en Inter-réseaux Développement rural en Inter-réseaux Développement rural

Home

Note de synthèse Inter-réseaux : la stratégie "Faim Zéro" au Brésil

Droit à l’alimentation et souveraineté alimentaire, tels furent les maîtres mots de la présidence de Luiz Inacio « Lula » da Silva. Dans son discours d’inauguration, Lula annonce : « Si, à l’issue de mon mandat, chaque Brésilien mange trois fois par jour, alors j’aurai accompli la mission de ma vie ». Il lance alors la dénommée stratégie Fome Zero (Faim Zéro). Son but ? Éradiquer le fléau de la faim et de la pauvreté au Brésil, puissance économique émergente où pourtant plus d’un ménage sur trois vit alors en situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle.
La stratégie « Faim Zéro » regroupe un ensemble de programmes, qui agissent sur quatre volets : la facilitation de l’accès à une alimentation adéquate, le soutien à l’agriculture, les activités génératrices de revenus et la participation sociale.
Retour sur une initiative qui a permis à 20 millions de Brésiliens de sortir de la pauvreté.

Inter-réseaux vous propose une synthèse (16 p.) sur la stratégie "Faim Zéro" au Brésil :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/Note_FaimZero_Sept2012.pdf

Une version anglaise de cette synthèse est également disponible : Briefing Inter-reseaux : "Zero Hunger"

ainsi qu’un bulletin de veille thématique spécial Faim Zéro :
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/BDV_FINAL_STRATEGIE_FOME_ZERO.pdf

  • Réagir :
  • Partagez :

Respond to this Article


1 commentaire

  • Marcos Le Moal (observateur informé) 14 September 2012 11:48:37 Supprimer

    Bonjour,
    Je trouve que l’article est bien rédigé et qu’il restitue bien la réalité du Faim Zero. Cependant j’aurais quelques remarques.
    Pour ma part, je considère que le programme Faim Zéro n’a pas tiré 20 millions de la pauvreté mais de la misère. Nuance... parce que il’y a une énorme différence puisqu’au Brésil, le gouvernement considère que la société est constituée de 5 couches sociales (A=riches; E=misérables). 80 % de la population se trouve dans les classes C, D, et E!
    De plus la bourse famille est payée par les plus pauvres (la majorité de la population, puisque les riches ne représentent que 5% de la population), via les impôts indirects (sur les aliments et biens de consommation). Donc se sont les pauvres qui payent pour les pauvres.
    Je trouve que la non répartition équitable de la terre est trop rapidement traitée. Le thème de la reforme agraire reste d’extrême importance pour un développement social juste et équitable!
    Enfin, il faudrait mentionner le poids énorme da bancada ruralista au congrès qui freine de véritables avancées. Et c’est la que l’enjeu se trouve! Après 10 ans d’existence, le faim zero n’a touché qu’une petite partie de la population (20 Millions = 10%) !
    Les paysans bénéficié par le PAA par exemple ne représentent que 10 % des agriculteurs familiaux brésiliens! Tous les problèmes que vous avez cités à la fin du texte a pour origine une mauvaise volonté de l’opposition!
    Je voudrais juste compléter que les achats faits par la commune doivent représenter au minimum 30%! Il y a bcp de communes qui achètent 100% de leurs aliments au prêt des petits paysans.
    Voila pour mes commentaires!
    à très bientôt


Stay Informed! !

You can subscribe to our publications and newsletters and get them directly in your email. You can also create personalised news alerts to receive the newest information published on topics of your choice. Sign me up!

  •  

    Site produced with the support of the Organisation Internationale de la Francophonie and the Agence Française de Développement.

  • AFD OIF
  • How to participate?

    There are many possible ways you can join in the life of the network. You can subscribe to our publications and create custom news alerts. Subscribe to our publications. You can also subscribe to our RSS feeds and follow us on social networks. Send us your contributions and suggestions by contacting us! Contact us!

    Abonnez-vous à nos publications

  • You can also subscribe to our RSS feeds and follow us on social networks.

  • Send us your contributions and suggestions by contacting us!

  • Contact us