en Inter-réseaux Développement rural en Inter-réseaux Développement rural

Home

Bulletin de veille n°370 - Développement agricole et rural du Ghana

Le 6 décembre prochain, le Ghana célèbrera ses paysans et ses pêcheurs lors du Farmer’s day, un jour férié qui marque, depuis 1985, l’importance de l’agriculture et de la pêche dans son économie. En consacrant l’édition 2019 à la transition des agricultures familiales vers l’agribusiness, le gouvernement ghanéen révèle son choix de modèle agricole.

Pays côtier d’Afrique de l’Ouest, le Ghana est le deuxième pays le plus peuplé de la Cédéao (28 millions d’habitants) derrière le Nigéria. Il revêt une importance particulière dans la sous-région de par son poids économique (PIB de 65,5 milliards de dollars, contre 43M$ pour la Côte d’Ivoire par exemple), l’importance de son secteur agricole (19,7% du PIB) ou encore la part des investissements directs étrangers entrants (jusqu’à quatre fois plus importants que ceux de Côte d’Ivoire).

Il se distingue de ses voisins francophones par son Histoire, ses structures politiques héritées de la période coloniale britannique (indirect rule), la stabilité de ses institutions, sa forte légitimité démocratique et son modèle économique, plutôt libéral et pro-business.

Son secteur agricole est considéré comme un moteur de la croissance économique. Il est principalement tiré par les cultures d’exportation, au premier plan desquelles le cacao, et est marqué par une vision gouvernementale qui suit la logique de marché et un engagement fort vers le secteur privé.

Ce Bulletin de veille présente les principaux enjeux et caractéristiques du développement agricole et rural du Ghana afin d’éclairer sur les spécificités du pays dans la sous-région. Il constitue la première étape d’une réflexion plus générale d’Inter-réseaux sur le pays qui fera l’objet du prochain numéro de Grain de sel.

Ecrivez-nous si vous souhaitez partager d’autres ressources intéressantes sur ce sujet ; elles pourront venir compléter ce bulletin !

Bonne lecture,

L’équipe d’Inter-réseaux Développement rural ([email protected])

Lire le Bulletin de veille (11 pages, 756 Ko) : ici

Tout déroulerTout enrouler

Présentation générale du Ghana


Grain de Sel n°78, à paraître 1er trimestre 2020
Cette double page d’infographies, introduction du prochain numéro de Grain de Sel, présente les principales données de la situation sociopolitique, historique et économique du Ghana, dans une perspective comparative avec la Côte d’Ivoire. Elle propose un focus sur le secteur agricole du pays, tiré par les cultures d’exportations et marqué par une intensification des modèles agricoles avec un r recours important aux engrais et aux pesticides important.
Voir le Repères :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/gds78_reperes_31_octobre.pdf


Ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, avril 2019
Ghana statistical services, 2019
Avec une brève présentation du Ghana et ses chiffres clés, cette fiche dresse un panorama de la situation économique et financière du pays, et y ajoute quelques éléments d’actualité (politique intérieure, politique étrangère). Vous trouverez également des représentations graphiques de statistiques officielles (PIB par secteur, valeur ajoutée brute, etc.) publiées sur le site du gouvernement ghanéen.
Voir la fiche pays :
https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/ghana/presentation-du-ghana/
Voir les statistiques brutes du Ghana statistical services (2019) :
http://statsghana.gov.gh/

Le paradoxe ghanéen : croissance et inégalités

Une nation en pleine mutation économique ?


AFD, juin 2019
Le modèle économique du Ghana repose en partie sur l’exploitation des ressources naturelles et les activités de services peu qualifiées. Proposant une analyse macroéconomique, ces deux documents s’intéressent aux défis que ce modèle entraîne pour une croissance pérenne et inclusive. Si le développement d’un secteur industriel diversifié semble nécessaire, l’Etat doit toutefois investir dans les infrastructures pour lever certaines contraintes comme la distribution en électricité et le transport.
Lire la revue MacroDev intitulée “Ghana, quels défis économiques?” (40 p.):
https://www.afd.fr/fr/ghana-quels-defis-economiques
Lire un article intitulé “Ghana, quel modèle de développement à moyen terme?” :
https://ideas4development.org/ghana-quel-modele-de-developpement-a-moyen-terme/


Policy center for the new south (PCNS), 2019
Le chapitre 3 du rapport sur l’économie de l’Afrique 2019 offre une vue d’ensemble de la situation économique actuelle du Ghana, avec un regard sur les politiques économiques menées ces dernières années. Il aborde ensuite les questions de développement humain et celles d’ordre institutionnel, et propose un bref zoom sur le secteur agricole. Il dresse le constat d’un contexte économique favorable, agrémenté par de nouvelles politiques économiques et d’intégration régionale.
Lire le rapport (chapitre 3, page 65) :
[https://docplayer.fr/160640710-Rapport-annuel-sur-l-economie-de-l-afrique.html]

Une intégration régionale moyenne


Integrate Africa, 2019
L’indice de l’intégration régionale en Afrique attribue des notes par pays pour cinq catégories : intégration commerciale, infrastructure régionale, intégration productive, libre circulation des personnes, intégration financière et convergence des politiques macroéconomiques. Le Ghana se situe dans la moyenne des pays de la Cédéao (classé 6ème sur 15), malgré une faible note pour l’intégration financière.
Voir l’indice des pays de la Cédéao :
https://www.integrate-africa.org/fr/classement/communautes-economiques-regionales/cedeao/
Voir le détail de l’indice du Ghana :
https://www.integrate-africa.org/fr/classement/profils-de-pays/ghana/#undefined


IFPRI, 2017
Ce rapport propose un bilan de l’état de la situation alimentaire et nutritionnelle au Ghana. Après un retour sur les grandes tendances historiques, il donne un aperçu des tendances régionales et évolutions récentes dans les 10 régions administratives, puis identifie les zones les plus touchées par l’insécurité alimentaire. Il confirme que le pays a accompli des progrès substantiels en matière de réduction de la pauvreté et de la sous-alimentation infantile, particulièrement dans la dernière décennie.
Lire le rapport (56 p., 1,4 Mo) :
http://ebrary.ifpri.org/utils/getfile/collection/p15738coll2/id/131319/filename/131530.pdf

Une place importante du secteur agricole dans l’économie

Historique des transformations du secteur agricole


IISD, IFPRI, 2018
Retour sur la transformation agricole qu’a connu le Ghana à travers cette frise chronologique, faisant apparaître au fil de 3 phases (1960-1980 : industrialisation planifiée par l’Etat, 1980-1990 : libéralisation, depuis 1990 : croissance économique) les principales actions politiques ayant marqué le secteur agricole : investissements publics, interventions sur les prix, politiques macroéconomiques et réformes institutionnelles.
Voir la frise chronologique :
https://www.tiki-toki.com/timeline/entry/1270544/Ghana-Agricultural-Transformation-and-Policy/
Voir la note de synthèse (12 p., 2 Mo) :
https://www.iisd.org/sites/default/files/uploads/ghana-agricultural-transformation-timeline.pdf


IFPRI, 2019
Ce livre fait valoir que l’intensification agricole au Ghana pourrait entraîner une transformation économique majeure et améliorer les revenus de la population. Selon les chercheurs, l’urbanisation couplée au manque d’investissements publics dans le secteur agricole (hors cacao) aurait entraîné une stagnation de la croissance agricole du pays.
Lire le communiqué de presse de l’IFPRI :
http://www.ifpri.org/news-release/new-book-raising-ghanas-land-productivity-can-transform-national-economy-boost-incomes
Télécharger le livre (310 p., 3 Mo) :
http://ebrary.ifpri.org/cdm/ref/collection/p15738coll2/id/133347

Un secteur agricole facteur de croissance ?


Ministère de l’Agriculture ghanéen, 2016
Le site internet du ministère de l’Agriculture ghanéen donne accès aux principales données et analyses du secteur, ses programmes et projets. Il publie également un rapport faisant état de l’agriculture ghanéenne (y compris l’élevage et la pêche) principalement à travers des tableaux et graphiques. Il aborde notamment les services à l’agriculture, les prix agricoles ou encore les intrants.
Lire le rapport “Agriculture in Ghana - Facts and figures” (123 p., 2 Mo):
http://mofa.gov.gh/site/wp-content/uploads/2018/05/Agric%20in%20Ghana%20F&F%202016_Final.pdf


Ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation, 2016
Le ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation propose une synthèse des données du secteur agricole ghanéen autour des points suivants : contexte agricole et relations internationales, production agricole, politique agricole, échanges commerciaux, accord internationaux, relations bilatérales. Le secteur représente 22,4% du PIB du Ghana, 30% des exportations, et emploie 44,7% de la population active du pays.
Lire la fiche (8 p.):
https://agriculture.gouv.fr/ghana


Banque mondiale, 2017
A travers ce rapport, la Banque Mondiale (BM) étudie dans quelle mesure le secteur agricole ghanéen peut être un moteur de croissance économique et de création d’emplois. Il préconise une meilleure répartition des dépenses publiques, trop axées sur la filière cacao. Dans une autre note la BM émet des recommandations pour moderniser le secteur et améliorer ses rendements, notamment via les programmes de subventions aux intrants.
Lire le rapport (63 p., 3 Mo) :
http://documents.worldbank.org/curated/en/113921519661644757/pdf/123707-REVISED-Ghana-Economic-Update-3-13-18-web.pdf
Lire le communiqué de presse du rapport :
https://www.worldbank.org/en/country/ghana/publication/ghana-economic-update-agriculture-ghana-s-engine-of-growth-for-jobs-creation
Lire la note sur le secteur agricole ghanéen :
https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986/28394

Des politiques agricoles et alimentaires orientées vers la modernisation de l’agriculture

Un objectif de redynamisation du secteur agricole et des zones rurales


Ministère de l’Agriculture ghanéen, 2014
Le cadre politique donné dans ce document officiel fournit un ensemble d’objectifs politiques et de stratégies pour guider l’élaboration et la mise en œuvre de plans de développement à moyen terme. Le chapitre 4, consacré au secteur agricole, parle de “modernisation accélérée de l’agriculture” pour resserrer ses liens avec l’industrie, autant pour les cultures vivrières (que l’on veut voir se substituer aux importations) que les cultures de rente (cacao, palmier à huile, coton, canne à sucre, etc.).
Lire le rapport (268 p., 2,3 Mo) :
https://www.greengrowthknowledge.org/sites/default/files/downloads/policy-database/GHANA%29%20Ghana%20Shared%20Growth%20and%20Development%20Agenda%20%28GSGDA%29%20II%202014-2017%20Vol%20I.pdf
En savoir plus :
https://www.greengrowthknowledge.org/national-documents/ghana-shared-growth-and-development-agenda-gsgda-ii-2014-2017-vol-i-policy


USAID, mai 2018
Le programme Planting for food and jobs du gouvernement ghanéen se structure autour de 5 piliers : semences, engrais, conseil agricole, commercialisation et services numériques. Ce rapport d’évaluation montre que le programme permet effectivement d’améliorer la situation de la sécurité alimentaire et de l’emploi, malgré un approvisionnement en intrants limité et une mauvaise information de la population au sujet des différents services proposés.
Lire le rapport d’évaluation :
https://www.researchgate.net/publication/327835516_ASSESSMENT_OF_IMPLEMENTATION_OF_PLANTING_FOR_FOOD_AND_JOBS_PFJ_PROGRAMME_LESSONS_AND_WAYS_FORWARD


IFPRI, 2019
Le Rapport sur les politiques alimentaires mondiales 2019 de l’IFPRI indique que le développement rural est essentiel à la croissance économique et à la réalisation des objectifs de développement durable de l’ONU. Cette approche doit renforcer les liens entre zones urbaines et rurales et inclure un ensemble d’actions clés. Cet article analyse dans quelle mesure les initiatives politiques actuelles du gouvernement du Ghana ont le potentiel pour favoriser la revitalisation des zones rurales.
Lire l’article :
http://www.ifpri.org/blog/employment-diversifying-rural-livelihoods-and-youth-lessons-ghana-2019-global-food-policy


Agriculture and food security journal, 2018
Suite à la crise alimentaire de 2008, le Ghana a mis en place une politique de stabilisation des prix basée sur les stocks régulateurs et le double affichage des prix. Après huit ans de mise en application de cette politique, elle fait l’objet d’une évaluation empirique présentée dans cet article. Les résultats montrent qu’elle a en effet permis de réduire les variations des prix du maïs et du riz.
Lire l’étude :
https://agricultureandfoodsecurity.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40066-018-0221-1

Un soutien public fort à l’utilisation d’intrants


IFPRI, décembre 2018
Après une analyse de la capacité des programmes de subventions sur les engrais à atteindre les agriculteurs les plus pauvres au Ghana, l’IFPRI propose une méthode de ciblage plus efficace. Le rapport étudie en outre le rôle de ces programmes dans le développement agricole, les expériences récentes en Afrique subsaharienne, puis fait un zoom sur la situation du Ghana au regard de ses politiques, leur efficience, impact et durabilité.
Lire le rapport (38 p., 608 Ko) :
http://ebrary.ifpri.org/utils/getfile/collection/p15738coll2/id/131068/filename/131279.pdf
Lire le communiqué de presse :
http://www.ifpri.org/blog/too-good-be-true-model-reaching-poor-farmers-and-reducing-subsidy-costs-ghana


Ofori Kwasi Julius, novembre 2018
Cet article se propose d’évaluer un programme mis en place par le gouvernement ghanéen (“block farming”), visant à rendre le secteur agricole plus attractif en améliorant les rendements des producteurs et ainsi leurs revenus, principalement par la fourniture d’intrants et le conseil technique. L’article constate que ce programme a permis une amélioration significative du niveau de vie des bénéficiaires, et une augmentation des rendements.
Lire l’article :
https://www.omicsonline.org/open-access/impact-of-block-farming-on-livelihood-of-farmers-in-the-eastern-region-of-ghana-a-case-study-of-block-farmers-in-the-kwahu-west-mu-2168-9768-1000229-108512.html

Un parti pris technologique


GSMA, 2018
De par sa stratégie de développement agricole pro-technologie et misant sur l’agriculture commerciale, le Ghana sert ici de cas d’étude afin d’identifier les opportunités que représente la numérisation pour le développement des chaînes de valeur agricoles. Ce rapport passe en revue les intérêts que comportent les services numériques pour les différents acteurs, les principales initiatives mises en place au Ghana, ainsi que les enseignements que l’on peut en tirer.
Lire le rapport (32 p., 2 Mo) :
https://www.gsma.com/mobilefordevelopment/wp-content/uploads/2018/01/Opportunities-in-agricultural-value-chain-digitisation-Learnings-from-Ghana.pdf


A. Rejeb, 2018
A partir de l’étude des principaux problèmes que rencontre la filière Tilapia au Ghana (où ce poisson représente la source de protéine animale la moins chère et la plus consommée, faisant donc l’objet d’enjeux importants), cet article évalue les impacts potentiels de l’adoption de la technologie blockchain dans cette industrie et les solutions qu’elle peut apporter. Les limites de cette technologie ne sont pas abordées.
Lire l’article :
https://www.academia.edu/38066737/Blockchain_Potential_in_Tilapia_Supply_Chain_in_Ghana

Une difficile décentralisation des services agricoles


IFPRI, 2018
En 2009, le Ghana a commencé à déléguer les fonctions et les responsabilités du gouvernement central aux 216 assemblées du pays. L’agriculture a été l’un des premiers secteurs décentralisé, un processus qui est entré en vigueur en 2012. Dans un document de travail de l’IFPRI ayant aussi fait l’objet d’une note, l’auteure examine l’impact de la décentralisation des fonctions agricoles.
Lire le rapport (64 p., 1,5 Mo) :
http://ebrary.ifpri.org/utils/getfile/collection/p15738coll2/id/132318/filename/132529.pdf
Lire la note (2 p., 160 Ko) :
http://ebrary.ifpri.org/utils/getfile/collection/p15738coll2/id/132347/filename/132558.pdf
Lire l’article :
http://www.ifpri.org/blog/ghana-serious-about-decentralization

Financements du secteur agricole : Ghana beyond aid ?

Une certaine dépendance à l’aide extérieure


Le Monde, août 2019
Pour son développement, l’Etat ghanéen veut s’affranchir de l’aide internationale (“Ghana beyond aid”). Bien qu’il soit le premier pays d’Afrique subsaharienne à avoir atteint l’objectif numéro 1 du millénaire pour le développement (diviser par deux le taux d’extrême pauvreté), et malgré une forte hausse du PIB, peu d’emplois sont créés et les inégalités persistent. Le Ghana peut-il se passer de l’aide internationale?
Lire l’article :
https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/08/26/le-ghana-un-pays-encore-pauvre-mais-qui-refuse-d-etre-assiste_5503075_3212.html


IFPRI, 2019
Cet article analyse les tendances passées des dépenses publiques agricoles au Ghana, puis les scénarios d’investissements possibles dans un contexte de sortie de l’aide au développement. Si jusqu’à présent les dépenses publiques agricoles sont très en deçà des objectifs de Maputo, et affectées en priorité au cacao et aux intrants, l’article propose des investissements plus bénéfiques sur le long terme.
Lire l’article (35 p., 1 Mo) :
https://www.ifpri.org/publication/strategic-public-spending-scenarios-and-lessons-ghana


World development, mai 2016
Cet article analyse la coopération agricole de la Chine et du Brésil avec le Ghana puis le Mozambique. Il revient d’abord sur les efforts consentis par l’Etat ghanéen pour le développement de son agrobusiness, puis détaille les rôles de ces nouveaux acteurs de la coopération : ils interviennent surtout au niveau de la production de riz, l’approvisionnement en intrants ou encore la mécanisation.
Lire l’article (11 p.) :
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0305750X1530320X

Le Ghana, pays attractif pour les IDE


Direction générale du Trésor, CNUCED, juin 2019
Dans la présente note d’informations économiques d’Afrique de l’Ouest anglophone, on apprend qu’en juin 2019 le Ghana était le 1er récipiendaire d’investissements directs étrangers (IDE) devant le Nigéria. Vous trouverez plus d’informations sur les IDE dans le chapitre 2 du rapport 2019 de la CNUCED, offrant une carte et diverses statistiques. D’après le rapport, ces IDE sont majoritairement orientés vers le gaz et les minéraux.
Lire la note du Trésor (4 p., 662 Ko):
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/04dd69c0-529b-4125-a500-a4c337b9b68e/files/77d651fc-4b9a-4b8a-8de4-98d313c3ef10
Lire le chapitre 2 du rapport (50 p., 1,4 Mo):
https://unctad.org/en/PublicationChapters/WIR2019_CH2.pdf


Dadson Awunyo-Vitor, Ruby Adjoa Sackey, décembre 2018
A partir d’une analyse statistique de données économiques de 1975 à 2017 au Ghana, cet article montre que les IDE orientés vers le secteur agricole du pays ont une corrélation positive avec la croissance économique. Il recommande ainsi des politiques commerciales permettant d’attirer davantage les IDE.
Lire l’article :
https://www.researchgate.net/publication/328966955_Agricultural_sector_foreign_direct_investment_and_economic_growth_in_Ghana

Un monde paysan peu structuré


Farm, 2013
Dans le cadre d’une analyse régionale, Farm a mené en 2012 au Ghana une étude sur la structuration des organisations de producteurs. Le rapport présente le contexte ghanéen, l’histoire des formes collectives d’organisation économique dans le pays, puis se penche sur leur situation (organisations, activités, services, etc.). Il apparaît que leur structuration à l’échelle régionale ou nationale est faible voire quasi inexistante, sauf pour certaines filières comme le cacao ou le riz.
Lire le rapport sur le Ghana (61 p., 723 Ko) :
http://www.fondation-farm.org/zoe/doc/etudefarm_201302_rblein_opghana_l.pdf
Lire le rapport sur la structuration des OP en Afrique de l’Ouest et du Centre (82 p., 833 Ko):
http://www.fondation-farm.org/zoe/doc/etudefarm_201302_rblein_op_li.pdf

Filières agricoles : un secteur tourné vers les cultures de rente ?


Filières d’exportation


Impacts de la filière cacao sur l’environnement


IDDRI, octobre 2019
Cette étude tente d’évaluer les risques que fait peser la culture du cacao sur la biodiversité, non seulement à travers la déforestation, mais également au niveau des parcelles de culture. Il apparaît qu’en Afrique de l’Ouest, ces systèmes agroforestiers sont généralement assez pauvres, et proches de la monoculture. Un résultat riche d’enseignements pour le Ghana, deuxième producteur mondial de cacao.
Lire le rapport (44 p., 3 Mo) :
https://www.iddri.org/sites/default/files/PDF/Publications/Catalogue%20Iddri/Etude/201910-ST0519-cacao.pdf
Lire l’article de présentation :
https://www.iddri.org/fr/publications-et-evenements/etude/les-chaines-de-valeur-agricoles-au-defi-de-la-biodiversite


Cirad, 2017
Depuis l’introduction du cacao au Ghana à la fin du 19ème siècle, la production et les surfaces cultivées ont bien évolué. Migrations, changement climatique, appauvrissement des sols, sont autant de facteurs qui entrent en jeu. Ces trois ressources permettent de comprendre la situation actuelle du pays (couverture forestière, occupation du sol, etc.), par un retour sur l’histoire mais aussi des cartes interactives et images satellitaires.
Lire un article du Cirad (13 p., 762 Ko) :
http://agritrop.cirad.fr/588891/
Voir la carte interactive :
https://www.globalforestwatch.org/map/country/GHA?mainMap=eyJzaG93QW5hbHlzaXMiOnRydWV9&map=eyJ6b29tIjo2LjUxMjYxODI5NDEwMzMyMywiY2VudGVyIjp7ImxhdCI6Ny45NjkyMTczNzM5ODczNDgsImxuZyI6LTEuMDMxNjM1NTI0OTk5OTU2fSwiY2FuQm91bmQiOmZhbHNlLCJiYm94IjpbXSwiYmVhcmluZyI6MCwicGl0Y2giOjB9&menu=eyJtZW51U2VjdGlvbiI6ImFuYWx5c2lzIn0%3D
Voir les images satellitaires :
https://satelligence.com/news/satellite-imaging-makingdeforestation-free-cocoa


Le Monde, France 24, IDDRI, 2019
En juin 2019 le Ghana et la Côte d’Ivoire -les deux plus importants producteurs mondiaux de cacao- ont suspendu leurs ventes pour la récolte 2020-2021 afin d’imposer aux acheteurs un minimum de 2 600 dollars la tonne. Quelles difficultés rencontre la production de cacao au Ghana ? Après l’échec de ces négociations, quelles menaces pèsent sur la filière ? Plusieurs ressources discutent de ce sujet d’actualité.
Lire un article du journal Le Monde :
https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/07/01/cacao-le-pari-risque-de-la-cote-d-ivoire-et-du-ghana-pour-imposer-un-prix-plancher_5483897_3212.html
Lire un article de l’IDDRI :
https://www.iddri.org/fr/publications-et-evenements/billet-de-blog/bataille-sur-le-prix-du-cacao-une-occasion-manquee-pour
Voir un reportage sur France24 (5 min) :
https://www.youtube.com/watch?v=dORISosxNvM

Filière hévéa et opportunités financières


Journal of Management Science, 2019
Au Ghana, la Banque de développement agricole (ADB) propose depuis les années 1960 des crédits ruraux. Elle intervient notamment dans la filière hévéa, pour laquelle elle reçoit des financements de l’Agence française de développement. L’étude s’intéresse à la viabilité financière de la production de caoutchouc qui en découle, et conclut que celle-ci n’est pas viable aux taux d’intérêts des crédits de l’ADB.
Lire l’étude (28 p., 607 Ko) :
https://www.tci-thaijo.org/index.php/msj/article/view/204157
En savoir plus sur le projet soutenu par l’AFD :
https://www.afd.fr/fr/developper-la-culture-dheveas-pour-reduire-la-pauvrete-en-milieu-rural

Limites de la filière coton


Cogent Food and Agriculture, mai 2018
Cette étude examine les résultats de réformes visant à accroître la productivité du secteur cotonnier au Ghana et au Burkina Faso, faisant notamment la promotion de la concurrence. Celles-ci ont connu des trajectoires différentes dans les deux pays ; si des résultats positifs ont pu être observés au Burkina Faso (par exemple avec la réforme du prix minimum garanti) on constate pour le cas du Ghana une majorité de résultats négatifs, parmi lesquels la baisse des revenus des agriculteurs.
Lire l’article (28 p., 2 Mo) :
https://www.researchgate.net/publication/325228094_Stakeholder_Perceptions_of_the_Impact_of_Reforms_on_the_Performance_and_Sustainability_of_the_Cotton_Sector_in_Ghana_and_Burkina_Faso_A_Tale_of_Two_Countries


International Journal of Fiber and Textile Research, 2015
Cet article explore l’histoire de la culture du coton dans le nord du Ghana, ses modes de commercialisation, les défis auxquels le secteur est confronté et les perspectives qu’il offre pour l’industrie textile ghanéenne. Les auteurs pointent la faiblesse des organisations paysannes et de la recherche et fournissent des recommandations allant dans le sens du modèle productiviste : semences améliorées, engrais et pesticides, crédits, etc.
Lire l’article :
https://www.researchgate.net/publication/330290180_The_State_of_Cotton_Production_in_Northern_Ghana

Filières vivrières


Elevage


Ministry of Food and Agriculture (MOFA), 2016
Ce rapport officiel fournit un bilan détaillé de l’état du secteur de l’élevage au Ghana, abordant les différents paramètres de la production animale. Il traite une grande variété d’aspects tels que les ressources génétiques, les systèmes de production, les acteurs de la chaîne de valeur ou encore la commercialisation. Il présente ensuite la vision stratégique du Ghana et sa politique de développement de l’élevage dans chacun des domaines d’intervention.
Lire le rapport (107 p., 2 Mo) :
http://mofa.gov.gh/site/wp-content/uploads/2016/11/GHANA-LIVESTOCK-DEVELOPMENT-POLICY-AND-STRATEGY-final.pdf

Aquaculture


Journal of Aquaculture, 2018
Cet article explore l’état actuel du secteur de l’aquaculture au Ghana, où la production aquacole -croissante- représente un poids important et fait l’objet d’un soutien particulier de la part du gouvernement et de la Banque Mondiale. Il revient également sur les limites auxquels le secteur est confronté : faible connaissance des nouvelles techniques aquacoles, financement insuffisant de la recherche, etc. Le rapport met l’accent sur les possibilités d’amélioration.
Lire l’article (6 p., 569 Ko) :
https://www.longdom.org/open-access/a-review-of-ghanas-aquaculture-industry-2155-9546-1000545.pdf

Pêche


Environmental Justice Foundation (EJF), 2018
La pêche illégale au Ghana, en particulier une pratique de grande ampleur nommée localement “saiko”, a des conséquences dévastatrices. La diminution des stocks de poissons est telle que la survie des pêcheurs est menacée. Plus de détails dans cette enquête sur le Saiko et la pêche illégale qui révéle que, malgré les dispositions légales interdisant les intérêts étrangers, plus de 90% des chalutiers industriels agréés au Ghana sont liés à la propriété chinoise.
Lire le rapport (32 p., 3 Mo) :
https://ejfoundation.org//resources/downloads/China-hidden-fleet-West-Africa-final.pdf
Lire un article de synthèse et voir un reportage sur le Saiko (9 min) :
https://ejfoundation.org/reports/stolen-at-sea
Lire un autre article sur le même rapport :
https://greenworldwarriors.com/2018/10/31/chinese-industrial-trawling-is-depleting-ghanas-fish-stocks/

Remerciements

  • Réagir :
  • Partagez :

Respond to this Article


Stay Informed! !

You can subscribe to our publications and newsletters and get them directly in your email. You can also create personalised news alerts to receive the newest information published on topics of your choice. Sign me up!

  •  

    Site produced with the support of the Organisation Internationale de la Francophonie and the Agence Française de Développement.

  • AFD OIF
  • How to participate?

    There are many possible ways you can join in the life of the network. You can subscribe to our publications and create custom news alerts. Subscribe to our publications. You can also subscribe to our RSS feeds and follow us on social networks. Send us your contributions and suggestions by contacting us! Contact us!

    Abonnez-vous à nos publications

  • You can also subscribe to our RSS feeds and follow us on social networks.

  • Send us your contributions and suggestions by contacting us!

  • Contact us