fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Portrait - Gladys Adusah Serwaa

Les femmes rurales
au service de l’agriculture

Je m’appelle Gladys Adusah Serwaa, je suis née à Techiman, dans la région de Bono, au Ghana. Je suis l’aînée d’une fratrie de cinq. J’ai 61 ans et je suis agricultrice ; je cultive du manioc, du maïs et des noix de cajou. J’ai un diplôme en enseignement et un master en gouvernance démocratique, droit et développement. J’ai travaillé pendant 13 ans comme enseignante, puis pendant 14 ans dans le domaine du développement.

Je préside actuellement le collège national des femmes des organisations Ecumenical Association for Sustainable Agriculture and Rural Development (ECASARD) et Farmers Organisation Network In Ghana (FONG) au Ghana.
Je participe au développement agricole rural en organisant chaque année un programme qui récompense le travail fourni par les femmes rurales. Il s’agit d’une initiative personnelle soutenue par ECASARD et FONG. La Journée de la femme rurale est l’occasion de rassembler les acteurs du secteur et les organisations de femmes, de producteurs, religieuses, communautaires, etc. Le jour de sa célébration, les agricultrices rurales exposent leurs produits. Je participe également au renforcement des capacités, à des ateliers de plaidoyer et à des activités de lobbying pour l’obtention de soutien en faveur des organisations de femmes rurales dans le domaine agricole.

Je pense que les politiques mises en oeuvre pour le développement agricole ne sont pas étendues aux zones rurales et ne profitent donc pas aux femmes qui travaillent dans la production, la transformation, le conditionnement ou la commercialisation. Au Ghana, la plupart des travailleurs agricoles sont des femmes, mais leur travail n’est pas reconnu. Par exemple, l’absence de systèmes de poids et de mesure standards sur l’ensemble des marchés ghanéens est un réel problème. Il faudrait également élaborer une réglementation sur l’aflatoxine afin d’aider les femmes à produire et consommer du maïs non contaminé par l’aflatoxine, ce qui permettrait d’améliorer leurs revenus et leur qualité de vie.

  • Réagir :
  • Partagez :




Réagir à cet article

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS