fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Réaction de Alain Maragnani à GDS 38

Je suis très surpris que « Grain de sel », dans son dernier numéro sur l’insertion professionnelle des jeunes, n’ait fait aucune référence au travail d’analyse et de réflexion conduit depuis une quinzaine d’années en collaboration étroite entre les ministères français des Affaires étrangères et de l’Agriculture avec leurs partenaires responsables des formations rurales des pays du Sud, notamment d’Afrique. Outre la réunion de plusieurs groupes de travail et la réalisation de journées d’étude sur les formations rurales, plusieurs séminaires internationaux ont eu lieu (en particulier à Ouagadougou en 2005), ainsi que des ateliers dont le dernier, à Yaoundé, les 22/23 et 24 mai derniers, portait sur le thème spécifique de l’insertion des jeunes. Il a donné lieu à une visioconférence internationale sur 8 sites (Abidjan, Antanarivo, Cotonou, Dakar, Paris, Rabat, Washington et Yaoundé). L’ensemble des documents et compte-rendu de manifestations (études, actes, articles, rapports...) est consultable et téléchargeable sur le site du réseau FAR (www.far.agropolis.fr) ainsi que sur la bibliothèque virtuelle en ingénierie des dispositifs de formation d’Agropolis (www.agropolis.fr/formation/biblio/index.htm)
Les études effectuées, s’appuyant sur l’analyse d’études de cas, sans répondre à toutes les questions, permettent néanmoins d’affirmer l’existence de quelques points clefs pour la mise en œuvre de formations professionnelles agricoles et rurales :

· L’enjeu du monde rural des pays d’Afrique subsaharienne est de mobiliser à l’avenir les producteurs et productrices pour effectuer la transition d’unité d’activités agricoles et rurales très diverses vers des exploitations familiales, compétitives, durables et attractives pour les jeunes,

· Pour accompagner cette évolution, il faut mettre en place des dispositifs de formation d’un très grand nombre de producteurs et productrices (« formation de masse ») et non des dispositifs "modèles" pour une poignée d’individus (rappelons qu’en Afrique subsaharienne francophone, la population double en moyenne tous les 30 ans),

· Le développement de dispositifs de formation professionnelle agricole et rurale est étroitement lié à la mise en oeuvre de politiques nationales : la formation professionnelle est un outil pour le développement économique et social du milieu rural et doit donc être articulée avec d’autres éléments de cette politique (foncier, crédit, prix, accès aux intrants, circuits de commercialisation, installation des jeunes, développement durable... mais aussi équipement rural, santé, enseignement, éducation citoyenne...),

· Parallèlement, la formation professionnelle est un élément du développement des personnes, elle doit donc être articulée avec leurs situations, répondre à leurs projets professionnels et d’insertion économique et sociale, impliquant ainsi une "dialectique" permanente entre niveaux macro et micro,

· Par suite de la diversité des publics, comme de la diversité de leurs demandes et besoins de formation, il n’existe pas un modèle unique de dispositif de formation, valable partout pour tous, mais bien au contraire des dispositifs nécessairement très différents (en durée, en lieu de formation, en contenus, en programmes, en organisation pédagogique...), fonctionnant en complémentarité, le plus souvent à inventer, et pour lesquels il faut utiliser toutes les compétences disponibles (formateurs, vulgarisateurs, producteurs...) et moyens existants pour maîtriser les coûts si l’on veut pouvoir s’adresser au plus grand nombre,

· Compte-tenu de l’ampleur de la question, ce sont tous les offreurs potentiels de formation en milieu rural qui sont concernés, c’est à dire qu’il faut mettre en complémentarité et en cohérence des dispositifs de formation professionnelle multiformes qu’ils soient publics, privés, associatifs, professionnels, confessionnels, de collectivités territoriales...

· L’Etat nation doit jouer un rôle d’orientation, de définition des priorités et des outils de politique économique pour impulser, coordonner et évaluer la qualité des dispositifs diversifiés de formation professionnelle, actions dans lesquelles les collectivités territoriales, émergentes aujourd’hui, doivent être étroitement associées.

  • Réagir :
  • Partagez :




Réagir à cet article

Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS