fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de veille n°208 - Spécial Financement agricole (suite)

  • 15 décembre 2012

Tout déroulerTout enrouler
[orange fonce]Assurance indicielle et warrantage[/orange fonce]

Rapport Gret : Assurance indicielle et warrantage, quel intérêt pour les petits agriculteurs ? Analyses d'expériences en Afrique de l'Est et en Inde
Gret 2011, 46p.
Cette étude présente les stratégies de réduction des risques des petits agriculteurs et, à travers neuf études de cas en Afrique de l’Est et en Inde, analyse les intérêts et les limites de deux instruments : le warrantage et l’assurance indicielle (assurance indicée sur des indices météorologiques) et finit par présenter des conditions d’améliorations de ces deux instruments.
[http://www.gret.org/wp-content/uploads/09669.pdf ->http://www.gret.org/wp-content/uploads/09669.pdf ]

Document de travail AFD : focus sur l’assurance récolte indicielle et le warrantage
AFD, mai 2011, 86p.
Ce document de synthèse analyse une étude commanditée par l’AFD et le MAEE en 2009, portant sur les outils privés de gestion des risques, en particulier les assurances climatiques indexées et le warrantage pour les céréales. L’étude en question comporte une large revue de littérature sur les risques agricoles, puis neuf études de cas dans des pays africains et en Inde.
[http://www.gret.org/wp-content/uploads/113-document-travail.pdf ->http://www.gret.org/wp-content/uploads/113-document-travail.pdf ]

[orange fonce]Crédit bail, leasing, crédit d’équipement [/orange fonce]

Note BIM : Le leasing, un outil de finance rural sous-utilisé
Marc Roesch, 2004, 4p.
Cette note de lecture d’un document de la Banque Mondiale énumère les avantages du leasing pour chacun des acteurs (le « locataire » et le « loueur ») : faibles coûts de transaction, pas d’exigence de garanties élevées (le bien pris en leasing est lui-même une garantie), etc. Elle liste ensuite les différents types de « loueur » et recense leurs avantages et leurs faiblesses respectives. Elle s’intéresse enfin aux modalités d’un contrat de leasing et à son environnement juridique, avant d’évoquer quelques recommandations.
[http://microfinancement.cirad.fr/fr/news/bim/BIM-2004/BIM-22-09-04.pdf->http://microfinancement.cirad.fr/fr/news/bim/BIM-2004/BIM-22-09-04.pdf]

Article : l’expérience de crédit-bail du réseau CECAM de Madagascar
Betty Wampfler, Emmanuelle Bouquet, Eliane Ralison, mars 2007, 25p.
Le manque de crédits agricoles à moyen et long termes (pour cause de manque de ressources financières, notamment « longues », et de risque accru) peut être comblé par des pratiques alternatives telles que le crédit-bail, comme le fait la Caisse d’Epargne et de Crédit Agricole Mutuel de Madagascar (CECAM) depuis 1993. Grâce à une analyse historique du réseau CECAM et des enquêtes de terrain, cette étude d’impact s’intéresse aux conditions de mise en œuvre du crédit-bail par la CECAM, et les conditions d’accès et de valorisation par les ménages afin d’en tirer des enseignements opérationnels pour le secteur financier.
[http://www.ruralfinance.org/fileadmin/templates/rflc/documents/1175154502437_microfinance_et_investissement_rural.pdf ->http://www.ruralfinance.org/fileadmin/templates/rflc/documents/1175154502437_microfinance_et_investissement_rural.pdf ]

Zoom Microfinance : Les crédits d’équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales
SOS Faim, octobre 2007, 10p.
Kafo Jiginew est un réseau de caisses d’épargne et de crédit malien, associé à des bailleurs du Nord, qui octroie des crédits d’équipement à long terme à des exploitants possédant une superficie élevée, afin d’accompagner l’émergence de nouvelles filières (la culture du coton étant de moins en moins rentable). Cet article évalue les impacts de l’opération de Kafo Jiginew, au niveau régional, des villages et des exploitations familiales, en analysant les conditions à réunir pour un impact optimal.
[http://www.sosfaim.org/pdf/publications/zoom_microfinance/23_credits_equipement_kafojiginew_exploitations_familiales.pdf->http://www.sosfaim.org/pdf/publications/zoom_microfinance/23_credits_equipement_kafojiginew_exploitations_familiales.pdf]

[orange fonce]Crédit Elevage [/orange fonce]

Note BIM : Quoi de plus difficile que le financement de l’agriculture ? Le financement de l’élevage. FADEL SA au Mali, une banque des éleveurs
Betty Wampfler, 26 mai 2009, 3p.
Plus encore que l’agriculture familiale, le secteur de l’élevage peine à trouver des financements. Pour y répondre, et suite aux trop grandes difficultés à créer une banque spécifique à l’échelle régionale, des organisations d’éleveurs maliennes affiliées à l’Association pour la promotion de l’élevage au Sahel (Apess) ont créé la Financière africaine pour le développement de l’élevage (Fadel SA) en février 2009. Cette note expose ses conditions de création, ses objectifs, ses services, et les perspectives qui s’offrent à elle dans le climat actuel.
[http://www.lamicrofinance.org/files/24373_file_BIM_09_05_26.pdf ->http://www.lamicrofinance.org/files/24373_file_BIM_09_05_26.pdf]

Etudes de cas pays



Plusieurs textes issus d’un atelier sur « le secteur de la microfinance au Sénégal »
Du 18 au 21 octobre 2011 s’est tenu un atelier d’écriture sur le secteur de la microfinance au Sénégal.
L’ensemble des textes finaux de l’atelier est disponible en ligne :
- Les mutations juridiques et institutionnelles de la microfinance au Sénégal
- Microfinance et insertion des jeunes, l’expérience des Parcelles assainies à Dakar
- Les mutations juridiques et institutionnelles de la microfinance au Sénégal
- Microfinance et insertion des jeunes, l’expérience des Parcelles assainies à Dakar
- Les enjeux de la mise en réseau des mutuelles : l’expérience de l’Union financière mutualiste de Louga
- Le « scoring » en microfinance : un outil de gestion du risque de crédit
- Les produits financiers islamiques : contribution à la diversification du paysage de la microfinance au Sénégal
- Du « social » dans la gestion des performances de la microfinance au Sénégal
- Evaluer le risque économique du warrantage
- Le Fonds d’appui aux initiatives rurales de la FONGS : une innovation pour financer l’investissement de l’agriculture familiale au Sénégal
- L’expérience de Sen’Finances : du désendettement créatif au refinancement de la microfinance
http://www.microfinance.sn/atelier_ecriture.html

Note IRD : Crédit et production agricole dans la vallée du fleuve Sénégal
IRD, 17 mai 2011, 12p.
Cette note décrit le rôle du crédit aux agriculteurs sénégalais, notamment rizicoles, qui évoluent dans un contexte en pleine mutation depuis la libéralisation de la filière. Après un rappel historique sur la filière rizicole, l’auteur met en évidence la forte corrélation entre les montants de crédit accordés aux producteurs (par la caisse nationale du crédit agricole) et la superficie totale irriguée, preuve de l’importance de l’accès au financement des intrants nécessaires à la production rizicole intensive. Des formes innovantes de crédit sont également mises en place par des entrepreneurs privés pour pallier au problème de l’endettement.
http://hal.ird.fr/docs/00/59/37/26/PDF/Le_Roy_-_CrA_dit_.pdf



Rapport de capitalisation KIT : Bâtir l’entrepreneuriat paysan au Mali (2012)
Institut Royal des Tropiques, 2012, 61p.
Ce rapport de capitalisation présente les expériences du programme de Développement économique et rural de la région de Koulikoro (DERK, 2005-2011) au Mali, qui était un dispositif d’accompagnement technique et financier aux OP.
http://www.snvworld.org/sites/www.snvworld.org/files/publications/batir_lentrepreneuriat_paysan_au_mali.pdf



Etude de cas : l’accès au crédit des petits producteurs de maïs et de riz et des femmes étuveuses de riz
Oxfam, 2011, 67p.
Une récente étude d’Oxfam sur l’accès au crédit des paysans et transformatrices au Burkina-Faso. Son objectif : éclairer OXFAM sur les difficultés et contraintes d’accès aux services financiers des petits producteurs/productrices et transformatrices de riz, afin de développer un argumentaire de plaidoyer.
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/etude-de-cas-sur-l-acces-au-credit

Tendances



14 courtes notes d’information IFPRI : Innovations en matière de services financiers ruraux et agricoles
IFPRI, juillet 2010, 36p.
Afin de combler le manque de connaissances sur l’extension en zone rurale des services financiers, l’IFPRI compile une série de notes d’information sur des innovations en finance rurale et agricole. Des spécialistes du monde entier partagent leurs expériences et leurs points de vue au long de ces 14 courtes notes d’information (2p. chacune), qui vont de la vue d’ensemble de la finance en zone rurale à des études de cas réels en passant par l’étude de procédés financiers innovants.
http://www.ifpri.org/sites/default/files/publications/focus18fr.pdf



Rapport de synthèse AFRACA/FAO : financement de la chaîne de valeur de l’Afrique
AFRACA, FAO, 2008, 54p.
Le 3e forum des banques de l’AFRACA (association africaine du crédit rural et agricole) avec la FAO, tenu en 2007 à Nairobi, a eu pour thème l’accès aux services financiers des communautés rurales pauvres, notamment le financement de la chaîne de valeur, du fait de l’effet multiplicateur de l’intermédiation financière, basée sur l’innovation financière en faveur des pauvres dans la chaîne de valeur agricole. Ce compte-rendu présente les partenaires qui ont participé au forum, puis, pour chaque sous-thème traité, dresse une présentation du thème, des études d’expériences de terrain, et des conclusions et leçons apprises.
http://www.ruralfinance.org/fileadmin/templates/rflc/documents/1252672387490_Microsoft_Word___AGRIBANKS_AFRACA_DOCUME-415919259.pdf

Note FAO : Agricultural Value Chain Finance Strategy and Design [stratégies de financement de la chaîne de valeur agricole]
FAO, décembre 2011, 25p.
L’approche du financement de la chaîne de valeur dans l’agriculture attire de plus en plus l’attention des organismes de développement, et des institutions financières. Cette note a pour but d’aider à la compréhension de la transformation de l’agriculture moderne et de sa chaîne de valeur, afin de mettre en place des services de financement de cette chaîne de valeur adaptés et qui bénéficierait à tous les agriculteurs et firmes d’agrobusiness modernes. Elle constitue donc un outil de choix pour l’élaboration de programmes utilisant l’approche de financement de la chaîne de valeur dans l’agriculture.
http://www.ruralfinance.org/fileadmin/templates/rflc/documents/AgVCF_Tech_Note_pdf.pdf

Synthèse MFW4A : Financement des chaînes de valeur agricoles : document de synthèse de quatre études de cas nationales (Ghana, Burkina, Ethiopie, Kenya)
MFW4A, 2011, 88p.
Ce document propose un tour d’horizon de la question du financement agricole en Afrique, avec un accent sur l’approche « chaîne de valeur » et en s’appuyant notamment sur des expériences de pays anglophones.
http://www.mfw4a.org/fr/details/financement-des-chaines-de-valeur-agricoles-document-de-synthese-de-quatre-etudes-de-cas-nationales.html



Acte de la conférence : Connecter la Finance et l’Agriculture en Afrique – Exploiter le potentiel du continent (MFW4A) (principes de Kampala)
GIZ, juin 2011, 21p.
En juin 2011, plus de 300 participants se sont réunis à Kampala pour « connecter la finance et l’agriculture en Afrique » (Zipping Finance and Farming in Africa). Cette conférence a notamment abouti à la rédaction des 11 principes pour renouveler et déployer le financement de l’agriculture. Ce rapport rend compte des débats sur les perspectives et les défis du financement de l’agriculture africaine, des études de cas, des discussions sur les politiques de soutien à la finance agricole, et du processus d’élaboration des 11 principes qui eurent lieu lors de la conférence.
http://www.mfw4a.org/fileadmin/zippingfinance/pdf/mfw4a_zipping%20finance_conference%20documentation_fr.pdf



Presse : La BCEAO et la BID unissent leurs forces pour développer la finance islamique en Afrique de l’Ouest
MFW4A, 11 septembre 2012
Le 7 septembre 2012, la Banque Islamique de Développement (BID) et la BCEAO ont signé un accord afin de promouvoir la finance islamique en UEMOA. En effet, dans cette région, le taux de pénétration de la finance islamique, qui n’applique pas d’intérêt sur les emprunts, est un des plus faibles au monde, alors que les populations en marge de la finance classique pourraient certainement en tirer avantage. Afin d’y remédier, la BCEAO s’engage à mieux prendre en compte ce type de finance, tandis que la BID facilitera les échanges entre la BCEAO et les institutions en charge de développer les standards de l’industrie de la finance islamique.
http://www.mfw4a.org/fr/actualites/details/2/bceao-and-idb-in-partnership-to-promote-islamic-finance-in-west-africa.html
Voir aussi la note BIM « Les principes de la finance islamique » (2002)
http://microfinancement.cirad.fr/fr/news/bim/Bim-2002/BIM-17-02-02.pdf

Politiques publiques


Union Africaine, GIZ, BMZ, MFW4A, mars 2012, 34p.
L’accès aux services financiers pour les agriculteurs est essentiel pour exploiter le potentiel agricole de l’Afrique, mais la nature risquée de l’activité rend cet accès très difficile. Un cadre politique efficace, propice à encourager le financement des activités agricoles, apparaît indispensable. Ce document, fruit de la collaboration entre des acteurs de la conférence de Kampala en 2011 qui a abouti à la formulation des principes de Kampala pour la finance agricole, vise à promouvoir l’expansion du financement agricole en Afrique. Il comporte un ensemble de recommandations adressées aux décideurs africains, mais également aux institutions financières, aux bailleurs de fonds et aux OP impliquées dans la finance agricole.
http://www.mfw4a.org/fr/details/document-de-politique-generale-sur-la-finance-agricole-en-afrique.html


Portail Microfinance, 2011
Pour dépasser les obstacles du financement en zone rurale, plusieurs voies sont possibles, dont le recours aux subventions. Cette synthèse décrit les différentes formes de subventions, et met en garde contre leurs effets potentiels de distorsion, de détournement et de dépendance. Les bailleurs s’accordent à dire que les subventions doivent être restreintes, mais qu’elles peuvent être utiles dans certaines situations et à certaines conditions, selon l’objectif et la cible visés. Enfin, la synthèse présente cinq types d’interventions dans le secteur agricole qui sont généralement soutenues et comportent une part de subvention.
http://www.lamicrofinance.org/content/article/detail/28842?PHPSESSID=88c635fa3610c8437da799856fb27696


François Doligez, Betty Wampfler, 2007, 34p.
S’il existe aujourd’hui un certain consensus autour de « bonnes pratiques » à adopter dans le développement du secteur agricole et rural, ces pratiques ne couvrent pas les interventions publiques. Or, l’expérience a montré que le secteur privé seul peine à se déployer dans le secteur rural. Ce document décrit les caractéristiques du « nouveau paradigme » de la finance rurale et tente de définir les contours d’une intervention de l’Etat dans ce secteur, avant de mener une réflexion sur les instruments qu’il peut utiliser pour cela, et sur les modalités dans lesquelles il doit le faire, en tenant compte des acteurs en présence (notamment les organisations de la société civile).
http://www.lamicrofinance.org/files/25601_file_politiquepubliquefinancementagriculture.pdf

Pour aller plus loin



Dossier Portail Microfinance : finance rurale et agricole
Betty Wampfler, Marc Roesch (CIRAD), 2009
Ce dossier rassemble de nombreuses informations sur la finance rurale et agricole, réparties en 9 rubriques (spécificité de la demande de financement rural, l’offre de financement rural, les produits et services financiers, les conditions de pérennisation, l’intégration dans le marché financier, les alliances avec d’autres acteurs, les politiques publiques en financement rural, l’impact de la microfinance rurale, et les formations à la microfinance rurale). Chaque rubrique est structurée, et fournit également une liste de liens pour en savoir plus.
http://www.lamicrofinance.org/resource_centers/finrur/

Dossier Défi sud : Nouveaux acteurs de la microfinance ou du meilleur profit ?
SOS Faim n°96, 2010, p.7-27
La maturité apparente de la microfinance (plus rentable et fiable qu’il y a 20 ans) s’accompagne d’une certaine transformation, vers un modèle plus proche des banques privées commerciales. Partout dans le monde, des questions sont posées en réaction à des introductions en bourse d’organismes de microfinance, par exemple. Au Sud, sans attendre l’aval des bailleurs du Nord, apparaissent déjà de nouvelles initiatives qui se soucient d’une microfinance à la fois rurale, sociale et rentable, tant l’enjeu reste de taille. Ce dossier thématique revient sur les enjeux et les risques de la commercialisation et des innovations, ainsi que sur les réactions spontanées au Sud.
http://www.sosfaim.be/pdf/publications/defis_sud/96/nouveaux-acteurs-microfinance-ou-meilleur-profit-defis-sud96.pdf

Colloque FARM de 2007 : "Quelle microfinance pour l’agriculture des pays en développement ?"
FARM, 2007
Du 4 au 6 décembre, FARM, en partenariat avec l’Institut de la Gestion Publique et du Développement Economique (IGPDE), a organisé à Paris le colloque "Quelle microfinance pour l’agriculture des pays en développement ?". Ce colloque a réuni 350 personnes (experts, praticiens, chercheurs et décideurs politiques) concernées et investies sur le terrain, motivées par la question « à quelles conditions la microfinance peut-elle aider les agriculteurs des pays en développement à accéder au crédit pour leur permettre d’améliorer leur compétitivité ? ». En particulier, ce colloque a développé la nécessité et les spécificités du financement agricole, les nouvelles modalités d’interaction, le rôle des OP et enfin celui des politiques publiques.
http://www.fondation-farm.org/spip.php?article222
A lire également : la synthèse du colloque (24p.) :
http://www.fondation-farm.org/IMG/pdf/Farm_synthese__microfinance_.pdf

5 sites incontournables
www.lamicrofinance.org
www.microfinancegateway.org
www.ruralfinance.org
http://microfinancement.cirad.fr/fr/frame3.html
http://www.mfw4a.org/fr/accueil.html

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS