The content bellow is available only in French.

publié dans Revue Grain de sel le 5 mars 2009

Changer le regard sur les activités non agricole en milieu rural

Loic Barbedette

Activités non agricoles

Vous lisez un article de la publication "45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…".

L’économie rurale africaine ne se résume pas à l’économie agricole. Les ruraux vivent de nombreuses autres activités. Cette réalité diverse dépasse les concepts et outils aujourd’hui mobilisés, et reste difficilement reconnue. Et pourtant, n’y a t- il pas urgence à intégrer les activités non agricoles dans la construction de nouvelles économies rurales ?

Le regard porté sur les activités non agricoles des agriculteurs et des pasteurs africains est le plus souvent superficiel et statique : on les considère comme des activités annexes, et lorsqu’on les recense dans les enquêtes agricoles — ce qui n’est pas toujours le cas, on en dégage rarement la signification économique, sociale ou politique. Le paysan lui même, lorsqu’on analyse avec lui la contribution de ses différentes activités au budget familial et que l’on constate que les apports de ces activités non agricoles représentent dans certains cas les trois quarts de ce qui lui permet de vivre, continue de considérer comme secondaire ce qui est devenu en réalité la part principale de son exploitation familiale.

Des regards et grilles de lecture figés.

L’incapacité dans laquelle on se trouve à cerner la place et la fonction de ces activités dans l’économie réelle du monde rural tient sans doute du fait que les catégories dans lesquelles on les range ne permettent pas de les appréhender de façon dynamique et de les penser de façon adéquate. La notion passe-partout « d’activités génératrices de revenus » n’a de ce point de vue pas rendu service car elle dispense de chercher les liens entre ces activités et conduit à un simple entassement d’opportunités à court terme envisagées le plus souvent du point de vue de la « promotion féminine ». On s’interdit de cette façon de les resituer dans une logique d’exploitation familiale et d’évolution économique d’ensemble.

Des réalités multiples et en constante évolution.
Un examen plus précis de ces activités montre d’une part qu’elles ne sont pas de même nature pour les femmes et pour les hommes, ou dans une exploitation agricole et dans une exploitation pastorale, et d’autre part que les types de « métiers non agricoles » évoluent. Il a ainsi toujours existé des métiers non agricoles traditionnels, complémentaires de l’activité agricole (boissellerie, tissage, poterie, vannerie…) ou pastorale (forge et bijouterie, sellerie, commerce du lait et des animaux…), exercés dans la plupart des sociétés d’Afrique de l’Ouest par des groupes spécialisés organisés dans les systèmes de caste. Dans bien des cas ces métiers existent toujours, mais se sont transformés : les forgerons soninké de Kaëdi en Mauritanie sont passés par les garages de Dakar et de Nouakchott ou ont rapporté des usines Renault de nouveaux modes de production ; de nombreux tailleurs ont adopté la machine à coudre… D’autres transformations moins visibles ont une portée sociale très profonde : on voit aujourd’hui dans la région de Louga (Sénégal) des ceddo (nobles) dépasser les préjugés de caste et exercer des métiers de ñeeño (artisans) — par exemple la mécanique — ; ailleurs on voit des pasteurs s’adonner au commerce du bétail, et là où des mini laiteries se créent, les hommes confisquer aux femmes le travail du lait qui leur revenait traditionnellement.
Surtout de nouveaux métiers « modernes » sont apparus et se multiplient. Ce sont pour l’essentiel des métiers de service : chauffeurs, courtiers, guides, répétiteurs scolaires ou maîtres d’écoles communautaires (notamment au Tchad), restaurateurs… Il peut y avoir une très grande créativité dans l’invention de nouveaux métiers : on voit ainsi actuellement dans la région de Bakel au Sénégal des jeunes scolarisés proposer leurs services aux émigrés revenus au pays pour effectuer des recherches sur Internet dans les cybercafés afin de reconstituer leur carrière en France et entreprendre les démarches leur permettant de toucher leur retraite.

Le « rural » ne se réduit pas à « l’agricole ».
Il y a ainsi une diversification des métiers non agricoles en milieu rural. Deux observations doivent être faites à ce propos.
D’une part certaines de ces activités non agricoles se greffent sur la production agricole ou l’élevage et viennent les valoriser (activités de conservation, de transformation, de transport, de commercialisation), alors que d’autres sont déconnectées par rapport à ce secteur agro-pastoral. Cette première distinction est importante à faire parce qu’elle permet de discerner si de nouvelles tendances vers des formes de multi polarisation de l’économie rurale ne sont pas en train d’apparaître dans certaines régions. Dans les situations où cela s’avérerait être le cas, ceci devrait inspirer des politiques régionales soutenant des secteurs émergents. Mais actuellement, on prend surtout en considération les activités para ou péri agricoles du fait que l’on considère que la vocation du monde rural est, par définition, agricole ou pastorale, ce qui n’est peut-être plus vrai pour toutes les zones. On se rend ainsi prisonnier de ses a priori.
D’autre part, les trop rares études d’ensemble faites sur les activités non agricoles tendent à montrer que les plus nombreuses d’entre elles sont de type commercial. Mais ici encore, on utilise des catégories paresseuses pour les décrire et il semble que l’on en ait tout dit lorsqu’on a parlé de « petit commerce ». On ne sait donc pas précisément ce qui s’échange, on connaît mal les circuits et l’importance des flux. C’est pourtant à partir de là que l’on pourrait appréhender les dynamiques actuelles de l’économie rurale. Les activités et les métiers non agricoles en milieu rural changent ainsi plus vite que le regard que l’on porte sur eux et qui permet de les déchiffrer, et l’on risque ainsi de se trouver de plus en plus en décalage par rapport aux réalités. Alors, comment changer ce regard ?

Quand nos lunettes nous empêchent de voir la réalité, il faut les changer.

La façon dont une fédération paysanne (la Fongs) a évolué par rapport à cette question est intéressante à connaître (cf. article p.20). Des horizons nouveaux se sont ouverts grâce à un angle d’attaque orienté vers la compréhension de dynamiques économiques et non plus vers une approche non agricoles.
Mais ces initiatives se heurtent à de nouvelles difficultés qui sont également liées aux rigidités des « regards » portés sectorielle des activités — agricoles ou sur les réalités.

Un secteur informel qui échappe au regard des techniciens.
La première rigidité tient au fait que les données statistiques sur lesquelles repose l’élaboration des différents plans régionaux de développement sont des données conventionnelles portant sur les secteurs formels de l’économie ; les politiques régionales passent donc à côté des réalités. Ainsi, par exemple, la Fédération des associations paysannes de la région de Louga (Fapal) au Sénégal faisait le constat suivant en préparant un forum sur l’avenir de cette région (en 2007) : les données disponibles sur le commerce régional portent seulement sur les établissements et activités déclarés et ignorent le secteur informel ; celles sur l’artisanat ne concernent que les artisans inscrits à la chambre des métiers ; ou encore, le secteur des transports ne rend pas compte du recours aux charrettes hippomobiles, pourtant essentiel dans le fonctionnement de l’économie réelle de proximité de la région. Or, une grande partie de cette région relève de cette « économie non agricole », où le commerce informel et les nouveaux métiers, qui échappent à ces nomenclatures, ont une place très importante.

Une vision « urbano-centrée » de l’économie rurale. Il y a pourtant des recherches novatrices qui ont été faites ces dernières années sur les économies locales dont elles mettent en évidence les composantes et les flux. Il s’agit notamment des études Ecoloc réalisées depuis 1997 (suite à la prospective réalisée en 1997 par le Club du Sahel-WALTPS). Mais on se heurte ici à une autre rigidité car dans ce cas les regards sont principalement tournés vers la ville. Ces études s’intéressent à l’hinterland rural qui permet d’approvisionner les villes ouest-africaines. Elles reposent sur le postulat très répandu que le développement des campagnes ne peut être tiré que par celui des villes, ce qui inspire une vision très « urbano-centrée » de l’économie rurale.

Les économies rurales : un potentiel qui reste à découvrir.

Il manque aujourd’hui que soient sérieusement analysées les possibilités de développement d’une économie rurale basée sur la diversification des activités (développement d’un secteur secondaire et tertiaire en milieu rural) et les échanges de zone à zone (valorisation des complémentarités entre zones rurales). Il ne s’agit bien entendu pas d’ignorer l’importance des échanges entre la campagne et la ville. Mais il faut explorer le potentiel de dynamisme spécifiquement rural à travers les possibilités de spécialisations professionnelles et d’échanges économiques locaux et inter-régionaux (éventuellement transfrontaliers) ; il faut aussi établir dans quelle mesure ils peuvent être renforcés pour favoriser le développement d’une marge d’autonomie économique et de création d’emplois dans le monde rural qui allège la surcharge urbaine et maintienne le peuplement du monde rural autour de pôles ruraux. Des observations faites en 2008 sur l’économie — très dynamique — de régions éloignées de toute ville importante, comme par exemple l’Ennedi au Nord du Tchad, où les activités agro-pastorales et commerciales sont très étroitement imbriquées, encouragent à ouvrir les regards dans cette direction.

Restez informé⸱e !

Abonnez-vous à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Vous lisez un article de la publication "45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…".

Grain de sel n°45 : Economies rurales : au-delà de l’agriculture…

30 à 40 % des revenus des ruraux des pays du Sud proviennent d’activités non agricoles. Eh oui, « économie rurale » n’est pas synonyme d’« économie agricole », loin de là ! Cette diversité d’activités n’est pas sans lien avec le caractère saisonnier de l’agriculture : en saison sèche, les agriculteurs ne sont pas inactifs ! Elle témoigne aussi de la stratégie des ruraux à diversifier leurs revenus pour faire face à divers aléas (économiques, agro-climatiques…). Pour…

Lire
De nécessaires approches plurisectorielles pour aborder le devenir des agricultures familiales des Andes
Michel Vaillant

Pour survivre, les paysanneries des Andes australes de l’Équateur ont toujours été contraintes à combiner différentes activités. Aujourd’hui, elles continuent de faire le pont entre exploitations agricoles minifundiaires et marché du travail. Une réalité qui impose des approches renouvelées.Une agriculture familiale performante, « moderne », n’est-elle pas encore aujourd’hui perçue par les sociétés occidentales et leurs politiques publiques comme devant reposer sur des exploitations agricoles spécialisées, conduites à temps complet par un couple d’agriculteurs professionnels ? Cette norme…

Lire PDF
Rencontres, réactions

Quelques rencontres, parmi tant d’autres… Nous avons eu le plaisir d’accueillir dans nos locaux le président d’honneur du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (Roppa), Mamadou Cissokho lors de son passage à Paris le 9 mars 2009. Il était en particulier venu à l’occasion de la sortie de son livre « Dieu n’est pas paysan ». Il nous a parlé du processus de renforcement de la Plateforme paysanne africaine qui regroupe les…

Lire PDF
Dieu n’est pas un paysan (Mamadou Cissokho)
Jean-Claude Devèze

Dieu n’est pas paysan Mamadou Cissokho Préface d’Abdou Diouf Ed Présences africaines/Grad 2009, 295 p., 20 euros, ISBN : 978-2-7087-0797-9 Quelle joie de voir publier l’ouvrage d’un leader paysan africain qui a contribué à l’émergence des organisations agricoles et rurales du Sénégal, puis d’Afrique de l’Ouest, puis de l’Afrique toute entière! Ce livre retrace les combats de toute une vie consacrée à la défense et à la promotion des agricultures familiales, mais aussi souligne l’importance d’oeuvrer dans la…

Lire PDF
Un nouveau site Internet pour Inter-réseaux

Les visiteurs affluent déjà sur le nouveau web d’Inter-réseaux, mis en ligne fin avril 2009. Nouveau look, réorganisation des rubriques, recherche avancée par mots-clés, fil de syndication performant B, meilleure gestion éditoriale, plus d’interactivité, plus d’informations disponibles. Ce sont l’ensemble des données qui ont été réorganisées de manière à offrir plus de confort de navigation et un meilleur accès à l’information. Ce site se veut au cœur de l’animation du réseau. Il répond à deux enjeux : 1)…

Lire PDF
Kiosque GDS 45

État des résistances dans le Sud – 2009. Face à la crise alimentaire Alternatives sud En 2008, des « émeutes de la faim » ont eu lieu un peu partout dans les pays du Sud, conséquence du renchérissement des biens de première nécessité. Face à la crise alimentaire, les sociétés civiles du Sud ont réagi. Si les mobilisations ont été différentes, selon les villes, les pays, partout les pouvoirs ont été interpellés, et leurs réactions à ces appels…

Lire PDF
La vidéo toute seule ne suffit pas !
e_performances

Jocelyne Yennenga réagit à l’article « Initiatives et réflexions d’acteurs autour de la vidéo pour le développement » du Grain de sel nº44 : http://www.inter-reseaux.org/revue-grain-de-sel/44-les-organisations/article/initiatives-et-reflexions-d « Il paraît que pour savoir jusqu’où on peut aller, il faut se lever et marcher ». Jocelyne partage un bout de chemin personnel et des réflexions sur les outils de communication et d’animation en milieu rural. Du vécu et des idées incarnées par le vécu qui ne laisseront pas indifférents les grands marcheurs. En…

Lire PDF
Investir dans la transformation de céréales locales
Afrique verte

« Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel  » : réaliser cette ambition implique d’adapter l’offre à l’évolution des modes de consommation, notamment en milieu urbain. Pour y répondre, Afrique Verte International appuie les actrices de la transformation des céréales locales. Le Burkina Faso, le Mali et le Niger sont de grands producteurs et consommateurs de céréales locales avec plus de 4 millions de tonnes par an et par pays. Cette production céréalière, essentiellement pluviale, est très variable et inégalement…

Lire PDF
Repères : Les OGM, c’est quoi ?
La rédaction de GDS

Cet article est directement issu de la conférence de Christian Velot, maître de conférences en génétique moléculaire (Paris Sud XI) et chercheur à l’Institut de génétique et de microbiologie (Orsay). Retrouver la présentation complète et originale de C. Velot à Toulouse : http: //video.google.fr/ videoplay?docid=- 87541361619 7118497&hl=fr Définition : Qu’est ce qu’un OGM ? Un organisme génétiquement modifié (OGM) est un organisme vivant (micro-organisme, végétal, animal) ayant subi une modification non naturelle de ses caractéristiques génétiques initiales, par…

Lire PDF
Enjeux des activités rurales non agricoles dans le développement d’économies locales diversifiées
La rédaction de GDS

Les activités rurales non agricoles se développent dans les campagnes africaines et pourraient être un tremplin pour le développement des zones rurales. Mais les contraintes sont nombreuses. Aussi, comment appuyer et accompagner ces activités pour qu’elles aient un réel effet d’entraînement sur les économies rurales ? Les récentes crises alimentaires (flambée des prix en 2008) ont surtout frappé les populations les plus dépendantes du marché pour leur approvisionnement, notamment les ménages ruraux acheteurs nets de produits alimentaires et…

Lire PDF
Le renforcement des filières vivrières par l’aval : le cas de la Guinée Conakry
Sébastien Subsol

Est-il possible de renforcer l’agriculture et la commercialisation sans prendre en compte l’aval des filières ? Un exemple autour du riz en Guinée Conakry montre que l’économie rurale en Afrique subsaharienne compte une grande variété de métiers et d’acteurs complémentaires. La Guinée est un pays qui produit et consomme essentiellement du riz, dans les quatre régions « naturelles » qui composent le pays : Guinée maritime, Guinée forestière, plateau du Fouta Djalon et savanes de Haute Guinée. Chaque…

Lire PDF
Une expérience intéressante de gestion de pistes rurales par des producteurs au Laos
Bounmi Rattanatray

Des pistes en bon état facilitent le développement économique des villages et l’accès aux services sociaux en zone rurale. Malheureusement dans de nombreux pays du Sud, elles sont souvent mal entretenues. Bounmi Rattanatray nous décrit une expérience intéressante de gestion de pistes rurales au Laos. Grain de sel : Pouvez-vous nous décrire le système d’entretien des pistes rurales mis en place ? Bounmi Rattanatray : À la suite de la réhabilitation de plusieurs pistes dans le cadre de…

Lire PDF
Vision et démarche d’une fédération d’OP sur les exploitations familiales rurales
Daouda Diagne

En étudiant les économies des exploitations familiales, la Fongs et ses associations paysannes membres se sont rapprochées des réalités et des logiques paysannes du monde rural sénégalais. Les familles et les économies rurales sont diverses, incluant des stratégies autour d’activités non agricoles, et pour les appuyer, il faut d’abord les comprendre. Jusqu’au milieu des années 1990, les associations liées à la Fongs établissaient, comme beaucoup d’organisations paysannes à cette époque, des « programmes » basés sur l’expression des…

Lire PDF
Zoom sur des activités diversifiées et en évolution dans un village malien
La rédaction de GDS, Samba Sylla

Dans les villages africains, même si la plupart des ruraux se considèrent agriculteurs, beaucoup n’ont jamais été uniquement des agriculteurs à temps plein. Depuis des siècles, ils tirent aussi leurs revenus d’autres activités. Pour illustrer ces dynamiques, Samba Sylla nous raconte l’histoire de son village au sud Mali, dans la commune de Maréna. La vie économique d’un village africain ne se résume pas seulement aux activités agricoles. De nombreux métiers y sont développés afin que les ruraux puissent…

Lire PDF
Changer le regard sur les activités non agricole en milieu rural
Loic Barbedette

L’économie rurale africaine ne se résume pas à l’économie agricole. Les ruraux vivent de nombreuses autres activités. Cette réalité diverse dépasse les concepts et outils aujourd’hui mobilisés, et reste difficilement reconnue. Et pourtant, n’y a t- il pas urgence à intégrer les activités non agricoles dans la construction de nouvelles économies rurales ? Le regard porté sur les activités non agricoles des agriculteurs et des pasteurs africains est le plus souvent superficiel et statique : on les considère…

