Accueil du site > Les auteurs > François Doligez

François Doligez

Articles de cet auteur (5)


Risques familiaux, épargne et mutuelles

François Doligez 6 novembre 2000


Organisations professionnelles agricoles (OPA) et institutions financières rurales : construire une nouvelle alliance au service de l’agriculture familiale

Betty Wampfler, Cerise, François Doligez 11 février 2011

Un guide opérationnel destiné à tous les acteurs concernés par les questions de financement de l’agriculture et ayant pour objectif d’appuyer la construction d’une nouvelle alliance entre OPA et institutions financières. Il présente de manière détaillée les étapes d’une démarche visant à i) renforcer la capacité de OPA et des institutions financières à analyser les besoins et contraintes de financement de l’agriculture ii) consolider les capacités de ces acteurs à choisir et à proposer aux agriculteurs un accès efficace, équitable et viable aux services financiers iii) formaliser un cadre de réflexion et (...)

Écrire pour partager les expériences et les savoir-faire

Anne-Sophie Saywell, François Doligez 14 février 2006


La microfinance n’est ni un miracle ni un mirage

Dominique Gentil, François Doligez 17 janvier 2008

François Doligez et Dominique Gentil réagissent à la publication, dans GDS 38 (mars-mai 2007), d’un article de Solène Morvant-Roux intitulé « Microfinance et réduction de la pauvreté : la fin d’un mythe ? ». Participez à ce débat sur les impacts de la microfinance : envoyez-nous vos réactions, commentaires, articles : gds@inter-reseaux.org Critiquer les modes, les pensées dominantes et les illusions est toujours une entreprise salutaire. Solène Morvant-Roux a tout à fait raison de montrer que la microfinance ne résout pas à elle seule les problèmes de pauvreté et d’inégalités, que tout le monde ne (...)

Fiche de lecture : organisations et sociétés paysannes, une lecture par la réciprocité

François Doligez 17 mai 2013

Cet ouvrage propose une analyse des relations de réciprocité et de leur importance dans les communautés et les organisations d’agriculteurs. Il repose à la fois sur un travail de revue des théories et sur de nombreuses observations de terrain que l’auteur a menées sur quatre continents : Afrique (Angola, Guinée-Bissau), Europe (région Poitou-Charentes), Amérique latine (Bolivie, Brésil, Equateur, Pérou) et Océanie (Nouvelle- Calédonie). Le livre constitue un argument solide contre la généralisation et la « naturalisation » du principe de l’échange que de nombreuses analyses économiques comme sociologiques (...)