fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Cahiers Agricultures : un numéro sur les jeunes ruraux au Maghreb

La revue Cahiers Agricultures a consacré son numéro de
novembre-décembre 2015 aux « Trajectoires innovantes
des jeunes ruraux en agriculture irriguée au Maghreb ». Il
apporte de nombreux éléments d’analyse et des éclairages
originaux sur la dynamique des jeunes ruraux au Maghreb,
qui font écho aux contributions de ce Grain de sel.

Le numéro thématique des Cahiers Agricultures
a pour objet de renseigner la diversité
des trajectoires de jeunes ruraux et d’analyser
les nouvelles formes d’agriculture qu’ils impulsent,
avec un regard interdisciplinaire et transversal sur
plusieurs territoires agricoles irrigués du Maghreb.
Qui sont les porteurs de ces nouvelles dynamiques ?
Assistons-nous à l’émergence de nouveaux modèles
d’agriculture au Maghreb ? Comment rendre visibles,
particulièrement pour les politiques publiques, les
dynamiques portées par les jeunes ruraux ?

Une catégorie sociale dynamique mais faiblement
prise en compte.
La question des jeunes est à l’ordre du jour des agendas politiques dans de nombreux pays du Sud. Au centre des préoccupations,
la problématique de l’insertion socioprofessionnelle d’une jeunesse qui tient une place importante au plan démographique mais qui est confrontée par des taux de chômage et de sous-emploi élevés. On assiste à l’arrivée à l’âge actif d’un nombre important
de jeunes, de plus en plus qualifiés, qui restent sans emplois. Ces préoccupations,
du fait des enjeux politiques et sociaux qu’elles portent, se sont essentiellement concentrées sur la jeunesse des villes et ont très peu concerné
les jeunes ruraux.
La littérature internationale s’est beaucoup focalisée
sur les facteurs favorisant le départ des jeunes
ruraux vers les villes pour grossir le contingent des
chômeurs citadins. Elle se fait aussi l’écho d’un désintérêt
des jeunes vis-à-vis de l’activité agricole et de
la vie rurale de manière générale. Pourtant, plusieurs
travaux récents soulignent le poids démographique et
socio-économique important de cette catégorie sociale
et son rôle décisif au sein des exploitations familiales et
dans l’émergence de nouvelles organisations rurales.
Les articles du numéro thématique montrent qu’au
Maghreb les jeunes ruraux se positionnent, prennent
des initiatives et portent des innovations techniques
et institutionnelles qui sont à l’origine, par exemple,
du développement d’une agriculture irriguée qui
couvre aujourd’hui l’essentiel des besoins des villes
au Maghreb.
Ces jeunes sont aussi actifs dans d’autres secteurs
agricoles et d’élevage, mais ils sont particulièrement
visibles en agriculture irriguée. C’est un secteur dynamique,
propice à l’installation des jeunes et soutenu
par les États. Cependant, en l’absence de mécanismes d’intégration et de programmes de développement
spécifiques, les nouvelles dynamiques agricoles portées
par les jeunes reposent souvent sur des accès informels
et fragiles aux ressources productives. Les jeunes s’arrangent
informellement, parfois collectivement, dans
des dynamiques autour de ces ressources : foncier et
capital, eau, savoir-faire et main d’œuvre.
Comment expliquer alors le paradoxe d’une faible
prise en compte des jeunes ruraux dans les programmes
de développement agricoles malgré leur implication
réelle et active constatée dans ces zones ? Les contributions
de ce numéro thématique reviennent sur les
raisons d’un tel paradoxe en apportant des éclairages
originaux sur deux principales thématiques.

Faire de l’agriculture autrement. La première
concerne l’identité d’une jeunesse agricole née à l’ère
de la libéralisation économique,
après les ajustements structurels
des années 1980. Cette jeunesse
se définit non pas par son âge
mais plutôt par un positionnement
général marqué par une
aspiration à faire de l’agriculture
autrement, souvent en opposition
avec l’agriculture pratiquée par leurs parents.
Malgré la diversité des trajectoires des jeunes et des
territoires agricoles étudiés, les jeunes hommes aspirent
au développement d’un petit entreprenariat
agricole (ni de subsistance, ni de grande entreprise)
avec l’ambition de pratiquer une agriculture irriguée
génératrice de revenus suffisants, voire confortables.
Alors que pour les jeunes femmes, les aspirations se
cristallisent essentiellement en dehors de l’agriculture
car trouvant peu de reconnaissance sociale dans les
activités agricoles. Elles cherchent d’autres activités
économiques pour s’épanouir et se valoriser.
La deuxième thématique aborde les contraintes
multiples, économiques, sociales et institutionnelles,
auxquelles font face les jeunes ruraux dans leurs processus
d’accès aux ressources productives (terre et eau
particulièrement) et les différentes stratégies qu’ils
adoptent pour les contourner. En effet, en plus du fait
que les dispositifs institutionnels ne sont pas adaptés
aux jeunes, ceux-ci se trouvent confrontés à des difficultés
économiques, principalement par le manque
de possibilités d’accès au capital, et à des barrières
sociales et culturelles. Ces difficultés limitent leur
accès aux ressources dans des cadres légaux sécurisés
et réduisent leur autonomie vis-à-vis de leurs aînés.
Enfin, les contributions du numéro thématique
sur les jeunes ruraux au Maghreb s’interrogent sur la place réservée aux jeunes en lien avec le devenir de l’agriculture irriguée dans la région.

Quelles places dans les nouvelles agricultures
irriguées au Maghreb ?
Le parti pris de « rendre
visible » des dynamiques agricoles portées par des
jeunes ruraux a pour objectif de documenter les trajectoires
des jeunes ruraux hommes et femmes qui
s’installent (ou tentent de le faire) en agriculture. Les
articles de ce numéro montrent comment certains
jeunes arrivent à saisir de multiples opportunités pour
construire des trajectoires qui ne sont pas linéaires
et qui se font souvent dans la douleur. Les jeunes développent
plusieurs stratégies comme la location des
terres et le métayage, l’organisation en associations et
coopératives de producteurs, le montage de projets en
négociation avec l’État et le positionnement comme
leaders locaux.

Toutefois, nous avons aussi observé des processus
de marginalisation de certaines catégories de jeunes
ruraux : les jeunes femmes, mais aussi les jeunes qui
n’ont pas pu s’engager dans des formations. Ces processus de marginalisation constituent à notre sens un
chantier de recherche important dans un contexte
socio-politique encore fragile.
Nous avons également montré que la plupart des
jeunes ruraux ne se limitent pas à l’activité agricole ;
la pluriactivité fortement associée à leurs mobilités
permet de prendre certains risques et de s’engager
dans des innovations institutionnelles ou techniques.
Ce numéro thématique se veut une contribution
pragmatique par la documentation d’expériences
concrètes sur un sujet non seulement passionnant
mais aussi crucial pour l’avenir agricole et territorial
des campagnes du Sud. Beaucoup reste cependant à
faire pour bien amorcer et ensuite négocier la transition
générationnelle qui peine à se faire au Maghreb.
Il s’agit de questionner les limites des nouvelles formes
d’agriculture portées par ces jeunes en termes de durabilité
sociale, économique et environnementale.
L’agriculture irriguée au Maghreb est désormais sur
la voie de l’intensification et la nouvelle génération
aura sans doute aussi à relever ces défis pour bâtir
une agriculture saine et durable.

Zakaria Kadiri ([email protected]) est sociologue à la faculté des Lettres et des Sciences humaines Ain-Chock-Casablanca. Hichem Amichi est agro-économiste, à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) UMR G-eau. Sami Bouarfa (IRSTEA,
UMR Geau) et Marcel Kuper (Cirad, UMR Geau) sont chercheurs en sciences de l’eau.
Cet article s’appuie sur les articles du numéro 6, volume 24 de la revue Cahiers Agricultures (novembre-décembre 2015) :
- Naouri M, Hartani T, Kuper M, 2015. Mobilités
des jeunes ruraux pour intégrer les nouvelles agricultures
sahariennes (Biskra, Algérie).
- Collard AL, Riaux J, Massuel S, Raïssi M, Burte J,
2015. « Et si on faisait comme ceux de la plaine ? »
Aspirations et limites d’une petite agriculture dynamique
en Tunisie centrale.
- Bossenbroek L, van der Ploeg JD, Zwarteveen M,
2015. Broken dreams ? Youth experiences of agrarian
change in Morocco’s Saïss region.
- Quarouch H, Kuper M, Lejars C, 2015. Recevoir la
parole des institutions et la leur retourner : parcours
agricoles de jeunes ruraux diplômés-chômeurs
dans le Saïss – Maroc.
- Hamamouche MF, Kuper M, Lejars C, 2015. Émancipation
des jeunes des oasis du Sahara algérien
par le déverrouillage de l’accès à la terre et à l’eau.

  • Réagir :
  • Partagez :




Réagir à cet article

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

Sur la même thématique

Jeunes
  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS