fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Paysan à paysan : le conseil agricole au Nicaragua

À la base programme destiné à améliorer la conservation
des sols, le programme « Paysan à paysan » de l’Union
nationale des agriculteurs et éleveurs du Nicaragua est devenu
une référence en matière de développement rural en
Amérique latine, faisant des paysans des acteurs politiquement
engagés et écoutés.


Dans les campagnes nicaraguayennes, les petits
producteurs agricoles et les
pêcheurs doivent faire face à une situation
permanente de crise. C’est dans ce
contexte qu’a été mis en place le programme
de paysan à paysan (Programa
de campesino a campesino, PCaC
). Ce
programme, qui débuta comme une
expérience pilote de conservation des
sols et de l’eau, est peu à peu devenu
un mouvement aux implications multiples
et globales, tendant vers la mise
en place d’une proposition stratégique
pour l’agronomie nicaraguayenne. Il
représente désormais une référence
importante parmi les programmes
de développement rural implantés
dans le pays, mais aussi en Amérique
centrale, en Amérique du Sud et
dans les Caraïbes.

Un programme de conseil initiateur
d’évolutions cruciales pour le développement
durable.
Les résultats
obtenus jusqu’ici nous montrent que
le PcaC, projet pilote de conservation
des sols et de l’eau, s’est converti en un
mouvement productif de grande ampleur
soutenu par l’Union nationale
des agriculteurs et éleveurs (Unag).
Le PcaC justifie la participation,
l’expérimentation paysanne et encourage
la confiance des paysans et
paysannes. Il a permis l’ouverture des
communautés paysannes, les incitant
notamment à apporter et introduire
de nouvelles technologies de conservation
dans leurs systèmes productifs
et à les changer. Il a également permis
l’apparition d’un nouveau leadership
dans les campagnes, et promu une plus
grande capacité de gestion financière
et de gestion des risques.
Parmi ses succès les plus remarquables,
on peut mentionner qu’actuellement
presque 12 000 familles des zones
arides du pays sont engagées dans les
processus participatifs pour réduire
les conditions de pauvreté extrême et
de vulnérabilité alimentaire, à travers
différentes actions : conservation des
sols et de l’eau, diversification de la
production, préservation de la biodiversité,
élevage alternatif, pisciculture,
sauvegarde d’espèces locales
menacées, etc.
Le PCaC constitue un réseau d’acteurs
à couverture nationale qui se sont
convertis en responsables productifs et
organisés. Avec un objectif agro-écologique
et des pratiques d’expérimentation
paysanne, les 20 000 familles
impliquées dans le programme sont
forces de propositions de développement
au niveau local et d’appui aux
autres institutions et organisations
dans les communautés.

De la conservation des semences
locales à l’implication dans la vie
politique : des actions diversifiées.

Un Programme national de récupération
et d’identification des semences
locales et de semences sélectionnées
s’est consolidé, qui a permis l’identification
de 114 variétés de maïs, 121
de haricots, 24 de sorgho et de mil et
8 de riz locaux et dans le processus
de multiplication et de conservation.
Cela soutient et contribue à la conservation
du patrimoine génétique national
et présente des alternatives face au
problème d’insécurité alimentaire. Ce
programme a aussi été à l’origine de la
construction de banques communautaires
de semences, et du lancement
de processus locaux de commercialisation
des variétés locales inconnues
dans de nombreux secteurs et communautés
paysannes.
Le programme de Paysan à paysan
(PCaC) est aussi impliqué dans
un processus visant à produire des
changements à différents niveaux,
particulièrement là où se prennent les
décisions. Aux dernières élections municipales,
de nombreux partisans du
PcaC se sont présentés à des élections
locales. De la même façon, beaucoup
de nouveaux responsables paysans ont
réussi à occuper d’importants espaces
au sein de l’Unag. Nous avons ainsi
aujourd’hui un nombre important de
cadres au niveau des municipalités et
des régions.
Le PCaC a travaillé à une proposition
de Politique nationale de développement
agricole et de la pêche
pour la petite et moyenne économie
paysanne. Cette politique, élaborée
en l’absence de démarche gouvernementale
envers ce secteur, a été pensée
par les groupes paysans. Ses axes
centraux sont le développement de
l’agriculture familiale et la promotion
de programmes qui contribuent
au développement des technologies
alternatives, à l’investissement dans
la gestion de l’environnement et dans
l’éducation rurale. Cette proposition
est en phase de discussion.

Assurer la croissance sans perdre en
pertinence.
Une des difficultés rencontrées
par le PcaC actuellement est
son affaiblissement en tant que réseau.
Sa zone d’intervention et son nombre
de participants augmentant, il est plus
difficile d’assurer un suivi rigoureux
des membres et activités. Il doit donc
être plus que jamais vigilant à son développement.
Un développement que
le poids et la capacité de l’Unag devraient
garantir.

Jorge Irán
Vásquez Zeledón
est membre de
l’équipe
nationale du
programme
« Paysan à
paysan »
(Programa
Campesino a
Campesino,
PcaC). L’Union
nationale des
agriculteurs et
éleveurs du
Nicaragua
(Unión Nacional
de Agricultores y
Ganaderos,
Unag) qui gère le
programme,
réunit les petits
et moyens
producteurs et
éleveurs du
Nicaragua
depuis 1990.
35 600 affiliés
hommes et
femmes la
composent, de
même que 231
coopératives,
entreprises et
associations qui
en sont
membres.

  • Réagir :
  • Partagez :




Réagir à cet article

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS