fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Des engrais à portée de main pour les agriculteurs

Afin d’améliorer l’accès des petits producteurs du Nigeria
aux engrais subventionnés, l’IFDC a développé un programme
de coupons d’engrais, en misant sur un partenariat
public privé. Cette initiative connaît un franc succès, même si
de nombreuses contraintes sont encore à lever.

Haladu Abdu, président de la coopérative
d’agriculteurs Jumar Kwari Kamfa Fadama
à Wudil dans l’État de Kano, vient de s’acheter
deux sacs d’engrais minéraux subventionnés, sur
présentation d’un coupon qui a été attribué à chaque
membre de son organisation deux semaines plus tôt.
« Le grand avantage du programme de coupons est
que l’engrais est distribué presque à domicile », dit-il.
« Beaucoup d’entre nous n’avaient pas vu d’engrais depuis
longtemps. L’année dernière, avec ce programme,
nous avons reçu trois sacs chacun. Il arrivait dans le
passé que nous n’ayons que deux sacs pour toute notre
communauté ! »

H. Abdu a été l’un des 300 000 agriculteurs des
États de Bauchi, Kano, Kwara et Taraba, à avoir bénéficié
d’engrais subventionnés par le gouvernement.
Il fait parti des bénéficiaires du programme 2010 de
coupons d’engrais, financé par l’Agence américaine
pour le développement international (USAID), en
collaboration avec quatre États du Nigeria et mis en
oeuvre avec l’appui technique de l’IFDC.
Au Nigeria, les agriculteurs ont un accès limité
aux engrais minéraux. Dans la plupart des villages,
il est beaucoup plus difficile de se procurer des engrais
qu’une bouteille de Coca-Cola ou une recharge
de téléphone.

Une initiative récente en réponse à la déstructuration
des circuits de distribution d’engrais.
Entre
1977 et 1996, le gouvernement fédéral du Nigeria avait
la charge, tous les ans, d’approvisionner les agriculteurs
en engrais. En 1997, le marché des engrais est
libéralisé, sans préparation préalable du secteur
privé. Cela entraîne une forte baisse de l’utilisation
des engrais, de 1,2 millions de tonnes consommées
en 1992 à moins de 57 000 tonnes en 1997. En 1999,
dans le but d’augmenter la consommation d’engrais,
le gouvernement fédéral instaure une subvention aux
engrais de 25 %. Des études montrent cependant que
seulement 20 % des engrais subventionnés atteignent
effectivement les petits exploitants agricoles, en raison
des détournements tout au long des circuits de
distribution. De plus, les engrais arrivent souvent
tard dans la campagne et sont parfois de mauvaise
qualité et en quantité insuffisante. Par ailleurs, ils sont
vendus sur le marché local à des prix comparables à
ceux des engrais non subventionnés, en raison des
intermédiaires et du manque de responsabilisation
des agences gouvernementales dans l’approvisionnement
et la distribution.
Comment s’assurer alors que les engrais subventionnés
atteignent bien les petits agriculteurs à temps et à un prix réduit ? Une solution consiste
à utiliser un système de coupons. André de Jager
(IFDC) soutient cette démarche : « L’un des points
forts du système de coupons, c’est que tout le monde
gagne : le distributeur profite d’un marché assuré et
d’une marge garantie ; le gouvernement est sûr que
les subventions atteignent le public ciblé, à savoir les
petits agriculteurs ; et les agriculteurs bénéficient de
l’aide du gouvernement et sont en mesure d’acheter
des engrais à côté de chez eux ».

En 2008, en s’appuyant sur les expériences réussies
dans d’autres pays, l’IFDC, en collaboration avec le
Programme national pour la sécurité alimentaire
(NPFS) du Nigeria, coordonne un programme de
coupons d’engrais à Kano et Bauchi : le FVP (Fertilizer
Voucher Program
). Ces interventions pilotes, qui
visent alors moins de 5 000 agriculteurs, démontrent
la faisabilité et l’efficacité d’un système de coupons
pour allouer des subventions publiques directement
aux petits agriculteurs, grâce à la fourniture d’engrais
subventionnés, via le secteur privé.
Le succès de la phase pilote de 2008 conduit à
tester le système de coupons d’engrais sur une plus
grande échelle. Une opération plus vaste, couvrant
les États de Kano et Taraba, est lancée en 2009. Elle
vise à fournir des engrais subventionnés via le système
des coupons pour le tiers des petits exploitants
agricoles de ces États (134 109 agriculteurs à Kano et
à 60 468 agriculteurs à Taraba).
L’objectifs du FVP au Nigeria est triple : 1) faire en
sorte que les subventions atteignent les agriculteurs
ciblés ; 2) développer un réseau privé de distribution,
capable de fonctionner avec ou sans subvention, tout
en répondant à la demande en engrais sur le marché
et 3) améliorer l’allocation des subventions par
le gouvernement fédéral et les États.
Muhammad Umar Kura, responsable de l’Autorité
de l’agriculture et du développement rural de l’État de
Kano (KNARDA), fait l’éloge du programme : « Nous
avons testé plusieurs options en commençant par la
distribution directe des engrais aux agriculteurs, mais
le gouvernement n’a pas les capacités d’une entreprise
privée. L’engrais est un produit politique. Le cireur de
chaussures, le mécanicien du coin, tout le monde est
intéressé par les engrais fournis par le gouvernement.
Nous avions besoin d’un programme qui permette de
fournir des intrants de qualité à des agriculteurs ciblés.
C’est la transparence qui est la force du FVP. Le
coût de la subvention devient plus supportable pour
le gouvernement, s’il est sûr que l’argent dépensé bénéficie
véritablement aux agriculteurs. »


© IFDC

Comment fonctionne le système de coupon ?
Des agents vulgarisateurs distribuent directement
à des agriculteurs ciblés des coupons offrant 40 % de
subvention sur l’achat d’engrais par rapport au prix
du marché. Ces coupons sont utilisables auprès des
distributeurs agréés d’engrais, chez qui l’agriculteur
ne paie que 60 % du prix, correspondant à la part
non subventionnée. Chaque coupon dispose d’une
identification unique et sécurisée : nom et photo de
l’agriculteur, numéro unique sur le coupon, encre
indélébile et code barre.
Le programme cible les agriculteurs sur la base de
critères précis. En 2010, la majorité des participants
étaient des petits agriculteurs (dont 20 % de femmes),
affiliés à un groupe d’agriculteurs et ayant les moyens
d’acheter un sac d’engrais subventionné.
Les agriculteurs reçoivent des formations, non seulement
sur la gestion de la fertilité, mais aussi sur le
fonctionnement du programme. Chaque opération
est effectuée par des équipes qualifiées, composées
d’agents du ministère de l’Agriculture et des agences
de vulgarisation de l’État, sous la supervision et la
coordination de l’IFDC. Les équipes de distribution
sont tenues de réaliser un inventaire quotidien des coupons distribués et des ventes d’engrais réalisées.
Une fois les coupons en main, les agriculteurs peuvent
acheter une quantité précise d’engrais auprès de
distributeurs locaux privés affiliés au programme. Ces
distributeurs d’engrais échangent alors les coupons
avec leurs sociétés d’approvisionnement, qui à leur
tour les échangent avec le gouvernement.

Des défis à relever. Malgré le succès du programme,
il existe encore de nombreuses contraintes à sa pérennité.
En 2009 et 2010, le gouvernement a tardé à
payer les distributeurs affiliés au programme, ce qui
a compromis l’opération, a repoussé le lancement du
programme dans chaque État, a amené certaines parties
prenantes à se désengager du programme 2010 et
a finalement réduit le nombre d’agriculteurs touchés
par le projet en 2010 (cf. tableau).
Un autre défi concerne les capacités techniques et
financières des distributeurs d’engrais à mettre en
œuvre efficacement le FVP. Dans le passé, les engrais
étaient distribués par des circuits gouvernementaux
et non par le secteur privé. La libéralisation a conduit
à d’importantes interruptions dans la chaîne
d’approvisionnement entre les distributeurs d’engrais
et les producteurs. De plus, les distributeurs
régionaux et locaux ont un accès limité aux crédits
à des taux intéressants, nécessaires pour constituer
leur stock.
La mise en œuvre du programme par des agents du
gouvernement n’est pas non plus chose aisée. Conséquence
du déclin du financement du secteur agricole
au Nigeria, les compétences des agents de l’État spécialisés
en agriculture et travaillant dans les zones rurales
ont diminué (les individus qualifiés ayant cherché
un meilleur salaire ailleurs). Afin d’inciter les agents
locaux de vulgarisation, le FVP les rémunère en fonction
de leur implication dans l’opération.
Enfin, certains ne voient pas le programme d’un
bon oeil, notamment ceux qui tiraient parti du précédent
système en détournant les engrais de leurs destinataires
cibles. La transparence du programme fait
qu’aujourd’hui seule une partie des fonctionnaires aux
niveaux étatique et fédéral soutient cette opération.
Des mesures sont parfois délibérément prises pour
contrecarrer l’extension du programme.

Un système innovant pour encourager le secteur
privé.
Le FVP est plus transparent (90 % des engrais
FVP ayant atteint les agriculteurs ciblés en 2009 et
2010) et rentable que les précédents programmes de
distribution d’engrais du Nigeria. Les coûts incombant
au gouvernement pour la distribution des engrais
subventionnés sont également réduits de 60 %.
En sécurisant leurs profits, les coupons encouragent
les fournisseurs d’intrants à développer leurs filières
d’approvisionnement dans les zones rurales. Si le FVP
est un moyen innovant d’améliorer les capacités du
secteur privé, les défis auxquels il fait face ne pourront
être surmontés en une seule campagne agricole.
Son succès dépendra fortement du volontarisme de
l’administration nigériane dans son ensemble.

Les programmes
2009 & 2010 de
coupons d’engrais
au Nigeria en
quelques chiffres

L’IFDC (http://www.ifdc.org/) est une
organisation
internationale spécialisée
dans la sécurité
alimentaire internationale,
la lutte contre la faim et la
pauvreté, la protection de
l’environnement, et la
promotion du
développement
économique et de
l’autosuffisance. L’IFDC
met l’accent sur
l’accroissement de la
productivité dans les
filières agricoles des pays
en développement. À ce
jour, l’IFDC a fourni une
assistance dans près de 100
pays.
Traduit de l’anglais par
la rédaction.

  • Réagir :
  • Partagez :


1 commentaire

  • castineta 8 juillet 2012 23:16:07

    Souhaitez-vous entraîner les paysans africains dans les dérives occidentales ? Pollutions gravissimes de l’eau dans tous ses états, perte du potentiel de "vie" de la terre, maladies diverses dues aux intrants, et ...cerise sur le gâteau, enrichissement de tous les marchands de poisons ?




Réagir à cet article


1 commentaire

  • castineta 8 juillet 2012 23:16:07

    Souhaitez-vous entraîner les paysans africains dans les dérives occidentales ? Pollutions gravissimes de l’eau dans tous ses états, perte du potentiel de "vie" de la terre, maladies diverses dues aux intrants, et ...cerise sur le gâteau, enrichissement de tous les marchands de poisons ?

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS