fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin mensuel N°341 d'information sur les marchés agricoles.

Bulletin mensuel N°341 d'information sur les marchés agricoles.
  • Partagez :
Commissariat à la sécurité alimentaire 1er octobre 2016

Thèmes :

FAITS SAILLANTS ET PERSPECTIVES

La période de commercialisation des produits (céréales, légumineuses) de la campagne agricole 2015/2016 est à l’entame de son ultime mois. Les marchés ruraux de collecte sont dans un climat morose du fait de la faiblesse de l’offre face à la demande. Cette situation résulte de la baisse du rythme d’affluence des acteurs, notamment des producteurs occupés par les travaux champêtres.

Au cours des deux derniers mois, le stock disponible en riz local décortiqué dans les marchés est passé de 881 tonnes en juillet 2016 à 1 809 tonnes pour le mois d’août (source : ARM). Cette hausse est consécutive à la mise en marché de la production de riz de contresaison de la vallée du Fleuve Sénégal (St-Louis, Matam). Les stocks les plus significatifs sont relevés dans les régions de St-louis (1 509 tonnes), Dakar (125 Tonnes) et Matam (75 tonnes).

Le stock national de régulation de riz importé qui est passé de 112 064 tonnes (juillet) à 99 804 tonnes (août) reste correct (source : ARM). Ce stock est composé de riz brisé non parfumé (78 459 tonnes), de riz parfumé (21 262 tonnes) et de riz entier et intermédiaire (84 tonnes).

Les stocks d’oignon local ont chuté en passant de 1 430 tonnes à 260 tonnes, soit une rupture de stock qui s’est traduite par la réunion d’urgence du comité national de pilotage (16 août 2016) pour l’autorisation de la reprise des importations. Cette perspective d’épuisement de la variété locale a favorisé la reprise des importations.

Les prix moyens mensuels de détail/consommateur par kilogramme des céréales locales sèches se situent à : 206 F CFA pour le mil souna,223 F CFA pour le sorgho, 216 F CFA pour le maïs. La comparaison par rapport aux périodes de référence indique des fortunes diverses avec des hausses respectives de +3% et +7% sur le maïs et le mil, par rapport à leurs valeurs de juillet 2016 et des baisses de -1% et -5% pour le mil et le maïs par rapport à leur niveau d’août 2015. Par rapport aux moyennes quinquennales, des baisses variant entre -6% pour le mil et -2% pour le maïs ont été relevées, tandis le prix du sorgho est resté relativement stable (-1%).

Le prix moyen du kilogramme du riz local décortiqué qui se situe à 264 F CFA est resté inférieur à ceux toutes les périodes de référence.

Le prix moyen du kilogramme de riz ordinaire importé brisé qui se chiffre à 272 F CFA est demeuré relativement stable par rapport à ceux du mois de juillet 2016 et du mois d’août 2015, tandis que par rapport à la moyenne quinquennale, il a enregistré une baisse de -5%.

Les prix moyens de détail par kilogramme des légumineuses s’affichent comme suit : 488 F CFA pour le niébé, 346 F CFA pour l’arachide coque et 601 F CFA pour l’arachide décortiquée. Au cours des deux derniers mois, il a été observé une relative stabilité du prix du niébé (+1%), une hausse du prix de l’arachide coque (+7%) et une baisse du prix de l’arachide décortiquée (-4%). Par rapport à leurs niveaux de 2015 à la même période, le prix du niébé a chuté de -19%, l’arachide coque a enregistré une hausse de +8%, tandis que celui de l’arachide décortiquée est resté stable. Par rapport aux moyennes quinquennales les prix des arachides sont supérieurs avec des taux de hausse respectifs de +23% et +4, tandis que celui du niébé a reculé de -12%.

Les marchés à bétail sont abondamment approvisionnés en ovins, mais sont très tendus, avec même l’ouverture de nouveaux points de vente, du fait de l’approche de la fête de Tabaski. Les prix des bovins et des caprins sont relativement stables, tandis que ceux des ovins ont flambé.

Les principaux flux commerciaux transfrontaliers qui s’opèrent avec les pays de la sous-région (Mali, Burkina, Guinée, Mauritanie) sont constitués des produits suivants : fruits, légumes, maïs, huile de palme, bétail (bovin, ovin) et autres.

Au cours du mois septembre 2016, les marchés devront être marqués par un niveau d’approvisionnement faible en produits agricoles secs (céréales, légumineuses). Toutefois, il serait probable d’assister à la mise en marché des nouveaux produits récoltés en vert (arachide, maïs, niébé) par endroits. Concernant le riz (local, importé) et les légumes importés (oignon, pomme de terre), les stocks devront rester abondants. Les prix des produits locaux pourraient baisser dans les marchés ruraux de collecte, ceux de détail, à défaut de hausser pourraient demeurer stables, tandis que ceux du riz (local et importé) pourraient connaître de faibles variations.


Réagir à cet article

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS