fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Edito : Un conseil à sens unique ?

Un conseil à sens unique ?

Le temps semble loin où, à de rares exceptions,
le conseil agricole façon « training
and visit », s’organisait comme une
cascade ruisselant du « sachant », chercheurs
et techniciens, vers les paysans afin de satisfaire
les priorités de la planification de l’État
et de ses partenaires financiers. Les politiques
d’austérité budgétaire et d’ajustement structurel
ont eu raison de la plupart des dispositifs
étatiques qui organisaient ce conseil.

Dès lors, de nombreux acteurs de développement
se sont emparés de la question
du conseil aux agriculteurs : organisations
professionnelles agricoles, agences de l’État,
investisseurs, agrofournisseurs, ONG, compagnie
de téléphonie, etc. Mais avec quelles finalités,
dans quelles organisations et pour qui ?

De ces interrogations découle le titre du présent
dossier sur les différents sens du conseil
agricole. Dans quel sens est-il orienté, du
rapport vertical entre techniciens et paysans,
à l’horizontalité des échanges paysans ? À
quelle demande répond-il : celle des besoins
paysans, des priorités des investisseurs ou
des orientations de la politique agricole de
l’État ? Ce dossier qui prolonge le travail de
synthèse auquel les membres et partenaires
(comme CER France, Ambre Conseil et le
Cirad) de l’Inter-réseaux ont contribué 1, rappelle
d’abord que le conseil agricole a du sens
pour les exploitations familiales qui en bénéficient
mais aussi pour celles qui n’en bénéficient
pas, encore trop nombreuses. Il illustre
aussi la pluralité des sens du conseil agricole
qui s’est développé dans les trois dernières
décennies, et renvoie à des problématiques
agraires diversifiées, des postures articulant
savoir-locaux et apports externes de façon
différente, des histoires locales ancrées dans
des territoires, etc.

On ne dispose encore que peu de recul sur
la diversité des expériences, leurs évolutions et
leurs résultats. Si l’État semble amorcer, dans
différents pays, un réagencement de son rôle
sur la gouvernance ou le financement d’une
pluralité d’acteurs en matière de conseil agricole,
la tendance qui se dégage apparaît plutôt
pour certains comme un repli ouvert à tous
les abus. Le débat sur la question des pesticides
et les risques du couplage entre conseil et
fourniture d’intrants mérite par exemple que
l’on s’y arrête. L’émergence d’un « système »
de conseil agricole à des échelles régionales ou
nationales fait apparaître de nouveaux enjeux
en termes de cohérence et de complémentarité
des dispositifs, de contrôle de la qualité des
conseils fournis par une diversité d’acteurs,
de formation des conseillers, de concertation
et de régulation, sans parler du mode de financement
pérenne.

Au-delà, par « fatigue de l’aide » ou défaut
d’investissement public, le risque d’un repli
sur les seuls dispositifs solvables auprès de la
frange rentable de l’agriculture commerciale
existe, si tant est que cette dernière soit suffisamment
consolidée en dehors des pays qui
soutiennent fortement leur agriculture. De
nombreux articles témoignent pourtant de
l’importance de faire vivre une pluralité de
dispositifs adaptés à la diversité des agriculteurs
et de leurs besoins, qu’il s’agisse d’accompagner
la transition agro-écologique ou la
qualité des produits pour les valoriser sur de
nouveaux marchés urbains ou d’exportation.

Au final, la question de départ n’est-elle
pas celle de la pluralité des modèles et du sens
donné par les politiques agricoles ?

Ce numéro est issu d’un travail collectif
qui a mobilisé activement plusieurs membres
d’Inter-réseaux ou partenaires proches pendant
plusieurs mois.
Nous tenons à remercier
en particulier :
Héloïse Bonnaud (Fert), Christophe
Brismé
(Sos Faim Belgique), Valérie
Danto, Kristin Davis
(Ifpri), Patrick Delmas
(Reca), Laurent Diestch (Tero-Gerdal), Patrice
Djamen
(Gfras), François Doligez (Iram),
Patrick Dugué (Cirad), Mamadou Fall (IED
Afrique), Guy Faure (Cirad), Flore Ferraro
(Afdi), Michel Havard (Cirad), Marie Hur,
Christophe Jacqmin, Stéven LeFaou, Gilles
Mersadier
(AVI), Mélanie Moussours, Gifty
Narh
(Corade), Augustin Pallière (Iram),
Louis Pautrizel (Gret), Vital Pelon, Pierre
Rebuffel
(Cirad), Christophe Rigourd (Iram),
Amandine Schlur (Fert), Liora Stührenberg,
et Claude Torre
(AFD) pour leur implication
aux côtés de l’équipe technique d’IR tout au
long de la réalisation de ce numéro.

  • Réagir :
  • Partagez :




Réagir à cet article

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS