fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Bulletin de synthèse n°12 - Politiques de protection sociale contre l’insécurité alimentaire : quels enjeux pour les paysans ?

L’idée de lutter contre la faim dans les pays les moins avancés par la mise en place de systèmes d’aide sociale aurait pu paraître extravagante il y a seulement quelques années. Elle est pourtant de plus en plus débattue et encouragée dans les
milieux de l’aide publique au développement, comme en témoigne l’adoption récente du rapport « protection sociale pour la sécurité alimentaire » par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale de la FAO, et sa faisabilité fait l’objet d’un nombre
croissant d’études. A titre d’exemple, les programmes de « transferts en espèces », c’est-à-dire de distribution d’argent à des populations en insécurité alimentaire, se multiplient dans les pays d’Afrique subsaharienne. En Ethiopie, un programme d’aide
sociale à grande échelle pour lutter contre l’insécurité alimentaire est en place depuis 2005 et donne des résultats appréciables. L’idée ne date certes pas d’hier, mais la protection sociale apparaît désormais comme une solution « innovante »
et radicale contre la faim persistante. Ce mouvement peut potentiellement bousculer les habitudes et les manières de penser le développement rural et les politiques agricoles dans les pays les moins avancés. Cette synthèse s’interroge sur l’affirmation actuelle de cette stratégie sociale pour la sécurité alimentaire : certaines de ses causes, et certaines de ses conséquences
possibles sur les acteurs et les politiques du développement rural, en particulier dans les pays Sahéliens.

Version française (8p.)
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/BDS12_Protection_sociale.pdf

Version anglaise (8p.)
http://www.inter-reseaux.org/IMG/pdf/BDS_N12_social_protection.pdf

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


1 commentaire

  • Luc DIGONNET (consultant) 22 janvier 2014 13:56:10 Supprimer

    Dans de nombreux pays d’Afrique (en milieu rural principalement), dans une situation de précarité et de relative pauvreté, la famille [au sens large] joue ce rôle d’assurance sociale et les bonnes relations sont obligées. La famille qui prend en charge les membres malades ou dans le besoin, c’est aussi elle qui assure le remplacement du paysan en cas de nécessité. Qu’en sera-t-il demain si l’Etat ou des mutuelles paysannes, par un système de protection social, suppléent la famille ?
    Si on ajoute à cette question celle du foncier. Pour faire [très] court : aujourd’hui la réponse à la nécessaire sécurité foncière et généralement la propriété foncière. Cette réponse engendrera vraisemblablement une compétition entre les paysans (ou non) pour la possession des terres et une diminution du nombre d’exploitations laissant bon nombre de paysans sans emploi.
    Le paysan propriétaire du sol, pourra à sa guise couper les ponts avec sa « famille » qui ne s’appellera plus « concession » … pour vivre de façon plus indépendante avec sa petite famille.
    Quelle sera l’évolution de la « famille » et à travers elle de la société dans son ensemble ?
    Peut-on imaginer une recomposition de l’exploitation familiale traditionnelle ? (une partie de l’exploitation travaillée en commun pour nourrir et répondre aux besoins communs de la famille et le reste divisé pour être exploité de façon individuelle par chaque membre de la famille , quitte à mutualiser tout ou partie des moyens de production)
    Les organisations paysannes africaines [en lien étroit avec leur base …] devraient se poser les questions dans le bon ordre :
    1/ qui sommes-nous ? Quelles sont nos valeurs communes ?
    2/ parmi ces valeurs lesquelles sommes-nous prêt à faire évoluer, voir disparaître ? Lesquelles doivent être immuables ? Quels écueils sont à éviter impérativement ?
    3/ au regard de l’évolution du monde et des changements rapides et importants des sociétés, peut-on appréhender les changements futurs et comment intervenir pour éviter les dérives et protéger nos valeurs ?
    4/ quels rôles la société attribue-t-elle aux paysans ? Quelles sont leurs responsabilités dans cette évolution ? (Sécurité alimentaire, souveraineté alimentaire, entretien de l’espace rural, protection de l’environnement, gestion de l’eau, protection de la biodiversité, etc.)
    Ces interrogations dépassant largement le milieu agricole, il est indispensable d’associer à cette réflexion des représentants des différents secteurs de la société (aujourd’hui encore principalement agricoles et rurale).
    Le modèle du nord trouve aujourd’hui ses limites (taille des exploitations, difficulté des reprises, individualisme, chômage ….) les pays du sud doivent imaginer des solutions plus adaptées et durables.


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS