fr Inter-réseaux Développement rural fr Inter-réseaux Développement rural

Accueil

Synthèse des analyses des politiques et stratégies nationales et régionales sur le riz depuis la crise alimentaire.

L’agriculture constitue une composante essentielle de l’économie des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Elle contribue pour environ 35 % à la formation du produit régional brut et à environ 16 % des recettes d’exportation. L’agriculture constitue également la principale source d’emploi (plus de 50% des actifs de la région) et de l’alimentation des ménages . Même, si le déficit de la balance alimentaire a atteint 3 milliards de Dollars US en 2012, l’agriculture demeure le principal vivier de la région. Elle a subi de nombreuses mutations au cours des quinze dernières années en lien avec l’occurrence de trois phénomènes :

=> La reconnaissance par les instances internationales, notamment les institutions financières (Banque Mondiale et Fonds Monétaire International), du potentiel qu’elle revêt en terme de création d’emplois et de réduction de la pauvreté.
=> Les crises alimentaires nées de la flambée des prix des produits de base, qui ont replacé les questions de développement agricole au cœur des agendas et préoccupations des pouvoirs publics, tant nationaux que régionaux.
=> La mise en chantier de nouvelles réformes, de politiques et de stratégies qui tranchent des précédents choix publics opérés par la région, par : (i) l’affirmation d’une orientation et d’une vision claires, (ii) la forte inclusion des principaux acteurs dans la définition des choix publics et enfin (iii) les instruments de politiques, dispositifs et mécanismes appropriés pour anticiper sur les résultats des politiques.

Les mutations du secteur agricole sont perceptibles à plusieurs niveaux. Selon le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO, 2012), la production agricole a connu un bond important entre 1980 et 2010. Le volume des principales productions a plus que triplé. Les céréales ont enregistré les plus importants bonds.

En effet, d’un volume de 17 millions de tonnes en 1980, la production régionale de céréales est passée à quelques 56 millions de tonnes en 2012, soit une augmentation de plus de 300 % (CSAO, 2012). Le fait nouveau est que cette dynamique s’accompagne d’une modification de la structure de l’offre céréalière régionale. Les céréales traditionnelles, sorgho, mil perdent du terrain au profit du maïs et du riz.

La montée en puissance du maïs s’explique en partie par la conquête par cette céréale des zones soudaniennes où sa culture bénéficie des arrières effets des systèmes de production du coton : culture qui a recours à de nombreux fertilisants chimiques.

La seconde céréale émergente est le riz, dont le volume de la production régionale du paddy est passé de quelques 2,5 millions de tonnes en 1970 à près de 13 millions en 2013. (AfricaRice, 2014). Cette expansion s’accompagne d’une relative transformation de l’économie rizicole ; dynamique perceptible à plusieurs niveaux : (i) une extension de la zone de production, qui conquiert presque tous les écosystèmes, (ii) un repositionnement de ce produit dans les systèmes alimentaires locaux, (iii) une forte mobilisation sociale induite par, non seulement la sensibilité économique (sa rentabilité) et politique du produit, mais aussi par la forte présence d’acteurs de mieux en mieux organisés (producteurs industriels) et (iv) un accroissement des gains de productivité générés par les systèmes de production

Ces mutations semblent s’accélérer depuis 2008, en lien avec les mesures de politiques incitatives qui sont déployées par les pouvoirs publics, ainsi que les actions décisives d’organisation, de structuration, de lobbying et de plaidoyer que conduisent les professionnels, notamment les organisations des riziculteurs à divers niveaux de l’échelle

Cette synthèse vise principalement à rendre compte de la dynamique de la filière rizicole dans quatre pays aux trajectoires assez contrastées : Bénin, Burkina-Faso, Mali et Sénégal. Dans chacun de ces pays, Il a été réalisé une étude diagnostique de la filière qui vise à analyser la portée et les impacts des reformes et mesures mises en œuvre depuis 2008 pour booster la production rizicole. L’analyse vise à dégager les défis et enjeux sur lesquels pourraient être construits les plaidoyers des professionnels de la filière pour lever les principaux goulots d’étranglement.

  • Réagir :
  • Partagez :

Réagir à cet article


Restez informé(e) !

Vous pouvez vous abonner à nos publications et bulletins pour les recevoir directement dans votre boîte mail. Vous pouvez également créer des bulletins personnalisés pour recevoir les dernières informations publiées sur les thématiques de votre choix.

Je m’inscris

  •  

    Site réalisé avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française de Développement

  • AFD OIF
  • COMMENT PARTICIPER ?

    De nombreuses possibilités existent pour participer à la vie du réseau. Vous pouvez vous abonner à nos publications et créer des bulletins personnalisés.

    Abonnez-vous à nos publications

  • Vous pouvez aussi vous abonner à nos flux RSS et nous suivre sur les réseaux sociaux

  • Envoyez-nous vos contributions et vos suggestions en nous contactant !

  • CONTACTEZ-NOUS