Les eaux de l’Afrique de l’Ouest ont longtemps été parmi les plus riches de la planète. Mais depuis les années 1970, les flottes de pêche européennes, russes ou encore asiatiques ratissent cette partie de l’Océan Atlantique, le plus souvent en toute illégalité. Cette concurrence des chalutiers étrangers est terrible pour les pêcheurs artisans locaux. Face à l’effondrement de la ressource en poisson, ces derniers et leurs familles sont souvent confrontés à un dilemme terrible : « Barça ou barsack » (Barcelone ou la mort). Mais certains Sénégalais se battent et n’acceptent pas cette situation. Karim Sall, pêcheur syndicaliste, ou encore Diaba Diop, leadeuse syndicale des femmes transformatrices de poisson, luttent sans relâche pour faire entendre la voix des artisans de la mer auprès de l’Etat sénégalais comme des instances internationales.

Stay informed⸱e!

Subscribe to our publications and newsletters to receive them directly in your mailbox.

" * " indicates required fields

This field is used for validation purposes only and should remain unchanged.

Other articles that might interest you