ont bénéficié de crédit bancaire en 2015. L’étude des pratiques informelles de financement — largement développées — peut-elle inspirer la mise en place de systèmes de crédit adaptés ? La relation entre développement agricole et accès régulier au financement n’est plus à démontrer ; la transformation des exploitations agricoles est un processus permanent,…

Des téléphones portables au secours du crédit agricole ?
Ken Lohento, Élise Bouëdron

La téléphonie mobile pourrait-elle révolutionner l’accès au crédit en milieu rural ? De plus en plus d’initiatives visent à améliorer l’accès au financement des agriculteurs par la téléphonie mobile. Cet article passe en revue certaines d’entre elles et interroge le potentiel et les limites des services bancaires mobiles pour le financement des agriculteurs. C’est en Afrique subsaharienne que les services bancaires mobiles sont le plus développés. Selon la Banque mondiale, 10 % des adultes y détiennent un compte…

Lire PDF
L’assurance agricole : un levier en panne ?
Pierre Casal Ribeiro, Yaya Koloma

En réduisant les risques pour les institutions financières, l’assurance agricole doit faciliter l’accès des petits producteurs agricoles au crédit. Pourtant, elle peine encore à se développer en Afrique de l’Ouest. Pourquoi ? Ces deux articles examinent cette question, du point de vue des institutions de microfinance et des producteurs. IMF et assurance agricole : un amour impossible ? L’agriculture a toujours été une activité économique risquée, notamment parce qu’elle est soumise aux aléas de la nature. Des conditions…

Lire PDF
Les organisations paysannes face aux besoins de financement des agriculteurs
Andriamparany Ranoasy, Tahirou Amza

Dans la mesure où les organisations paysannes visent à proposer des réponses aux difficultés rencontrées par leurs membres, la question de l’accès des agriculteurs au financement est cruciale pour elles. Quelles solutions y apportent- elles ? Grain de sel (GDS) : Pourquoi les exploitations familiales ont-elles des difficultés à accéder au financement dans vos pays ? Andriamparany Ranoasy : À Madagascar, la plupart des agriculteurs ne savent pas écrire, ils n’osent donc pas demander un crédit. Seuls environ…

Lire PDF
Financement des exploitations familiales : quel rôle pour l’État ?
Augustin Wambo Yamdjeu, Claude Torre, Erick Sile, Ibrahim Coulibaly

Comment améliorer l’accès au financement des agriculteurs familiaux ? L’État peut-il ou doit-il intervenir dans ce domaine ? Comment ? Sur ces questions, nous avons interrogé un leader paysan, deux responsables des politiques régionales africaines et un représentant d’un partenaire technique et financier actif dans ce domaine en Afrique de l’Ouest. Grain de sel (GDS) : Quel est le principal obstacle aujourd’hui auquel les exploitations familiales sont confrontées quand elles veulent se financer ? Augustin Wambo Yamdjeu &…

Lire PDF
Vu de France : « l’endettement est inhérent au métier de paysan »
Patrick Bougeard

Tandis que les difficultés pour un agriculteur d’accéder au financement reviennent régulièrement dans les débats en Afrique de l’Ouest, c’est de plus en plus de l’endettement des paysans dont il est question en France. Nous vous proposons de lire un entretien sur ce phénomène avec Patrick Bougeard, président de Solidarité Paysans. Selon une étude de 2014 du ministère de l’Agriculture français, le niveau d’endettement des exploitations agricoles moyennes et grandes s’élevait en France à 171 600 euros en…

Lire PDF
Poursuivre la lecture
Inter-réseaux

Ce numéro de Grain de sel s’inscrit dans le cadre d’un cycle de réflexions et d’échanges animé par Inter-réseaux et qui a impliqué plusieurs membres et partenaires. Il restitue un certain nombre d’éléments de ces réflexions. Nous vous invitons à retrouver sur le site d’Inter-réseaux d’autres produits de ce cycle thématique consacré au financement agricole. Une autre publication en particulier a été réalisée par Inter-réseaux. Un Bulletin de synthèse n°21 : Peut-on parler d’une renaissance de l’APD agricole…

Lire PDF