Malédiction cacaoyère et une difficile diversification des revenus en Côte d’Ivoire
François Ruf, Roger Tanoh

Dans les années 80, les revenus monétaires des planteurs de cacao dépendaient à 95 % du cacao. Depuis les années 2000, ces planteurs tentent de diversifier leurs revenus. Mais les effets restent limités de par l’étroitesse du marché et d’une politique économique de court terme aux effets tristement classiques. «Mon père est originaire d’un village près de Bouaké, il est arrivé en 1969 dans notre village de Zamblekro. Il est devenu grand planteur de cacao, avec plus de…

Lire PDF
Quel avenir pour le coton des pays africains de la zone franc ?
Pierre Henri Texier

« Culture pluviale en petit paysannat », telle est la spécificité de la production cotonnière d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Si cette culture a été jusqu’à un passé récent qualifiée de « success story », depuis quatre années elle traverse la crise la plus grave de son histoire au point que sa disparition peut être sérieusement envisagée. L’histoire d’une dynamique. De 100 000 tonnes de coton graine en 1950, la production de coton s’est rapidement développée dans les pays…

Lire PDF
Introduction du dossier
Estelle Deniel (Inter-réseaux)

30 à 40 % des revenus des ruraux des pays du Sud proviennent d’activités non agricoles. Eh oui, « économie rurale » n’est pas synonyme d’« économie agricole », loin de là ! Cette diversité d’activités n’est pas sans lien avec le caractère saisonnier de l’agriculture : en saison sèche, les agriculteurs ne sont pas inactifs ! Elle témoigne aussi de la stratégie des ruraux à diversifier leurs revenus pour faire face à divers aléas (économiques, agro-climatiques…). Pour…

Lire PDF
Le « Violet de Galmi » est-il menacé ?
Patrick Delmas

Le plus célèbre des oignons ouest africains, le Violet de Galmi, a été ces derniers mois au cœur de nombreux débats. Retour sur la longue histoire de cette variété et éclairages sur les enjeux actuels. Début mars 2009, à la foire internationale sur les semences paysannes de Djimini (Sénégal), un membre du Réseau semences paysannes (France) révèle que l’oignon « Violet de Galmi » a fait l’objet d’une demande de certificat d’obtention végétale (COV) par une société sénégalaise…

Lire PDF
La quête des terres agricoles en Afrique subsaharienne
hodrago

C’est une véritable ruée sur les terres agricoles du continent qui se développe silencieusement sous nos yeux. Le phénomène est suffisamment inquiétant pour attirer l’attention de nombreuses organisations. Bien que peu d’informations précises soient encore disponibles, il importe de lancer la réflexion afin d’alimenter un débat objectif et serein. Des États en manque de terres agricoles — via des fonds souverains ou des entreprises publiques —, des fonds d’investissements privés, des groupes agro-industriels ou spécialisés dans les agrocarburants,…

Lire PDF
Editorial : Révolution agricole et citoyenneté rurale
coba

Depuis plus de 40 ans, les agricultures ouest africaines connaissent une crise structurelle. Elles n’arrivent pas à remplir leurs fonctions principales : nourrir les populations, assurer des revenus aux paysans, exporter pour assurer des devises à l’économie nationale, créer des emplois et préserver les ressources naturelles. Une révolution verte en Afrique est donc nécessaire et urgente, mais elle ne peut pas être identique à celle que l’on a connue en Asie dans les années 70. Il faut forger…

Lire PDF
L’invité de Grain de sel : Pierre Herry
Pierre Herry

Pierre Herry est membre de l’Association ouest africaine pour le développement de la pêche artisanale (Adepa) depuis sa création, et siège au conseil d’administration de ce réseau. De passage en février à Paris, il nous a présenté l’association ainsi que le « Forum régional permanent des acteurs professionnels de la pêche artisanale en Afrique de l’Ouest » (FRP). Site Internet de l’Adepa : www.adepawadaf. org Grain de sel : Qu’est ce que l’Adepa ? Pierre Herry : L’Association…

Lire PDF
Actualité d’Inter-réseaux (GDS45)

Adamou Bagna, président du collège des jeunes de la PFPNiger Groupes de travail Inter-réseaux anime depuis plusieurs années un groupe de travail sur le thème « Accès au marché et commercialisation de produits agricoles : initiatives d’OP ». Vous êtes plusieurs centaines de personnes à y avoir contribué. Un riche document de 160 pages rassemble les enseignements de cette démarche de réflexions collectives et est à présent disponible. Nous vous en dirons plus dans notre prochain numéro. Récemment,…

Lire PDF