fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de veille - Spécial Faim Zéro (Brésil) - 2012 - Partie I

PDF en bas de page

Ce bulletin de veille spécial est consacré à la stratégie Faim Zéro (Fome Zero) lancée au Brésil en 2003 par le gouvernement Lula. Elle s’inscrit dans plusieurs domaines d’intervention : l’amélioration de l’accès à l’alimentation, le renforcement de l’agriculture familiale, la réduction de la pauvreté et des inégalités de revenus. En l’espace de cinq ans, le Brésil a ainsi réussi à faire fléchir de 50% le niveau d’extrême pauvreté dans le pays, réalisant l’un des Objectifs du Millénaire pour le Développement. D’où vient ce succès ? L’implication forte de l’Etat et de la société civile, l’approche multisectorielle et participative des politiques instaurées, la combinaison de mesures à court et long termes, sont autant d’ingrédients de la réussite de Faim Zéro.
Le Brésil est à présent considéré par la communauté internationale comme une référence en matière de respect du droit humain à l’alimentation. En 2012, ce n’est autre que le responsable de la conception et de la mise en œuvre de Faim Zéro, José Graziano da Silva, qui devient Directeur général de la FAO.
Dans un contexte encore marqué par la crise alimentaire, l’heure est aujourd’hui à la réflexion sur la mise en œuvre des politiques agricoles régionales en Afrique de l’Ouest et Centrale. Des stratégies similaires à celle de Faim Zéro sont-elles applicables dans le contexte ouest et centre-africain ?

Ce bulletin est diffusé en deux parties.
La première s’articule autour des points suivants : présentation du contexte brésilien, présentations générales de la stratégie Faim Zéro, détail de programmes majeurs (Programme National d’Alimentation Scolaire, Programme d’Acquisition d’Aliments, Programme National de Renforcement de l’Agriculture Familiale).
La seconde partie porte sur la participation de la société civile, l’implication des OP dans les politiques publiques, les bilans et enjeux autour de la stratégie, le plan "Un Brésil Sans Misère", d’autres expériences latino-américaines, le dialogue entre le Brésil et l’Afrique sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et le défi « Faim Zéro » lancé par Ban Ki-Moon.

Compte tenu de la région d’étude, certains des documents récoltés se trouvent être rédigés en anglais et portugais.

Ce bulletin ne prétend évidemment pas être exhaustif. Nous vous invitons à l’enrichir de vos commentaires. N’hésitez pas à partager avec nous d’autres documents : nous pourrons les mentionner dans un prochain bulletin. Signalez nous également des initiatives intéressantes en la matière, que nous pourrions valoriser.

Ce bulletin a été largement alimenté par les apports et contributions de nombreuses personnes (mentionnées en dernière page). Nous les en remercions grandement.

Bonne lecture !

L’équipe d’Inter-réseaux

Tout déroulerTout enroulerSOMMAIRE PARTIE I

LE BRESIL, UN GEANT A DEUX VISAGES - Une puissance économique émergente inégalitaire -- Etude économique du Brésil (151p, anglais) -- Note de synthèse Politiquessociales.net – Lutte contre la pauvreté et les inégalités -- Note de synthèse Politiquessociales.net – Politique nationale - La dualité de l’agriculture brésilienne -- Note d’analyse de l’agriculture brésilienne par le Centre d’Etudes et de Prospectives (8p) -- La coexistence politiquement assumée entre l’agrobusiness exportateur et l’agriculture familiale au Brésil (8p)
PRESENTATIONS GENERALES DE LA STRATEGIE FAIM ZERO -- 4 présentations audio en français, par le représentant permanent du Brésil auprès de la FAO -- Rapport Consea (90p, anglais) -- Rapport MDS (19p, anglais) -- Note FAO (28p, anglais) -- Recueil de textes du Ministère du développement agraire (362p, anglais) -- Publication ministérielle (190p, portugais)

FOCUS SUR CERTAINS PROGRAMMES PHARES DE LA STRATÉGIE FAIM ZÉRO - Le Programme National d’Alimentation Scolaire (PNAE) -- Extrait d’un rapport de capitalisation du PAM (4p) -- Rapport PAM (20p, anglais) - Le Programme d’Acquisition d’Aliments (PAA) -- Présentation à l’atelier PAA-Afrique -- Article revue Défi Sud (3p) -- Article revue Agriculture Network (2p) -- La souveraineté alimentaire dans les pays en développement – perspectives latino-américaines (104p) --De la sécurité à la souveraineté alimentaires : le PAA dans le Pontal do Paranapanema (106p, anglais) -- Présentation ministérielle du PAA (MDS, anglais) -- Le développement rural au Brésil : venir à bout des inégalités et créer de nouveaux marchés (36p, anglais) -- Note ActionAid (24p, anglais) - Le Programme National de Renforcement de l’Agriculture Familiale (PRONAF) -- Rapport OMC (60p)

Le Brésil, un géant à deux visages



Etude économique du Brésil
OCDE, 2011, 151p
Le Brésil, 192 millions d’habitants, 8.5 millions de km² (15 fois la France), est membre des BRICS, groupe réunissant les cinq puissances économiques émergentes (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).
Les chiffres de 2010 attestent d’un PIB de plus de 2000 milliards de dollars en croissance de 7.5%, avec un PIB par habitant de plus de 11000 dollars. Si le pays se maintient à un haut niveau de croissance et continue à progresser sur le plan social, il atteindra le niveau de PIB par habitant des pays de l’OCDE et entrera dans la catégorie des pays à « hauts revenus ».
http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/oecd-economic-surveys-brazil-2011_eco_surveys-bra-2011-en

Lutte contre la pauvreté et les inégalités au Brésil
Note de synthèse Politiquessociales.net, 2007
« Le Brésil n’est pas un pays sous-développé, c’est une société injuste » disait l’ex-président brésilien Cardoso. Cet article donne une mesure de l’importance des inégalités qui règnent dans le pays en 2007 - soit quatre ans seulement après le début de Fome Zero. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 15% des Brésiliens vivent alors dans des conditions d’indigence ; 10% des Brésiliens les plus aisés détiennent 4.5 fois plus de richesses que les 40% les plus pauvres.
Un véritable défi attendait donc Lula en matière de répartition des revenus.
http://www.politiquessociales.net/Lutte-contre-la-pauvrete,52

Politique nationale du Brésil
Note de synthèse Politiquessociales.net, 2007
Lors de son élection à la présidence du Brésil en 2003, Lula définit la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN) en tant que priorité politique.
Cette note de synthèse décrit un contexte économique qui ne lui est alors pourtant pas favorable. Le pays est endetté à hauteur de 57% de son PIB, l’inflation avoisine les 12%, le taux de chômage atteint 11.5%. Le pays a été contraint de faire appel au FMI. Créant la surprise, Lula promet à son arrivée au pouvoir de diminuer la dette (il annonce une diminution de 10% des budgets publics). Dans un même temps, il trouve le moyen de mettre en place la stratégie Faim Zéro.
http://www.politiquessociales.net/Politique-nationale,3125



Entre croissance et durabilité : quel modèle de développement agricole au Brésil ?
Centre d’études et de prospectives, 2012, 8p
Premier producteur et exportateur mondial de soja, café, sucre de canne, jus d’orange, viandes, le Brésil est un pilier de l’agriculture mondiale, où agriculture familiale et agribusiness se côtoient tant bien que mal : forte concentration foncière, tensions sur les ressources… Le Brésil parvient toutefois à maintenir l’équilibre entre ces deux modèles, où l’agriculture d’exportation joue un rôle de stabilisateur macroéconomique et où l’agriculture familiale occupe une place majeure pour le développement des zones rurales.
http://agriculture.gouv.fr/Analyse-no41-mars-2012-Entre

La coexistence politiquement assumée entre l’agrobusiness exportateur et l’agriculture familiale au Brésil
Roux B., 2012, 8p
La puissance agricole brésilienne s’est construite sur l’agrobusiness, héritage des latifundia coloniaux. Celui-ci n’a pas disparu avec l’abolition de l’esclavage, et a même été soutenu par le gouvernement pour faire entrer des devises au moment de la crise de la dette externe survenue dans les années 1980.
Ce n’est qu’à la fin de la dictature militaire, au milieu des années 1980, que l’agriculture familiale auparavant qualifiée d’ « invisible » a été reconnue. Les revendications des mouvements sociaux et syndicats paysans ont alors pu être entendues, et en 1996 furent instaurées des lignes de crédit rural, tel le PRONAF. D’autres mesures spécifiques au milieu rural ont ensuite été bâties pour appuyer les petits producteurs.
Ainsi donc, malgré les tensions qui animent les deux modèles, le Brésil a fait le choix de composer avec cette dualité, l’agrobusiness lui permettant assurer sa place de puissance agricole sur la scène internationale et le soutien à la petite paysannerie étant un moyen de lutte contre la pauvreté rurale.
http://www.academie-agriculture.fr/mediatheque/seances/2012/20120613_communication2.pdf?PHPSESSID=754393d62ea3dab9e5a6dc4dac270e8b

Présentations générales de la stratégie Faim Zéro


Renato Domith Godinho, 2010
Renato Domith Godinho, membre du Ministère des Affaires Etrangères du Brésil et Représentant permanent du Brésil auprès de la FAO, nous dresse ici un aperçu très clair du contexte d’instauration de Faim Zéro, de ses piliers – approche multi-sectorielle et participative, amélioration de l’accès à l’alimentation, renforcement de l’agriculture familiale, génération de revenus, CONSEA – et des résultats obtenus.
Car les résultats sont au rendez-vous. Le Brésil a atteint, depuis plusieurs années déjà, les Objectifs du Millénaire pour le Développement en matière de réduction de la pauvreté. De 2003 à 2006, près de 14 millions de personnes seraient sorties de la pauvreté. Cette intervention, claire et transversale, donne un bon premier aperçu de la stratégie.
Pour réécouter l’intervention :
http://www.courrierdelaplanete.org/audio/20100520_orateur6.php


CONSEA, 2009, 90p.
Cette publication du CONSEA – Conseil National de la Sécurité Alimentaire – revient sur la mise en place de la stratégie : les mesures antérieures, les grandes directions suivies, l’intersectorialité, la participation sociale, le cadre de gouvernance. Elle fait également le bilan des résultats obtenus à l ‘échelle du pays (baisse de la pauvreté, diminution de la sécurité alimentaire et nutritionnelle…) et replace le système brésilien en face des enjeux actuels de développement durable et de hausse de la demande alimentaire. Enfin, elle évoque les perspectives d’évolution de la stratégie Faim Zéro et de diffusion de cette expérience à l’international.
Document très complet, permettant de se faire une bonne idée des programmes PAA et PNAE, et apportant des éléments d’information intéressants sur la participation sociale.
http://www4.planalto.gov.br/consea/publicacoes/publiucacoes-arquivos/construcao-do-sistema-e-da-politica-nacional-de-seguranca-alimentar-e-nutricional-a-experiencia-brasileira-ingles


Ministère brésilien du Développement social et de la lutte contre la faim (MDS), 19p
Ce rapport passe en revue l’ensemble des programmes constitutifs de la stratégie Faim Zéro et qui se déclinent sous quatre volets : accès à la nourriture, renforcement de l’agriculture familiale, activités génératrices de revenus et mobilisation de la société civile.
Un document bref et exhaustif.
http://www.bvsde.paho.org/texcom/nutricion/Livreto_en.pdf


FAO, 2009, 28p.
La FAO énonce dans cette publication les piliers fondamentaux de la stratégie Fome Zero, replacée dans le contexte latino-américain : concepts clefs, principaux programmes. Le document vise à donner des outils de compréhension de la stratégie aux autres pays d’Amérique Latine et d’ailleurs dans la mise en œuvre de politiques de sécurité alimentaire et nutritionnelle.
L’Organisation livre ainsi quelques conseils basés sur l’exemple brésilien, parmi lesquels on relève : la nécessité d’un engagement fort de l’Etat, la participation de la société civile et des acteurs privés, une approche multi-sectorielle, des mesures de redistribution des revenus.
Un rapport qui permet de rendre compte de la fonction de référence qu’occupe désormais le Brésil auprès de la FAO.
http://www.rlc.fao.org/es/prioridades/seguridad/ingreso5/pdf/invest03.pdf


Ministry of Agrarian Development, 2011, 362p.
Cette publication est un recueil de plusieurs textes dont chacun s’attarde sur un aspect de Fome Zero. Ils permettent notamment d’approfondir la compréhension de la mise en œuvre de la stratégie, de l’implication du gouvernement, du principe des programmes de transferts de revenus, d’acquisition d’aliments, ou encore de préciser le fonctionnement du CONSEA, organe symbole de la participation de la société dans Fome Zero.
Une compilation intéressante pour qui désire en savoir plus notamment sur le contexte brésilien, les principes fondamentaux de Faim Zéro, la place de l’agriculture familiale dans la stratégie, le CONSEA.
http://www.grazianodasilva.org/wp-content/uploads/2011/06/Zero-Hunger-Book-ENGLISH_full.pdf


Ministère brésilien du développement social et du combat contre la faim (MDS), 2010, 190p.
Le gouvernement brésilien publie une trilogie de l’odyssée de Fome Zero. Le premier tome de la série revient sur le contexte de sa mise en place et sur la mobilisation de l’Etat et de la société civile autour de son implémentation. Le second volet présente la concrétisation de la stratégie pour le respect de droits fondamentaux du développement, l’essor de l’agriculture familiale et l’insertion dans le monde du travail. Enfin, le MDS rappelle des expériences concrètes de la stratégie et des défis auxquels les acteurs ont été confrontés, avant de projeter le cas de Faim Zéro sur la scène internationale et de voir en quoi d’autres pays peuvent s’en inspirer.
Les trois volumes de cette publication sont téléchargeables via :
http://www.mds.gov.br/segurancaalimentar/publicacoes/livros/fome-zero-2013-uma-historia-brasileira-2013-volumes-1-2-e-3/fome-zero-2013-uma-historia-brasileira-2013-volumes-1-2-e-3

Focus sur certains programmes phares de la stratégie Faim Zéro



Extrait d’un rapport PAM (4p) - Bonnes pratiques de 45 années d’alimentation scolaire
Programme Alimentaire Mondial, 2009, p. 38-41
A l’échelle mondiale, on estime que « 66 millions d’enfants vont à l’école le ventre vide ». Pour ces enfants, le repas fourni à l’école est le seul de la journée. Le PAM dresse un bilan d’expériences menées dans divers pays du globe pour nourrir les écoliers. Parmi ces pays, on trouve le Brésil qui, depuis les années 50, a mis en place le PNAE. Ce programme a été redynamisé avec la stratégie Faim Zéro.
Dans son rapport, le PAM juge la qualité du programme selon divers critères de référence qui permettront aux différentes parties prenantes d’en améliorer la conception. Il tire ainsi de l’expérience du PNAE une batterie de bonnes pratiques qui ont fait la réussite du programme (approvisionnement local, implication de la communauté, sensibilisation…) ainsi que des enseignements (lutte contre la corruption, renforcement de la capacité des producteurs à respecter les obligations légales).
Utile pour donner une bonne vue d’ensemble des points clés du PNAE et de ce qui fait son succès.
http://documents.wfp.org/stellent/groups/public/documents/communications/wfp223425.pdf

Rapport PAM (20p, anglais) - Brésil : Passage en revue du Programme National d’Alimentation Scolaire
PAM, 2007, 20p.
Ce rapport du PAM détaille les principes du PNAE : le contexte de la sécurité alimentaire au Brésil, l’histoire du programme et son évolution depuis 1955, le cadre de gouvernance, les mécanismes d’approvisionnement en denrées et les moyens de financement. Il insiste notamment sur l’approche décentralisée du PNAE, où des Conseils d’Alimentation Scolaire locaux (dont la majeure partie des membres sont issus de la société civile) sont chargés de contrôler la bonne implémentation du programme.
http://www.wfp.org/content/brazil-desk-review-national-school-feeding-programme



Présentation du PAA lors de l’atelier PAA-Afrique
Ministère brésilien du Développement social et du combat contre la faim (MDS), 2012
Cette présentation très complète présente de manière claire et détaillée les mécanismes de fonctionnement du PAA, programme d’achats d’aliments.
Qui en sont les bénéficiaires ? En amont, des groupements d’agriculteurs familiaux, qui vendent leur production. En aval, des cantines, des établissements publics, des populations vulnérables, qui reçoivent la nourriture achetées via divers programmes gouvernementaux de facilitation de l’accès à la nourriture.
Qui effectue les achats ? La Compagnie nationale d’offre alimentaire (CONAB), les états, les municipalités. Les achats peuvent s’effectuer selon différentes modalités, décrites elles aussi.
Quels résultats ont été obtenus ? Le PAA a contribué à l’augmentation des revenus des agriculteurs, à la relance de l’économie locale, même si son ampleur reste faible : en 2011, seuls 160 000 agriculteurs ont vendu leur production au PAA.
http://fr.slideshare.net/WFPCentre/paa-africa-programme-inception-workshop-programme-dachat-daliments

Article revue Défi Sud (3p) - Le Brésil champion du soutien céréalier
Défis Sud n°100, SOS Faim, 2011, p 13-15
SOS Faim décrit ici le principe du PAA, dont le but est d’« approvisionner les populations en situation d’insécurité alimentaire à l’aide de produits provenant de l’agriculture familiale ». Le symbole est fort dans un pays où s’affiche la puissance de l’agrobusiness. L’Etat a osé affirmer son soutien à l’agriculture familiale brésilienne, deux fois plus productive que celle des grandes plantations, génératrice d’emplois, mais qui ne dispose toutefois pas des mêmes moyens de production. Et cela fonctionne : comme le soulignait O. De Schutter, le PAA a permis « de remarquables progrès dans la lutte contre la faim depuis 2002, en particulier dans le domaine de la malnutrition infantile ».
http://www.sosfaim.be/pdf/publications/defis_sud/100/bresil_cereales_defis_sud.pdf

Article revue Agriculture network (2p) - Le PAA : systèmes alimentaires régis par la politique
Agricultures Network, 2011
Cet article revient sur le PAA, son fonctionnement, son aspect inter-sectoriel qui vise à renforcer l’agriculture familiale tout en améliorant la sécurité alimentaire. Il a permis d’une part aux petits producteurs de trouver de nouveaux débouchés pour leurs produits, de diversifier leur production, et d’autre part de relancer la consommation de produits locaux dans les foyers mais surtout dans les établissements scolaires, recréant ainsi un lien entre producteurs et consommateurs.
Lire l’article en français :
http://www.agriculturesnetwork.org/magazines/west-africa/marches-locaux-regionaux/le-paa
Lire l’article en anglais :
http://www.agriculturesnetwork.org/magazines/global/regional-food-systems/brazil-paa

La souveraineté alimentaire dans les pays en développement – perspectives latino-américaines
Rapport pour la Fédération genevoise de coopération, Rulli J., janvier 2011, 104p
La souveraineté alimentaire a connu de grandes avancées dans divers pays où elle est désormais entrée dans les textes de lois et de constitutions. Parmi ces pays, le Brésil est celui qui a parcouru le plus grand chemin en la matière. Toutefois, la situation peut encore être améliorée.
L’étude s’est tournée vers des expériences latino-américaines (Brésil et Equateur) – les mouvements paysans étant très développés sur le continent. Ainsi, les auteurs ont rencontré au Brésil le Service de conseil aux organisations populaires (SASOP) et le Centre féministe du 8 mars (CF8).
Le rapport aborde également en détail la question de la production et de la commercialisation dans le travail de développement, et décrit de manière claire les rouages assez complexes du PAA.
Il conclut sur diverses recommandations dont la suivante : « Le cas du Brésil démontre que les achats publics de produits paysans pour les programmes sociaux représentent un mécanisme stratégique dans la lutte contre la faim, le renforcement du rôle de l’Etat et la récupération de production paysanne des aliments ».
Lire le rapport  : http://www.fgc.ch/carrefour2011/etude_francais.pdf
Une fiche de lecture de l’étude est disponible sur le site d’Inter-réseaux :
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/la-souverainete-alimentaire-dans

De la sécurité à la souveraineté alimentaires : le Programme d’Acquisition d’Aliments dans la région du Pontal do Paranapanema au Brésil
Anton S., 2011, 106p
Ce document de thèse explore en détail le fonctionnement du PAA, en prenant comme référence la région du Pontal do Paranapanema dans l’état de São Paulo.
On y trouve des informations sur l’ensemble des sous-programmes sous lesquels se décline le PAA : PAA Lait, achats directs, formation de stocks… A lire également si vous souhaitez des précisions sur les modalités de contractualisation entre les agriculteurs ou les OP et la Conab pour participer au PAA.
http://www2.fct.unesp.br/nera/ltd/dissertacao_anton_2011.pdf

Présentation du PAA par le Ministère du Développement Social et du Combat contre la faim (MDS)
Le MDS, ministère en charge de la coordination du PAA, présente les objectifs du programme, sa gouvernance, son exécution. La présentation fournit une première vue claire du programme.
Présentation disponible sur :
http://www.ipc-undp.org/doc_africa_brazil/2.SESAN_PAA.pdf

Le développement rural au Brésil : venir à bout des inégalités et créer de nouveaux marchés
Belik W. et al, in Rivista di economia agraria / a. LXV, n. 2, Juin 2010, p 225-259
Cet article présente l’évolution des mesures en faveur du développement rural au Brésil. On y lit des détails intéressants des modalités de fonctionnement de la CONAB dans le cadre du PAA.
On retient également que Faim Zéro touche différemment les fronts rural et urbain.
En zone rurale, le gouvernement a axé les mesures sur le développement de l’agriculture familiale et le foncier. Peu à peu, les politiques de développement rural évoluent et agissent sur tous les angles du problème de la pauvreté, de la faim et des inégalités en milieu rural : du producteur au consommateur, de l’offre à la demande, En zone urbaine, l’enjeu a été de mettre en place des mesures de lutte contre la faim et la pauvreté sans créer de dépendance.
Il ne faudrait toutefois pas oublier que Faim Zéro cherche à renforcer les liens entre milieux rural et urbain, entre agriculteurs familiaux et consommateurs urbains, notamment via le PAA.
www.ufrgs.br/pgdr/arquivos/801.pdf

Note ActionAid (24p, anglais) - Le PAA en perspective : remarques et points de débat
Grisa C. et al., OPPA/UFRRJ/Action Aid, 2009, 24p.
Ce document de travail commence par montrer l’envergure du PAA : bénéficiaires, ressources mobilisées. Il évalue ensuite le rôle du PAA dans le renforcement de l’agriculture familiale et dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que ses limites. Enfin, les auteurs partagent leurs recommandations et pistes de recherche pour une meilleure implémentation du programme.
Version originale :
http://oppa.net.br/acervo/publicacoes/Pesquisa_AABR-OPPA_Texto_PAA_versao_livro.pdf
Version anglaise (attention aux yeux, traduction « Google » en ligne) :
http://translate.google.com/translate?hl=en&sl=pt&tl=en&u=http%3A%2F%2Foppa.net.br%2Facervo%2Fpublicacoes%2FPesquisa_AABR-OPPA_Texto_PAA_versao_livro.pdf



Politiques commerciales du Brésil par secteur
OMC, 2009, 60p
Pour surmonter les difficultés rencontrées par certains agriculteurs pour contracter un crédit auprès d’une banque, des crédits leur sont alloués à des taux inférieurs à ceux du marché fixés par l’Etat. Dans les pages 111 à 116 de ce rapport figurent des indications relativement claires et précises sur les mesures de crédit rural instaurées, dont le PRONAF - programme de bonification des taux d’intérêt pour les agriculteurs familiaux (2%), sous condition de revenus et de correspondre à la définition légale de l’agriculture familiale.
Téléchargement : http://www.wto.org/french/tratop_f/tpr_f/tp312_f.htm (Rubrique Rapport du Secrétariat – Politiques commerciales par secteur)

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS