fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de veille n°223 - 26 septembre 2013

Tout déroulerTout enrouler

Sommaire

- Déclaration du Roppa sur les progrès réalisés depuis la déclaration de Maputo
- Lettre ouverte Apess et RBM : Paysans et éleveurs africains : de l’espoir à la désillusion

-  Rapport société civile Niger : la Charte pour la Prévention et la Gestion des Crises alimentaires est-elle appliquée ?
-  Rapport société civile Niger : Le droit à l’alimentation à l’épreuve des crises alimentaires
-  Note RBM : situation pastorale dans la zone transfrontalière Mali / Niger / Burkina Faso
-  Revue Défis sud : Dossier Faim zéro
-  Rapport d’Oxfam : Un bouleversement croissant - Changement climatique, alimentation et lutte contre la faim

-  Revue Rural 21 : plusieurs articles sur les marchés agricoles en Afrique
-  Manuel CTA : Structured grain trading systems in Africa
-  Spore (hors série) : Systèmes d’échanges structurés - Une nouvelle vision du commerce
-  ITW Bénin : La première AMAP du Bénin nourrit déjà 300 familles

-  Rapport d’atelier : Quel avenir pour l’agriculture familiale ? Réflexions entre OP Nord et Sud
-  Numéro spécial d’Alternatives économiques : Des alternatives pour nourrir le monde
-  Article Rural 21 : avantages et risques du soutien à l’agriculture familiale
-  Rapport CNUCED 2013 : L’urgence d’une agriculture durable
-  Note de la C2A : Les investissements dans l’agriculture, quels enjeux pour les producteurs ?

-  Appel du RBM pour la prise en compte du foncier pastoral dans le code foncier au Sénégal
-  Fiche PFPN : Présentation plate forme paysanne du Niger

-  Etude Oxfam : réformer la Nouvelle Alliance
-  Document officiel France : la France s’engage pour l’agriculture familiale
-  ITW d’un évaluateur d’AGRA : « L’avenir de l’agriculture mondiale se trouve sur le continent africain »

-  Etude Niger : fabrication et conservation du fromage sec (Tchoukou)

-  Document Farm : L’assurance agricole climatique au Brésil

-  Presse Togo : Le Journal Agricole n°9


A la Une


Roppa, septembre 2013
Contrairement à ce qui est régulièrement claironné, l’agriculture n’est toujours pas une priorité pour les gouvernements africains. C’est le constat auquel arrive le Roppa, réseau des OP ouest-africaines, après avoir passé en revue les budgets affectés au secteur agricole dans une dizaine de pays de la Cedeao depuis 10 ans. Au-delà d’un appel au respect des 10% du budget national alloués à l’agriculture, cette déclaration met l’accent sur deux autres enjeux des dépenses publiques agricoles : leur efficacité et leur ciblage. Au-delà des montants, vers quel type d’agriculture vont les budgets ?

Lire la déclaration (4 p.) :

http://www.roppa.info/IMG/pdf/Declaration_Finale_Conference_ROPPA_Monrovia_Sept_2013-2.pdf


Apess, septembre 2013
Les réseaux Apess et RBM se joignent pour exprimer leur déception, 10 ans après la déclaration des Etats africains faite à Maputo. « On est tenté de se demander s’il existe une réelle volonté politique de développer l’agriculture et l’élevage sur notre continent. Au nom de la souveraineté alimentaire et du respect du droit à l’alimentation de tous les êtres humains, les Etats et leurs parlements se doivent de respecter leurs engagements en appliquant les mesures qu’ils ont prises à Maputo dès l’exercice budgétaire à venir. Mais surtout, il importe que ces ressources ciblent de façon spécifique les filières prioritaires, identifiées dans nos politiques agricoles, ainsi que les exploitations familiales, les femmes et les jeunes ! »
http://www.apessafrique.org/attachments/article/345/lettre-ouverte-de-rbm-et-apess-dans-jeune-afrique-et-les-journaux-ouest-africains.pdf


Sécurité alimentaire


Alternative Espaces Citoyens, juin 2013
Le Consortium Droit à l’Alimentation et Souveraineté Alimentaire a réalisé un diagnostic de la mise en œuvre au Niger de la Charte pour la Prévention et la gestion des crises alimentaires, adoptée en 2011 par les pays ouest-africains. D’après ce diagnostic, la Charte n’est pas encore bien connue par les différents acteurs et ses dispositions ne sont que partiellement respectées, avec des limites en particulier au niveau du système d’information sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et dans la prise en compte des populations vulnérables. Le diagnostic note également que malgré les frustrations suscitées par la récente réforme, le Dispositif national de prévention et de gestion des crises alimentaires reste reconnu par tous les acteurs comme une instance unique de concertation et de coordination et offre des opportunités réelles de mise en œuvre de la Charte.

Lire le rapport (44 p.) :

http://www.alternativeniger.org/spip.php?article650


Alternative Espaces Citoyens, juin 2013
Lors de la crise de 2012, les autorités nigériennes ont lancé un Plan de soutien, dont le Consortium Droit à l’Alimentation et Souveraineté alimentaire a apprécié les effets sur la situation alimentaire et nutritionnelle en réalisant une mission de suivi sur le terrain. Ce rapport montre que l’État et ses partenaires dépensent largement plus d’argent pour gérer les crises alimentaires que pour les prévenir, et il pose la question de l’efficacité à long terme de ces interventions sur la faim et la malnutrition. Les témoignages recueillis indiquent que si ces interventions ont atténué les effets de la crise, elles n’ont pas permis de rétablir durablement les capacités de résilience des populations.

Lire le rapport (44 p.) :

http://www.alternativeniger.org/spip.php?article649


Réseau Billital Maroobé, septembre 2013
Les points focaux de trois organisations membres des Antennes nationales du Réseau Billital Maroobè (RBM) implantées au Burkina Faso, au Mali et au Niger ont permis de mettre au point cette note de synthèse sur la situation pastorale dans la zone transfrontalière entre ces trois pays. Elle apporte des éléments sur : la situation pastorale, la santé animale, la situation des points d’eau temporaires et permanents, la situation des pâturages, les mouvements des éleveurs et du bétail, la situation des marchés à bétail, la situation des réfugiés, les évènements critiques et les actions innovantes. Elle entrevoit des « lueurs d’espoirs ».

Lire la note de synthèse (6 p.) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Note_RBM_Situation_Pastorale_Aout2013.pdf


SOS Faim, août-septembre 2013
Ce numéro de la revue Défis sud, publication de SOS Faim Belgique, consacre son dossier à Fome Zero, un « modèle » de stratégie de lutte contre la faim inauguré par le président Lula da Silva en 2003 au Brésil. Du fait de son efficacité, Fome Zero est devenu une référence pour les pays d’Amérique latine et d’Afrique, et nombre d’entre eux cherchent aujourd’hui à répliquer la « recette » brésilienne, avec plus ou moins de bonheur. Ainsi le dossier s’attache à explorer le cas de différents pays : Equateur, Inde, Sénégal et Burkina Faso. Il fait également un point sur l’initiative « Faim zéro en Afrique de l’Ouest » récemment lancée par la CEDEAO. Enfin, on pourra lire un article consacré à la malédiction des ressources naturelles en République Démocratique du Congo.
http://www.inter-reseaux.org/ressources-thematiques/article/revue-defis-sud-dossier-faim-zero


Oxfam, 24 septembre 2013
Ce rapport met en évidence les dangers du changement climatique pour les différents aspects de la sécurité alimentaire : la disponibilité alimentaire, l’accès à la nourriture, l’utilisation et la stabilité. Il montre comment le changement climatique compromet déjà les acquis obtenus dans la lutte contre la faim et souligne les risques d’aggravation de la situation. Enfin, il étudie comment les effets du changement climatique pourraient être évités : notamment en prenant rapidement des actions visant à réduire les émissions et en renforçant la résilience des populations.

Lire le rapport (23 p.) :

http://www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/bouleversement-croissant


Marchés, commerce


Rural 21, septembre 2013
Le site Rural 21 propose 5 articles sur la thématique des marchés agricoles en Afrique.
-  Le premier analyse l’importance des marchés en tant que cadres institutionnels traditionnels, en prenant l’exemple du Nigéria.
-  Le second détaille les nouvelles structures de commercialisation et les opportunités et risques qui y sont associés.
-  Le troisième illustre comment les systèmes de récépissés d’entrepôt permettent d’améliorer la commercialisation des céréales.
-  Le quatrième plaide pour un renforcement du commerce régional en Afrique de l’Ouest pour améliorer la sécurité alimentaire.
-  Enfin le dernier article insiste sur la nécessité, pour les politiques, d’accorder plus d’intérêt au marché informel, dans lequel les petits producteurs sont actifs.

Lire les articles :

http://www.rural21.com/francais/news/detail/article/limportance-des-marches-0000866/


CTA, septembre 2013
Alors que s’intensifient les réflexions sur l’implication des « petits » producteurs africains dans les chaînes de valeur, il semble important de développer les institutions qui permettent aux acteurs des filières (producteurs, commerçants et transformateurs) de travailler de manière plus efficace et plus rentable. Ces institutions existent pour les produits exportés (café, fleurs coupées), mais en sont encore à leurs balbutiements pour les denrées de base telles que les céréales. Ce manuel propose une description du fonctionnement des systèmes de commerce structurés pour les céréales de base, depuis le traitement de la récolte jusqu’à la négociation finale, en passant par l’entreposage.

Lire le manuel (anglais, 127 p.) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/CTA_STRUCTURED_GRAIN_low_res.pdf


CTA, septembre 2013
Ce numéro spécial de Spore s’intéresse à une nouvelle thématique montante : celle des « échanges structurés ». Une première partie fait le point sur cette « nouvelle vision » du commerce dans les pays ACP. Plus structuré, le commerce devrait permettre de mieux relier les différents acteurs de la chaîne de commercialisation. Un deuxième article se penche sur les classements et les normes, de plus en plus utilisées dans les pays africains. On pourra également lire un point sur le respect des contrats, un article sur les récépissés d’entrepôt et trouver des informations sur les bourses de marchandises.

Lire le numéro en français (36 p.) :

http://spore.cta.int/images/stories/special_issue_2013/Spore-HS-2013-FR.pdf

Lire le numéro en anglais (36 p.) :

http://spore.cta.int/images/stories/special_issue_2013/Spore-HS-2013-EN.pdf


CFSI, septembre 2013
Edgar Deguenon a lancé en 2008 l’AMAP-Bénin (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne). Les premiers paniers touchaient 40 ménages expatriés. Aujourd’hui, 300 familles dont 200 béninoises en bénéficient, et des centaines sont en liste d’attente. Le créateur de cette initiative, qui rapproche producteurs et consommateurs en supprimant les intermédiaires, témoigne sur l’origine, l’intérêt et l’avenir de cette méthode de commercialisation innovante.

Lire le témoignage :

http://www.alimenterre.org/ressource/premiere-amap-benin-nourrit-deja-300-familles-fondateur-raconte


Agricultures familiales


Collectif Stratégies Alimentaires (CSA), septembre 2013
Un atelier du Collectif Stratégies Alimentaires a réuni des représentant(e)s d’organisations paysannes de la région des Grands Lacs et des homologues belges en juillet dernier. Les réflexions et les échanges ont porté sur l’avenir des exploitations paysannes et les défis à relever pour les organisations qui les représentent. Un rapport, qui synthétise les discussions de cette journée, présente les dynamiques actuelles de l’agriculture familiale, la vision portée par les organisations présentes, ainsi que les leviers et les défis à relever dans le futur.

Lire le rapport de l’atelier (20 p.) :

http://www.csa-be.org/spip.php?article939


CFSI, septembre 2013
Le CFSI et le magazine Alternatives économiques publient un numéro spécial sur les alternatives à l’industrialisation croissante des systèmes agricoles et agroalimentaires. Un premier article fait le point sur les techniques agro écologiques, leurs résultats, les freins à leur développement ; mais aussi l’importance de valoriser ces efforts en termes de prix. Deux articles se penchent ensuite sur le cas du Malawi, où la révolution verte basée sur les produits chimiques est loin de délivrer les résultats attendus, et sur le Sénégal, où les laiteries se multiplient et permettent de réduire la dépendance du pays aux importations. Enfin, les relations entre villes et campagnes dans les pays du Nord sont explorées et l’importance du soutien politique à l’agro écologie soulignée dans un entretien avec M. Dufumier.

Lire le numéro spécial (16 p.) :

http://www.cfsi.asso.fr/actu/alternatives-nourrir-monde


Rural 21, septembre 2013
Alors que l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF) doit débuter dans quelques mois, Rural 21 interroge une responsable de la FAO sur le rôle des exploitations familiales dans le développement durable. A ses yeux, elles ont des fonctions qui dépassent la seule production agricole (écologique, sociale, culturelle…) et présentent de nombreux avantages par rapport à l’agriculture commerciale. Elle met également en garde contre une vision trop « idyllique » de ce modèle, dont les zones d’ombres devraient selon elle être approfondir si l’on veut réfléchir sérieusement aux types de soutien à leur accorder.
http://www.rural21.com//nc/francais/news/detail/article/lagriculture-familiale-epine-dorsale-du-developpement-rural-durable-0000865/


CNUCED, Septembre 2013
De plus en plus d’organisations internationales qu’elles soient spécialisées ou non dans l’agriculture reconnaissent l’urgence d’un changement des pratiques dans ce secteur. Il s’agit cette fois de la CNUCED, organisation spécialisée dans l’étude du commerce mondial et du développement. Dans sa Revue sur le commerce et l’environnement 2013 elle titre : « Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard » et démontre une nouvelle fois le rôle fondamental de l’agriculture familiale durable dans la sécurité alimentaire de demain.

Voir le résumé réalisé par Alimenterre, donnant le lien vers l’étude en anglais :

http://www.alimenterre.org/ressource/rendre-l%E2%80%99agriculture-durable-maintenant-atteindre-securite-alimentaire-climat-changeant


Agter, Coordination Sud, janvier 2013
Alors que l’accroissement des investissements dans l’agriculture est présenté comme une nécessité pour réduire la faim dans le monde et accélérer le développement, cette note vise à clarifier les différents sens du mot « investissement », en les situant dans une analyse économique globale. Elle s’intéresse à l’évolution du sens du mot depuis le Moyen-âge, à l’imbrication de ce concept avec celui de spéculation et aux différentes méthodes utilisées pour mesurer l’investissement. Elle montre que ce mot cache des réalités très différentes, des investissements des petits producteurs non capitalistes à la capture de richesses naturelles, et plaide pour un changement radical d’approche dans ce domaine.

Lire la note (4 p.) :

www.agter.asso.fr/IMG/pdf/merlet_2013_c2a_note_12_investissements_opt.pdf


Organisations paysannes


Réseau Billital Maroobé, septembre 2013
Depuis le début des années 90, la problématique du foncier pastoral n’a pas été réellement prise en compte dans les réflexions et les discussions portant sur la réforme foncière au Sénégal. Cette situation pose un réel problème aujourd’hui, alors que la question de la cohabitation entre agriculteurs et éleveurs se pose avec acuité. C’est ce constat qui a poussé l’Antenne nationale du Réseau Billital Maroobé (RBM) à se réunir lors d’un atelier et à mettre au point une note d’alerte pour attirer l’attention des pouvoirs publics, ainsi qu’une charte d’engagements.

Lire la note (9 p.) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/rapport_de_l_atelier_de_validation_de_la_note_d_alerte.pdf

Lire la charte (2 p.) :

http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/charte_d_engagements.pdf


PFPN, septembre 2013
Après la réorganisation du mois de février 2013, la Plate Forme Paysanne du Niger a évolué. Elle compte désormais 11 Organisations Paysanne membres, qui sont toutes des fédérations regroupant une multitude d’organisations de base, couvrant toutes, au moins 3 des 8 régions du pays et qui sont à jour dans le paiement des cotisations annuelles. Ces 11 OP membres interviennent dans tous les domaines du secteur rural et représentent environs 500 000 chefs d’exploitants familiaux.
http://www.pfpniger.org/spip.php?article58


Aide au développement


Oxfam, 25 septembre 2013
Oxfam a mené une étude sur la Nouvelle Alliance dans plusieurs pays membres depuis 2012, en particulier au Ghana, en Tanzanie et au Mozambique. Cette étude examine les activités actuellement menées dans ce cadre, les craintes exprimées par différents acteurs et prend appui sur l’expérience d’Oxfam en tant que membre du Leadership Council de la Nouvelle Alliance. Elle délivre une image « inquiétante » des premières performances de cette initiative, concernant notamment la transparence du processus, la participation de la société civile, les réformes politiques prévues, le suivi et l’évaluation de la Nouvelle Alliance. L’étude identifie des risques importants pour les petits producteurs, si les donateurs, gouvernements et entreprises impliquées n’adoptent pas certaines réformes essentielles.

Lire l’étude (18 p., en anglais) :

http://policy-practice.oxfam.org.uk/publications/the-new-alliance-a-new-direction-needed-reforming-the-g8s-publicprivate-partner-302200


MAEE, juillet 2013
Le 31 Juillet 2013 s’est réuni en France le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement. Ce comité de haut niveau définit les axes prioritaires de la politique française d’aide au développement. On peut y lire un accent fort en faveur de l’agriculture familiale : "le Gouvernement décide de promouvoir une agriculture familiale, productrice de richesse et d’emplois et respectueuse des écosystèmes. La France soutiendra des initiatives permettant à l’agriculture familiale de jouer pleinement son rôle : adoption de politiques agricoles, renforcement de l’intégration régionale, structuration des marchés agricoles, développement de filières, appui aux organisations paysannes, recherche de l’accès équitable à l’eau, sécurisation du foncier et la lutte contre la dégradation des terres. Le Gouvernement approuve les orientations adoptées par l’AFD en ce sens." Plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest sont cités comme prioritaires.

Sur le lien suivant, vous pourrez voir le relevé de décisions et le dossier de presse

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/aide-au-developpement-et/evenements-et-actualites/article/comite-interministeriel-de-la


Sidwaya, septembre 2013
A l’occasion du lancement du rapport d’AGRA sur l’état de l’agriculture en Afrique, Sidwaya s’est entretenu avec un des rédacteurs du rapport, Dr Aboubacar Diaby. Cette interview revient sur la fiabilité des chiffres utilisés dans le rapport, sur la part des budgets nationaux alloués à l’agriculture, sur le statut du Burkina Faso face aux bailleurs de fonds et sur le rôle d’AGRA.
http://www.sidwaya.bf/quotidien/spip.php?article14737


Techniques


Cabinet Afrique Conseil et Accompagnement (AFCA), mars 2013
Cette étude a été réalisée pour améliorer la production et la conservation du fromage sec « Tchoukou » au Niger. Elle identifie les principales zones de production de ce fromage sec, ainsi que les contraintes pesant sur sa qualité et sa conservation (notamment en matière de règles d’hygiène). Elle formule enfin des recommandations pour promouvoir le Tchoukou et dynamiser la filière.

Lire le résumé de l’étude sur le site du RECA Niger et télécharger l’étude (79 p.) :

http://www.reca-niger.org/spip.php?article648


Assurance


FARM, juillet 2013
Le Brésil a instauré deux nouveaux programmes d’assurance agricole, correspondants à la dualité de son agriculture : familiale et commerciale. Cette étude en dresse les grandes lignes et analyse ce modèle encore en construction. Dans un premier temps, l’auteur synthétise les grands enjeux de l’agriculture au Brésil, ses performances et ses caractéristiques, ses forces et ses faiblesses. Le 2e chapitre est consacré à une analyse de l’offre d’assurance agricole et à l’articulation public-privé dans le domaine. Les impacts et l’efficacité de ces dispositifs sont ensuite analysés.

Lire le document (88 p.) :

http://www.fondation-farm.org/spip.php?article895


Journal


Le Journal Agricole, septembre 2013
L’édition de septembre de ce mensuel d’information agricole et rurale rassemble plusieurs articles sur le développement rural au Togo. A noter en particulier, un article sur les ESOP, une interview de Mamadou Cissokho (ROPPA) sur le suivi de la gestion des fonds GAFSP au Togo et un article sur les efforts du ministère de l’Agriculture togolais pour la mise en place de l’approche sectorielle dans le secteur agricole.

Lire le journal (12 p.) :

www.republicoftogo.com/content/download/26336/231443/file/Journal%20agricole%20N%C2%B09.pdf

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS