fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de synthèse n°18 : Quel est le secret des filières agricoles ouest africaines performantes ?

On a coutume de déplorer les faibles performances de la production agricole en Afrique de l’Ouest. La communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) est la région dont la croissance de la production est la plus élevée d’Afrique, reconnait-on facilement. Mais les rendements ne seraient pas au rendez vous. La croissance de la production serait principalement due à une croissance des surfaces cultivées, et plutôt liée à une croissance de la population qu’à une croissance de la productivité. Pour rappel, la population des pays de la Cedeao a augmenté de près de 50 % depuis l’année 2000, passant de près de 230 à 345 millions d’habitants. Pourtant, malgré ce constat général, la production de certains produits a doublé en une décennie, chose que l’on ne peut imputer uniquement à l’arrivée de nouveaux paysans dans le secteur de la production ou à l’extension des terres cultivées. En effet, des facteurs politiques et économiques, des avancées technologiques et une conjoncture internationale se mêlent pour expliquer des performances agricoles qui sont parfois étonnantes sur certains produits et dans certaines zones de la région. Dix ans après l’adoption de la politique agricole régionale d’Afrique de l’Ouest (Ecowap), la présente note revient sur le boom de quatre de ces filières et cherche à en dégager les principales raisons.

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


2 commentaires

  • jai 22 janvier 2016 11:15:29

    merci pour toute les information

  • CHEVALIER 19 janvier 2016 11:01:22

    Bonjour,
    Le point sur la croissance de production des filières (manioc, maïs, riz, volaille) dans les pays Cedeao est très intéressant : pression démographique, urbanisation, technologie, expliquent en bonne partie cette croissance.
    Mais cette croissance est-elle durable ? répond-elle aux besoins alimentaires ? répond-elle aux évolutions souhaitées pour l’avenir du continent, et (n’hésitons pas à utiliser les grands mots) pour limiter le réchauffement climatique ? Ou bien s’agit-il d’une fuite en avant ?
    Deux exemples :
    1/ la filière : maïs - volaille est-elle prometteuse hormis en terme de croissance de volume d’affaire ? On tente de freiner la production de protéines animales à partir de protéines végétales. La qualité des volailles ainsi produites et médiocre, elle a des effets pervers liés au commerce de l’aliment (non régulé), à la vaccination systématique.
    2/ la hausse de la consommation de riz et de manioc liée à l’urbanisation est un indicateur d’une crise des cultures vivrières et du monde rural. Ne faudrait-il pas s’intéresser en parallèle aux conséquences sur à l’agriculture familiale (même si l’année est passée) et à la valorisation des productions qui permettent un maintient des agriculteurs sur place et limitent l’exode qui a des conséquences lourdes en termes humains, écologiques et économiques, même si il fait augmenter le PIB de manière mécanique. C’est un peu comme si on se réjouissait de l’augmentation du CA alimentaire des super marchés pour juger de la santé du secteur agricole.
    Il suffit de faire l’inventaire d’une boutique en milieu urbain pour s’inquiéter de l’évolution de la consommation alimentaire et réaliser à quel point il serait urgent d’encourager d’autres priorités (je ne parle même pas de la consommation de farine de blé importée grâce aux innombrables boulangeries installées dans toute la région à la fin des années 70 et qui profite aussi de l’urbanisation).
    En bref, l’augmentation de la production peut rendre optimiste. Elle peut aussi faire penser à la phrase célèbre d’un dirigeant tunisien "il y a dix ans nous étions au bord de l’abimé mais depuis nous avons fait un pas en avant".
    La notion de développement durable pourrait guider les analyses économiques dans notre domaine de l’agriculture et du rural ... le film "Demain" actuellement en salle n’évoque pas l’Afrique, ce n’est peut-être pas un hasard ; mais l’Afrique ne peut rester à l’écart de cet avenir et des solutions qu’on y entrevoit.
    Bien cordialement
    Patrick CHEVALIER


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS